Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 00:32

Jean-François Balmer… humble et pas du tout modeste, mais un bien-aimé !

 

jean-francois_balmer_2.jpgHenri IV est royalement servi par un remarquable Jean-François Balmer. A l’unanimité, on se rallie derrière son panache talentueux ! Il captive, réjouit, régale par sa belle interprétation en lettres majuscules. Du grand art avec ce comédien charismatique qui sera à la Gare du Midi le 7 mai à 20h30, entouré par des partenaires de très haut niveau. Entretien au téléphone avec un artiste humble et pas du tout modeste, mais un bien-aimé.

 

APP : Acteur de cinéma et de télévision, comédien de théâtre, où puisez-vous cette énergie pour être sur tous les fronts ?

J-F B : Quand vous avez ce privilège de vivre de votre passion, (entendre par là le luxe) et par conséquent, les gens comme moi, qui sommes heureux de ce qu’ils ont toujours rêvé de faire, alors jamais fatigué et de l’énergie à revendre ! (rires).

APP : Parlons à présent de votre rôle de Henri IV que Daniel Colas (codirecteur du Théâtre des Mathurins) a écrit en pensant à vous. Donc fier d’interpréter le Vert Galant, qui créa le mythe de la poule au pot le dimanche ? daniel-colas.jpg

J-F B : Absolument, parce que ce roi était passionnant, vigoureux, plein d’élans, irrésistible. J’apprécie particulièrement son côté « donjuanesque ». Le seul roi que le peuple français ait gardé en mémoire, un monarque hors du commun, visionnaire et grand pacificateur. Mais aussi celle de sa dernière folie, sa passion amoureuse pour une jeune beauté d’à peine quinze ans. Celui qui aura failli porter la guerre dans l’Europe entière, celui qui paiera de sa vie, assassiné par Ravaillac. Une histoire où la réalité est beaucoup plus riche, surprenante, loufoque et exceptionnelle que la fiction. On sait que l’on ne sera jamais à la hauteur de ces personnages, et c’est la raison pour laquelle on peut les jouer assez longtemps, parce que l’on y ajoute toujours une petite richesse, une petite touche.

jean-francois-balmer-1.jpgAPP : Comment cet auteur vous a-t-il persuadé d’accepter ce rôle ? Et quelle est votre vision de l’homme au panache blanc ?

J-F B : Ce qui m’a le plus fasciné dans son écriture, c’est le travail qu’il a accompli. Il est allé  au plus près de l’histoire de ce roi bien-aimé, avec ses facéties amoureuses qui l’on fait justement surnommer le Vert Galant. Les scènes où ce monarque et ses conseillers débattent de l’avenir de la France. Toutes les paroles que je prononce dans la pièce ont été dites réellement par ce roi intelligent, doté d’humour, en parfaite contradiction et un être extraordinaire. Daniel n’a pas eu à me persuader longtemps, car d’emblée j’ai été séduit à la lecture, et à presque cinq siècles, l’auteur nous fait redécouvrir la tolérance et l’importance de prendre du plaisir. En premier lieu, j’ai été poussé par la curiosité et celui de remonter sur les planches. Oui, Henri IV valait bien cette pièce ! Une figure historique qui possède un bel univers et une histoire extraordinaire. Oui, je voulais interpréter un autre roi après Louis XVI. Oui, séduit et touché.

APP : En quelques mots, parlez-nous de vos partenaires et plus particulièrement de la talentueuse Béatrice Agenin …

J-F B : L’auteur donne à sa pièce une fresque rigoureuse quant aux faits et jubilatoire pour les comédiens. Louons la subtilité de Maxime d’Aboville, comédien formidable qui sera une vedette au théâtre et au cinéma. La finesse de Xavier Lafitte, le jeune premier, à qui je prédis une belle carrière au cinéma. Et la belle et nuancée Béatrice Agenin, qui fut aussi ma camarade au Conservatoire, elle est absolument remarquable ! Un réel bonheur de jouer avec elle. Elle devrait être infiniment plus respectée et intéresser les réalisateurs. Comme vous avez raison de dire talentueuse. Tous les soirs, en tournée, c’est le vrai bonheur d’être entouré par une troupe de très bonne facture !

BEATRICE-AGENIN.jpgXavier-Lafitte.jpgMdaboville1.jpg

APP : Si on aime votre voix trainante et cassée, vous êtes surtout un excellent comédien dont on apprécie la profondeur et la maturité des interprétations, hélas toujours cantonné aux seconds rôles. Eprouvez-vous une certaine frustration ?

J-F B : Oui, car on n’est pas foutu de me proposer de grands rôles ! Très humblement, je suis un grand premier rôle de comédie ! Et pas du tout modeste en vous disant que je suis un acteur rare (rires). Je pense que ma force et ma faiblesse, c’est la diversité. On ne m’a donné quelques premiers rôles que dans des films marginaux !

APP : Avez-vous des projets ?

J-F B : Oui, mais je n’aime pas en parler. Mais je vais juste vous dire ceci… Je vais prêter ma gouaille au théâtre dans « Le Voyage au bout de la Nuit » de Céline.

 

Henri IV – 7 mai à 20h30 – Gare du Midi à Biarritz  Biarritz Gare du Midi

Tarifs : 50 et 45€

Réservations : 05 59 22 44 66  et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 27 avril au 3 mai 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories