Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 02:54

Tout "FORT" ... tout Intermezzo !

 

Une soirée unique que le Théâtre du Rivage offrira au public bayonnais ou la possibilité de repérer le talent du musicient-chanteur Pascal Sangla, dans une interactive du rapport entre théâtre et musique avec la pièce "FORT" donnée le mardi 11 mai à 20h30 sur la Scène Nationale Sud-Aquitain, qui a co-produit le spectacle. L'opportunité pour moi d'aller à la rencontre du comédien et de son metteur en scène Pascale Daniel-Lacombe au Théâtre du Rivage à Saint-Jean-de-Luz.

 

APP : Quelle est l'origine de la pièce "FORT" ? je crois savoir que ce sont des retrouvailles heureuses pour vous...

PD-L : Tout simplement pour répondre d'un désir fou entre le comédien Pascal Sangla et moi-même pour la mise en scène. Parce que tous deux nous nous sommes promis un nouveau rendez-vous sur scène, un duo artistique de connivence, d'être main dans la main pour un spectacle qui nous tient à coeur. Pascal et moi nous sommes sous influence réciproque. Nous nous offrons ce plaisir. Cette pièce a été écrite exprès pour lui par Catherine Anne (Auteur dramatique et metteur en scène, Directrice depuis 2002 du Théâtre de l'Est Parisien à Paris) qui règle au métronome une partition pour piano et acteur(s).

APP : Qu'est-ce qui vous a frappé dans l'écriture de l'auteur et qu'exprime cette pièce ?

PD-L : Une musicalité dans sa plume. La variation sur le propos de l'effort, du style course de grand fond théâtrale et un hymne musical pour ce jeune concertiste, queue de pie accrochée à son sac à dos qui arrive au sommet d'une colline envahie d'herbes hautes, jonchée de pierres et un petit piano à queue flamboyant, où il donnera son concert. Il va revenir en prise avec sa mémoire sur un lieu qui lui est cher, un lieu émotionnel qui va le secouer et l'histoire importe peu, c'est l'effort qu'il accomplit pour accepter ce qu'il a perdu, ce qu'il a gagné, là où il est vaincu, là où il est vainqueur, comment il va pouvoir architecturer cela. Ou comment va s'établir la discussion face à un vieil homme insaisissable et muet qui semble l'attendre depuis fort longtemps. Et ce mutisme paraît exhorter la parole de l'artiste qui se confie et se libère.

APP : Pour vous, quel est le message porteur de la pièce ?

PD-L : Celui d'un combat, celui du désespoir victorieux de survivre du seul être rescapé d'un bombardement dans son village et qui peine à respirer, à vivre et qui un jour a décidé d'exister par la musique, sa musique et qui mène chaque jour, à chaque instant ce face à face pour lequel il est voué. Il croit qu'exécuter ce concert est une chose facile, et bien non, car il est renvoyé à des questions existentielles, mais également celle d'une composition musicale à caractère tendre et optimiste.

APP : Comment définiriez-vous "FORT" : Comédie ou tragédie ?

PD-L : Ni l'une ni l'autre, même s'il y a du tragique et que le héros est parfois drôle. C'est très difficile de classer du contemporain dans des thèmes qui sont très encadrés. Je pense que c'est au spectateur de se faire son opinion.

 

fort sangla lacombe 1

L'équipe du Rivage... le trio gagnant !

©Damien Perrichon

 

APP : Pascal, quelles ont été les raisons qui t'ont amené à interpréter le rôle de ce concertiste en prise avec ce "souffle" de la vie ?

PS : Les mêmes que Pascale Daniel-Lacombe. Une vraie envie de nous retrouver sur un spectacle collectif. Le rôle du concertiste s'est posé un peu de fait, j'ai aimé ce texte écrit spécialement pour moi (sans prétention de ma part mais avec une certaine fierté), et parce que je suis un musicien. Bien avant que la pièce ne soit écrite, nous savions tous deux de quoi nous voulions parler, et faire pareille démarche de la part d'un metteur en scène, à savoir commander un texte non encore écrit, c'est courageux et audacieux. Et surtout de nous lancer dans une aventure périlleuse.

APP : Jouer ce rôle t'a-t-il demandé beaucoup d'effort ?

PS : Oui, un grand, très grand, parce que l'atmosphère est singulière, qui a de subtiles nuances, celle de l'angoisse, la panique, entre mouvements et contradictions d'un jeune homme aux prises avec ses fantômes, ses inapaisables souffrances liées à l'enfance, d'avoir été le témoin du bombardement de son village, son exil, la perte de ses parents, la dure initiation du piano, cette volonté pour cultiver son clavier, convertir sa peine en musique, l'effort à faire pour revivre et vivre, car comme il le dit "je suis mort à 7 ans".

APP : Composition, musique, chanson, théâtre, gères-tu toutes ces agitations ?

PS : Avec une grande organisation. J'ai la chance aujourd'hui de pouvoir choisir et de planifier mes différentes activités et pour moi, c'est un luxe énorme. Je sais à l'avance ce que je vais faire, musique ou théâtre et puis ces deux disciplines font partie d'un même univers. Cela ne m'est pas étranger, et je le fais tout naturellement, sans avoir d'angoisses. Dans les pièces que j'ai jouées, j'ai toujours eu un rapport avec la musique soit sur scène, soit pour une musique commandée pour tel ou tel spectacle. Avant, je transportais deux valises, à présent je n'en ai qu'une seule, très grande et très lourde soit, mais j'arrive à apprivoiser le maousse programme qui est à l'intérieur (rires).

APP : Venir jouer à Bayonne, ta ville natale, après ton succès musical il y a quelques mois à la Luna Negra, cela doit être émouvant et également une certaine fierté, celle d'une réussite de l'enfant du pays ?

PS : Oui émouvant et formidable, car c'est à Bayonne que va se terminer la tournée de "FORT" qui a pris naissance à Saint-Jean-de-Luz au sein du Théâtre du Rivage dirigé par mon metteur en scène et Antonin son Administrateur, mais créée à Paris au Théâtre de l'Est Parisien, avec mon partenaire Etienne Kimes, qui lui aussi est de la région. Mon désir aurait été de continuer la tournée dans plusieurs villes du Pays Basque.

 

Message reçu talentueux Pascal !.

 

"FORT" - Théâtre de Bayonne Scène Nationale Sud-Aquitain - mardi 11 mai à 20h30

Tarifs : 18€/15€ - Maimorables : 8€

Renseignements : 05 59 59 07 27 ou www.snbsa.fr

Hâtez-vous car il reste très peu de places.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque" du 7 au 13 mai 2010.

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories