Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 00:45

Frères de sang, sobriété et efficacité exemplaires.

 

freres-de-sang.jpgDos à Deux, Frères de sang © Xavier Cantat.

 

Multiples rebondissements, quatre personnages bien cernés, répliques coupantes et tranchantes qui font mouche, le tout bien ficelé le temps d’une heure et demie de spectacle. Ce sont là de bons composants pour un théâtre visuel et gestuel empli d’émotions et de poésie. On peut être rebuté par ces clichés et ces règlements de compte entre famille, mais l’humour et la tendresse prennent le dessus et c’est ce que l’on demande à une bonne comédie. Arthur Ribeiro et André Cuti nous offrent leur création « Frères de Sang » une sobriété et une  efficacité exemplaires.

Entretien avec deux des quatre comédiens : Cécile Givernet et Matias Chebel qui seront sur la scène du Théâtre de Bayonne les 22 et 23 avril à 20h30.

 

APP : Comment s’est faite votre rencontre avec les auteurs et metteurs en scène de « Frères de Sang », Arthur Ribeiro et André Cuti ?

CG : Par le biais d’une audition pour la pièce « Fragments du désir » et parce que je connaissais leur travail depuis ce spectacle-là et une seconde audition pour « Frères de Sang ».

MC : Ma rencontre avec Arthur et André s’est faite en 2003 à la création de leur pièce «Fragments du désir » et depuis, je poursuis une étroite collaboration avec eux. Et je suis dans la distribution de « Frères de Sang ».

APP : Cécile, toi tu viens de la danse contemporaine et tu es aussi marionnettiste. Peut-on savoir comment tu as appris ton métier de comédienne et qu’est-ce qui t’a donné envie de l’être ?

CG : Plus danseuse, car l’univers théâtral n’était pas quelque chose que je recherchais, je parlais plus avec mon corps qu’avec ma voix. Ensuite mes études m’ont conduite auprès de Rui Frati du Théâtre de l’Opprimé où je joue et me forme au théâtre-forum. Puis toujours à suivre une formation au théâtre classique et contemporain dans la Cie La Strada et du langage corporel au Théâtre du Mouvement. Ensuite le rapport à l’objet dans des compagnies de marionnettes. « Frères de Sang » est ma première collaboration avec Arthur Ribeiro et André Cuti.

APP : Toi Matias tu viens également de l’univers de la danse, art que tu as exercé dans ta ville natale Buenos Aires. Mais également comédien ?

MC : Absolument, comédien entre autre, mais je précise dans une forme de théâtre très physique. Bien sûr ma principale activité avant ma rencontre avec Arthur Ribeiro et André Cuti, c’était la danse, mais aussi le chant, puisqu’entre 2007 et 2009, j’intègre la distribution originale de la version française de la comédie musicale « Le Roi Lion » à Paris, spectacle dont j’ai la fierté de dire, qu’il a été récompensé par trois Molière. Ensuite, je suis revenu à la source théâtrale grâce à mes formations dans différentes compagnies, tant à l’étranger qu’en France.

APP : Quel est votre rôle dans cette création récente qui date de mars 2013 ?

MC : Celui du troisième frère qui arrive le dernier dans les souvenirs, qui va révéler pas mal de secrets dans cette famille, qui va provoquer des réactions émotionnelles. Ce qui m’a attiré, c’est la continuité de ma collaboration avec cette compagnie depuis « Fragments du désir » et surtout d’explorer mon travail théâtral avec Arthur et André. Cette année, j’ai un rôle d’assistant à la mise en scène, ce qui me permettra de m’approcher de plus en plus de leur langage, de leur univers si particulier.

CG : Celui de la mère de trois garçons, qui est submergée dans leur prise en charge. Qui est pleine d’amour et elle reste sans mot face à ces retrouvailles tendues, à la limite de l’implosion le jour de l’enterrement du père. Ce rôle m’offre une grande palette de jeu très agréable avec cette famille chaotique.

APP : Quelle sera votre actualité après « Frères de Sang » ?

MC : Avec la pièce, nous allons faire le Festival d’Avignon, puis nous la présenterons deux mois à Rio. Mais aussi des projets dans le domaine de la chanson, car cela me tient à cœur.

CG : J’aime effectivement m’inscrire dans les projets et surtout dans le désir des autres. Je me suis actuellement épanouie dans la compagnie Dos à Deux et surtout de servir la poésie d’Arthur et André. J’aime le langage de leurs histoires. Etre dans un cocooning théâtral. C’est la même actualité que Matias.

Compagnie Dos à Deux, « Frères de Sang » - 22 et 23 avril à 20h30 – Théâtre de Bayonne  2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 25, 22 et 15€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 19 au 25 avril 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories