Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 01:18

Boule : un show man qui n’a pas la boule au plafond.

 

Image1-copie-4.jpgHumour débridé et personnages déjantés composent l’univers atypique de « Boule et Compagnie ». Avec ses personnages caricaturés et non caricaturaux, ses réparties au ton juste et acidulées, bouille aux multiples mimiques et au corps en mouvement, Boule a su trouver un style et une couleur. Son écriture sans embarras se révèle efficace et fait la part belle aux situations clownesques. Ce show man qui n’a pas la boule au plafond se produira à la Luna Negra du 19 au 21 juillet à 20h30. Sans détour, il s’est confié à moi.

 

APP : Alors qui es-tu Boule ?

B : Je suis né en 1976 au Pays basque à Bayonne et j’ai grandi à Saint-Martin de Seignanx. Des grands-parents paternels et maternels de Tarnos et Bayonne. C’est au collège que le surnom de Boule m’a été donné, car il y a très longtemps j’étais plutôt rond (rires). Je l’ai conservé car il colle bien à ma personnalité et j’ai décidé d’en faire mon nom de scène. Mon côté artiste je le dois à mon grand-père maternel qui chantait, blaguait et jouait fort bien de l’harmonica. Ma rencontre avec le théâtre s’est faite relativement tard avec la compagnie Les Chimères dans l’atelier de Txomin Heguy. J’y ai beaucoup appris et éprouvé du plaisir. Une excellente troupe. J’aimais faire le pitre devant ma famille, mes camarades de classe, mes potes. J’étais heureux car j’avais mon public. A Madrid, où je me suis installé en 2005, en dehors de mon métier de commercial, je fais partie d’une troupe de clowns et participe à des pièces en français et en espagnol.

APP : Résidant en Espagne, te voilà en France, à Bayonne, pour présenter ton one man show « Boule et Compagnie » sur la scène de la Luna Negra du 19 au 21 juillet. Quelques mots sur ce spectacle ?

B : Un spectacle que j’ai voulu léger, sans passage en force. Mon univers se veut décalé, allègre, saupoudré de cocasserie et la joie qui y règne en maîtresse. Je transforme le monde qui m’entoure en allégorie et en humour. Une heure de sketches indépendants dans un ensemble varié et équilibré. L’ironie toujours légère, sans vulgarité, ni politique. La Luna Negra est un grand rendez-vous pour moi, car elle me donnera l’occasion de montrer mon côté clownesque, ingénu, optimiste, parfois naïf.

APP : Le public constatera-t-il une certaine influence Devos et Dany Boon tes humoristes préférés ?

B : Des humoristes que j’apprécie énormément, mais ce sont les spectateurs qui, après les représentations, m’ont fait la remarque « Vous êtes influencé par Devos ». Je suis flatté par cette comparaison, mais le style Devos ne m’a jamais guidé dans mon écriture. Elle vient de ma propre imagination. Par contre, j’ai découvert l’absurde grâce à lui, et le rire en l’écoutant. J’ai également acquis mon esprit de répartie en écoutant Coluche et quelques comiques qui sévissaient dans les années 85/95. Dany Boon était de ceux-là. Certes, je l’admets, une petite influence Devos/Dany Boon, mais avec l’accent bayonnais ! (rires). Mon spectacle, c’est rions ensemble, amusons-nous dans la joie et la bonne humeur.

APP : Lorsque tu es sur scène, on sent du dynamisme, on remarque tes mimiques à tout va… Mais ne crains-tu pas à un certain moment de sombrer dans la caricature ?

B : Mes personnages sont des caricatures. C’est ça le propre du rire. Par contre, j’essaie de ne jamais forcer le trait. Certes le dynamisme est là, et les mimiques, je ne les renie pas. Un personnage tout seul pourrait être vu comme « extrême ». La caricature devient ironique et le personnage ridicule quand il n’est plus en cohérence avec ce qu’il fait dans une situation donnée. La caricature oui, le caricatural non, parce que cela rendrait le sketch périssable.

APP : Quelle est ton idée première quand tu fais ton show ?

B : Faire rire et amuser, donner du plaisir au public, de partager avec lui. Une idée première et pas la dernière d’ailleurs ! (rires). Je mets de la sensibilité à mon humour et d’avoir une gestuelle burlesque. Donner du relief à chacun de mes personnages. « Boule et Compagnie » c’est de l’énergie positive et de la joie de vivre.

APP : D’où te vient cet intérêt pour le burlesque ?

B : Tout simplement mon côté joyeux luron.

APP : Tu aimes faire rire, c’est évident, mais peux-tu me citer une chose que tu prends réellement au sérieux ?

B : Je suis quelqu’un de sérieux. Je prends tout au sérieux, et je ne prends rien trop au sérieux  (rires). Parce que c’est une question de point de vue. J’ai aussi une part de timidité, mais j’ai assez de confiance en moi pour monter sur scène et laisser celle-ci dans la loge. C’est un peu pareil pour le sérieux. Mais pour répondre à ta question, les choses que je prends réellement au sérieux : les sentiments et les émotions.

APP : Remontons dans le temps, quels ont été tes premiers souvenirs d’humour ?

B : Lorsque je faisais le pitre en classe dès l’école primaire. Puis cela a été crescendo en CM2 lorsque j’avais dix ans. Il y a eu aussi les films avec De Funès et la série des gendarmes. Mais c’est surtout les DVD du regretté Coluche que j’écoutais en boucle qui m’ont entraînés dans une mécanique de réparties comiques. On retrouve ces souvenirs dans mon écriture.

APP : Avant de nous séparer, voudrais-tu nous parler de ton cher Pays basque ?

B : Bayonne et la côte basco-landaise sont rattachés à mon enfance et aux vingt cinq premières années de ma vie. Le Pays basque est une très belle région et difficile de la quitter. C’est le pays qui m’a donné le jour, le pays où je me sens bien, où il fait bon vivre, mais aussi parce que c’est chez moi. J’aime beaucoup Bayonne et c’est toujours avec grand plaisir que j’y reviens. Et deux fois plus heureux, car je serai sur les planches de la Luna Negra. Que demander de plus ? Que cela continue sûrement à venir respirer mon air natal ! (rires).

 

Boule et Compagnie – du 19 au 21 juillet à 20h30 – Luna Negra Bayonne logo luna

Tarifs : 12, 9 et 6€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 13 au 19 juillet 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories