Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 20:36

guillo

Guillo… une force d’âme poétique !

 

D’une voix touchante et agréable à l’écoute, cet encourageant auteur-compositeur-interprète Guillo (a partagé la scène avec Francis Cabrel, Juliette, Daguerre, Nico Wayne Toussaint, Fabien Bœuf. Textes et compos pour Aurélie Cabrel et Amandine Bourgeois. Sur son CD partitions amicales de Boris Jardel, et de Pierre Yves auteur pour Maurane, Axel Bauer) est « un indépendant de l’esprit » avec des textes empreints de franchise et une tendresse qui n’est pas bien loin. On prise sa plume encrée d’humour et d’innocence. Ce généreux chanteur amoureux des mots est une force d’âme poétique ! Et là, on adhère complètement parce qu’il casse les codes directement, et ça plaît beaucoup ! Une rencontre s’imposait.

 

APP : Bonjour. Guillo est-il ton vrai nom ou celui d’un personnage ?

G : C’est la contraction de mon prénom Guillaume, car au départ un autre Guillaume m’accompagnait lorsque nous jouions dans les bars de la région. Cela fait douze ans que j’ai conservé ce pseudo.

APP : Tes chansons sont-elles des exutoires ? Comment composes-tu, comment t’arrives les mots ?

G : Je compose à la guitare et les mots me viennent plus spontanément que les notes. Ceci dit, je n’ai pas une véritable habitude, les idées viennent tantôt par les notes, tantôt par la plume, et je m’adapte en fonction. Au final les chansons les plus fortes, celles qui me parlent le plus souvent, sont les mêmes présentées d’abord sous l’apparence d’un texte comme « Dix doigts demain », « Une maison sans toit » ou « Si j’étais Marty McFly ». Toutes trois s’inspirent de faits réels, observés autour de moi ou vécus de façon plus personnelle.

APP : Est-ce la musique qui prime, les paroles ou les deux à la fois ?

G : Le texte est primordial, la musique et la mélodie sont essentielles. L’un ne va pas sans l’autre et le plus beau texte sera gâché si la trame n’est pas parfaite. L’inverse est tout aussi vrai. J’ai plus l’âme d’un auteur que d’un compositeur, mais je ne néglige rien. Je repousse mes exigences au maximum avant de pouvoir faire écouter la chanson finie. C’est aussi le souci du détail, du mot juste, de l’ambiance et des nuances qui collent au texte. C’est en possédant tout cela qu’on peut se permettre de livrer une chanson sur scène sans penser qu’on aurait pu mieux faire !

APP : Laisses-tu à tes musiciens une part de liberté dans l’instrumentalisation ou suivent-ils à la note près tes compos ?

G : Je leur présente les chansons finies, au tempo. Ensuite nous travaillons autour de la structure du morceau plus que sur les notes. Laurent et François sont plus « techniciens » que moi parce qu’ils ont étudié la musique et peuvent ainsi mettre un « langage » sur mes accords et les tonalités proposées, ce qui est déjà inestimable pour un autodidacte comme moi. Notre travail en commun consiste surtout à trouver les bonnes parties de basse, les bons motifs de batterie et une meilleure texture des sons. Ce travail d’arrangement se fait en parfaite communion lors des répétitions.

APP : Sur scène, comment travailles-tu ta mise en scène par rapport à ta personnalité ?

G : Dans un premier temps considérer l’ordre des titres, les bons enchaînements par rapport aux ambiances, aux tonalités et aux vitesses d’exécution. Ensuite, mes interventions « parlées » sont des improvisations glanées au fil des concerts. Etre le plus naturel et proche du public. Mes textes parlent d’eux-mêmes, donc ne pas trop en dire entre chaque titre, parfois je me contrôle pour être moins bavard. Quand il me manque un bon mot, je m’en vais taquiner François, le plus impassible des bassistes de l’univers… (rires).

APP : En écoutant certaines de tes chansons, on sent cette barrière fragile et une certaine vie agitée. Suis-je dans le vrai ?

G : Certes, je suis un agité de l’intérieur (rires), fragile dedans et dur en apparence. Ma vie n’est pas agitée mais bien remplie, basée sur la mobilité. Plus je vadrouille, plus je me sens heureux.

APP : Quelle est la couleur musicale de ton prochain album et qu’aurais-tu envie de dire ?

G : Des textures chaudes, des instruments variés comme guitares folk, percussions, cuivres, cordes et une voix tout en proximité. Voilà ce qu’on a voulu faire avec David Mignonneau, le réalisateur de l’album. David vient de l’univers du rock, mais nous avons tous les deux beaucoup de points communs, humainement comme artistiquement. De nombreux copains talentueux sont intervenus pour poser des notes d’harmonica, de piano, de violon ou de contrebasse, sans oublier les chœurs. Boris Jardel guitariste d’Indochine, Zazie, V.Paradis a passé toute une soirée avec nous en studio pour poser sa guitare électrique sur la chanson éponyme Super 8. Les chansons sont habillées sur mesure pour que chaque texte soit porté de la plus belle manière qui soit. Au final, l’album m’apparaît comme un voyage qui évoque tout à tour l’enfance, la famille, les souvenirs, l’amour entre les êtres.

 

Guillo – 26 novembre 21h – Caveau des Augustins Bayonne

Tarifs : 8 et 5€

Réservations : 06 98 18 22 77 et 05 59 25 69 76.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays basque’ du 25 novembre au 1er décembre 2011.


© Alicia Snicker.

2011---2-PHOTOS-1142.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories