Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 21:24

CEL 3 … un groupe qui ne manque pas de celte !

 

À travers le temps, la musique celtique irlandaise ou bretonne a su émerger de l’oubli par la passion d’un peuple qui est retourné à ses racines et qui a donné le pullulement à toute la planète. Les mélodies racoleuses et l’aisance à la façonner lui ont rendu ses lettres de noblesse. Cel 3 en est la tête de file. À l’occasion de leur tournée en Pays basque, rencontre avec Christophe Duguet.


 24262211-jpeg_preview_medium.jpg

APP : Bonjour Christophe. N’étant pas Breton pur beurre puisque basque de naissance, voudrais-tu  me dire d’où te vient cette passion pour la musique celtique ? Pourquoi avoir baptisé ton groupe Cel 3 ?

CD : Exact, né à Bayonne et vécu à Bardos, un petit village qui est, sans prétention aucune, à la pointe de la culture. À 16 ans, je jouais de la guitare dans un groupe de hard rock, très inspiré par la musique anglo-saxonne et parallèlement, je dansais dans un groupe folklorique basque « Lagunekin » de Bardos. Un jour, j’ai découvert l’Irlande et cela a été le déclic naturel pour la musique celtique, trouvant des similitudes avec la musique basque. En 1999 avec Hervé Pedeflous nous avons joué des morceaux irlandais. Puis Jean-Pierre Richepin est venu nous rejoindre avec son banjo. Ainsi est né le groupe Cel 3. Cel est l’abréviation de celtique et 3 parce que tout simplement nous étions trois (rires). Très vite, nous avons rajouté de la basse et le « kick » tom bass, autrement dit la grosse caisse. Depuis nous avons intitulé notre musique le « Irish and roll ». Notre premier concert a eu lieu à la Saint Patrick au Katie Daylies, un pub à Bayonne.

APP : Quels sont les chanteurs ou musiciens qui t’ont influencé ? Et quelle est ta recette pour composer cette musique attractive ?

CD : Sting et le groupe Police, mais aussi dans sa carrière solo. Pour la musique irlandaise, il y a Solas, Lunasa et Celta Cortos pour les avoir beaucoup écouté. Pour Dominic l’anglais, c’est plutôt les Beatles et pour Xabi le basque, c’est Berri Txarrak. Et le mixe de toutes ces influences font de Cel 3 le groupe bigarré qu’il est devenu aujourd’hui avec une passion commune, la musique irlandaise. Je n’ai pas de recette particulière et notre devise est « se faire plaisir et tant mieux si cela plaît ». À présent, la bombarde et la cornemuse n’ont plus de secrets pour nous ! (rires).

APP : Pourquoi ce choix de chanter en plusieurs langues ? Et qui sont tes musiciens ?

CD : parce que nous parlons anglais, portugais et basque. Il y a Dominic Earl à la guitare, mandoline et chant, Xabi Etcheverry au violon et chœur et moi-mêmem au chant, basse, kick et banjo. Les invités sur Faraway Hain Hurbil sont Gurvan Guillaumin au Uilleann pipe, Patxi Amulet à l’accordéon, Line Jabs Bredzinski au violon et Laurent Aubry à la batterie.

APP : Parle-nous de ton dernier opus « Faraway Hain Hurbil »…

CD : C’est une ode à la fête entre irlandais et basques. Deux pays qui se ressemblent par leur musique, leur paysage, mais aussi par la proximité de la mer et des montagnes et sans oublier leur caractère chaleureux. Faraway Hain Hurbil veut dire « au loin si proche ». Quant à ses quelques titres comme The Hate Train (train détesté) qui parle d’un projet actuel ici au Pays basque : la LGV, nous avons pris le parti de dire non ! Jo Segi Ainstzina qui signifie (continue) est l’histoire d’une jeune fille qui attend désespérément le retour de son homme parti aux Etats-Unis au début du siècle pour y chercher fortune, et noie cette attente dans l’alcool. Nous avons gardé comme sur l’album précédent (le banako) un fragment du répertoire folklorique basque arrangé à notre façon. Là il s’agit du carnaval de Lantz (Lantzeko Ihauteria).

APP : Quels sont tes projets à plus ou moins long terme ?

CD : Une année riche de rencontres après la sortie de notre 3ème album et un DVD « Once upon a time in Euskal Herri » sorti en 2010 qui au-delà de l’hommage rendu à la danse basque est un authentique voyage en Irlande et tous les souvenirs lors de nos concerts. Nous sommes sur les routes et je l’espère pour longtemps. Je tiens à remercier ceux qui nous encouragent et nous soutiennent (ils se reconnaîtront). Et quelques dates de concerts en juillet : le 17 à Hendaye, les 19 et 23 à Saint-Jean-de-Luz, le 24 à Béhobie (Espagne) et le 31 à Espelette. En août : le 5 à Anglet, le 13 à Urt, le 15 à Bardos et le 19 à Pau. En septembre : le 24 à Briscous. Comme tu peux le constater, nous avons du pain sur la planche ! (rires).

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 15 au 21 juillet 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories