Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 19:03

William Mercy : une foi d’artiste.

 

Est-il un trafiquant de rêves, un marchand de merveilles, un théoricien du rire, un héros du zygomatique ? Image1-copie-18.jpgWilliam Mercy, derrière ce nom se cache un quinqua aux multiples facettes de comédien, chanteur, danseur et clown qui pendant plus d’une heure, nous emmènera avec bonheur dans son one man show à la fois décalé et cocasse, où tous les genres se croisent harmonieusement, donnant naissance à des instants tendres, poétiques et magiques. Une véritable alchimie créée entre le comédien et le public avec son spectacle « Du rêve à la réalité… J’y suis ! » qui sera sur la scène du Colisée à Biarritz le 12 octobre à 21h.

Entretien avec un artiste généreux qui revisite à sa façon et en toute liberté, la grande tradition du cabaret music-hall.

 

APP : Merci William de te présenter à nos lecteurs et leur faire connaître la période qui a jalonné ton parcours avant d’être l’artiste que l’on découvre aujourd’hui…

WM : J’ai vu le jour un 26 décembre à Bordeaux où ma tendre enfance et mon adolescence ont évolué dans un environnement magique, entre vignes, océan, plages sauvages et montages. Et puis ces 19 années chez Mercuri International où j’étais consultant formateur en marketing-vente et communication. J’ai toujours voulu transmettre mes convictions et impulser une énergie, continuant à démultiplier mon optimisme et mon enthousiasme. A présent, je suis William Mercy, comédien, chanteur, clown de théâtre contemporain d’improvisation. Autodidacte, mon moteur est de rassembler les conditions nécessaires pour me mettre en situation d’être acteur de ma vie.

APP : Etre artiste, c’est ce qui te passionne avant tout ?

WM : Oui. J’ai toujours eu cette envie d’être sur scène, d’être un Paillasse sous les sunlights. Un homme qui avec son nez rouge met de la couleur sur les visages pâlichons. Un histrion qui évolue dans un espace de grande liberté burlesque et cocasse, où son esprit imaginaire et sa vie intérieure vagabondent clairement dans sa folie et sa fantaisie. Entre mon centre intime et le cœur du public.

APP : Comment est né ton spectacle ? S’est-il construit à partir d’un scénario ? L’as-tu préparé seul ou avec des complices ?

WM : En osant en parler au musicien-arrangeur et professeur de chant Didier Dulout. Je voulais faire un one man show dans l’esprit du cabaret et music-hall. Je lui ai demandé s’il voulait m’accompagner et le construire avec moi. Et le scénario prend forme après une somme de travail tant sur le plan chant, danse et comédie, car ça n’était pas vraiment au top pour moi. Peu à peu l’histoire de ma propre vie et ma grande envie d’être sur scène prend forme. La frontière qui séparait mon rêve à la réalité s’estompe. Le titre du spectacle, à la fois pièce de théâtre et tranche de vie, devient évident, il s’appellera « Du rêve à la réalité, j’y suis ! ». Et je suis fier d’avoir osé le jouer à l’aube de mes 55 ans, le 26 décembre jour de mon anniversaire. Donc la conception et les arrangements musicaux sont de Didier Dulout et moi-même, à l’écriture et à la mise en scène ma fille Mary Elisabeth et moi-même.

APP : Je présume qu’il y aura de l’émotion, du rire, de la rêverie, de la poésie dans ce spectacle où tous les genres se mêlent… Mais pour toi, l’artiste en herbe, cela représentait-il un danger d’être seul sur scène ?

WM : Oui, c’est un fabuleux voyage de poésie, de rêverie et de vérité. On rit, on sourit, on est ému. C’est fort et doux, c’est prenant et entraînant. Seul au début, puis accompagné depuis un an par Didier qui m’a fait cet énorme cadeau, me proposant de m’accompagner tout au long du spectacle. Ce fut énorme. Lui, l’excellent musicien. Et puis dans l’imaginaire, il y a Billy Bô, un personnage qui est ma conscience et mon complice, qui vient me prêter main forte face à toutes ses voix off, un personnage quelque peu sympathiquement envahissant, mais qui reste dans sa dynamique de générosité. Ce n’est que du bonheur.

APP : Un spectacle bien rôdé donc ?

WM : Depuis quatre ans, on y a apporté quelques changements. Début 2012, nous l’avions revisité, retravaillé, dans le mouvement, dans le rythme. Au Colisée à Biarritz, ce sera une grande première d’un spectacle tout neuf.

APP : Alors quel serait ton souhait pour l’avenir ?

WM : Faire vivre ce spectacle très longtemps et donner du rêve, de l’amour, de la poésie. Partager cet instant de grand bonheur avec le public. De pouvoir aller le présenter de ville en ville et dans les pays francophones. Je caresse aussi l’espoir de jouer mon one man show au Cirque d’Hiver à Paris. Et à travers ce spectacle, permettre à certains d’ouvrir la petite fenêtre de leur rêve et d’oser le vivre.

 

Du rêve à la réalité… J’y suis ! – de et par William Mercy et Didier Dulout – Le Colisée Biarritz – 12 octobre à 21h colisee

Tarifs : 18 et 12€

Réservations : Office du Tourisme : 05 59 22 44 66  et une heure avant le spectacle à la Caisse du Colisée

Informations : www.william.mercy.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 5 au 11 octobre 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories