Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 22:28

Diane TEll...


DT 1

Le phare de Biarritz en compagnie de Nose.

©G. Rancinan.


La divine Diane Tell, c'est une voix colorée et veloutée, gorgée de feeling et d'émotion qui la rendent irrésistible. Elle charme et électrise, ses ballades ravissent ainsi que son jazz prodigieux de souffle et de peps.

Vous apprécierez cette artiste accomplie lors du Biarritz Jazz Festival 1ère édition, au Casino Municipal samedi 28 août 2010 à 21h30.

Ce capitaine qui fait sa scène s'est aimablement prêté au jeu des questions/réponses pour moi.

 

APP : Chanteuse "engagée" quelles ont été tes influences musicales ?

DT : Je ne crois pas être une chanteuse "engagée" où alors amoureusement engagée (sourire espiègle). Je ne chante que les prises tendres ou les décrochages affectifs. Toutes les influences m'intéressent car je possède une écriture à fleur de peau, lucide et pure.

APP : Cet attrait pour le jazz te vient d'où ?

DT : Très tôt j'ai étudié la musique, passant du violon à la guitare et très vite je me suis dirigée vers le jazz. Mon premier album, de composition originale, était dédié entièrement au jazz. Cette musique me colle à la peau depuis mon adolescence. Pour moi l'harmonie et les mélodies frisent la perfection. Lorsqu'il est bien interprété par tel ou tel musicien, je nage en plein bonheur. J'affectionne également des musiques plus simples comme le folk, le rock...

 

DT 3

La guitare prend l'eau.

©G. Rancinan.


APP : Ressens-tu en toi une métamorphose et comment te positionnes-tu dans le paysage musical actuel ?

DT : Je ne me sens pas du tout en période de métamorphose mais je peux comprendre que j'en donne l'impression avec mon dernier album "Docteur Boris & Mister Vian". J'ai dans mon "escarcelle à chansons" douze albums, j'ai joué dans trois comédies musicales et je compose avec jubilation divers styles. Hélas les médias ne diffusent que quelques-unes de mes chansons, toujours les mêmes, pour ne pas dire une seule. Ceux qui, comme au Québec, connaissent mon activité artistique ne sont pas du tout étonnés, bien au contraire, c'est pour eux un retour à mes premières amours.

APP : Diane rencontre Tell... Que lui dit-elle ?

DT : je peux dire que j'ai trois vies en simultané : celle de mademoiselle Fortin, jeune fille qui fut bien vive et très heureuse à Val d'Or en Abitibi, au nord de Québec dont j'ai gardé le cœur tendre. Ma vie d'artiste connue du grand public sous le nom de miss Tell, ma signature. La troisième que mène madame Arostéguy, épouse de Pierre et belle-fille de ma famille au Pays basque. Diane fait le lien entre ces trois chemins qui toujours se croisent...

 

DT 4

Avec Pierre à la maison Arosteguy.

©G. Rancinan.


APP : On te dit "Amour, Art, Disponibilité" Quels sont les mots qui te viennent immédiatement à l'esprit ?

DT : Je vis d'amour mais... pas d'eau fraîche ! (rires) donc je travaille beaucoup. Je plaide mon indépendance et fais que chaque instant soit, si possible, un passage unique ou inestimable, intense ou en douceur. Je sais me montrer disponible pour les autres dans la limite de mon temps libre, comme je le fais pour toi aujourd'hui (rires). Paradoxalement la solitude m'est nécessaire tout comme la présence des autres. Je m'impose un certain équilibre pour que ma vie soit épanouie.

APP : Tu interroges ton miroir, que lui demandes-tu ?

DT : Ah ah... Suis-je naturelle ou étrangère ?

APP : Si la chanson n'était pas entrée dans ta vie... ?

DT : Ce serait bien amer ! Les chansons sont de belles compagnes qui nous enflamment, nous rythment, nous consolent. Elles vont chercher en nous des émotions ensommeillées, faisant leur nid dans nos têtes. Mais le plus excitant, c'est de les écrire. Si je ne chantais pas... je crois bien être née artiste ! (rires). Je suis si authentique que j'aurais bien pu vivre une autre vie tout aussi intéressante. J'ai été gâtée jusqu'à présent, l'existence m'a beaucoup offert et m'a aussi épargnée. Une chose est sûre, je n'ai jamais eu de plan B.

APP : Qui est Diane Tell de tous les jours ?

DT : Il n'y a pas de décalage entre celle qui parle en public et celle qui rit entre amis. Peut-être suis-je plus solitaire dans ma vie intime, mais ne sous-estimant jamais le sentiment d'amour.

APP : Quelques mots de "Docteur Boris & Mister Vian" ton nouvel opus, inventive et heureuse contexture jazzy, qui rend hommage au célèbre jazzman et écrivain.

DT : Boris Vian a adapté en français vers 1958 quelques-uns des grands standards de jazz américain. C'était un expert de cette musique. Musicien et auteur qu'il était se sont donné la main pour écrire des textes sublimes sur des mélodies inoubliables. Par je ne sais quel plaisant miracle, ce répertoire est arrivé jusqu'à moi, vierge de tout enregistrement ou presque ! (deux chansons seulement avaient été interprétées sur disque). Ce trésor devient pour un temps ma destinée. Je me devais de le faire découvrir en version finie et chantée comme le souhaitait Vian. J'ai cru chaque jour qu'il était le directeur artistique de l'album et que je le suivais.

APP : Souhaiterais-tu refaire de la comédie musicale après "je m'voyais déjà", "la légende de Jimmy", "Marilyn Montreuil" ?

DT : Non. Je ne poursuis pas la comédie musicale, j'ai été portée par d'autres artistes qui m'amenaient dans cet univers. Je participe mais n'anticipe pas. En revanche la comédie musicale me guide vers le théâtre et cela j'adore !

APP : Es-tu toujours la marraine de Zeruko Txalupa (les pirogues du ciel). Soutiens-tu toujours les actions humanitaires d'Action de Solidarité Internationale (ASI) ?

DT : Zeruko n'existe plus. Je soutiens ASI par le cœur mais je n'y participe plus. J'ai d'autres projets dans ce domaine, mais je ne suis pas par nature multifonctions. Cet automne je vais chanter pour soutenir des projets humanitaires locaux, un mini concert pour la Croix Rouge à Bayonne et une participation au Téléthon par l'intermédiaire d'une association locale.

APP : Pour conclure, un message personnel pour tes fans du Pays basque...

DT : Je vous remercie de m'être fidèles et partager ma passion. Sans votre soutien mon plaisir n'aurait pas le même éclat et j'espère vous voir très nombreux à mon concert. Que notre complicité se pérennise et que Biarritz Festival Jazz rencontre un vif succès pour qu'il y ait une deuxième édition afin de nous retrouver à nouveau.

 

Et nous de te dire... On t'aime Diane !.


DT 5

Diane, toujours glamour.

©Michel Pilon.

 

SON PORTRAIT INDIEN.


Si tu étais un homme, tu serais... capitaine.

Si tu étais un nuage de mots... ce serait... silence.

Si tu étais une œuvre picturale, ce serait... une caricature.

Si tu étais une œuvre musicale, ce serait... une chanson.

Si tu étais une légende, ce serait ... de Jimmy.

Si tu étais une réincarnation, ce serait... un arbre.

Si tu étais une découverte, ce serait... une île déserte.

Si tu étais une devise, ce serait... je me souviens.

 

SES BONS PLANS.

 

Sa ville préférée : Tokyo.

Ses restaurants : La Cucarachan, l'Atelier, le Bar...

Les endroits qu'elle aime visiter : le Pays basque espagnol, San Sebastian, les Bardenas, Guétaria, Biarritz, tout l'arrière-pays, les petits villages. J'aime le Pays basque, j'aime y vivre, mais chacun doit s'efforcer de le découvrir avec ses sens et sans se préoccuper du goût des autres.


 

Ses couleurs préférées : Les couleurs du ciel.

Son hobby : La photographie, mais c'est plus qu'un passe-temps.

Son trait de caractère : Persévérant.

Sa passion : La musique.

Ce qu'elle aime : La simplicité.

Ce qu'elle déteste : La mauvaise musique avec une mauvaise sono.

Sa mode : Mes goûts et pas ceux des autres.

Son environnement : La nature, la ville, tout dépend du moment.

Sa qualité : D'une nature assez gaie pour quelqu'un de mélancolique.

Son défaut : Trop perfectionniste.

Ce qu'elle apprécie chez l'autre : L'intelligence.

Son livre de chevet en vacances : Les poésies et le journal de Mireille Havet.

DT 6

© DR.

 

 

Diane Tell - Casino Municipal de Biarritz - samedi 28 août 2010 à 21h30

Tarif : 21,60€

Renseignements et billetterie : Biarritz Tourisme : 05 59 22 44 66.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque" du 20 au 26 août 2010.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories