Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 19:51

Tommy Lorente : les étiquettes passent, la musique reste.

 

Image1-copie-1.jpgTommy Lorente est le jeune chanteur musicien du groupe Brushing Brothers fondé dans les années 80 par Eric Ossau, qu’il rejoindra en 2008. C’est un ardent défenseur de musique rock, pop anglaise et chansons irlandaises. Gueule de beau gosse, il possède une palette de sentiments vrais comme la force des confidences et la promesse des plaisirs ! Il séduit par son naturel artistique, son aisance des mots et sa modestie. Tommy sera en concert au Soleil des Antilles à Bidart le 1er juin à 22h. Entretien avec un artiste pour qui le péché mignon serait de réaliser un album idéal avec des ballades « rock’n’rollées » qui entrent dans la tête et des textes qui frappent en plein cœur !

 

APP : Qui es-tu Tommy Lorente ? Et toi Eric Ossau ?

TL : Bayonnais, mais Biarrot de cœur, j’ai toujours baigné dans un environnement musical propre à une famille d’artistes. Grand amateur de Tom Petty, Big Country, Dinosau Jr et d’autres groupes de pop à la sauce rock, je décide sérieusement à être musicien. Après quelques années à tourner dans les bars et pubs de la région, armé de ma seule guitare acoustique, je rejoins en 2008 les Brushing Brothers.

EO : Depuis bon nombre d’années, je ne jure que par le rock’n’roll. Guitariste dans le plus pur style des Cliff Gallup ou Scotty Moore et plus particulièrement Elvis Presley, Bill Haley, Little Richard. Je suis également batteur à mes heures car la musique est ma sève.

APP : Depuis quand joues-tu de la musique Tommy ?

TL : J’ai commencé très jeune par le chant, puis le piano pendant deux années, mais le solfège me rebutait. Et c’est en autodidacte, il y a un peu plus de dix ans, que j’ai appris la guitare pour m’accompagner.

APP : Tu seras en concert le 1er juin au Soleil des Antilles à Bidart, quelle sera l’ambiance ?

TL : Une atmosphère électrique. Une chose est sûre, ce sera carrément rock’n’roll. Un vrai coup d’éclat !

APP : Te considères-tu comme un rocker à part entière, sachant que tu fan des Dylan, Beatles, Springsteen, Ray Davies, Nick Lowe ?

TL : Je me considère comme un chanteur guitariste qui aime composer des chansons pop, rock et folk. Je pense que ceux cités dans ta question sont de vrais song writer avant d’être des rockers. Les étiquettes passent et la musique reste !

APP : On dit que Eric et toi êtes des artistes pudiques…

TL : Nous sommes bien conscients tous deux qu’être au service de la musique, ce n’est pas comme si nous étions dans un défilé de mode. Notre but est de faire plaisir un maximum à notre public, qui lui sait que nous sommes sobres et discrets, mais toutefois généreux envers lui.

APP : Habitués des bars, pubs et petites salles, à quand une vraie scène de concert ?

TL : Si de tels endroits sont notre quotidien, nous avons eu toutefois l’occasion de nous produire à l’Atabal de Biarritz avec Niko Etxart, au Psilocybenea à Irun, invités par Dom Mariani et son groupe ou encore au stade Jean Dauger à Bayonne en ouverture des matchs de l’équipe de l’Aviron.

APP : Quand sortira ton premier album en solo, chanté en français ?

TL : C’est une préparation de longue haleine, j’aime prendre mon temps car je déteste travailler dans l’urgence. Ce sera un album fait avec mon cœur et mes tripes. Néanmoins, on peut trouver quelques versions de mes chansons sur mon site www.tommylorente.fr Mais dès qu’il sera dans les bacs, je ne manquerai pas de te faire passer l’info.

APP : As-tu des projets pour l’avenir ?

TL : Etant un passionné, j’ai toujours besoin de me diversifier. Celui d’un projet orienté gros rock, un autre plus intimiste, et bien d’autres envies à venir. Quelques dates en acoustique dans les mois qui suivent sur Biarritz avec les Brushing Brothers et une bonne dose de fun pour attaquer l’été.

APP : Avant de nous séparer que dirais-tu à ton public ?

TL : Ces deux citations, l’une de Léonard Bernstein : «On ne vend pas la musique, on la partage ! » et l’autre de Platon : « La musique donne une âme à nos cœurs, des ailes à notre pensée et un essor à l’imagination ».

 

Au Soleil des Antilles, c’est aussi découvrir une carte de 50 cocktails et rhums arrangés. Rêver sous le Sun, palmiers et ciel étoilé, c’est permis. Sur le dance floor exécuter une salsa enfiévrée, un rock endiablé, un tango argentin débauché, c’est recommandé. C’est l’enthousiaste et passionné maître du lieu, Pierre Chevalier qui règne sur les belles soirées bidartars. Celui qui sème gentillesse et qui récolte amitié dans son petit bout d’île nichée au Pays basque, où tous chantent le bonheur d’exister à travers la musique et la danse, jusqu’au bout de la nuit. Le Soleil des Antilles, c’est l’escale idéale pour se laisser aller aux décibels de la vague musicale déferlante, tout en accordant ses pas. Le lieu rêvé pour savourer les soirées à thèmes proposées, d’apprécier sa grande terrasse dès le printemps et d’aimer son décors à forte tendance de bois. Voilà des arguments pour vous faire rugir de plaisir !

 

Les Brushing Brothers – Soleil des Antilles Bidart – vendredi 1er juin à 22h biarritz-boite-de-nuit.jpg

Entrée Libre

Informations : 05 59 26 51 84 et www.soleildesantilles.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 25 au 31 mai 2012.


Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

Pierre Chevalier 30/05/2012 13:10


Je voudrais vous remercier pour l’article très sympathique réalisé pour mon établissement et pour les Brushing Brothers.
Au plaisir de vous accueillir pour écouter ce duo Rock & Roll.
Pierre Chevalier.

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories