Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 23:24

La renaissance d’une costumière.

 

Image2.jpgL’association Mosaïque de Bidache a fait appel à Christiane Bastien pour confectionner les costumes des acteurs des jeudis de Bidache. Passionnée d’histoire, Christiane a réalisé 40 costumes, du bourgeois au paysan, en passant par le garde Gramontois.

 

MG : Comment êtes-vous devenue la costumière des jeudis de Bidache ?

CB : Je suis costumière depuis 25 ans. J’ai démarré à la fois en tant que figurante et costumière pour des spectacles historiques. Plus tard, j’ai surtout travaillé avec les écoles de danse. Dans ce cadre-là les costumes étaient imposés. Je ne créais plus. J’ai donc arrêté momentanément mon métier. En 2011, lors d’un concert, j’ai rencontré par hasard Michèle Dell’isola de l’association Mosaïque. Elle m’a raconté le travail de l’association. Le feeling a été immédiat. Passionnée d’histoire, j’ai tout de suite senti que c’était une occasion de renouer avec mon premier métier. J’ai proposé à l’association de réaliser les costumes des scénettes, ce qu’ils ont accepté sans hésitation. L’association m’a laissé carte blanche. J’ai créé chaque costume de A à Z, du patron jusqu’au dernier ourlet. Ma seule contrainte a été de respecter la mode des époques Henri IV et Louis XIV.

MG : Où puisez-vous l’inspiration pour recréer de façon réaliste les costumes d’époque ?

CB : En tant que passionnée d’histoire, les deux époques mises à l’honneur à Bidache ne m’étaient pas inconnues. Pour compléter mes connaissances j’ai regardé beaucoup de films historiques et je suis allée sur internet. Ce travail de recherches ne m’a pas coûté, bien au contraire ! Je me suis nourrie d’Histoire au quotidien. Mon but a été de coller au maximum à la mode de l’époque tout en laissant une grande part à mon imagination.

MG : Quand avez-vous commencé la confection des costumes ?

CB : Je travaille tous les matins dans mon atelier depuis le mois de mars. J’officie seule, chaque costume me demande environ huit heures de travail. Je choisis toujours mes tissus avec soin. Associé au coton, j’ai utilisé des étoffes nobles comme la dentelle, le taffetas, le velours et le satin. Même les costumes de paysannes comportent de la dentelle. J’ai mis un point d’honneur à ce que chaque acteur du spectacle se sente bien dans son costume et le trouve beau. Pour cela, j’ai soigné les coupes et adapté les couleurs à chaque personnage. J’ai mis tout mon cœur dans les costumes. Image3.jpg

MG : Qu’apportent les costumes au spectacle ?

CB : Je pense que le costume aide d’abord l’acteur à se sentir pleinement dans son rôle. Les acteurs se libèrent quand ils sont en tenue d’époque. On a tous rêvé un jour de se déguiser en princesse ou en chevalier. Les costumes permettent de réaliser ce souhait. Les acteurs étaient très impressionnés par la qualité des costumes. Ils se sont tous prêté au jeu lors des essayages qui nous ont valu une bonne séance de fou rire. Il me semble que les costumes offrent du rêve au spectateur. On leur offre le bonheur de changer de monde en faisant ainsi revivre le passé le temps d’un spectacle. Le costume permet de s’immerger complètement dans l’époque. Les spectacles sont beaucoup plus vivants dès que le costume fait son entrée.

MG : Avez-vous un coup de cœur pour un costume en particulier ?

CB : C’est difficile, tous les costumes me plaisent. J’ai toutefois une petite préférence pour le costume de Corisande. C’est le personnage que j’admire le plus. Corisande était la Comtesse de Guiche et la maîtresse d’Henri IV. C’était une femme passionnée et très cultivée. C’est la seule maîtresse à qui le roi est resté fidèle. J’ai confectionné pour elle une robe bordeaux et bleu roi en parfait accord avec son caractère. Mais tous les costumes ont leur attrait, j’ai mis un peu de ma personne dans chacun d’eux.

 

Maïte Garra.

m.garra@lasemainedupaysbasque.fr

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 20 au 26 juillet 2012.

2012-07-21_233103_cr.jpg


Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

Patrick Baylou 28/07/2012 22:59


Bonjour,

Je vous envoie ce petit mot pour vous remercier de l'article qui est paru dans "la semaine du pays basque". Nous avons eu énormément de visiteurs pour notre Jeudi du 12 juillet (180 contre 70
l'an dernier pour le premier Jeudi). L'ensemble de la soirée semble avoir été appréciée par les participants et c'est une grande satisfaction pour nous. Votre article devrait attirer un peu plus
de monde encore pour le second jeudi (s'il ne pleut pas). Il va nous falloir relever le défi de gérer un groupe de cette importance. Dans le cadre de la visite d'un village, c'est loin d'être
évident mais ne nous plaignons pas. C'est une chance d'avoir un tel succès. Pourvu que ça dure.
Merci encore pour votre article.
En espérant vous voir à l'un de nos Jeudis

Cordialement

Patrick Baylou - Président de l'association Mosaïque.

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories