Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 20:11

P.P. Les petits cailloux : sur le chemin de la for^et, tu les sèmeras !

 

Image1.jpgOn pourrait commencer par… il était une fois un tout petit garçon débrouillard… c’est une belle histoire. Comme disait Sénèque « La vie ressemble à un conte ; ce qui importe, ce n’est pas sa longueur, mais sa valeur ». P.P. Les petits cailloux d’Annabelle Sergent ne perd pas ses pouvoirs magiques, même lorsque nous grandissons ! Elle a choisi le comédien Christophe Gravouil pour l’interpréter sur la scène du Théâtre de Bayonne, qui aborde avec talent, cette légèreté et cette naïveté qui font parfois la force et place à tous les subterfuges que l’imaginaire vif et malicieux enfantin permet.

Entretien avec Christophe.

 

APP : Bonjour Christophe. En quelques mots, quel a été ton parcours artistique ?

CG : Déjà enfant, je faisais de la musique, du chant et de la danse. Et dès mon adolescence, mes pas m’ont guidé vers le théâtre. J’ai suivi des cours au Conservatoire d’Art Dramatique d’Angers, et j’ai eu mon premier rôle professionnel au Nouveau Théâtre d’Angers à 21 ans. Plus tard, ma profession m’a conduit à travailler à Paris, Besançon, Auxerre… Au fil des rencontres, je me suis spécialisé, malgré moi, dans le théâtre contemporain et pour des auteurs étrangers. P.P. Les petits cailloux est mon premier spectacle jeune public.

APP : Comment as-tu eu l’opportunité de jouer dans ce spectacle ?

CG : Je connaissais depuis longtemps Annabelle Sergent qui à l’initiative de la Cie Loba. Nous avions fréquenté le même Conservatoire à Angers, mais pas la même époque. Et j’avais vu P.P. Les petits cailloux en Avignon. Nous avons eu envie de travailler ensemble, mais l’occasion ne s’était jamais présentée. Alors, lorsqu’elle a cherché un comédien, j’ai passé l’audition. Au début, j’étais habité par le doute : remplacer une jeune femme à l’énergie si particulière, sur le solo qu’elle avait créé, ne me semblait pas une évidence ! Et puis, elle m’a choisi et m’a convaincu (rires).

APP : Quel plaisir as-tu pris à jouer devant un jeune public ? Une formation au préalable f^ut-elle indispensable ?

CG : Avec ce spectacle, je suis allé de découverte en découverte. Les premières représentations ont été des moments très forts pour moi, car les enfants ne trichent pas. S’ils s’ennuient, ils vous le font savoir sans ménagement, parfois bruyamment ! Mais ils le font aussi lorsqu’ils trouvent cela drôle, émouvant ou lorsqu’ils ont peur. C’est une émotion à l’état brut. Du coup, c’est extrêmement stimulant, surtout que ce spectacle laisse une énorme place à l’imaginaire. Annabelle m’a beaucoup aidé dans ce sens. On a travaillé plus de six semaines sur cette partition.

APP : Comment qualifierais-tu ce spectacle écrit par Annabelle Sergent et Vincent Loiseau ?

CG : En plus de l’écriture, Vincent fait aussi du slam sous le nom de Kwai. On sent parfois dans le texte, un rythme, un souffle. Annabelle, quant à elle, a une formation de conteuse. Elle a également travaillé pour des danseurs. Tout converge à stimuler l’imaginaire du jeune spectateur et moins jeune aussi : la voix qui change selon les personnages, le corps qui se transforme. Ce spectacle, c’est une prise de risque incroyable : seul en scène ! Une musique rock qui accompagne, aucun décor, si ce n’est l’espace découpé par les éclairages. Le plus important, finalement, c’est la connivence avec le jeune public, car tout le monde connait l’histoire du Petit Poucet. Mais là, on joue avec des codes, on les dynamite, on s’en éloigne parfois pour mieux raconter la famille, la solitude, les peurs de l’enfance…

APP : Avant de nous séparer, et tout en te remerciant, quels sont tes projets et rêves pour 2014/2015 ?

CG : Annabelle va rejouer P.P. Les petits cailloux et m’a proposé de jouer en alternance la saison prochaine. En septembre, je joue dans une création écrite et mise en scène par Solenn Jarniou « Le manager, les deux crapauds et l’air du temps », moitié en alexandrins, moitié en argot. Je poursuis toujours la trilogie Asphalt Jungle avec le Théâtre du Rictus, mis en scène par Laurent Maindon, sur des textes de Sylvain Levey (nous tournons notamment en Serbie). J’ai également un projet de création avec un metteur en scène et musicien de Nantes, Guillaume Barriou, qui travaille d’après le roman de Rodrigo Fresan « Mantra ». Et j’espère après tout cela, me consacrer du temps de libre en rendant visite à mes amis de Saint-Esteben où j’ai passé toutes mes vacances de jeunesse et de profiter pleinement de mes … quatre enfants ! (rires).

 

Comme on le dit souvent : quelquefois, cependant, c’est le petit marmot qui fera le bonheur de toute la famille. Ce n’est pas le Petit Poucet qui me dira le contraire !

 

Le Cie Loba présente Christophe Gravouil dans P.P. Les petits cailloux d’Annabelle Sergent et Vincent Loiseau – 28 janvier à 20h30 – 29 janvier à 15h – Théâtre de Bayonne

Tarifs : de 12 à 16€ (places numérotées)

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

Spectacle à partir de 8 ans

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 24 au 30 janvier 2014.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories