Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 18:41

Image3.jpg

 

Caveman… le bon miroir.

 

Pourquoi les hommes et les femmes sont-ils si différents ? Caveman répondra à cette question sur la scène du petit théâtre de la Luna Negra du 6 au 9 et du 13 au 16 juin à 20h30. C’est une comédie intelligente et… miroitante où l’auteur Rob Decker explore avec humour, les rapports entre deux sexes opposés. Certes, l’homme et la femme rien de neuf ! Mais un sujet si universel ! Entretien avec le comédien Kevin Buckmaster.

 

APP : Qui es-tu Kevin ?

KB : Je suis né à Glasgow (Ecosse), et j’ai débarqué très tôt sur le continent avec une attirance infinie et intime pour les régions sauvages de l’Ardèche où j’y ai élu domicile. Ma quête théâtrale a commencé très tôt, toute simple et multiple. C’est par le corps que j’ai commencé à explorer les choses, entre danse, théâtre, masque, marionnettes, mime, et là vie a fait le reste. Je dois également mon métier par les rencontres, les cultures diverses, les découvertes et les histoires qui n’en finissent plus.

APP : En quelques mots, parle-nous de la pièce de Rob Becker « Caveman », mis en scène par Maria Mettral, qui fut jouée dans plus de vingt pays dans le monde et vue par ce nombre hallucinant de … 5 millions de spectateurs…

KB : Petite rectification si tu me le permets : dans 30 pays et traduite dans plus de quinze langues. A l’origine, Caveman était « Au nom de l’homme des cavernes » écrit et interprété par l’auteur Bob Decker. Sa comédie humoristique démontre que les différences entre l’homme et la femme créent le fossé qui est à la source du malentendu et qui nous poursuit depuis le temps des cavernes ! L’homme est un sauvage et la femme une déesse. Mais nous pensons différemment voilà tout. Ce thème n’a rien de novateur, mais il est toujours au centre des intérêts et des conversations. Preuve en est : le public a suivi Caveman pendant cinq années dans différents pays du monde.

APP : Pourquoi cette pièce fut-elle peu représentée en France ?

KB : Une première ébauche avait été montée et jouée en 2002 à Paris, mais ça n’a pas décollé, car la traduction n’était pas bonne. Aujourd’hui, super, elle l’est !

APP : Comment as-tu été contacté pour interpréter ce rôle ?

KB : J’ai été engagé par la Compagnie Islandaise Mogul en 2006 pour traduire et jouer la pièce en version française. Pour incarner ce Caveman introspectif, la production cherchait un acteur qui ne soit ni play-boy ni star. Notre traduction a petit à petit trouvé le bon rythme et les mots justes. Bilingue (je l’ai jouée également en anglais), j’ai adoré cette vision réaliste et puissamment comique du texte. Et la rencontre a été décisive et révélatrice de mon envie de défendre Caveman, pour et avec le public. J’ai été heureux de découvrir que le texte, en français ou en anglais, c’est kif-kif.

APP : Caveman est-il une thérapie pour jeunes amoureux et vieux couples ?

KB : Oui on dirait, puisque chaque génération semble se reconnaître dans ce personnage. L’auteur Rob Decker l’explique à sa façon en précisant que le spectacle permet non seulement de mieux se comprendre soi-même, mais aussi dans la dynamique du couple et que rire ensemble dans le noir est un effet thérapeutique bienfaisant et bénéfique sur la relation.

APP : Personnellement, as-tu assumé ton destin de mâle ?

KB : Comme il est dit dans le texte, j’aime être un homme ! Je n’ai pas de définition toute faite de ce qu’est un homme, je n’ai que des images ! Alors tu vois, j’hésite à enfermer toutes les images dans un album photos. Je crois que je les préfère en vrac et d’en découvrir des nouvelles au hasard des rencontres.

APP : Des projets pour l’avenir ?

KB : Tu as le droit à combien de signes pour ton article sympathique journaliste ? Entre les projets rêvés et ceux qui se réalisent, la frontière est si mince que je ne suis plus sûr si j’avance ou si je recule. Mais… les rêves perdurent, c’est l’essentiel non ?

APP : Avant de nous séparer Kevin, connais-tu le Pays basque ?

KB : Oui, mais peu. C’est adolescent que j’ai découvert la côte sauvage et cette belle région. Cela m’a marqué et j’y suis retourné. Et heureux de venir à Bayonne jouer Caveman pour quelques jours à la Luna Negra et j’espère que le soleil sera au rendez-vous.

 

Kevin Buckmaster est un acteur et explorateur à la formation nomade, rigoureuse, intuitive et hétéroclite qui a fait son apprentissage par des rencontres au gré du vent, en Europe et en Asie. Il nous offre un vrai one man show et une belle prouesse de show man. Un gars qui déploie une énergie communicative, sachant enchaîner son texte naturellement, avec un art de la transition qu’il manie avec la moelle de sa langue et le cœur même. Il garantit un bol d’air qui régénère puissamment l’espace cloisonné du one man show. Il a ce talent inné qui vaut le détour. Un fin et divertissant comédien qui vous donne la pêche ! Et tout ça, c’est Caveman chouette !

 

Kevin Buckmaster – one man show Caveman – du 6 au 9 juin et du 13 au 16 juin – Luna Negra Bayonne logo luna

Tarifs : 14, 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 1er au 7 juin 2012.


Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories