Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 02:13

Jean Bonnefon et Daniel Chavaroche… des conteurs électriques !

 

Y-a-pas-que-le-rugby-.--23--1.JPGEcrire une suite était une évidence, après le succès de leur premier spectacle « On n’est pas venu là pour en prendre ».

Jean Bonnefon et Daniel Chavaroche l’ont fait naître et ils l’ont titré « Y’a pas que le rugby dans la vie ». Ils nous racontent avec humour la vie des personnages plus vrais que nature, au cœur du village de Bellecombe. Pour découvrir cette chronique dirigez-vous vers la petite salle de théâtre Luna Negra, ce vendredi 19 octobre à 20h30. Des personnages tout droit sortis d’une imagination, mais on a l’impression de les avoir croisés un jour ou l’autre. Un divertissement de 1h30 teinté d’émotion, d’humour, de tendresse, de nostalgie parfois, mais aussi de franche rigolade. Ce sont les fêtes de Pentecôte et un beau prétexte pour nos conteurs électriques d’évoquer la vie de ce village en Périgord. On y parle de rugby, mais aussi des ruraux rencontrés au bal, aux courses cyclistes, à la buvette. Des personnages hauts en couleur comme les Bébert, Marie-Jo, Bartolomé, le président Bezouille, Paco et les autres ! Un décor dépouillé, une table, deux chaises. On est sur la place du village avec sa grande guirlande multicolore : c’est la fête au village. Une évocation bucolique qui ne véhicule pas que de l’humour, mais un grand pied de nez aux préjugés sur des sujets graves traités avec légèreté. Pour sûr, nos deux facétieux feront le bonheur des spectateurs avec leur langue et le verbe généreux. Etre conteur ce n’est pas seulement raconter, c’est aussi embarquer son auditoire par la simple force des mots.

 

Y’a pas que le rugby dans la vie – 19 octobre à 20h30 – Luna Negra Bayonne logo luna

Tarifs : 15, 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 19 au 25 octobre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 01:57

Icaro … un solo bouleversant d’humanité.

 

daniele-finzi-pasca.jpgUne histoire toute simple que celle d’Icaro, de et avec Daniele Finzi Pasca, sur la scène du Théâtre de Bayonne les 23, 24 et 25 octobre à 20h30.

L’histoire rudimentaire d’un homme qui accueille son nouveau compagnon de chambre et d’infortune, en l’occurrence un spectateur choisi dans la salle, transformé pour l’occasion et bien malgré lui en partenaire de jeu. Et le clown le transportera dans son univers avec l’espoir de faire oublier le cloisonnement, et une fuite vers la liberté, entre tendresse et poésie.

C’est en fait une pièce que Daniele Finzi Pasca écrivit lors d’un séjour en prison en Suisse pour objection de conscience, un solo bouleversant d’humanité. C’est en quelque sorte, un voyage initiatique où, pendant deux heures, les deux héros deviennent amis et cherchent à s’échapper de leur chambre d’hôpital. Un spectacle qui traite des thèmes de la maladie, du destin, mais dans un langage des plus faciles et ingénus de l’arlequinade. Une invitation à l’évasion et à la rêverie, où chaque spectateur se laissera emporter par son personnage aussi fascinant qu’attachant, devenant le témoin invisible de ce récit sur l’amitié. Un moment enchanteur mais aussi celui d’une incroyable performance et véritable tour de force ! Et l’on sort d’Icaro le sourire aux lèvres parce qu’on a un peu l’impression d’avoir quitté un ami, et un homme attachant et sincère qui a mis son âme à nu.

Clown de génie, Daniele Finzi Pasca est aussi le fondateur de la Compagnie Teatro Sunil.

 

Icaro de et avec Daniele Finzi Pasca – 23, 24 et 25 octobre à 20h30 – Théâtre de Bayonne 2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 25, 22 et 18€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 19 au 25 octobre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 01:41

Elise Archambault… une cantatrice des temps modernes.

 

Elise_Archambault.jpgEn compagnie de la soprano Elise Archambault, ce sera un pur moment de félicité et de grâce, parce qu’une chanteuse lyrique possédant un charisme scénique. Elle donnera son récital à la Luna Negra les 25 et 26 octobre à 20h30 avec « Mes grands airs de Diva » accompagnée au piano par Klarisse Coulon. C’est une jeune cantatrice des temps modernes, nature et talentueuse, à la voix chaude et puissante. Elle mélange les genres et ponctue sa musique de vibration dans ses orientations multiples exprimant la richesse de ses interprétations. Un programme marqué de mélodies classiques, dans une ambiance lyrique, intimiste et moderne à la fois. Elle sait imposer avec majesté délicatesse son art lyrique, son sens artistique et son personnage au fil des récitals. Nulle grandiloquence car cette artiste a une noblesse naturelle au chic inné. Son phrasé est artistique, souple et aérien. Elle sait s’imposer avec toujours plus de simplicité et d’évidence, et a cette belle uniformité de la voix, une régularité de fréquence du vibrato, une grande justesse du son et une clarté dans son jeu théâtral. Non seulement elle a une bonne technique mais elle est aussi en pleine possession de son art. Elise Archambault est une belle rencontre du chant lyrique, et conquiert le public grâce à sa voix chaude, ronde, pleine et son véritable échange. Une présence scénique intense et un talent de comédienne. De plus, une personnalité sincère et modeste. Merveilleusement belle de talent, un style personnel et original hors du commun.

 

Mes airs de Diva – Elise Archambault – Luna Negra Bayonne – 25 et 26 octobre logo luna

Tarifs : 15, 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 19 au 25 octobre 2012.

25et261012EliseArchambault263110.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 20:34

SNAWT

Créé en 2011, Snawt (Funk/Soul/Pop) composé de : Julien Deforges, Celia Marissal, Goog Navailles, Tom Rinaudo, Yann Lefer, Alex Casteraest... bien décidé à vous faire bouger !!!

N'ayant à son répertoire que des compositions originales, ce groupe - formé de six musiciens venant des quatre coins de l'Aquitaine - vous proposera un concert énergique, au cours duquel vous pourrez reconnaître leurs nombreuses influences, allant du funk à la néo-soul en passant par la pop ou la soul.

Alicia Snicker.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 15:45
Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 18:50

Larry Crockett : Démonstratif dans le jazz, engageant dans le rock funk.

 

L-Crockett.jpgSur scène, en osmose avec ses musiciens, batteur parmi les plus virtuoses et les plus appréciés de la scène contemporaine, Larry Crockett n’en est pas moins un prodigieux compositeur et un chanteur au timbre intéressant. Démonstratif dans le jazz, engageant dans le rock funk, c’est un musicien qui offre sa générosité et son plaisir du partage, entraînant son public dans son enthousiasme énergisant.

Invité par la Luna Negra à Bayonne le 20 octobre à 21h, la scène du Caveau des Augustins sera pour l’artiste une aventure humaine et un partage, où il nous fera découvrir son nouvel opus « Peace Revolution » qui fera vibrer de plaisir et qui touchera comme seuls savent le faire les artistes qui jouent avec leur cœur.

Entretien à bâtons rompus.

 

APP : Larry Crockett, voudrais-tu te présenter à nos internautes ?

LC : Je suis né à New-Jersey. Dès mes six ans, je commence à jouer de la batterie. Mon père avait un groupe de musique soul, lui-même bassiste. Ma mère chante dans une chorale à l’église. Ensuite je me suis inscrit à Rutgers University à New-Jersey pour étudier la musique. Et deux semaines après, je commence une carrière musicale avec Martha Reeves, avec de nombreuses tournées internationales.

APP : Quelle place occupe la batterie dans ce que tu écoutes et comment définis-tu le rôle de batteur dans la musique ? Qui t’a enseigné à jouer de cet instrument ?

LC : La batterie est le cœur d’un groupe. Avec ce rôle, le batteur donne vie à la musique comme le cœur humain. Le batteur est responsable du rythme et donne la bonne énergie aux musiciens. La batterie est un support, pas un lead instrument (sauf pour certains passages où il est le band leader). Le chanteur est la voix de la musique. Celui qui m’a enseigné à jouer de cet instrument est un grand maître qui s’appelle Michael Carvin, lui-même batteur dans la musique jazz.

APP : Tu navigues avec aisance entre plusieurs styles musicaux, comme le jazz, le blues, la pop… mais quelle est réellement ta préférence ?

LC : Le funk. Toute la musique funk. Parce que j’ai grandi avec celle-ci en écoutant James Brown, George Clinton et Parliament Funka Declic, Prince. L’univers musical de ces chanteurs m’a beaucoup influencé.

APP : Quels sont les musiciens qui joueront à tes concerts pour le concert du 20 octobre au Caveau des Augustins ? Quel sera le programme ?

LC : Au piano, Al McKenzie, un musicien qui a joué avec les plus grands : The Tempations, The Four Tops, Stevie Wonder ; à la guitare Richard Arame qui a joué aux côtés de Liz McComb ; à la basse Keem Yarbrough qui a joué aux côtés de Bernard et Luther Allison ; à la batterie Ishmael Nobour qui est le petit nouveau du groupe et qui a joué avec les grands artistes du blues et de l’afro-américain. Ce sera une soirée très funky avec les musiciens de mon dernier cd « Peace Revolution » que nous somme heureux de présenter au public. Toujours du jazz funk et de la musique rock funk, et quelques reprises de mon ancien répertoire.

APP : Avoir joué au « Cotton Club », « Madison Square Garden », « L’Olympia », « L’Apollo Theater », « Le Albert Hall » de Londres, et aux côtés d’Elton John, Liz McComb, de la regrettée Dakota Staton, Martha Reeves & Le Vandellas, Sonny Laudreth, Popa Chubby… mais dis-moi que de la belle pointure ?

LC : Oui, c’est la magie d’un beau parcours. Quand j’étais très jeune, je regardais souvent le ciel et les avions. Et je me disais toujours qu’un jour je prendrai l’avion et je voyagerai dans le monde, et je jouerai de la bonne et belle musique. Alléluia, le rêve est devenu réalité ! Wouaaah ! La vie m’a gâté. Vivre mon grand rêve, tu te rends compte. Mais je sais rester humble par rapport à ma vie d’artiste.

APP : Quelques mots sur Liz McComb avec laquelle tu te produis régulièrement ?

LC : Quelle belle complicité et quelle chanteuse ! Je bénis le ciel d’être à ses côtés à chaque répétition et à chaque concert. De plus, une belle artiste avec immense cœur. Ce sont neuf années d’une belle aventure musicale avec Liz.

larrypeace.jpgAPP : Parle-nous de ton dernier opus « Peace Revolution »…

LC : C’est un univers de rock funk avec des groove dance. Et des textes qui parlent de la vie. C’est un album plein d’énergie et de la petite folie comme la chanson « Mommas Got a Gun ». C’est aussi la chanson préférée de ma maman.

APP : Que peut-on te souhaiter pour 2013 ?

LC : Tout le bien du Ciel et de la Terre ! Je voudrai partager le message de « Peace Revolution » avec le monde entier. De faire apprécier ma musique et de donner toujours du plaisir au public. Et le 23 février 2013, je serai sur la scène du « New Morning » à Paris. Et faire connaître également mes deux livres « Life Illusions » et « Peace Revolution », ce dernier étant traduit en français.

 

 

Larry Crockett – Caveau des Augustins – 20 octobre à 21h – proposé par la Luna Negra Bayonne logo luna

Tarifs : 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 12 au 18 octobre 2012.


 

 logo-caveau

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 18:44

Les Amis du Théâtre de la Côte Basque : un beau festival de pièces.

 

FMAAQU064FS01NOKMEDIA_43af5394-31b3-444f-8dfc-24648bb2d8cb.jpgPour sa 47ème saison, les Amis du Théâtre de la Côte Basque commémoreront les 100 ans de la naissance du créateur du Théâtre National Populaire (TNP), Jean Vilar, acteur et metteur en scène. Ils vous proposeront une année riche de spectacles modernes, tant sur des sujets de société, que ceux divertissants, classiques et autobiographiques que vous pourrez découvrir sur les scènes de la Gare du Midi et du Colisée à Biarritz. Des œuvres artistiques que l’équipe des Amis du Théâtre sont allés quérir dans divers lieux de Paris et en Avignon. En évoquant cette 47ème saison, son président Pierre Moreno se dit fier de perpétuer cette manifestation théâtrale qui, depuis sa création, devient une étape annuelle incontournable de la vie culturelle sur la côte basque, qui tient ses objectifs grâce au soutien du conseil général des Pyrénées Atlantiques, du conseil régional d’Aquitaine, de la ville d’Anglet et surtout de la ville de Biarritz.

Cette saison débutera par une conférence gratuite le 19 octobre à 18h à la Médiathèque de Biarritz sur la vie et l’œuvre de Caravage, peintre maudit. Un spectacle qui transpire la sensualité autant que l’intelligence, adapté et joué par Cesare Capitani et accompagné sur scène par la soprano mezzo Laetitia Favart.

 

Abonnez-vous pour bénéficier du meilleur prix et des meilleures places, et vous ne risquerez pas de manquer par inadvertance ces rendez-vous culturels et conviviaux. Pour tout connaître de la programmation et des tarifs abonnements, rendez-vous sur le site internet : www.amis-théâtre-biarritz.com ou par téléphone : 05 59 24 90 27 et par mail : atpbiarritz@gmail.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 12 au 18 octobre 2012.


 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 16:52

Eric Julien : « Il est vivant », c’est ouvrir la bible en grand.

 

Eric Julien, auteur compositeur interprète présentera son spectacle « Il est vivant », le 17 octobre à 20h30 à l’Auditorium de Saint-Jean-de-Luz où, en musique et en image, il narre l’histoire d’Abraham à Jésus de Nazareth, tout en affrontant les grandes questions de la vie : Qui est Dieu ? Pourquoi le mal et la mort ? La vie a-t-elle un sens ? Ce sera pour lui, ouvrir la Bible en grand. ericjulien.jpgIl nous rappelle que la rencontre de Dieu et d’un homme change l’histoire du monde. Il nous redit l’Amour fou de Dieu pour son peuple. Le chanteur livre un message, parle des Ecritures, se les approprie, ce qui lui permet de témoigner de sa foi. Chanter pour lui, c’est témoigner en musique de l’espérance chrétienne.

Rencontre avec un homme de foi, celui qui croit au sens de la vie, celui aussi qui pense que chanter est incroyable.

 

APP : Eric Julien, comment définissez-vous personnellement la religion dans le contexte actuel ? Faites-vous une différence bien distincte entre être un « homme de foi » et un « croyant » ?

EJ : J’ai découvert que « religion » vient du latin « religio » qui veut dire relier. Je crois qu’une religion digne de ce nom doit aider les êtres à mieux se relier entre eux et à se relier avec Dieu. Pour les chrétiens, l’un ne va pas sans l’autre. On ne peut pas dire que l’on croit en Dieu si l’on ne croit pas en l’être humain, en toutes ses possibilités créatrices, en toutes ses possibilités d’amour pour les autres. C’est là-dessus que Jésus vient nous ouvrir les yeux : « Changez de vie, la présence de Dieu est en nous ! ».

APP : A la gloire de qui chantez-vous ?

EJ : D’un Dieu qui veut nous apprendre à aimer. Un jeune me demandait récemment si aimer c’est seulement avoir envie de coucher avec quelqu’un. J’ai essayé de lui expliquer qu’avant de penser à la sexualité ou au sentiment amoureux, que l’on réserve en général à un nombre restreint de ses congénères, aimer, c’est vouloir du bien à l’autre, refuser d’en dire du mal, choisir ce qui va le faire grandir. Dieu fait comme cela avec nous, je crois. Et ce n’est pas parce que l’on ne le voit pas, qu’il est absent de nos vies. Je lui trouve même une grande délicatesse à se cacher pour ne pas nous écraser par sa présence.

APP : Quand a débuté votre carrière d’auteur compositeur interprète qui témoigne de l’Espérance chrétienne ?

EJ : Il y a une vingtaine d’années. Depuis, je rencontre chaque année plusieurs dizaines de milliers de jeunes lors de spectacles dans des églises, des rassemblements ou des lycées. Et ce contact avec les jeunes m’interroge : j’en trouve parfois qui semblent vulnérables, leur esprit critique n’est pas toujours au top. Certains même, seraient prêts à croire n’importe quoi sans réfléchir, du moment que cela paraît adoucir la vie.

APP : Constatez-vous un essor de la chanson chrétienne actuellement ?

EJ : Il y a de plus en plus de groupes de jeunes qui se lancent dans la chanson chrétienne en France et en Europe. C’est bien, je trouve. La créativité musicale et, d’une façon générale, tout ce qui est beau, est un magnifique lieu pour découvrir que Dieu est proche et qu’il tient à nous.

APP : Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui il y ait une forte envie de spiritualité, d’Amour pour Dieu, d’Amour pour son prochain ?

EJ : D’Amour pour le prochain, je ne sais pas. Pour Jésus, le prochain n’est pas celui que l’on choisit, son véritable ami ou sa meilleure copine. Ce serait trop facile. Le proche à aimer, c’est celui à qui l’on décide de vouloir du bien parce qu’il en a besoin. Aujourd’hui nous sommes prêts à faire du bien à des gens qui ne nous ressemblent pas, qui ne pensent pas comme nous. Quant à la spiritualité, le monde va si mal et nous sommes si abreuvés de faits divers que l’on a l’impression d’assister aux funérailles de l’humanité à chaque journal télévisé. Chacun cherche un sens ailleurs que dans les choses à consommer, et c’est bien. Encore une fois, cet appétit de spiritualité ne doit pas court-circuiter notre intelligence. Sans cela, c’est la porte ouverte à la violence, aux sectes, à tout ce qui détruit la liberté.

APP : Quel sera l’univers musical du 17 octobre à l’Auditorium Maurice Ravel de Saint-Jean-de-Luz ?

vivant.jpgEJ : Dans ce spectacle titré « Il est vivant », je raconte cette magnifique aventure humaine dans laquelle Dieu choisit de venir nous parler pour donner un sens à notre existence. D’Abraham à Jésus de Nazareth, on peut découvrir ce message précieux que délivre la Bible, c’est une main tendue, celle de Dieu, la main de l’Amour. A chacun de la saisir librement le jour où il se sent prêt à le faire.

APP : Que peut-on vous souhaiter Eric Julien pour 2013 ?

EJ : J’aime beaucoup cette demande du « Notre Père », la prière des chrétiens, « Que ton règne vienne ». J’aimerais qu’avance le règne de la liberté, de la paix et du respect entre nous tous. Faire de sa vie un « Je t’aime ».

 

 

Il est vivant – Eric Julien – 17 octobre à 20h30 – Auditorium Maurice Ravel à Saint-Jean-de-Luz

Tarif unique : 5€ - Gratuité pour les moins de 18 ans

 

A noter :

Denis Sonet, prêtre du Diocèse de Troyes, conseiller conjugal et formateur au Clerc Amour et Famille sera le 26 novembre de 13h30 à 15h à l’Auditorium pour les 1ères et Terminales de Saint-Thomas d’Aquin et à 20h30 à la Maison des Associations à Bayonne, le 27 novembre au Lycée l’Argenté.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 12 au 18 octobre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 16:41

Nico Wayne Toussaint : Couleurs rock et louisianaises.

 

Image20.jpgLe 12 octobre à 20h au cinéma l’Atalante de Bayonne dans le cadre de la soirée Mississipi Blues, venez rencontrer Nico Wayne Toussaint autour de son vidéo clip officiel et inédit réalisé par Ivan Landrieu sur la chanson « How Long To Heal » extraite de son dernier album « Lonely Number ». Cette chanson est interprétée en duo avec le chanteur guitariste américain Guy Davis. Et suprême récompense, le chanteur français totalement atypique nous offrira pendant 45 minutes, un blues dynamique et groovy, avec des couleurs rock et louisianaises. Un bluesman pur. Son timbre velouté au succulent phrasé nous entraîne dans un blues énergique et ambré. Il possède ce pouvoir de donner à cette musique un regain de création qui donne envie à toutes générations confondues de l’écouter. On absorbe, on est surexcité et on en prend plein la gueule ! Nico Wayne Toussaint est un grand du langage blues au feeling surdimensionné. Son nouvel album « Lonely Number » rappelle que le blues est universel et qu’il n’a pas de frontière et il est la preuve indiscutable que de vrais artistes peuvent vous proposer de vrais albums, de vrais moments de bonheur ! Des notes qui ont toutes une force et une portée très touchante. En l’écoutant on est dans le sérieux, le blues qui déménage, qui décolle, qui vous emporte dans le ciel, le 6ème, parce qu’un ciel le plus bleu. « Lonely Number », c’est trop bon ! 3149028011623_1_75.jpg

 

Nico Wayne Toussaint – 12 octobre à 20h – Cinéma L’Atalante Bayonne

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 12 au 18 octobre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 13:29

Spectacle du 12 octobre annulé !

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories