Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 01:35

« Le Cyrano » : du jazz à la bonne franquette.

 

2407538469_2.jpg photo_59785269_1.jpg

 

Michel Mora dirige de main de maître sa brasserie « Le Cyrano » (1 rue des jardins Biarritz) située quartier Saint Charles. Un établissement qui se veut sans apprêt, aimablement panaché d’une clientèle éclectique. Avec son équipe de passionnés et de bons vivants, il propose sans manière et sans prendre de grands airs, des soirées jazzy. Un personnage atypique qui voyage dans les sphères du jazz français qu’il conjugue avec celles du blues, zouk, variété française et internationale. Entre magie et complicité humaine, son « Jazz en Live » est l’occasion pour lui d’en dévoiler les riches facettes. C’est aussi pour les fervents de musique syncopée d’origine américaine de venir boire un verre dans une atmosphère conviviale et décontractée. Entretien avec celui qui programme une musique festive et généreuse, servie par des musiciens amateurs et de talent.

 

APP : Qui est Michel Mora ?

MM : Un personnage un peu atypique, ancien cadre dans le transport, qui n’a pas eu peur à un moment de sa vie de se remettre en cause et changer carrément de branche professionnelle pour devenir propriétaire de la brasserie « Le Cyrano » à Biarritz où je propose régulièrement « Jazz en Live ».

2513090111_1.jpgAPP : Justement, quand et comment sont nées tes soirées « Jazz en Live » ?

MM : Il y a trois ans et demi, lorsque j’ai compris que débiter du café et de la bière au km ne suffisait pas à me distinguer des autres, ni à me procurer le plaisir et l’envie que j’ai aujourd’hui. J’ai donc voulu me démarquer et apporter une originalité à ma clientèle fidèle, celle du quartier, qui attendait un peu de fantaisie. Comme les retransmissions sportives existaient déjà chez un confrère de la placette, que les soirées jeunes risquaient de faire un peu trop de bruit, j’ai donc pensé à des animations jazzy. C’était pour moi une évidence.

APP : Quels rapports as-tu avec les musiciens qui viennent régulièrement au Cyrano ?

MM : Excellents ! Une passion commune pour la musique dans toute sa variété, et pour le jazz particulièrement. Je ne me suis pas focalisé sur un seul registre puisque je propose également du blues, du classique, du rock, du zouk, de la variété française et internationale. Mais la priorité reste le jazz qui correspond aux attentes des gens du quartier. Pour moi c’est un style éternel et bien vivant. J’ai souvent porté l’accent sur la création, l’improvisation, avec de nombreux bœufs. Les musiciens qui viennent jouer au Cyrano sont des amateurs éclairés, unis dans un même grain de folie et de passion. J’ai également créé le rendez-vous théâtral, le café culture.

APP : Quel est donc l’impact de ces concerts au Cyrano ?

MM : Indéniablement une belle publicité pour l’établissement, même hors du quartier. Outre le fait que ce soit une brasserie familiale et gourmande, on y trouve une distraction. Cela permet également d’apporter un petit plus culturel. Celle aussi de créer une atmosphère familiale et détendue entre les personnes qui viennent écouter les concerts.

2407584031_10.jpgAPP : Quel jour ont lieu les concerts ?

MM : La prochaine soirée se déroulera avec un groupe fort sympathique et talentueux Jazz 4 U, ce vendredi 6 juillet à 21h.

APP : Qui est le public qui vient assister aux concerts ?

MM : A vrai dire, je n’aime pas le terme concert, car je n’ai aucune prétention d’être programmateur de jazz. Ce serait plutôt des animations musicales autour d’un verre de l’amitié. Le Cyrano est un endroit très intimiste de par sa taille où règne l’esprit familial et convivial. Mon équipe et moi-même y sommes très attachés. La moyenne d’âge du public varie entre les 30/40 ans. Tous ont en commun le goût prononcé pour la musique bien plus que le côté fête. Certains sont également musiciens qui n’hésitent pas à gratter lorsque l’occasion se présente. Ce sont de bons moments jazzy.

APP : Quelques mots pour conclure ce sympathique entretien…

MM : J’ai cette chance inouïe d’avoir une équipe qui accepte mes folies. Lorsque j’ai pris le Cyrano fin 2007, on me prenait pour un extraterrestre, au point que beaucoup doutaient de la pérennité du lieu. En 2012, c’est toujours une nouvelle âme qui y règne même si nous sommes une brasserie tout ce qu’il y a de plus traditionnelle. Mon but est d’improviser plutôt que de faire du copier-coller. C’est toujours une remise en cause permanente au niveau créatif et management, sans parler des risques financiers que cela entraîne. 2407754923_2.jpgOn se dit que toutes les idées sont bonnes à prendre d’où qu’elles viennent. Et nous accueillons à bras ouverts les artistes qui ont la même passion, la même ouverture d’esprit et la même curiosité que nous. Je dis que tant qu’il y a des émotions, la vie restera toujours belle. J’essaie d’en vivre le plus souvent possible et d’en partager tout autant.

 

« Le Cyrano » présente Jazz4U – vendredi 6 juillet à 21h

Tarif : Entrée Libre

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 6 au 12 juillet 2012.

 preview-jdbjanvier2011site-2.jpg jazz-estival.JPG

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories