Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:26

Gladys Amoros... La french touch du blues !

gladys amoros 2gladys amoros michel foizon 1-copie-1

La belle aventure musicale au Caveau des Augustins les 21 et 22 janvier à 21h avec le concert de Gladys Amoros.

Sa voix est comparable à celle d'une "négresse blanche" ! Une accentuation et un peps mis au service du blues. La flamboyante Gladys est à cataloguer dans la famille des chanteuses de grande magnétude qui chantent avec leurs tripes et une conviction à faire crouler les montagnes. Sa voix gorgée de groove vous fend l'âme en deux. Attachante dans ses interprétations, c'est l'évidence de sa nature et la suprématie de son chant pour les plus belles pages de la musique afro-américaine. Elle transcende au fil de ses chansons ou plutôt de ses "histoires chantées". On s'émeut et nos yeux se noient dans un rideau de larmes avant même de nous en rendre compte. Une propulsion dans les limbes du spleen ! Artiste exercée à la voix chaude et dominante, redonnant vie au blues solidaire et porteur d'espoir. C'est l'héritière d'un magistral patrimoine culturel et musical grâce à cette voix actuelle du blues qui impose son style. Gladys subjugue l'assistance, brassant les générations. Cette merveille vocale fréquente les pointures du blues et du jazz pour lesquelles elle assure leur première partie, comme Liz Mc Comb, Ana Popovic, ou encore le Chicago Blues Festival, Peter Nathanson, Garland Jeffreys, Paul Osher. J'ai rencontré la "french touch du blues".

 

APP : Bonjour Gladys. Comment avez-vous découvert l'univers du blues ?

GA : En 1995, grâce à une amie qui m'a conviée dans un théâtre de Pau à assister à une répétition de Gospel. Assise dans un coin de la salle, j'ai écouté et immédiatement je savais que grâce à ce chant ma vie allait changer. C'est une deuxième sensation que j'ai éprouvée, la première étant la naissance de mon fils. J'ai demandé aussitôt si je pouvais m'associer à cette chorale qui m'avait procuré surprise, bonheur et éblouissement. Un an plus tard, j'ai rencontré Michel Foizon qui m'a fait passer une audition pour entrer dans son groupe "Balbala Blues Band". Par la suite, Michel m'a fait découvrir l'histoire du blues.

APP : Votre voix respire deux styles : le blues et le gospel. Où se situent vos principales influences ? GA : Le gospel prend une large part dans mon cœur. Plus tard, le blues et le jazz furent une véritable révélation avec des artistes telles que Carrie Smith, Etta James, Sarah Vaughan, Dinah Washington, Ella Fitzgerald. Grâce à ces divas, j'ai puisé une technique, une force de conviction immenses. Pour la soul, Marvin Gay et Otis Redding. Ma référence en gospel est Liz Mc Comb.

APP : En quelques mots, quels sont les souvenirs que vous gardez de vos rencontres avec Ana Popovic et Liz Mc Comb ?

GA : J'ai rencontré Ana lors d'un festival de blues à Cahors en 2004. Grâce au directeur du festival et manager d'Ana, Jean-Philippe Kaufmann, qui nous a présentées, nous avons eu une longue conversation sur la place que tenait les femmes dans le monde du blues français. Quelques mois plus tard, nous avons été programmées pour un "blues au féminin" à Tremblay en France. Ana a de grandes qualités de cœur et Jean-Philippe deviendra mon manager pendant deux années. Pour Liz Mc Comb, que d'émotions et que de plaisir ! Au départ, je devais faire les chœurs sur deux chansons avec sept choristes et au final, j'ai chanté plusieurs chansons avec Liz. Àla fin du concert, elle m'a de nouveau invitée à la rejoindre sur scène et m'a présentée de façon très émouvante. Dans l'après-midi, elle m'a accompagnée au piano et m'a dit : "Ce soir tu vas chanter toute seule et je serai au piano". J'ai eu le choix de mes chansons. Après la répétition, elle m'a pris les mains et a eu ces mots gentils "My soul sister" et aussi "Ne laisse personne te dire qui tu es et la façon dont tu dois chanter. Promets-moi que tu n'arrêteras jamais de chanter". Depuis, je n'ai jamais cessé de chanter (on sent dans sa voix une vive émotion).

APP : Parlez-nous de votre fidèle et talentueux guitariste Michel Foizon qui se produit souvent aux côtés du bluesman Nico Wayne Toussaint.

GA : Michel est pour moi un des meilleurs guitaristes qu'il m'ait été donné d'entendre. Il a une facilité déconcertante. Il est aussi performant en blues qu'en jazz ou qu'en soul. Il comprend très vite l'essence des différentes musiques et, cerise sur le gâteau, il ajoute sa touche personnelle. C'est également un très bon chanteur. Il compose et arrange avec talent. Il l'a fait pour la plupart des chansons de notre répertoire. Ce qui me plaît chez lui, c'est sa grande ouverture d'esprit et sa curiosité. S'enfermer dans un seul style, très peu pour lui. Nous nous ressemblons beaucoup sur ce point.

APP :Quels sont vos projets pour 2011 ?

GA : La sortie de notre prochain album en duo à la fin de ce trimestre. Un opus où nous élargissons "notre" musique noire américaine. Ce CD comporte des compositions originales qui reflètent ce que nous sommes, ce que nous aimons, ce que nous voulons transmettre tant sur la musique que dans les textes. Et nous en sommes très fiers !(rires). Nous espérons aussi la présence de nombreux spectateurs qui aiment le blues et le gospel. Et votre venue cher journaliste (rire).

 

Gladys Amoros est le coup de cœur de la rédaction de 'la semaine du Pays basque'. C'est une voix, un souffle divinement humain qui jaillit de sa gorge et, comme un feu sacré, il embrase tout ! Àvoir et à entendre absolument parce que dès qu'elle ouvre la bouche, sa voix claire, avec cette légère pointe de voile, envoûte, interpelle, surprend et bouscule. Scotchés vous serez, bouche bée vous resterez !.

 

Gladys Amoros/Michel Foizon - Caveau des Augustins - 21 et 22 janvier à 21h

Tarif unique : 8€

Réservations : 06 98 18 22 77. logo-caveau

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 21 au 27 janvier 2011.


Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories