Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 21:40

Des femmes extraordinaires : Paulette Dubost !

 

Paulette Dubost avait 100 ans ! Bien entendu, elle était désormais une vieille dame fragile, mais on commençait à la croire éternelle… Sa mort a peiné bien des cinéphiles, car elle fut une grande et talentueuse actrice, comme l’écrivait il y a quelques jours notre confrère Le Monde : « Digne descendante des servantes espiègles de Marivaux, cette petite femme, au visage tout en rondeur, au sourire mutin et à l’irrésistible accent faubourien, avait donné la réplique aux plus illustres acteurs, de Raimu à Catherine Deneuve, en passant par Fernandel, Louis Jouvet, Bourvil, Brigitte Bardot ou Gérard Depardieu. »


la-regle-du-jeu-1939-5740-2072527651.jpg

 

Née en octobre 1910 à Paris, elle fut l’inoubliable interprète de Lisette dans le film de Jean Renoir La Règle du Jeu en 1939. Sa carrière sera marquée par des rôles dans environ 160 films, sans oublier de très nombreuses pièces de théâtre et bien des téléfilms… Pour la petite histoire, rappelons que le financier-escroc Stavisky tombera amoureux d’elle alors qu’elle n’a que 15 ans !

Sa carrière sera belle, heureuse et longue, même si avec sa malice coutumière elle intitulera son livre de mémoires (publié en 1992) C’est court la Vie. Sa carrière, sa vie publique, elle y mettra un terme en 2007 en tournant son dernier film, en fait un court-métrage, Curriculum, avec le grand Daniel Prévost. On se souvient de l’avoir encore aperçue en 2010 aux côtés de Danielle Darieux, sur le plateau de Michel Drucker…

Oui, une grande dame, comme l’a écrit Armelle Héliot dans Le Figaro : « Par Jean Renoir, Marcel Carné, Max Ophüls qui la firent tourner, elle appartient à la très grande histoire du cinéma. Par son naturel primesautier, par toutes les comédies auxquelles elle a participé de bon cœur, l’œil rieur et la voix acidulée, elle aura été l’une des comédiennes préférées du public français des années 30 aux années 90 ! Un record de longévité qu’elle n’avait en rien cherché, mais accepté avec la grâce mutine qui la caractérisait. »

A la Semaine du Pays basque, nous avons ressenti avec beaucoup d’émotion sa disparition, car son filleul n’est autre que notre délicieux confrère Alain-Pierre Pereira, qui lui aussi a aimé le théâtre, et demeure un talentueux journaliste. Cet été, il me confiait ses souvenirs dans « Ma drôle de vie » et avait évoqué cette femme si attachante avec laquelle il continuait très régulièrement, à s’entretenir au téléphone. Leur complicité, leurs éclats de rire, leur amour de la vie lui manqueront, c’est certain…

Et souhaitons que lors de la prochaine cérémonie des Césars, alors que l’année dernière on a « oublié » de lui souhaite ses 100 ans, un bel et émouvant hommage lui soit rendu. Mais sa vraie gloire, sa vraie notoriété, existeront avant tout dans le cœur de tous ceux qui la découvriront, par la magie du cinéma, dans l’un des films où, telle une étoile éternelle, elle continuera de briller.

 

Jean-Philippe Ségot.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 7 au 13 octobre 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories