Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 22:48

André Manoukian : je ne suis pas un « pianist hero » !

 

 

andre-manoukian-1.jpg

Crédit photo : François Marquet.


 André Manoukian est le musicien « discret » qui ne se considère pas comme un « pianist hero ». Un amoureux de la voix pour qui c’est le plus bel instrument du monde. Et si fier de ses chanteurs ! Dédé veut nous montrer le jazz comme une musique en mouvement, une musique loin de s’éteindre. Je me suis entretenu avec lui pour sa participation musicale au « Festival Jazz en Mars » à Tarnos le 12 mars prochain.

 

APP : Bonjour André. Le 12 mars vous êtes sur scène avec votre Quartet au « Festival Jazz en Mars ». Qui sont les musiciens qui vous accompagnent ?

AM : Contrebasse : Christophe Wallemme ; batterie : Stéphane Huchard ; saxo et duduk (flûte arménienne) : Hervé Gourdikian. Ce Quartet se démarque par l’utilisation du chant modal arménien aux blues notes caractéristiques.

APP : Comment avez-vous été contacté pour ce festival et quel en sera le programme ?

AM : Tout simplement par mon agent. Quel immense plaisir de (re)venir jouer dans le Sud-Ouest. Nous exécuterons les titres de mon premier album « Inkala » que nous avons perfectionné après deux ans de scène et l’arrivée d’Hervé. Un mélange de compositions originales et folk song. Une invitation au voyage vers l’Orient, sorte de vertige vertical offert aux amoureux du jazz.

APP : Quelle a été votre formation de musicien ?

AM : J’ai commencé enfant par le piano classique, puis la découverte du jazz à mon adolescence où j’étais pensionnaire à la célèbre Berklee School of Music de Boston.

APP : Remontons le temps ; votre belle rencontre avec la talentueuse chanteuse de bal Liane Foly vous fait prendre une autre route, celle de la composition et de la production. Peut-on savoir pourquoi ?

AM : (ndlr : son visage s’éclaire d’un sourire, accentué d’une expression admirative). Parce qu’un jour en studio, j’ai rencontré le plus bel instrument de musique qui soit : LA CHANTEUSE ! (rires). Instrument de prédilection que cette voix féminine, figure mythologique, à la fois muse et sirène qui me fera plonger dans le « côté féminin » de la force.

APP : Après cette fugue musicale de variétés, qu’est-ce qui vous a fait revenir au jazz ?

AM : Ah ! Mon cher, la douloureuse condition du roi Pygmalion lâché par sa créature ! C’est aussi mon Arménie et la musique de mes ancêtres qui m’ont donné un angle original pour aborder l’exercice difficile du trio.

APP : Toujours aux commandes du « Cosmojazz Festival » de Chamonix ?

AM : Oui, bien sûr. Une deuxième édition qui aura lieu du 26 au 31 juillet. Elle reprendra l’origine de concerts en altitude dans le plus bel écrin qui soit : le massif du Mont-Blanc.

APP : Si vous nous parliez de votre album « So In Love » ?

AM : Je me suis enfin senti capable d’aborder le répertoire de grands maîtres qui m’ont tant inspiré : Gershwin, Cole Porter, But Baccarach, trois grands férus de jazz. Alors pourquoi ne pas composer et écrire de belles chansons d’amour, chantées par cette jeune génération de chanteurs qui offre  l’innocence, la fraîcheur, revisitant agréablement les standards.

APP : Lorsque vous participez à la naissance d’un album, avez-vous des exigences artistiques ?

AM : Non. Que les chanteurs aient un « monde », que la couleur soit jazz et soul, oui. J’aime le grain authentique et pas la prouesse technique.

APP : Cher André, peut-on dire que vous êtes un jazzman heureux ?

AM : Oui ! Redécouvrir le plaisir de caresser les touches de mon piano chaque jour et le ressentir comme ma nouvelle… CHANTEUSE ! (rires).

APP : Merci André pour cet agréable entretien. Un petit message avant de nous séparer ?

AM : Merci à vous sympathique journaliste. Etre à nouveau sur scène et offrir mes concerts qui se bonifient, qui progressent, et ce, grâce à mes excellents musiciens. Quel pied ! L’impatience de venir dans la belle ville de Tarnos et jouer pour vous ! Parole de Dédé les doigts de fée ! (rires).

ANDRE-MANOUKIAN.jpg

Jazz en Mars (6e édition) le 12 mars à 20h30 – Salle Maurice Thorez à Tarnos

Tarifs : 1 soir : 15€ - Pass 2 soirs : 25€

Réservations : 05 59 64 49 40

 

Nous parlerons dans notre prochaine édition des deux concerts du « Festival Jazz en Mars » les 11 et 13 mars 2011.

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 mars 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories