Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 16:08

Frédéric François

Une chanson d’amour, c’est la rente du cœur !

 

FF.JPGConcert Biarritz dimanche 25 novembre à 16 heures – Chanteur adulé et courtisé, Frédéric François a toujours chanté l’amour. Une carrière aussi exemplaire que singulière, triomphale que discrète, avec pour leitmotivs, des thèmes en forme de valeurs universelles : l’amour, l’espoir, la tendresse, la sincérité. Des thèmes que l’on retrouve dans son dernier album « Chanteur d’Amour ». De succès en tubes, le sicilien au grand cœur est devenu un chanteur de charme intemporel très proche du public français. Le crooner belge d’origine italienne, à qui l’on doit mon cœur te dis-je t’aime, on s’embrasse, on oublie tout, l’amour à l’italienne, se produira dimanche 25 novembre à 16 heures à la gare du Midi, où il offrira plus de deux heures, un concert bonheur, interprétant ses plus grands succès. Il fêtera aussi ses 40 ans de carrière. Je ne voulais pas rater l’occasion d’une interview avec un artiste accessible, simple, généreux et surtout sans détour.

 

APP : Avant de te poser mes questions, je voudrais savoir qui a choisi ton pseudo, puisque pour l’état civil tu es : Francesco Barracato ?

FF : Pas permis d’avoir dans le monde la chanson des années fin 60 un nom de scène italien, un nom difficile à retenir. Donc F. B. est devenu dans le début des années 70 : Frédéric François. Parce qu’également nous aimions la France, même si notre terre d’asile était la Belgique.

APP : Ton répertoire est lié à l’amour et aux femmes. Peut-on te considérer comme un passeur d’amour, parce que tu es italien et que l’amour est primordial dans ta vie ? Ou est-ce parce que tu considères que les femmes s’abandonnent plus pour une chanson ?

FF : Tout simplement je chante l’amour parce que je leur ressens au plus profond de moi. Ayant eu l’exemple de mon père qui ne chantait que des chansons d’amour en italien le dimanche matin. J’ai toujours ce souvenir lorsqu’il m’emmenait au café sicilien pour que j’interprète O sole mio, debout sur une table. Donc bien imprégné de ce beau sentiment. Jusqu’à la fin de ma vie je crois que je resterai toujours un chanteur d’amour (rires). Mais en réalité, je suis un grand timide et je ne suis un séducteur que sur scène.

APP: Le dimanche 25 novembre à la Gare du Midi, tu fêteras avec le public tes 40 ans de carrière, 40 ans d’amour avec lui. Alors « ilcantante di amore » va-t-il le surprendre, le faire rêver, ou qu’aura-t-il encore à lui dire ?

FF : Ce sera une grosse production et un concept show. Le fil conducteur fera référence à mes chers parents avec ils ont fait un rêve, donc des photos de famille projetées sur l’écran et plein de souvenirs au début de ma carrière. Il y aura un décor de murs led, des projections de photos qui retracent 40 ans de carrière, de tranches de vie. Je chanterai 24 chansons, mes  incontournables et quelques nouveautés de mon dernier album « Chanteur d’Amour ». Je rendrais également hommage à ma Sicile en chantant le parrain. Il y aura une séquence interactive où le public choisira des titres des années 8090 et sur l’écran il y aura le clip original de la chanson choisie. Ce qui me permettra de faire connaissance avec lui et de lui parler. Et bien sûr, à cette occasion, il y aura des anecdotes. Deux heures de spectacle où règneront l’amour, la joie, le bonheur est la tendresse.

APP : Marié depuis 42 ans « Noces de Nacre » à Monique qui t’a donné quatre enfants, lui dis-tu toujours « je t’aime » ?

FF: Bien sûr ! Et j’essaie que le mot je t’aime brille de mille feux dans le cœur de ma femme, et le plus longtemps possible (rires). J’aime offrir des fleurs, fêter la Saint-Valentin, l’emmener au restaurant, en vacances. Oui, c’est ma façon de lui dire je t’aime.

APP : Quelle est la chose la plus dingue que tu es faite pour elle ?

FF : Faire l’aller-retour dans la journée en avion, destination Venise pour aller déguster des pâtes à l’italienne et se promener ma dans la main dans la ville.

APP : Quelle est la chanson qui séduit et touche le cœur des femmes ?

FF : Il y en a deux : mon coeur te dit je t’aime et je t’aime à l’italienne. Je suis là pour les séduire sur scène, pour leur chanter des chansons d’amour qui leur rappelle des souvenirs amoureux. En les interprétant, c’est comme si je leur disais bonjour et faire connaissance. Mais il faut te dire qu’il commence à avoir autant d’hommes que de femmes à mes concerts. Car eux aussi, pensent à des souvenirs heureux mais que je n’espère pas malheureux. Oh surtout pas ! (rires). Même des jeunes me découvrent.

APP : Ce n’est pas un peu gonflant d’être toujours considéré comme le chanteur d’amour de ces dames ?

FF : Non, pas du tout, même si la critique est un peu aisée. Ce qui est formidable, c’est de donner du bonheur au gens et de durer. Être ce chanteur d’amour, je l’ai aussi voulu.

APP : S’il fallait que tu choisisses deux ou trois chansons d’amour, ce seraient lesquelles ? Une  chanson d’amour que tu aurais aimé écrire ?

FF : Une chanson que j’ai écrite qui s’appelle l’amour fou et mon premier succès comme je t’aime qui ont une signification pour moi dans le temps. Et puis celles qui ne sont pas très connues comme le strapontin de papa, mamina et une chanson écrite pour ma fille Victoria fou d’elle. La chanson que j’aurais aimé écrire : ne me quitte pas de Jacques Brel.

APP : Outre le sentiment d’amour, quel regard portes-tu sur les autres ?

FF : Comme j’aime énormément la vie, que je suis croyant, des valeurs qui me sont propres, le regard que je porte, c’est le respect que j’ai envers les autres. J’aime prendre le temps de parler, de sourire, quelqu’un qui m’aborde, même maladroitement ou même qu’il me blesse dans ses propos, je réagis toujours avec calme et sourire. Je tends toujours la main vers l’autre. Et je participe chaque année au « télé-vie » en Belgique, un peu comme le téléthon en France. Et cela, depuis 25 ans.

APP : Ta dernière joie ? Ton plus grand regret ?

FF : La toute dernière : la naissance d’un enfant. Quant au regret : que mes parents ne soient plus là, car il ne voit pas ce que je suis devenue grâce à eux par leurs sacrifices, parce qu’à la maison il n’y avait pas d’argent, et que mon père se tuait à la tâche dans une mine de charbon.

APP : Comment se passe ta journée marathon depuis mars 2012. Des projets pour 2013 ?

FF : Magnifique ! De grands moments passés avec mon public fidèle. Le plaisir intense de le retrouver tous les deux ans et de partager avec lui mes moments de joie, de bonheur, du plaisir de chanter. La sortie de l’intégrale des albums originaux 1993/2010 – 7 albums en digipack – un album bonus de 10 titres les plus belles chansons italiennes plus un livret de 32 pages. Et actuellement je suis en studio pour un nouvel album qui sortira début mars 2013.

 

Frédéric François – 40 ans de carrière – dimanche 25 novembre à 16 heures – gare du Midi Biarritz gareBiarritz-e751c

Tarifs : 60 et 50 €

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.prolymp.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 16 au 23 novembre 2012.




Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories