Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 22:49

Roxane Durán : une saisissante et émouvante Anne Frank.

 

ANNE_FRANK1-_NS_BDPHOT_8704.jpgRoxane Durán, longue chevelure rousse, visage aux traits délicats, d’une innocence angélique, est la saisissante et émouvante Anne Frank de la nouvelle version théâtrale du « Journal d’Anne Frank » d’Eric Emmanuel Schmitt, qui se jouera à Biarritz, Gare du Midi le 11 octobre à 20h30.

Cette belle et talentueuse actrice fut révélée par « Le ruban blanc » de Michael Haneke, Palme d’Or au Festival de Cannes 2009. Et doit son prénom au charme d’Anne Brochet dans le film Cyrano de Bergerac… A vingt ans, elle est l’une des jeunes comédiennes européennes les plus prometteuses. Simple, directe et fraiche, elle s’est gentiment prêtée à l’interview.

 

APP : Comment as-tu obtenu le rôle titre dans la nouvelle version théâtrale du « Journal d’Anne Frank » de l’auteur à succès Eric Emmanuel Schmitt ?

RD : Tout simplement par la voie normale du casting. Au même pied d’égalité avec d’autres comédiennes dont certaines plus chevronnées. Je n’avais jamais fait de théâtre, puisque actrice de cinéma avec huit films, dont le dernier « La famille Bélier ». Et être à deux mètres du metteur en scène Steve Suissa, c’était plutôt intimidant. Après avoir été convaincante (rires), j’ai rencontré l’auteur et Francis Huster.

APP : Avais-tu lu le livre ? Quelle image as-tu de cette martyre juive de treize ans, morte en déportation ?

RD : J’avoue être passée à côté. Mais je l’ai lu et relu avant, pendant et après le casting. L’image d’une petite fille étonnamment mature, affichant un sacré caractère, une belle humanité, dotée d’une sensibilité à fleur d’âme. Quand je pense que c’est une fillette de treize ans qui a écrit des phrases aussi poussées pour son âge, son époque… C’est prodigieux. Tellement sûre de ses principes, que cela la rendait très forte.

APP : Qu’as-tu pensé de la nouvelle version de l’auteur ? Que penses-tu également du metteur en scène Steve Suissa ? A-t-il été un bon directeur d’acteurs ?

RD : C’est un petit bijou de réadaptation d’une œuvre aussi magnifique que « le Journal d’Anne Frank » et j’ai adoré. Il a une belle sensibilité, et la grande intelligence d’avoir eu l’idée de faire revivre Anne à travers le regard du seul rescapé des camps d’extermination, Otto Frank, son père. Un travail d’orfèvre en traitant sa pièce de façon cinématographique, d’abord en s’appuyant sur des projections, puis celui des flash-back. La mise en scène de Steve Suissa est d’une aisance remarquable. On passe d’une époque à l’autre sans saccades. C’est tout simple : on tourne les pages du journal intime d’Anne et on en découvre le contenu en même temps que son père. La pièce a beaucoup de moments gais et des instants d’espoir. On se laisse porter. Oui, c’est un bon directeur d’acteurs. Avec lui j’ai travaillé par couche, c’est-à-dire, mettre une d’Anne, une de moi, et ainsi de suite. Il m’a beaucoup rassurée, car il vient du cinéma comme moi. Il a ce côté vibrant, réel au niveau du visuel des scènes.

ANNE_FRANK-2_NS_BDPHOT_8565.jpgAPP : C’est une fierté d’avoir pour papa chaque soir sur la scène l’extraordinaire et charismatique Francis Huster ?

RD : Oh que oui ! C’est énorme. Très protecteur avec moi, mais également pour les huit autres partenaires. A chaque scène, nous sommes très complices, et même dans les interviews, parfois il me fait rougir (de plaisir) lorsqu’il fait des compliments à mon égard. C’est un vrai bonheur que de jouer à ses côtés. Oui, c’est un être extraordinaire et charismatique en diable. J’apprends beaucoup avec lui.

 

Voilà ce qu’a pensé le metteur en scène Steve Suissa au moment du casting de la comédienne Roxane Durán : « J’ai reçu 4 800 photos, j’ai vu 288 personnes en une demi-heure, et j’ai eu un coup de cœur pour Roxane, car je savais qu’elle pouvait faire passer des émotions, de les vivre et puis d’avoir ce paradoxe : elle a le corps d’une fille de treize ans et le mental d’une fille de quarante ans ! ».

 

Le Journal d’Anne Frank – vendredi 11 octobre à 20h30 – Gare du Midi Biarritz  gareBiarritz-e751c

Tarifs : 50 et 45€

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 octobre 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories