Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 21:07

Le regard de l’homme sombre : belle offrande d’humanisme.

 

PTDP-RegardHommeSombre_3.jpgLe Petit Théâtre du Pain avec sa création « Le regard de l’homme sombre » qui sera jouée le 11 aout  à 17h30, boulevard des terrasses à Cambo-les-Bains, a su accomplir sa fonction humaniste et participer au bannissement de toute exclusion, sans pour autant être démago ou ennuyeux ! Pour en parler, j’ai rencontré le metteur en scène Fafiole Palassio.

 

APP : Tout d’abord Fafiole, que raconte la pièce d’Ignacio Del Moral « Le regard de l’homme sombre » ?

FP : « Le regard de l’homme sombre » est une captation de l’effarante bêtise humaine. Jetés par-dessus bord pendant leur traversée, deux hommes noirs échouent sur une plage d’Espagne. Un seul a survécu. Un peu plus loin, derrière la dune, papa, maman, fiston, la puce, s’adonnent à la pèche à la coque. Hélas, la caractéristique des cons, consiste en un besoin irrésistible de s’habiller comme tout le monde ! Lorsqu’il surgit « l’autre sauvage des Caraïbes », on cède à la panique, contre toute forme de raisonnement, on juge le primitif sans observer ni la trivialité de son propre langage ni ses comportements primaires, on frise le délire paranoïaque et l’hystérie. Non, Monsieur et Madame tout le monde, n’ont pas plus d’à-propos que des lapins détalant en pleins phares. Alors que les fantômes de l’impossible exil palabrent doucement à l’oreille de l’échoué, des fantasmes et des clichés pourvus de grandes dents se dressent comme des ombres. One ne peut pas ôter la bêtise, ce don génial qu’elle a de nous navrer autant que nous faire rire. « Il faut rire de tout » disait Desproges, c’est extrêmement important, car c’est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.

APP : Voudrais-tu exprimer en quelques mots ta mise-en-scène ?

FP : On peut parler ici d’une sorte de carrefour en forme de rond-point, un espace capable de raconter aussi bien l’arène que l’idée scénographique de l’expression populaire « Tourner autour du pot ». De la même manière, si les costumes taillent les silhouettes, les cultures et les âges, on a joué de conventions pour le traitement des personnages : de la peinture noire pour les noirs, de la crème solaire grossièrement appliquée pour les blancs … Et que ça ne se mélange pas ! La pièce est courte, nerveuse, et invite l’acteur à l’urgence. Il en va autant de l’énergie dans le flux-tendu des dialogues que dans leur incarnation. Simple, vif, le texte est dénué de psychologie pour la simple et bonne raison que le ressort même de la panique n’a rien de psychologique. On ne cherchera pas à imiter des « noirs » pas plus que des « enfants » car ce serait peut-être une réduction inconvenante. On conviendra plutôt de jouer, selon les règles de l’enfance, à « on dirait qu’on serait des… ».

APP : Comment s’est déroulé le travail avec les comédiens ?

FP : Comme d’habitude, tous les comédiens se sont essayés à tous les rôles pendant une période, puis se sont vus distribués au terme de ce qu’on appelle ‘l’évidence’. Pour cette création, il nous a fallu aller à l’essentiel et être plus que jamais en confiance puisque nous avions fait le pari d’un montage du spectacle en 29 jours ! Je crois que c’est précisément parce que nous sommes comme les doigts de la main que ce type d’aventure express est possible. Six comédiens sur le plateau qui comme d’habitude joueront en intérieur comme en extérieur. Voilà pour la carte d’identité formelle.

APP : Quels publics vises-tu avec ce spectacle ?

FP : Tous ! Même si je pense sincèrement qu’il mérite d’être vu en famille. C’est un bon support pédagogique et un sujet de société qui gagne à être regardé par les jeunes.

 

Dans le cadre des Fêtes des Villages de Cambo et d’Ascain – Cie Le Petit Théâtre du Pain – dimanche 11 aout à 17h30 – Boulevard des terrasses Cambo-les-Bains

Egalement le 15 aout à 15h au Fronton du bas-Xurio à Ascain.

Tarifs : Gratuit

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 9 au 15 aout 2013.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories