Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 00:12

Cahier d’un retour au pays natal

Jacques Martial fera aimer… Césaire !

 

La Cie de la Comédie Noire sera au Théâtre de Bayonne les 16 et 17 novembre à 20h30 avec « Cahier d’un retour au pays natal » d’Aimé Césaire, mis en scène et interprété par Jacques Martial (connu de ceux qui ont suivi la série Navarro. A créé l’association Rond Point Cultures avec le théâtre du Rond Point et en 2000 sa Cie de la Comédie Noire. Il débute au cinéma avec la réalisatrice Claire Devers et participe à de nombreuses pièces. 2006, il est nommé président du Parc et de la Grande Halle de la Villette à Paris) qui ne dit pas le texte, car il est aime-cesaire.jpgle texte qu’il exprime d’une voix magistrale nous entrainant dans un maelström de mots qui sifflent comme un souffle violent, car Césaire revendique sa « négritude » et s’insurge contre la discrimination, la misère et la violence qui font rage sur les peuples noirs et au-delà, de tous les peuples opprimés à travers le monde.

J’ai rencontré le charismatique comédien qui offrira une belle leçon d’humanisme et d’amour.

 

APP : Bonjour Jacques. Parles-nous de « Cahier pour un retour au pays natal » que tu joueras sur la scène du Théâtre de Bayonne…

JM : C’est le texte fondateur de l’œuvre d’Aimé Césaire. En 1939 il symbolisait la fierté et la dignité retrouvées des peuples noirs et au-delà, de tous les peuples opprimés dans le monde. Aujourd’hui nous voyons qu’il propose avec ce texte les principes et les termes d’une fraternité renouvelée, respectueuse de chacun. Il invite également chacun à assumer sa part dans sa construction.

APP : Que symbolise pour toi ce poète de la négritude ?

JM : A mes yeux, il est l’exemple même de l’engagement artistique au service des convictions humanistes, politiques et ethniques. Quand on pense que ce texte fut publié en juin 1939 dans le journal de son école, on ne peut qu’être admiratif. Voilà ce que pensait et proclamait un jeune noir âgé de 25 ans « je serais un juif, un homme cafre, un homme de Harlem qui ne vote pas ». Son discours est adressé à tous comme d’une âme très ancienne qui éclairerait notre monde contemporain. Il nous demanderait de nous engager et d’oser faire face aux enjeux et responsabilités qui incombent à chacun face aux défis qui nous sont lancés.

APP : Son œuvre a-t-elle influencé une vocation particulière dans ta vie et celle de t’affirmer en tant qu’homme de conviction, homme en mouvement ?

JM : La découverte de ce texte a été pour moi une révolution. Cahier… m’a permis d’entrevoir mon avenir d’homme noir et d’artiste sous un jour totalement renouvelé et positif. Il est une source inépuisable d’optimisme et d’énergies positives pour regarder la réalité en face et savoir qu’on peut la transformer, la faire évoluer dans le sens du beau.

APP : Toi l’homme de théâtre, quels souvenirs conserves-tu de lui ?

JM : Celui d’un bâtisseur qui inspirait les gens et qui les invitait à façonner avec leurs mains, leur courage et leurs ambitions, l’avenir, leur avenir. Il existe à Paris un théâtre construit dans les années 60 par la troupe de comédiens « Les Griots » pour jouer une de ses pièces. Le théâtre porte toujours le nom de l’œuvre que mettait en scène Jean-Marie Serreau : le Théâtre de la Tempête à la Cartoucherie de Vincennes. C’est un joli souvenir ne trouves-tu pas ? J’aime bien me le rappeler. Oui, pour Césaire la poésie est une action concrète autant qu’une éthique.

APP : Après Cannibales, Cahier d’un retour au pays natal, Hänsel et Grétel, tu as toujours cet attrait pour la mise en scène ?

JM : Oui, c’est une passion à l’état pur et j’ai toujours ce plaisir à jouer au théâtre, peut-être parce que c’est un travail d’équipe et que moi j’aime le partage communautaire.

APP : Ma dernière question : qu’aurais-tu envie de dire au public de Bayonne ?

JM : Je me réjouis de présenter ce spectacle pour lui. Faire connaître bien plus Aimé Césaire. C’est un témoignage intense en ce qui me concerne et je l’espère aussi pour les spectateurs. Il y a quelques jours nous étions à Melbourne (Australie), au printemps dernier en Roumanie, à Madrid, Lisbonne, Johannesburg. Partout le public ressentait des sentiments similaires. C’est sans doute le signe que nous sommes tous très proches dans notre humaine nature ! C’est ce qui fait la force et la lumière de cette œuvre éblouissante. Et une victoire contre les préjugés !

 

jacques-martial.jpg

 

Jacques Martial – Cahier d’un retour au pays natal – Théâtre de Bayonne – 16 et 17 novembre 2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

20h30

Tarifs : 24, 20 et 15€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 novembre 2011.

 

 

INTERVIEW VIDEO ANNULEE !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories