Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 21:12

Don Quichotte… Par-dessus les moulins de la performance !

Bel hommage au célèbre et esthète chorégraphe Marius Petipa, sur la divine musique de Léon Minkus, du ballet « Don Quichotte », remarquablement inspiré du roman de l’écrivain espagnol Cervantès. C’est l’un des plus fameux du répertoire que le Saint Petersbourg Ballet Théâtre met fréquemment à l’affiche avec Le Lac des Cygnes, Giselle ou encore La Bayadère. Le « SPBT » pour les intimes, est une compagnie comme on n’en fait plus, née à Saint Petersbourg par la faveur d’un homme d’affaires russe entiché d’une ballerine. La chorégraphie, faut-il le rappeler, est une création d’Alexandre Gorski et non de façon directe de Petipa, et est l’une des figures de référence pour le balletomane. Un ballet qui sied aux danseurs de la compagnie qui, avec une grande maîtrise et un sublime naturel, donnent une délicieuse poésie à chaque pas, une exquise précision et des gestuelles étonnantes d’expressivité. Un feu saisissant visuellement par son faste déployé, et d’une eurythmie savoureuse et accordée. Anna Samostrelova, toute jeune danseuse étoile, sera Kitri dans ce ballet de caractère, de bravoure et d’aventure, donné à la Gare du Midi le 17 janvier à 20h30. A cette occasion, la productrice Maria Romanova et Anna m’ont accordé une interview.

APP : Bonjour Maria. Pourquoi avoir produit Le Saint Petersbourg Ballet Théâtre pour sa tournée en France avec son Don Quichotte, en collaboration avec Malandain Ballet Biarritz et pourquoi vous intéressez-vous aux ballets russes ?
MR : Bonjour également à vous. Parce que ce ballet est magnifique, enjoué, d’une délicate musicalité, d’une chorégraphie qui possède une âme, l’âme russe ! Un spectacle captivant et fascinant avec des costumes mirifiques. Don Quichotte traduit la grâce, le dynamisme, la vitalité et la virtuosité balleresque. C’est la fantaisie et la chaleur du propos de Marius Petipa qui, fidèle à la partition de Léon Minkus, et au roman de Cervantès, est parvenu à en traduire toutes les subtilités. Les danseurs s’amusent, transmettent leur joie de danser. Chaque détournement, port de bras, arabesque ou attitude dans des enchaînements complexes semblent si simples, tant ils sont naturels et partagés. Un ballet qui a sa part de poésie, de multiples sentiments et sensations, qui hélas n’est pas souvent représenté en France et c’est dommage ! C’est pourtant un chef-d’œuvre classique de la chorégraphie ! Pourquoi m’intéresser aux ballets russes ? Parce que je viens de Saint Petersbourg, ville magnifique, où enfant, mes parents m’emmenaient voir ces fameux ballets. Les danseurs slaves possèdent une telle grâce ! A mes yeux, ils sont des artistes sans faille, et qui servent bien l’art de la danse.
APP : Peut-on connaître vos prochaines productions ?
MR : Toujours avec le Saint Petersbourg Ballet Théâtre, le remarquable et enchanteur ballet « Casse-Noisette ».


APP : Bonjour Anna. Vous êtes Kitri dans Don Quichotte. Comment avez-vous abordé votre personnage ?
AS : Bonjour. C’est pour moi un beau rendez-vous artistique. Kitri symbolise un travail sur la liberté qui anime le corps, par sa gaieté, son tempérament fort, son déluge de joie de vivre. Il représente pour moi un personnage de composition parce qu’il ne reflète pas mon tempérament naturel. Mais ce rôle est si magique et d’une telle transformation sur scène ! J’essaie toujours de comprendre comment s’approprier un rôle.
APP : Depuis combien d’années êtes-vous pensionnaire au Saint Petersbourg Ballet ?
AS : Cela fait trois ans, donc une toute jeune danseuse étoile. Une coryphée devenue très vite une étoile ! (rires).
APP : Quelle différence y-a-t-il entre une danseuse étoile en Russie et à l’Opéra de Paris ?
AS : Chez nous, ce sont les capacités artistiques et techniques qui soutiennent notre carrière. A l’Opéra de Paris, ce sont les services rendus à cette institution qui comptent.
anna samostrelovaAPP : Le public russe est-il différent du français ?
AS : Ah ! Le public français est un vrai expert dans l’art de la danse. C’est un enthousiaste qui possède une âme sensible et qui apprécie énormément les ballets russes. Chez nous la danse est une pratique naturelle, celle aussi qui nous apporte un grand bonheur.
APP : Qu’est-ce qui importe le plus à vos yeux : perpétuer les traditions ou innover ?
AS : Vouloir reproduire le choc culturel et artistique que furent les ballets russes des années en arrière serait une erreur, car le contexte a vraiment changé. Mais tenter de conserver à minima le patrimoine unique, je dis oui. Toutefois les deux sont importants. Il faut toujours entretenir les bases solides.
APP : Quel est le ballet qui vous a le plus marquée et pourquoi ? Et qui sont vos modèles russes et français ?
AS : Odette/Odile du Lac des Cygnes parce qu’important dans sa partie chorégraphique, dans sa richesse dramatique. Un ballet qui laisse également place à de nombreuses variations, où l’héroïne glisse sans jamais descendre de ses pointes et qui met en valeur la délicatesse de l’académisme classique, servie par la sublime musique de Tchaïkovski. Le blanc angélique du cygne est l’incarnation féminine. Une chorégraphie où tout est prétexte au merveilleux. Très franchement, je n’ai pas de modèles, il y a et il y aura toujours dans le monde, des danseurs et danseuses de grand talent qui donneront éternellement ses lettres de noblesse à la danse.
APP : Pour vous, la danse est-elle une école de la vie ?
AS : Pas particulièrement, pour moi elle améliore ma vie. En tout cas, c’est un art qui a une âme !

Don Quichotte – Saint Petersbourg Ballet Théâtre – 17 janvier à 20h30 – Gare du Midi à Biarritz
Tarifs : 47 et 52€
Réservations : 05 59 22 44 66 ou 05 59 59 23 79 et sur www.entractes-organisations.com

Et en avant programme : Symphonies par le Centre de Formation Professionnelle Gillet-Lipszic.

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 13 au 19 janvier 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories