Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 00:16

La petite suite de Dogora … une première mondiale !

 

orchestre-hamonie-biarritz.jpgL’Orchestre d’Harmonie de Biarritz, c’est une politique artistique appliquée et ambitieuse qui vaut à cet ensemble de 60 musiciens d’être reconnu comme une formation de premier plan. Un orchestre qui démontre vitalité, souffle et verdeur qui sont les preuves incontestables d’une valeur musicale.

Sous la baguette de l’émérite chef André Lassus, c’est l’une des meilleures phalanges symphoniques. Au milieu de ses musiciens, il sera au centre de toutes les attentions lors du concert de la petite suite de Dogora composée par Etienne Perruchon, le mardi 8 mai à 18h à la Gare du Midi à Biarritz. Une première mondiale ! Le maestro Lassus sera entouré par la chorale Chantadour dirigée par la chef de cœur Michèle Dupouy et Nathalie Harel pour la chorale des enfants des écoles primaires de Boucau-Tarnos et Anglet. Je suis allé à leur rencontre.

 

APP : Cher André, qu’en est-il aujourd’hui de l’Orchestre d’Harmonie de Biarritz ?

andre-lassus.jpgAL : Ma foi, il ne se porte pas trop mal, je dirai qu’il est bien portant ! C’est toujours enthousiasme et progression que me donnent mes soixante musiciens, dont une grande partie de jeunes étudiants en musique, mais aussi d’anciens élèves de l’Ecole de Musique de Tarnos dont j’ai été le directeur musical. Que nous restions des passionnés, c’est là le premier de mes devoirs. Et surtout pas celui d’être sans vie ! Avec l’Orchestre je vise à faire découvrir la beauté d’une œuvre musicale, mais aussi à aider et inspirer mes musiciens de façon qu’ils fassent tout leur possible pour interpréter et suivre l’idéal d’un compositeur.

APP : Quel est ton répertoire préféré ?

AL : Classique. Dans ce domaine, celui-ci est très vaste, j’aime interpréter Mozart, Wagner, Bach, Verdi, Puccini, la musique de l’époque romantique et surtout, Gustav Mahler.

APP : Comment ressent-on la direction d’un orchestre sur scène ? Vit-on chaque instrument en même temps ou bien garde-t-on une distance nécessaire pour guider toutes les notes ?

AL : j’aurais cette belle image de mes musiciens en les comparant à des miroirs qui reflèteraient les œuvres imaginées par un compositeur. Et le chef d’orchestre, celui qui oriente à sa façon ces miroirs pour qu’ils réfléchissent dans une même unité, la brillance et l’éclat de l’œuvre. Pour moi, il est le chœur central de tous les instruments. Et surtout de penser qu’il ne produit rien à lui tout seul, mais il est celui vers qui tous les musiciens convergent. Je peux t’assurer que lorsqu’on dirige, on brûle ! (rires) avec tous les instruments en même temps. Et c’est euphorisant !

APP : Que souhaiterais-tu dire aux lecteurs de mon blog pour les inciter à venir voir le concert du 8 mai à Biarritz ?

AL : Qu’ils viennent prendre du plaisir à écouter cette œuvre originale et grandiose pour chœur adultes et chœur enfants et orchestre, composée par Etienne Perruchon, perruchon.jpgconnu pour ses musiques de films. Aujourd’hui, grâce aux concerts, des milliers de spectateurs ont découvert la puissance émotionnelle de Dogora. Il faut savoir qu’en 1996, le compositeur fit les premières chansons en « Dogorien ». L’œuvre durait 28 minutes. Dogorien, c’est la langue oubliée d’un peuple disparu. Son appellation vient du nom populaire donné aux nomades originaires de Dogora. Aujourd’hui disparus en tant que nomades, il ne reste que quelques communautés et familles dans certaines montagnes.

APP : Et je m’adresse à Michèle Dupouy…

MD : Je suis la chef de chœur de la chorale Chantadour. J’ai fait mes études musicales au Conservatoire de Bayonne, professeur des Centres Musicaux Ruraux et j’ai complété ma formation par l’étude de la direction d’orchestre et chorale. Depuis 1967, date de la création de la chorale que je dirige. Aujourd’hui, secondée par Nathalie Harel qui assure la technique vocale et qui sera la chef de chœur des enfants présents dans la Petite Suite de Dogora.

APP : Comment avez-vous construit l’équilibre au sein de votre chorale ?

MD : Il faut vous dire que la chorale Chantadour est mixte et que les choristes sont amateurs. J’ai fait en sorte qu’il n’y ait pas de figure de proue, mais que chacun puisse être à un moment soliste. J’essaie de les galvaniser et qu’ils prennent conscience de la place qu’ils ont dans le groupe. Et surtout qu’ils transmettent une émotion aussi fulgurante soit-elle. L’idée est de travailler sans imprimer une esthétique vocale particulière, mais faire en sorte que le chœur soit le plus harmonique possible. Nous sommes actuellement 68, composé de soprani, alti, ténors et basses. Pour le concert, nous seront 63 sur scène et une chorale de 40 enfants qui viennent des écoles primaires de Boucau-Tarnos et Anglet.

APP : Qu’aimeriez-vous dire à mes lecteurs pour les inciter à venir écouter la Petite Suite de Dogora ?

MD : Que nous avons tous une part de nous-mêmes qui a besoin d’un savoir musical. La musique, c’est l’essence universelle de l’être humain quelque soit sa culture ou son origine. La musique fait ressortir ce que l’on a de plus beau en soi. C’est une richesse indispensable. En allant écouter ce concert, vous aurez ce loisir et ce divertissement. Parce que c’est beau, c’est émotionnel et magique.

APP : Des projets ?

MD : En juin nous serons avec l’Orchestre Symphonique de Pau qui donnera le Requiem de Gabriel Fauré.

 

Petite Suite de Dogora – Orchestre d’Harmonie de Biarritz – Gare du Midi à Biarritz – 8 mai à 18h Biarritz Gare du Midi

Tarif unique (hors réservations) : 12€ - Gratuité jusqu’à 12 ans

Réservations : 05 59 22 44 66

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 mai 2012.


Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories