Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 21:44

David Cairol : une belle signature musicale.

 

304285_10151360268754390_1738393307_n.jpg

Copyright fredprat.com

 

Le premier album « Initiales » du chanteur David Cairol va être dévoilé en avant-première, le 22 février à 20h30 aux Ecuries de Baroja à Anglet, avant sa sortie nationale prévue le 18 mars. On découvrira son talent exposé comme un étendard reconnu du reggae jamaïcain, mais qui surfe aussi sur un mélange de styles. Découvrez l’interview d’un artiste qui nous offre une belle signature musicale !

 

APP : Comment vas-tu David ? 2013 marque combien d’années sur la scène du reggae français ?

DC : Je vais plutôt bien et heureux d’en parler avec toi. Ce début de nouvelle année s’annonce pour moi comme la concrétisation d’un gigantesque travail en studio et sur scène, avec quelques variations, comme les doutes, les espérances, les déceptions, les joies, mais pour une finalité où je retiens la naissance de mon premier album « Initiales ». Et heureux d’être toujours soudé avec mon équipe de musiciens qui a toujours cru en moi, sans oublier ma famille, mes amis et le public qui me suit et qui attendait avec impatience, la naissance du bébé ! (rires). 2013, c’est également un anniversaire, car cela fait dix ans que j’ai fait mes premiers pas sur scène.

Mais je ne me sens pas appartenir à la scène du « reggae français » et je n’ai pas l’impression, même si je joue certains titres purement « reggae », je dirais que ma musique est un mélange de styles, où chacun se retrouve à sa façon, selon sa sensibilité.

APP : Alors justement parlons de ce premier album qui sortira en mars de cette année… Je voudrais que tu en dises plus pour nos lecteurs. Et puis connaître ton meilleur souvenir durant l’enregistrement…

DC : Cet album est un arc-en-ciel de toutes mes influences et inspirations musicales, un melting-pot de différents styles de musique que j’aime le plus, à la fois jouer et écouter. J’ai vraiment essayé de ne pas m’asseoir sur une manière de composer et d’arranger, mais vraiment de m’écouter. Des titres « très reggae », d’autres qui tendent plus vers la soul, folk ou l’afro beat. Certains y trouveront des atmosphères jazzy, blues… Certains diront qu’il y a de l’énergie rock. Quant au souvenir, c’est celui où j’enregistrais à Grenoble avec Natty et certains musiciens du groupe « Sinsemilia ». Je pense au titre « Distille », qui a pour moi la super énergie. Je travaillais à huis clos, jour et nuit, c’était épuisant, mais je garde des images telles que le partage des sourires et des sons plein la tête.

APP : Présente-nous les musiciens qui seront à tes côtés pour le concert du 22 février aux Ecuries de Baroja…

DC : Il y aura Xabi Mallet à la basse, chœur et beat box, Jérôme Martineau à la batterie, clavier et chœur, Paul Vernheres à la guitare et Fred Faure aux percussions, clavier et chœur.

APP : Que penses-tu du reggae français actuel ? Selon toi, cette musique se démocratise-t-elle plus qu’avant ?

DC : Pour être franc, je n’écoute pas le reggae français, mais celui jamaïcain ou étranger. Les derniers artistes qui m’ont influencé : Damian Marley et l’italien Alborosie. Je te dirais que j’écoute diverses musiques. Je te citerais Bob Marley qui disait : « Le reggae ne fera que grossir, grossir et grossir jusqu’à toucher les bonnes personnes ». Je pense que 35 ans en arrière, il avait prédit la chose, et la popularité du reggae n’a fait que grandir, cette musique touche toutes les classes, toutes les sensibilités, tous les âges. Et que partout dans le monde, on trouvera toujours un badge, on verra toujours une affiche, un tee-shirt à l’effigie de Marley ou du reggae. C’est une musique qui rassemble de plus en plus.

APP : Et l’actualité de David en 2013 ?

DC : Avant tout, le concert d’avant-première de mon album aux Ecuries de Baroja  le 22 février. Puis la tournée, en Bretagne du 15 au 24 mars. Le 21 mars, je fête la sortie du CD au Zèbre de Belleville (Paris). Puis en Rhône-Alpes en avril. Une première partie de Flavia Coelho aux Bourdaines (Seignosse) le 4 mai. J’espère faire quelques festivals cet été, dont quelques dates sont arrêtées… Affaire à suivre et qu’on me suive ! (rires). Permets-moi un peu de pub, pour plus d’infos et suivre mon actu, retrouvez-moi sur www.facebook.com/davidcairol.officiel et également sur www.davidcairol.com .

 

David Cairol – « Initiales » - 22 février à 20h30 aux Ecuries de Baroja Anglet baroja

Tarifs : Prévente : 6.70€ Plein tarif : 8.70€ Sur place : 10 et 8€

Réservations : 05 59 58 35 60

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 15 au 21 février 2013.


372914_227712884031532_1273841939_n.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories