Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 21:44

Des gens se croisent, s'entrecroisent dans une gare. C'est la grève des trains : les histoires se mêlent, s'entremêlent... Surprises, quiproquos à gogo, pas de portes qui claquent mais on arrive, on part, on revient et à la fin, ça finit bien. Tous les ingrédients du vaudeville sont réunis pour vous faire passer un agréable moment avec les comédiens de l'Arta Théâtre. (flyer).

 

© Alicia Snicker.

 

Claire Vidal inculque le naturel et la sincérité dans la comédie.

 

Claire Vidal est ce qu’on appelle une bourlingueuse de théâtre. Tour à tour, auteur, comédienne, metteur en scène, elle est depuis des années la directrice artistique de l’association Arta Théâtre fondée voici douze ans. Passionnée du jeu et des mots, elle ne cesse d’explorer toutes les facettes de son art. Le regard pétillant et rieur, celle qui rappelle par instant la drôlissime Balasko, nous parle de son métier et ses projets avec enthousiasme comme le ferait une amoureuse de longue date : avec conviction, malice et tendresse. Elle sera entourée de douze comédiens amateurs sur la scène de la Luna Negra le 22 juin à 20h30 avec la pièce qu’elle a écrite en duo avec Marc Plaza, le président actuel de l’association « Il est où le paquet ? ». C’est une femme lumineuse et démonstrative que j’ai rencontrée.

 

APP : Si Claire Vidal voulait bien parler d’elle ?

CV : Oh ! La question embarrassante, quoique paradoxale lorsqu’on est comédienne. Je pense être une femme solaire avec un cœur immense, qui apporte et s’apporte une grande étincelle de vie, un « déverrouillage » du cœur et qui pratique une certaine liberté de la gestuelle, de la parole et de la formule. J’ai toujours eu ce goût du partage et transmettre la passion de la comédie. Très souvent, lorsque je croise des gens à la fin de mes spectacles, je sais qu’ils portent en eux l’envie des plaches. J’aime être une conteuse d’histoire sur scène, qui pour moi est un endroit d’échange, de créativité et qui vous donne l’occasion de faire de belles rencontres. C’est aussi l’art qui fédère des amitiés. Oui, une sorte d’école de la liberté. C’est ce que ressent la comédienne que je suis.

APP : Une femme à plusieurs casquettes : auteur, directrice artistique et enseignante à l’Ecole d’Art Dramatique « Arta Théâtre ». Egalement metteur en scène de la pièce « Il est où le paquet ? » écrite à quatre mains avec Marc Plaza, qui sera jouée à la Luna Negra le 22 juin prochain, alors c’est quoi l’univers de ce spectacle ?

CV : C’est vrai que je fais du théâtre depuis longtemps jusqu’à ce qu’on me demande d’être prof et directrice artistique de l’association Arta Théâtre. En effet, par le biais de cette activité, je veux donner une culture théâtrale aux personnes qui désirent jouer la comédie. Pour moi, le théâtre, c’est le reflet de la vie et de la société. Je dis que le spectacle est avant tout un divertissement, mais qu’à travers celui-ci, il y a une leçon forte qui se dégage. De plus, c’est une activité hautement éducative. Travailler avec une troupe, c’est une chance. Cela permet de s’évader, de progresser, de se forger une identité et un langage. Je leur apprends à bouger, à parler et à s’amuser sur scène. L’atelier et la scène sont complémentaires. Et l’envie des planches se fait automatiquement. Débutants et confirmés se croisent et se tirent mutuellement vers le haut. Ce que j’essaie de leur inculquer : le soi, le naturel et la sincérité dans la comédie.

APP : La pièce « Il est où le paquet ? » raconte quoi ?

CV : Des êtres qui se croisent, s’entrecroisent dans une gare. C’est la grève des trains. Des histoires qui se mêlent et s’entremêlent… Surprises et quiproquos à gogo. Pas de portes qui claquent, mais on arrive, on part, on revient et à la fin, ça finit bien. Tous les ingrédients du vaudeville sont réunis pour faire passer un très agréable moment en compagnie de douze comédiens presque tous amateurs. Mais bon, je ne vais pas tout raconter, il suffira de venir à la Luna Negra pour connaître cette histoire vaudevillesque.

APP : On sent ce feu théâtral qui t’anime, ce qui me fait te poser cette question : as-tu été influencée par une famille d’artistes ou tout simplement par le biais de rencontres artistiques ?

CV : Déjà toute petite, j’organisais des spectacles avec mes petits camarades de classe. Mais une vocation contrariée par un papa qui m’interdisait de faire du théâtre. Je me suis mariée très tôt et j’ai dû assurer le quotidien de mes enfants. J’ai attendu d’avoir quarante ans pour me lancer à fond dans cet art. J’ai fait quelques stages, dont l’un « la sincérité dans la comédie » organisé par le réalisateur Safy Nebbou (ex pensionnaire du Théâtre des Chimères). Ce fut une belle rencontre. Chose extraordinaire, nous étions huit dans ce stage, et tous sont devenus professionnels. J’ai même fait du mime, de l’expression corporelle, de l’écriture avec Rémy Boiron.

APP : Peut-on connaître tes projets ?

CV : Il y en a sur le feu, mais rien de définitif. Des idées plein la tête ça oui ! Je continue toujours les « rings d’impros » à la Luna Negra avec quelques comédiens habituels comme Farid Amziane, Gilles Llarena, Martial, Marie-Lise Hodet. Ecrire également des chansons et reprendre peut-être un spectacle avec Martial (s’il est libre) et l’auteur-compositeur Fabienne Gal.

APP : Avant de nous séparer, quel serait ton petit mot de la fin ?

CV : Sans réfléchir, c’est ce que je dis à tout le monde avant de jouer… Un mot de la fin qui est un mot du début : Amusons-nous !

 

Il est où le paquet ? de et avec Claire Vidal et Marc Plaza, et les comédiens de l’Arta Théâtre – vendredi 22 juin à 20h30 – Luna Negra Bayonne

Tarifs : 8 et 6€

Réservations : 06 32 17 99 49 ou claire.vidal@live.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 15 au 21 juin 2012.

 

 2012-PHOTOS-1793_cr.jpg  PHOTOS-2012-2-1784.JPG

 

 

2012-PHOTOS-1766_cr.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories