Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 22:48

Louis Bertignac : Grizzly, ça c’est vraiment moi !

 

 

louis-bertignac-rockenstock-2.jpg

 

L’icône du rock qui après avoir produit des albums pour d’autres artistes, revient sur le devant de la scène avec son nouvel opus « Grizzly ». Louis Bertignac, l’un des plus talentueux guitaristes de France sera le 8 octobre à 20h30 salle Saint-Jean à Anglet convié par le Festival « Partageons la scène » et la direction culturelle de la ville d’Anglet. Rencontre avec ce sympathique artiste plébiscité dans la variété française.

 

APP : Merci Louis de me consacrer ce petit instant avec toi. Peut-on connaître le menu musical du 8 octobre à Anglet ?

LB : Du rock, encore du rock, toujours du rock ! Et noblesse oblige, j’interprèterai les titres de mon dernier album « Grizzly ». Il y aura des anciens, très anciens morceaux de mon répertoire, des reprises et des impros.

APP : Si tu nous parlais de ton album « Grizzly »… Pourquoi ce titre ?

LB : C’est l’album le plus rock, le plus instinctif de mon aventure… composé en quelques semaines et enregistré en 24h. « Grizzly » est un florilège de riffs de guitare et je ne savais pas que j’étais capable d’en créer autant. Quant au titre, j’ai cherché parmi les autres titres des morceaux, et celui-ci m’a plu car cela me ressemble, étant un peu l’ours qui hiberne dans sa grotte, cet animal velu, robuste, mais aussi un peu nounours (rires). « Grizzly » c’est vraiment moi, parce que ça c’est de la guitare. Un album de guitariste, pour guitaristes ! (L’ours est sorti de sa grotte les griffes acérées !).

APP : Etre sur scène en solo, c’est quoi pour toi ? Peut-on dire que tu es un guitariste, un chanteur, un guitariste-chanteur ?

LB : Je ne suis pas en solo, mais en trio. Dans Téléphone, en quatuor. Dans les Visiteurs, en quintet… Simplement un musicien qui s’exprime sur scène avec ce qu’il peut, c’est-à-dire sa guitare, sa voix, son attitude et un peu son harmonica.

APP : Tu as confié à Boris Bergman, le fidèle parolier du regretté Alain Bashung, le soin d’écrire les paroles, parce que tu dis que jouer avec les mots n’est pas ta tasse de thé…

LB : Je lui ai demandé des paroles en « yaourt » sur des mélodies. Il m’a dit « super, j’adore ça ! ». C’est vrai que ma première et grande passion est la musique, les mélodies, les rythmes. Je lis peu et je ne suis pas un grand bavard. Depuis toujours je préfère le langage des notes.

APP : Es-tu un musicien engagé, un philosophe, un amoureux de la vie, un anxieux ?

LB : J’ai mes opinions politiques et sociales, mais elles n’engagent que moi. Je préfère laisser à chacun un jugement par lui-même et ne me sens aucune vocation pour influencer autrui. Philosophe, bien sûr à mes heures. Amoureux de la vie à 100%. La vie est la chose la plus incroyable qui existe, nous avons cette chance inouïe de la connaître, même si elle est, hélas éphémère. Il faut en profiter à fond ! Anxieux, oui, de vieillir, de ne plus pouvoir, de mourir ! APP : Et un emmerdeur qui veut se la couler douce parce qu’un non acharné du travail ?

LB : J’adore travailler, si le type de travail m’intéresse, je me passionne et donne tout ce que j’ai. Un emmerdeur parfois, quand mes partenaires ne se donnent qu’à moitié !

APP : J’aimerais savoir si tu envisages une autre collaboration avec la première Dame de France Carla Bruni-Sarkozy ?

LB : Je suis fâché avec elle pour des raisons personnelles… Donc, si rien ne change, je n’envisage pas d’autre collaboration avec elle.

APP : As-tu toujours envie de travailler avec la jeune génération comme tu l’avais fait avec Joyce Jonathan et de collaborer plus souvent avec les femmes ?

LB : Oui, je préfère travailler avec les femmes… sans doute je nous sens plus complémentaires. Je peux leur apporter des qualités qui leur manquent et inversement. Les hommes entre eux ont du mal à éviter les rivalités, les conflits.

APP : A quand un re-duo sur scène avec Jean-Louis Aubert ?

LB : Ben je le ferai peut-être avant de mourir. Mais rien n’est prévu dans les temps qui viennent.

APP : Merci beaucoup Louis pour ce moment vrai et je te laisse le mot de la fin…

LB : Mais c’était un plaisir, merci à toi également. La scène est quelque chose d’essentiel pour moi, et même pendant la création de l’album « Grizzly », je ne me suis jamais éloigné des concerts. En fait, je n’arrête jamais. Etre en tournée me donne la pêche pour continuer, cela m’entretient d’être sur scène, ça m’évite de me laisser trop aller et de m’accepter comme je suis, ça fait du bien ! (rires). Tout ce que je veux, c’est faire écouter mes chansons au public, tout comme ce samedi soir à Anglet. Je dis un grand merci aux organisateurs du Festival « Partageons la scène » et particulièrement à la Ville d’Anglet.

 

Partageons la scène et la ville d’Anglet présentent en concert Louis Bertignac – Salle Saint-Jean à Anglet – samedi 8 octobre à 20h30

Tarif unique : 25€

Réservations : dans les points de vente habituels et la librairie Elkar à Bayonne. partageonslascene

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 30 septembre au 6 octobre 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories