Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 00:05

Itsasoa : des voix qui font la joie du chœur

 

51d4355c0d25a.jpgFrédéric Sorhaitz fut, dès 1984, professeur d’alto au Conservatoire de Bayonne, directeur de l’Ecole de Musique de Saint-Palais et professeur d’alto au Conservatoire des Landes. Il est également musicien à l’ORBCB, violoniste et mandoliniste, jouant également pour l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine. Directeur de chœur paroissial depuis son adolescence, il se perfectionne dans la direction d’orchestre auprès de Robert Delcroix, ancien professeur de direction d’orchestre au CNSM à Paris. Il dirigea également les chorales basques Elhea (Saint-Palais) et Arraga (Cambo), et l’Orchestre Symphonique de Dax. Depuis 2002, grâce à son amie Christine Verge, il est chef de chœur et directeur artistique d’Itsasoa. Entretien avec celui qui apporte ses compétences précieuses pour ces voix qui font la joie du chœur.

APP : Jolie formule lorsqu’on présente Itsasoa « Les choristes ont le cœur en Euskal Herri et l’esprit tourné vers le monde », chorale d’inspiration navarraise. Je voudrais savoir quand et comment est née celle-ci ?
FS : Créé en 1990, le Chœur mixte de Biarritz deviendra en 1998, Chœur Itsasoa (qui veut dire la Mer). Les costumes sont d’inspiration navarraise, plus précisément d’Ochagavia pour les femmes et de la vallée du Roncal pour les hommes.
APP : Quel sera le programme du concert que tu donneras avec tes 60 choristes le 11 juillet à l’église Sainte-Eugénie à Biarritz ?
FS : Des œuvres de compositeurs basques Urunuela, Olaizola, Madina, Donostia, Sorozabal, Guridi, Urteaga, Busto et bien d’autres, ainsi qu’un chant de Atahualpa Yupanqui et un chant philippin. Egalement d’autres œuvres, Gernika de Sorozabal, Aita Gurea de Madina et Sagastipean de Busto.
APP : Le répertoire d’Itsasoa s’accentue-t-il plus vers les chants religieux et classiques que ceux contemporains ? Comment perçois-tu l’évolution de ton travail en ta qualité de chef de chœur et de directeur artistique ?
FS : Cela va du répertoire classique aux compositions contemporaines. Les compositeurs basques sont très présents. Nous avons des projets sur plusieurs années et ce, dans tous les styles, non seulement en basque, mais aussi dans d’autres langues. Plusieurs choristes sont instrumentistes et sont capables de déchiffrer une partition et de la faire répéter. C’est un atout pour le chœur et une aide précieuse en prolongement de mon travail. L’objectif de l’apprentissage d’un chant est de le travailler jusqu’à le posséder et pouvoir l’interpréter, l’exprimer, le transmettre, le communiquer au public. Les choristes sont des amateurs et j’attends d’eux qu’ils se comportent en spécialistes et se préparent comme s’ils étaient solistes. Chacun est responsable de sa participation, même si elle est fondue dans l’ensemble.
APP : Lorsque tu rassembles les 60 choristes sur scène, quelle est ta motivation première ?
FS : Actuellement, ce chœur est fait de 70 chanteurs et, mon but, c’est de bâtir avec eux. Je sais qu’ils font tout pour apporter la continuité d’Itsasoa tant en France qu’à l’Etranger. Je souhaite que nous transportions le public vers l’inouï. Transmettre l’énergie choristes, susciter l’homogénéité de l’ensemble et veiller à une interprétation fidèle des œuvres et atteindre la sensibilité de l’auditeur. Une autre dimension du concert se révèle quand nous chantons hors du Pays basque : la volonté de faire connaitre la beauté et la diversité culturelle de notre pays. Non seulement par le chant, mais aussi par la parole et parfois par la danse. Nous sommes inspirés en cela par des groupes célèbres qui nous ont précédés : Oleata, Erosoinka, Oldarra, Oraï bat, Etorki pour ne citer que ceux-là.

Chœur mixte Itsasoa - Eglise Sainte-Eugénie à Biarritz - 11 juillet à 21h

Tarif unique : 12 €

Réservations et informations : 05 59 22 44 66

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 5 au 11 juillet 2013.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 23:52

La Nuit du Théâtre... vous appartient !

 

L'atelier du Rideau Rouge - Bienvenue chez RaymondVoilà la 13ème édition de la Nuit du Théâtre de la MVC Polo Beyris à Bayonne ouvre ses portes les 5 et 6 juillet à partir de 17h. Entrez donc dans le monde de l’art vivant grâce à des spectacles variés et originaux, classiques ou contemporains, interprétés par des talents amateurs. Cette Nuit du Théâtre est parrainée par Jean-Philippe Viaud (journaliste à France 2 et chroniqueur à Télé Matin de William Leymergie). Grand moment théâtral de l’été, ces deux nuits ne vous laisseront pas indifférents. D’année en année, sous l’impulsion de la FATAB, elle affirme sa fringale d’audace et d’originalité. Entretien avec le directeur de la MVC Polo Beyris Bayonne : Arnaud Guicharousse.

 

 

 

APP : Arnaud, c’est la 13e édition de la Nuit du Théâtre…
arnaud.jpgAG : Dans la dynamique des 50 ans du quartier du Polo et de l’association de la MJC/MVC, cette 13e Nuit du Théâtre sera festive, conviviale et mettra une fois de plus en avant, l’engagement des bénévoles et la volonté de faire vivre un lieu culturel atypique. La Fatab et ses membres nous ont montré leur volonté de pérenniser ce projet unique, leur amour du théâtre et de la culture populaire. Le parrain cette année sera Jean-Philippe Viaud, journaliste et chroniqueur à France 2.
APP : Cette action citoyenne a-t-elle des retombées pour les habitants du quartier dans le domaine de la culture ?
AG : Tu as raison de dire que c’est une action citoyenne, au-delà des bénévoles de la Fatab, il y a chaque année un nombre important d’autres soutiens, ceux du Comité d’Animation du Polo et des habitants du quartier proche, des jeunes également, qui s’investissent dans l’organisation pour que cette fête du théâtre soit plus belle. Cette notion d’engagement est une valeur citoyenne importante. Chaque année, les habitants du Polo bénéficient d’un petit prix d’entrée. La Nuit du Théâtre permet les rencontres, de rompre l’isolement pour certains, et réunir des passionnés du théâtre, amoureux du verbe et de la prose.
APP : Qu’attends-tu de cette 13e édition ?
AG : Que la Fatab fasse le plein de spectateurs, que l’ambiance soit comme les années précédentes, chaleureuse et détendue et le rire soit toujours roi. Que la MVC vive de moments forts, et l’émotion toujours là. Il faut soutenir vaille que vaille le théâtre amateur et permettre à la culture de s’exprimer quel que soit le territoire.

13e édition de la Nuit du Théâtre - 5 et 6 juillet à partir de 17h - MVC du Polo Beyris 28 avenue de l’Ursuya Bayonne  logo-beyris.jpg

Tarifs : 10 € ou via un pass pour les 2 nuits à 14 €

Réservations et informations  : 06 63 65 17 07

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 5 au 11 juillet 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 01:28

Les Jeudi de Bidache en 2013... ça donne quoi ?

Laissons Patrick Baylou, Président de l'Association Mosaique nous en parler...

 


PATRICK BAYLOU INTERVIEW - LES JEUDIS DE...

 
Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 10:01

Le théâtre du Vivier présente deux scènes de la trilogie de "Ohne" de Dominique Wittorski.
Ohne met en scène, en les mêlant, le tragique de l’exclusion et le burlesque qui peut naitre des efforts pour le combattre. Ohne, héros d’un face à face terrible avec l’Administration. Il se présente à l’ANPE. On lui demande de prendre un numéro, il prend. Et de surveiller le cadran, il surveille. Mais Ohne parle une langue trouée… Il est pathétique et drôle, incisif ; il bouscule par tous ses raisonnements et force l’écoute. Les employés lui répondent avec leur assurance règlementaire, ils sont comiques, terrifiants et finalement touchants dans leur essai de comprendre et d’aider. Arrive alors au secours une aide venue d’ailleurs… et ça fout le bordel ! Impasse.

 


OHNE INTERVIEW - THEATRE DU VIVIER

© Alicia Snicker.

2013-PHOTOS-3921.jpg

chapiteau baroja


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 20:40

The Voice : Olympe et Dièse, deux belles révélations 2013.


Si les fans du jeune chanteur Olympe ont été déçus de sa défaite devant Yoann Fréget, ils pourront se consoler avec l’album qu’il sortira en juillet. Album que le jeune homme va leur dédier avec des reprises version longue et quelques mélodies. Olympe partagera la scène avec Diése, une chanteuse magnifique, bourrée de talent et d’une incroyable beauté féline naturelle. Ils seront avec les six autres révélations de « The Voice » saison 2 aux Arènes de Bayonne le 6 juillet à 21h. Entretien.


Crédits photos : bureau 233.
Nouvelle-image.JPGAPP : Quelle a été ta réaction lorsque tu as su que tu étais parmi les 8 meilleurs talents de la saison 2 de The Voice ? Il faut dire que tu as fait des interprétations riches en émotion. Pas trop déçu, toi le favori d’avoir été battu à un cheveu près par Yoann Fréget ?
O : Sincèrement, je ne suis pas déçu. Je n’avais que 0,2 % des voix qui me séparaient de Yoann. J’ai été très heureux pour Yoann, il le méritait. Pour moi, l’une de mes plus grandes joies, c’est d’avoir été suivi par le public. Je suis un bon perdant (rires). La victoire a une toute autre signification, j’ai perdu le titre oui, l’aventure, non. Je suis presque premier et ça me laisse plus de liberté pour la suite, sans la pression du gagnant.
APP : Je présume que tu as pensé très fort à Jenifer qui a eu le bon flair en t’acceptant dans son équipe. T’a-t-elle donné de précieux conseils quant à ton avenir de chanteur ?
O :Je tiens à remercier Jenifer ma super coach ! J'ai tellement appris avec elle. Et je garderai très longtemps le souvenir du duo que j’ai interprété avec elle, une reprise de Whitney Houston, « Will Always Love You », qui m’a beaucoup ému, à quelques minutes de l’annonce des résultats. Cette aventure et ce duo resteront gravés à jamais dans mon cœur et ma mémoire. Merci du fond du cœur à cette belle personne si talentueuse et généreuse.
APP : C’est officiel, tu vas sortir 2 albums en 2014, dont un avec des reprises, en cadeau pour tous ceux qui t’ont suivi ?
O : Oui, un album cadeau pour remercier ceux qui m’ont suivi, un album de reprises en versions longues, ainsi que quelques originaux, qui sortira ce mois de juillet. Ce ne sera pas un Cd The Voice et un autre plus personnel qui sortira en décembre 2013. Celui-là sera pop rock avec beaucoup de mélodies.

Nouvelle-image3.JPGAPP : Heureuse, Dièse, d’être parmi les 8 meilleurs talents de la 2e saison de The Voice et de venir aux Arènes de Bayonne le 6 juillet prochain ?
D : Oui très heureuse d’être avec mes sept autres camarades pour faire la tournée Voice 2e saison. Je suis ravie d’en être arrivée là, de faire ces primes-là, c’est quand même de gros moyens mis à notre disposition. Beaucoup impressionnée aussi de me produire aux Arènes de Bayonne qui, d’après infos, contiendraient à peu près 10 000 spectateurs. C’est assez impressionnant. Je dois dire que nous avons tous la pression pour le 6 juillet.

APP : Pas trop déçue d’avoir été éliminée aux portes de la finale ? Sincèrement, pensais-tu que Yoann allait être le grand vainqueur ?
D : Sincèrement non car, vraiment, je suis ravie de mon parcours. Je ne pensais pas arriver jusqu’à ce stade. Je l’ai fait du mieux que je pouvais. Je très heureuse que Yoann Fréget ait gagné. Il le méritait largement. C'est un artiste au grand cœur, un garçon formidable. J’avoue qu’il était mon chouchou et je pensais qu’il avait de fortes chances pour être le gagnant. Pour moi Yoann est une bête de scène et un réel artiste. Je suis déterminée plus que jamais à partager ce que je fais de mieux… chanter !
APP : Sans langue de bois, que penses-tu de ton coach Florent Pagny ?
D : Florent est quelqu’un de très franc, très honnête et sympa qui est détaché de la star system. C’est ce que j’ai apprécié chez lui. Les rapports avec lui étaient très conviviaux. C’est un être très simple. Il prenait toujours du recul face aux événements. J’ai aimé son approche dans l’acceptation de l’univers et le choix de l’autre. C’est quelqu’un que j’aimerais revoir par la suite.

Alhambra et Cheyenne Production - The Voice - 6 juillet à 21h - Arènes de Bayonne arene-bayonne.jpg

Tarifs : 39 et 49 €

Informations et réservations : Euterpe Promotion 05 64 11 09 59

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 28 juin au 4 juillet 2013.


Nouvelle-image2.JPG

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 20:33

Entre danse et chansons de variétés pour Entractes Organisations.

 

les-stentors.jpgEntractes Organisations, représentent une structure culturelle qui a pour but la production de spectacles vivants. Son expérience de qualité offre des prestations haut de gamme avec des formules modulables et à la carte. A deux pas de chez vous, un événement culturel vous attend. Un cocktail détonnant à base de danse et chansons de variétés. C’est ainsi qu’en Juillet, sur la scène de la Gare du Midi se produira Rock the ballet 2 : The new show qui rencontre un succès incroyable partout dans le monde, devant différents publics. Un spectacle qui allie la technique du ballet classique aux rythmes plus modernes du hip hop, de l’acrobatie, de la capoeira et de la danse contemporaine. Rasta Thomas, l’enfant terrible de la danse actuelle revient à Biarritz le 12 juillet avec son tout nouveau spectacle qui bouscule joyeusement les conventions. Des danseurs qui offriront leur superbe masculinité mâtinée d’une touche féminine, exécutant des mouvements rythmés et langoureux, dans un torrent de charisme et d’énergie bluffant ! Un show qui réconciliera tous les amateurs de la danse rock. Et le 22 juillet, les Stentors en concert, quatre talentueux garçons, dans un style moderne qui savent s’immerger de plein pied dans l’univers des chansons populaires, mais aussi dans celui du bel canto. Quatre chanteurs cools et beaux gosses, qui ont la belle envie de faire partager leur passion sans vous prendre de haut. Ils aiment la bonne chanson française populaire sans être ringards… Et ces quatre là sont Les Stentors !

Renseignements et location à Entractes Organisations au 05 59 59 23 79 ou www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 28 juin au 4 juillet 2013.

gareBiarritz-e751c

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 20:18

Nuit blanche artistique : Biarritz fait la part belle aux Arts sacrés du XXIe siècleCulture           

 

Vendredi 5 juillet de 20h à 6h du matin Biarritz



photo-Patrick-T.jpg© Patrick T.


"Une photographie, c'est un arret du coeur d'une fraction de secondes" Pierre Mauvila.


Pour ce qui est des loisirs, la Nuit Blanche Artistique n’est pas la plus mal lotie pour le public biarrot et d’ailleurs. Pour sa 3e édition, elle permettra une nouvelle fois à un large public de découvrir des œuvres d’art et créations contemporaines sans avoir à franchir la cloison de verre qui ferme à la mixité sociale les grands lieux artistiques. Cette année encore, la manifestation artistique se fera à la Crypte Sainte-Eugénie à Biarritz le 5 juillet de 20h à 6h du matin. Ce dont se réjouissent l’artiste pluridisciplinaire et photographe, Maura Black, et les Affaires culturelles de Biarritz. Profitez de cette Nuit Blanche pour faire un pied de nez à la morosité et au temps capricieux, en découvrant l’art visuel, la danse, les concerts, le chant, les expos, le cinéma, la musique et la poésie. Nuit Blanche Artistique, un concept qui fait toujours la part belle aux Arts sacrés du XXIe siècle et aux artistes contemporains. Rencontre avec l’artiste Maura Black.

 

APP : Quel est ton parcours Maura Black ?
MB : Oh la la ! Photographe, performeuse, activiste, humaniste ! Celle qui a toujours son appareil photo en bandoulière, sa loupe dans la poche, qui passe et repasse par la corde molle de l’existence. Une photographe qui a des yeux de toutes les tailles, de toutes les couleurs et dans tout leur état. Je suis née aux îles Galápagos (Equateur) et ai grandi dans la nature. J’ai également étudié la communication sociale, la sémiotique de l’image et la photographie. En 2008, je crée avec d’autres Latino-Américaines, l’association « L’Attitude Européenne » qui a pour but de réaliser des échanges socio-culturels entre l’Europe et l’Amérique, en respectant leurs diversité, religion, histoire et culture.
APP : Qu’est-ce qui se cache derrière cette « Nuit blanche artistique » à Biarritz ?
MB : Une histoire, un parcours, une recherche. Des rencontres formidables et magiques avec des gens sensibles à des actions qui remuent notre société. Pour moi, cette « nuit blanche » comporte des « nuits blanches », avec tout un processus de réflexion. Quel thème choisir, par où commencer, comment poursuivre ? C’est en effet une réverbération de questions et de réponses individuelles que j’ai partagées avec les artistes, les amis, les familiers, les journalistes, en écoutant leurs envies, leurs opinions, leurs besoins. Le thème des « Arts sacrés au XXIe siècle » est né d’une nécessité, un hommage rendu à la femme en tant qu’être mythique dans l’histoire. J’avais choisi l’exemple de la Vierge Marie, qui pour les catholiques est un symbole très important, pour les musulmans, une femme exceptionnelle et pour les autres cultures bien sûr, ce n’est pas la « Vierge Marie », mais une femme qui donne la vie. Le féminin, « La Pacha Mama (en quichua), Ama Lur (en basque). La mère terre… La féminité avec tout son potentiel. C’est la mosaïste Véronique Dentel qui m’a suggéré : Les Arts Sacrés au XXIe siècle. Ce qui fait également la part belle aux artistes contemporains. On y a mêlé des artistes amateurs et professionnels.
APP : S’il fallait choisir deux ou trois moments forts pour cette nuit-là ?
MB : Difficile de choisir parmi tous ces trésors de la création. Je reprends la phrase de ma grand-mère qui disait : « Chaque étoile brille par sa propre lumière », mais pour répondre à ta question, je dirais : Le chant oriental mystique de la Princesse Sabiatou avec Njapndounke Njoya accompagné de la danseuse et chorégraphe vénézuélienne Saby Moralès. Le face à face poétique en basque, français, espagnol, avec Itxaro Borda et autres poètes. Performance : David-Elliot Salamanovich. Le groupe pluridisciplinaire national et international Havona Cool Jazz.
APP : Je te laisse le mot de la fin…
MB : Cette nuit sera un instant éphémère, mais tellement fort, qui invite à découvrir ou à redécouvrir des démarches différentes qui nous submergeront dans une nuit blanche autour de la spiritualité, l’individu et le mysticisme. Face au vide, face à la vie même. La mer, le ciel, l’art comme désir de voyage intemporel, de communion et de continuité. Ce désir sera au cœur de notre création.

Nuit Blanche Artistique - Crypte Sainte-Eugénie à Biarritz

5 juillet de 20h à 6h du matin

Informations : Marie-Hélène Labasse 05 59 41 57 50 et Maura Black 06 29 69 60 91

20h : Ouverture des portes.

20h30 : Inauguration.

21h : Puccini, Bizet, Gounod avec la soprano Véronique Fourment, Marie Datcharry piano. Transcription pour piano de la Sicilienne. Sonate pour clavecin et flûte de Bach interprétée par Charles-Valentin Alkan. Avec extraits d’œuvres de Fauré et Maurice Ravel.

21h45 : Film « Bulding Sparka (Normandie).

22h : Concert-Performance avec Havona Cool Jazz. Danse Saby Moralès.

23h : Chants orientaux mystiques. Princesse Sabiatou. Chant des femmes touaregs, Chant Gnawa, Chant arabo-andalou, chant hébreu. Performance : David-Elliot Salamanovic.

23h35 : Concert FA7 Combo Jazz Funk.

00h30 : Cinéma.

00h45 : Concert avec Silent Opéra (Métal Lyric).

1h35 : Concert performance Los Magos, Kinjo, Phlippe et Fred.

2h00 : Performance musicale poétique Adelaïd Cerenys.

2h20 : Concert avec Undead Strippers Pays basque.
affiche-nuit-blanche-artistique-2013.jpg

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 28 juin au 4 juillet 2013.

eglise.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 02:23

Onze voix forment ce groupe au style épuré, et consacré aux chants basques.

 


INTERVIEW INVITES - XIBEROTARRAK - IZARRAK 10...

 

IMG-3821--19-.jpg 


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 00:17

L'histoire d'une amitié entre deux acolytes inséparables du pays basque, Xabi et Patxi qui ont commencé par un concours à l'Atabal en 2007 à Biarritz, ce qui propulsa leurs carrières au sommet. Aujourd'hui le groupe s'est agrandi et compte cinq membres. Un véritable coup de coeur pour ce groupe qui a déjà participé à de nombreux concerts aux cotés d'Izarrak.

 


INTERVIEW INVITES - BEGIZ BEGI - IZARRAK 10...

IMG-3821--13-.jpg BEGIZ-BEGI.jpg


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 17:27

« J’ai rien fait pour ça » : Martial, l’amuseur public n°1



Martial.jpg 

©Mathieu Delaunay.

"Avec ce spectacle j'ai acquis plus de discernement et de modération dans mon jeu".

 

Martial est un humoriste qui n’y va pas par quatre chemins pour tourner en ironie la vie de tous les jours et les absurdités de la société. Incisif et grinçant, il casse tous les codes du bien pensant. Ses yeux accrocheurs bougent sans cesse pour capter le moindre signe extérieur de rigolade. Le petit grain de sel qui aurait échappé au commun des mortels, mais que lui  attrape au vol. Une rencontre avec Martial, trublion au regard malicieux et au jeu subtil.

APP : Martial, comment décrirais-tu ton spectacle « J’ai rien fait pour ça ! » (Mise en scène : Claire Vidal et Benoît Joubert.)
Martial : Je dirai une traduction « populaire » où le spectateur peut se retrouver, se reconnaître, qu’il soit jeune ou vieux. Je travaille sur les conflits générationnels, sur ce que je peux voir à la télévision, dans la rue attablé à la terrasse d’un café, les choses marrantes ou tristes au quotidien.
APP : Tu t’es inspiré de ta propre expérience ?
M : C’est difficile de ne pas partir sur des choses qui vous touchent personnellement, même s’il faut y mettre un peu d’imagination. « J’ai rien fait pour ça ! » a été écrit en partie dans le train, sans trop savoir si j’allais réussir à assembler les pièces du puzzle. Donc, avant de le monter définitivement, je le testais auprès de ma famille ou de mes potes.
APP : Donne-nous trois bonnes raisons pour aller voir ton show…
M : Ah ! Ah ! Eh bien, parce que le rire est favorable sur la santé. Parce que le rire permet de dominer le stress dans les moments difficiles. Parce que le rire, c’est de transmettre quelque chose de positif aux autres. Flattons l’égo, ce spectacle vaut le détour (rires).
APP : Que penses-tu de cette phrase : « Faire rire, est le métier le plus difficile. Molière t’avait prévenu ! » ?
M : Très difficile ! Il m’a fallu du temps, de l’apprentissage, des essais pour comprendre ce mécanisme singulier et distinctif. J’ai toujours écrit mes textes sur scène, car c’est le seul endroit pour moi qui me permet de savoir si la mayonnaise prendra ou si le soufflet ne s’écroulera pas. La réaction du public me donne l’indice pour déclencher le rire et parfois, j’applique l’improvisation, car je sais que le spectateur en est friand. Je me fais un malin plaisir de la pratiquer en fonction de ce que j’entends dans la salle, surtout lorsque quelqu’un m’apostrophe. Oui, le rire véhicule la bonne humeur. Voir repartir les spectateurs avec le sourire aux lèvres, c’est pour moi « partie gagnée ». Ils en ont bien besoin par ce temps maussade qui sévit et cette période de crise présente. La difficulté, c’est le fait qu’un jeu de mots, une phrase, une situation comique n’est pas perçue de la même manière chaque soir. J’aime me mettre en danger, ce qui me permet de chercher des choses à renouveler, à adapter, à partager.
APP : Physique de « beau gosse », cela t’a-t-il aidé dans ta jeune carrière ?
M : Comme on dit, j’ai la beauté de ma jeunesse ! (Rire) En toute franchise, je n’en sais rien, mais je ne l’espère pas. C’est flatteur, mais je serais un peu déçu qu’on vienne me voir que pour ça. Et puis ça m’embêterait vachement d’en jouer. Qu’on me trouve beau ou moche, ce qui compte, c’est de m’apprécier en tant qu’humoriste. Au fait, tu as remarqué ma tignasse ? Je suis certain de recevoir prochainement une lettre me sommant d’aller me faire couper les cheveux ! (Rire)
APP : Entre ta toute première scène et ce spectacle 2013, quels sont les grands changements ?
M : Avec ce nouveau spectacle avec lequel je tourne depuis deux ans, je dirai qu’il est plus personnel et j’ai acquis plus de discernement, de modération dans mon jeu, d’observation, de contrôle et de rigueur.

Martial Betirac « J’ai rien fait pour ça ! » - samedi 29 juin à 20h30 - Luna Negra à Bayonne   logo luna

Tarif s: 15,12 et 8 €

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

(autre représentation le 14 septembre 2013).

Questionnaire de Proust

Le principal trait de ton caractère ? : Bosseur.

La qualité que tu préfères chez un homme ? Le talent. Chez une femme ? : Son côté enfant.

Le bonheur parfait selon toi ? : Auteur de chansons et heureux auprès de ma famille.

Ton dernier fou rire ? : Hier en répétition.

Ton occupation préférée ? : Composer et jouer de la musique.

Ton écrivain préféré ? : Charles Baudelaire.

Ton livre de chevet ? : Les Fleurs du mal.

La figure historique que tu admires ? : Est-ce que Serge Gainsbourg est historique ?

Ton chanteur et compositeur préféré : Serge Gainsbourg, Jean-Jacques Goldman et Jean-Louis Aubert.

La chanson que tu fredonnes sous ta douche ? : La Javanaise.

Ta couleur préférée ? : Le rouge.

Ta boisson préférée ? : Whisky Coca.

Les fautes pour lesquelles tu as le plus d’indulgence ? : Celles commises sous l’impulsion, l’énervement.

Qui détestes-tu vraiment ? : Ceux qui ne respectent pas le métier d’artiste, ceux qui utilisent ce bel art à d’autres fins.

Si tu devais changer une chose dans ton apparence physique ? : Mon nez qui est tordu (rires).

Ton plus grand regret ? : Ne pas avoir eu les moyens de mon ambition.

Qu’as-tu réussi de mieux dans ta vie ? : Mes spectacles quand j’avais un groupe de jazz sur scène avec moi.

Ta devise ? : Travail, Famille, Patrie.

 

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 21 au 27 juin 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories