Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 23:19

Image2-copie-6.jpg"Je me rappelle qu'il n'y a pas si longtemps, on ne pouvait même pas prendre le bus le soir. Après 21h, avec le système de transports alors en place, c'était un véritable désert. Les modifications apportées au réseau l'an passé ont donc, déjà, constitué un premier pas positif, avec notamment la mise en place du ticket à 1€. Quant à l'idée de construire deux nouvelles lignes rapides, c'est une bonne idée, encore plus si elle pouvait pousser jusqu'à Hendaye ! Et circuler au-delà de minuit..." nous dit Beñat Sabaté (37 ans, Bayonne, dans l'article de M.S. paru dans 'la Semaine du Pays basque du 21 au 27 septembre 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans COURRIER DES LECTEURS
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 23:02

ray-layzelle-caveau-2012-6.jpgNé à Londres en 1973, Ramon'Ray'LAYZELLE commence la musique à l'âge de 4 ans. Il continue son parcours musical en étudiant le piano à l'École Royale de Musique. Ray  commence le saxophone alto à l'âge de 14 ans. Il découvre Charlie Parker et commence à étudier sa musique. À l'âge de 16 ans, il entre dans les ateliers réputés d'Ian Carr trompettiste doué. Vite choisi pour rejoindre le London Fusion Orchestra, il attire l'attention des plus grands musiciens anglais de jazz, entre autres le  saxophoniste réputé Courtney et le pianiste/compositeur Julian Joseph. Il entre dans la British Work School Competition, où il reçoit le diplôme de technologie des arts scéniques. (Le jury étant composé de Jools Holland, Latoya Jackson, et de Nick Ingham (directeur de la Royal Academy Music of London). Georges Martin, le producteur des BEATLES, lui offre d’enregistrer aux Studios de Abbey Road. À 18 ans, il gagne une bourse d'études pour le Collège de musique Berklee (Boston, usa). En même temps, il remporte le Prix du meilleur musicien et compositeur. Ray Layzelle a joué avec le légendaire batteur Clifford Jarvis (qui a joué avec  Freddie Hubbard, Jackie Mc Clean et notamment Chet Backer), Lynden David Hall, Bennet Mc Lean, BIG BAND DIS, etc…et en France : Tribal Poursuit, Olivier Gatto, le légendaire bassiste de Wayne Dockery (qui a enregistré son quintet au Studio Cerber à Paris) et Diego Imbert.

A présent, en 2012, il nous présente « NU SOUL PROJECT » où il joue du saxophone, de la flûte traversière, de la guitare… et chante !

 

ray-layzelle-caveau-2012-8-copie-1.jpg

 

ray layzelle caveau 2012-1

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 21:57

Arnaud Maillard casse tous les codes du genre.

 

arnaud-maillard.jpg"Seul dans sa tête… ou presque" est le premier one man show d’Arnaud Maillard, mis en scène par une véritable femme orchestre Julie Ferrier (humoriste, comédienne, chanteuse, danseuse, musicienne). Grandement loufoque, l’humoriste sait jouer de sa voix, de ses mimiques et de son art. 1h30 de spectacle où évoluent des personnages inattendus et qui ouvre les portes d’un monde rempli de thèmes originaux. Indubitablement, Arnaud Maillard, c’est un futur grand. Et si en plus on ajoute le sympathique cadre de la Luna Negra qui abritera l’artiste du 19 au 22 septembre à 20h30, c’est la cerise sur le gâteau !

 

APP : Arnaud, merci de dire à nos lecteurs et internautes tout ce qui te concerne…

AM : D’abord, petit je faisais rire mes camarades sur les bancs des écoles que je fréquentais à Fréjus et Saint-Raphaël. Plus tard, j’ai étudié l’art dramatique au célèbre Cours Simon. Ensuite une formation de comédien à l’Actor Studio avec Jordan Beswiq. J’ai fait partie des Talents de Cannes de l’Adami en l’an 2000, sous la direction de Guillaume Bréaud. Remarqué par Daniel Mesguish qui m’a dirigé trois fois, dont « Paroles d’Acteurs » à Avignon. En parallèle, j’ai été à l’affiche d’une quinzaine de films, tels que « Brice de Nice », « Prête-moi ta main », « La Vérité si je mens 3 ». Et quelques films qui sortiront en 2013.

APP : Seul dans ta tête… ou presque, est ton premier one man show, mis en scène par la talentueuse Julie Ferrier. Comment as-tu donné naissance à ce spectacle ? Sans trop en dire, il nous parle de quoi ?

AM : Cela faisait dix ans que j’avais envie de franchir le cap, celui d’être seul en scène. Et quel cap ! C’est Julie Ferrier qui m’a dit un jour : « Bouge-toi le cul ! Je te mets en scène ». Il n’y avait plus qu’à faire sortir de ma tête tout ce que j’avais imaginé durant toutes ces années. Julie m’a fait travailler sur la composition des personnages avec la minutie rare qu’on lui connaît. En ce qui concerne le spectacle, je me suis inspiré de personnages croisés au quotidien. Ou presque. Avec une forte dose de folie et de distorsion qui font d’eux une joyeuse bande de déglingos. Il y a le représentant du Blaguistan, venu tout droit du tiers monde de la blague. Un doudou qui raconte l’enfer qu’il subit chaque jour. Le cow-boy le plus ringard du Sud-Ouest, et bien d’autres personnages hilarants, touchants et décalés.

APP : Es-tu heureux de faire ce métier bien difficile ?

AM : Le plus incroyable c’est de faire croire à ma famille que je me lève tous les matins à huit heures ! Au-delà de ça, quel plaisir et quel bonheur de pouvoir faire rire le public qui vient te voir. C’est vrai qu’être sur scène, c’est une projection de soi. En revanche au cinéma, il faut en faire un minimum et tout intérioriser. Entre théâtre et cinéma, j’ai une passion : la gymnastique que je pratique.

APP : Selon toi, penses-tu qu’il y a un humour féminin et un humour masculin ?

AM : C’est vrai que les filles ne comprennent pas tout ! (eh bé, je rigole). Et les mecs, encore moins (je ne rigole pas, c’est la réalité). Pour moi, l’humour est universel. On peut rire de tout avec n’importe quoi. Surtout quand on a un bon avocat ! (rires).

APP : Qu’est-ce qui te fait rire au quotidien ? Qu’y-a-t-il de drôle dans ta personnalité ?

AM : Je m’amuse de tout, surtout des trucs pas drôles, comme moi !

APP : Seul dans ta tête, mais sûrement pas la grosse tête ?

AM : Je ne suis pas très grand, alors avoir la grosse tête, ça ferait un Bidibule (blague pour les personnes nées avant 1987).

APP : Quel est ta définition de l’humour ?

AM : Laurent Gerra ! Non, je déconne.

APP : Tu as carte blanche pour le mot de la fin…

AM : Je n’ai qu’un seul but… vous faire rire et ne pas être seul dans ma tête !

 

Arnaud Maillard – Seul dans sa tête… ou presque – du 19 au 22 septembre à 20h30 – Luna Negra Bayonne logo luna

Tarifs : 15, 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 14 au 20 septembre 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 23:12

Boulevard des Arts.

 

Entractes-Organisations : Sa nouvelle saison culturelle 2012/2013.

 

Pour sa nouvelle saison, Entractes-Organisations réserve de belles surprises. C’est toute la richesse et la variété du spectacle vivant que Michel Loupien souhaite vous faire partager. Et il a tenu à ce qu’un fil directeur conduise sa programmation 2012/2013 : plaisir et rire. Sans aller vers la facilité, ses spectacles entendent avoir une qualité artistique. CARMEN-11-300x166.jpg

Des pièces contemporaines, des concerts, des opéras, des ballets, composeront votre abonnement ou vos sorties préalablement choisies. Pas moins de 23 spectacles professionnels jalonneront la nouvelle saison. Alors aventurez-vous, laissez-vous surprendre, faites de votre salle préférée la Gare du Midi, votre lieu de découverte, partage et plaisir.

Pour les abonnements, vous serez privilégiés. La priorité est donnée aux abonnés, car ils occuperont les meilleures places ! Ça c’est le côté pratique. Des facilités de paiement, une forte réduction sur le prix des places, une souplesse de réservation. Chaque abonnement doit se composer de l’une des trois catégories proposées :

Abonnement jumelé théâtre, opéra, musique (17 spectacles)

Abonnement théâtre (minimum 11 spectacles)

et Abonnement opéra, musique, ballet (minimum 6 spectacles).

Renseignements et contacts par correspondance exclusivement : 1 avenue Maréchal Harispe 64100 Bayonne

Entractes-Organisations : 05 59 59 23 79

Fax : 05 59 25 63 47

E-mail : entractes-organisations@wanadoo.fr

www.entractes-organisations.fr

 

DEMANDEZ LE PROGRAMME : http://www.entractes-organisations.com/wp-content/uploads/ENTRACTES_SAISON_12_13.pdf

 

En ouverture : Les 39 marches. Une pure folie, un chef-d’œuvre de loufoquerie digne des Branquignols. Eric Métayer et ses complices sont virtuoses du rire.

Carmen. L’incontournable opéra français, le plus joué au monde.

Casse-Noisette. Un des plus grands ballets classique.

  La femme du boulanger. Michel Galabru se glisse avec délice dans le personnage du brave boulanger.

  Celtic Legends. Ca sent bon la tourbe, le chaume, les lacs, les collines et … le whisky.

Les Bonobos. La nouvelle pièce de Laurent Baffie qui malin comme un singe nous propose le meilleur divertissement.

Viva Offenbach. Quelle aubaine ! Chanteurs, danseurs, orchestre pour une soirée de folie, champagne et cancan.

Gala Johann Strauss. Le nouveau concert du Nouvel An.

Lady Oscar. Amanda Lear est une véritable bombe qui explose en mille éclats de rire.

Quadrille. Avec Guitry, on est aux anges et on déguste goulument !

Coups de ciseaux. Des situations farfelues et délirantes qui se multiplient à l’infini et déchaînent les fous rires.

  Nabucco. Le premier triomphe de Verdi.

  Le lac des cygnes. La compagnie de danse de St Petersburg nous offre le plus célèbre ballet.

 Une semaine et pas plus. Mensonges, mauvaise foi et coups bas sont les valeurs sûres d’un vaudeville irrésistible.

Luis Mariano. Entrez dans la légende.

Bronx. Un exercice d’une rare perfection avec Francis Huster qui interprète 18 rôles !

Les liaisons dangereuses. John Malkowich signe là une œuvre brillante.

Anne Roumanoff. Elle revient plus mordante que jamais !

  Le Bagad de Lann-Bihoue. Musique, chant et danse avec la musique traditionnelle de l’Armée française. Plus de 40 artistes.

La contrebasse. Clovis Cornillac est prodigieux au service d’un texte magique et drôle. Et immortalisé il y a 22 ans par Jacques Villeret.

  Ensemble et séparément. Une époustouflante Marthe Villalonga et un toujours fringant Jean Piat.

 

Une programmation éclectique et pour tous les publics, Entractes-Organisations affirme à nouveau sa volonté de soutenir la culture sous toutes ses formes et de l’ouvrir à tous !

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 14 au 20 septembre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 22:21

Le Temps d’Aimer la Danse : magistral et dynamisant.

 

Le Temps d’Aimer la Danse, c’est un moment plein d’émotion, d’échange et de passion grâce à la danse. C’est aussi l’envie de vibrer au rythme des pas de danse et d’apprécier la diversité des programmes proposés. FMAAQU064FS01J07MEDIA_10d8d67d-ede6-4844-9040-f5957ce5ea8a.jpgC’est également faire battre le cœur de Biarritz avec cet art. Que de talents qui font aimer la danse et toutes les danses. Le Temps d’Aimer la Danse, c’est chaque fois, et ce depuis 22 années, une merveilleuse parenthèse au cœur de l’été pour la danse. C’est une réelle poésie « balleresque » qui nous donne du mal à retourner dans le vrai monde !

 

A propos de Lings – Affari Esteri

Après une première collaboration à l’écriture du duo « Stuttering » pièce créée en 2003, Edmond Russo et Shiomi Tuizer créent ensemble l’association Affari Esteri en 2004. Et en 2010, ils continuent avec la pièce « Lings » dont la première a eu lieu au Havre, dans le cadre du Festival Météors. Lings est un ballet pour six interprètes qui questionne l’espace existant entre les surfaces des corps. Une chorégraphie qui conçoit des sculptures humaines et explore le rapport entre le corps et l’espace. L’espace qui rassemble, refoule, qui s’encaisse et se distend… Un espace qui nous simule et nous démontre. Des corps inconnus, lourds, habillés, se heurtent et se perdent, reliés par une seule peau commune comme surface d’échange. Du plaisir de la découverte, des élans d’énergie aux conversions allégoriques, le groupe est pénétré par des états variables, qui se construit, se fidélise et se bâtit dans un espace de partage et qui se promène dans des espaces mouvants. Interprétés comme une œuvre musicale, les actes orchestrent un réseau de relations. La dialectique des corps tend vers une dissemblance, l’entrelacement des gestes s’analyse comme une interprétation instrumentale qui rappelle la respiration, l’onde, le battement. « Le vivre ensemble », au cours de ce voyage interprétatif et au travers de ces peaux désormais articulées et expressives, devient le support dynamique d’un espace d’incarnation. Une réflexion sur l’existence de soi à travers l’autre. Un désir commun à explorer et défendre un univers créatif partagé est à l’origine de la création d’Affari Esteri. Et d’inscrire à nouveau le corps et sa réflexion dans des nouvelles proportions de recherche est un besoin constant.

 

A propos de Le Vergini – Balletto Teatro di Torino – Matteo Levaggi/Corpicrudi

« Le Vergini » continue la saison de la danse du Ballet Théâtre de Turin avec la nouvelle création du chorégraphe Matteo Levaggi, et consolide sa collaboration avec les danseurs contemporains Corpicrudi. Ce ballet naît comme une permutation chorégraphique du projet homonyme signé Corpicrudi et qui serpente sur la musique de Tchaikovsky. Une réflexion sur la valeur de la beauté et sur sa condamnation possible. Matteo Levaggi signe là une chorégraphie drastique et attrayante. Le mouvement créée un dessin lumineux, pénétré par une énergie forte, enveloppé par les corps des danseurs dans la pureté du blanc, voluptueusement pour nous jeter poétiquement et passionnément dans un monde des contours féeriques. Le Vergini est un hommage à la beauté pour une danse d’aujourd’hui. Matteo Levaggi est un chorégraphe inconnu en France, mais l’un des artistes les plus connus de sa génération en Italie. Formé à l’école du Balletto Theatro di Torino, il s’illustre très vite dans des concours, et se fait vite remarquer en tant que soliste, pour sa personnalité artistique et sa qualité de mouvement. Après avoir dansé dans plusieurs productions, il est engagé comme chorégraphe résident dans ladite compagnie. Son intérêt pour l’invention chorégraphique pur l’éloigne de ses contemporains italiens pour le rapprocher d’une danse contemporaine plus formelle, à l’image de certains courants de la danse américaine.

 

Lings à 17h au Colisée

Tarifs : de 16 à 12€

Réservations à l’Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66  et Bayonne ou billetterie sur place à la caisse du Colisée.

Le Vergini à 21h Gare du midi

Tarifs : de 36 à 12€

Réservations à l’Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66  et Bayonne ou billetterie sur place à la caisse de la Gare du Midi.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 14 au 20 septembre 2012.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 19:31

MES-PHOTOS-DE-PERSONNALITES-2106.JPGFrank Blackfield, mi-français mi-américain, a vécu 22 ans au Etats-Unis afin d’approfondir son amour du blues et de la country, et d’y enregistrer six albums dont «Down Homes Blues » et « No Class Blues ».

De retour au Pays basque, celui dont la voix a réjoui nombre de spectateurs dans les Off des grands festivals français ne rechigne jamais à reprendre dans le texte ses illustres prédécesseurs. Mais c’est dans son propre répertoire que Frank Blackfield est au sommet de son art. Grâce à une écriture efficace mais aussi et surtout à une grande sincérité, il fait vibrer au plus juste toutes les cordes dont il dispose : guitare et voix. Accompagné par de talentueux musiciens, ses concerts sont toujours un ravissement pour les oreilles du public conquis en quelques instants par sa générosité, et sa passion.

Je vous propose cinq chansons du concert que Frank Blackfield nous a offert au Caveau des Augustins à Bayonne, ce vendredi 7 septembre 2012….(choix et approbation de l'artiste).

Alicia Snicker. 



FRANK BLACKFIELD CAVEAU DES AUGUSTINS VC6

 

© Alicia Snicker.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 11:48
Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 21:13
Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 05:31

ray-nb-copie-1.jpgVIDEO SUPERVISEE ET APPROUVEE PAR L'ARTISTE...

 


Ray Layzelle sera le vendredi 14 septembre à 21h au Caveau des Augustins à Bayonne pour son concert "Nu Soul Project".

 

 

 

 

 

 

 

 


RAY LAYZELLE NU SOUL PROJECT VF2  

© Alicia Snicker.


RAY LAYZELLE NU SOUL PROJECT ENGLISH VERSION 


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 23:29

Rukmini Chatterjee, Anne-Marie Porras, Germaine Acogny… des références en danse contemporaine.

 

Biarritz Culture et la Ville de Biarritz invitent des compagnies venues du monde entier pour son deuxième festival ainsi que des femmes chorégraphes qui bousculent les traditions et certitudes : Rukmini Chatterjee, Anne-Marie Porras, Germaine Acogny, des références en danse contemporaine.

 

width_650.height_300.mode_FillAreaWithCrop.pos_Default.colo.jpg« Questionings » de Rukmini Chatterjee qui accorde la danse classique indienne au black metal. Une rencontre entre la danse classique indienne et cette musique extrêmement brutale et violente. Cette remarquable danseuse éprouve le besoin de créer des spectacles pour aborder les différents aspects de ce que l’on appelle « l’universel ». L’essence et l’esprit de sa démarche se nourrissent de la tradition, mais aussi la forme résolument moderne qu’elle recherche. La danse indienne réveillée avec les gestes du corps, les mobilités. Black Metal exalte le vécu, dans un souffle déchaîné et exalté. Confrontant ces deux univers, ces deux « polarités », elle crée un champ de forces, mis en mouvement par la danse et l’image, comprenant ce qu’est l’énergie. L’énergie physique, symbolique, abstraite et idéologique. Rukmini Chatterjee fait ainsi le choix d’univers opposés, précisément pour déconstruire une trop évidente opposition de style et d’époque, au regard du jeu respectif, avec une force universelle et une pensée dominante. L’énergie et la pensée de l’homme d’aujourd’hui. Insolente de beauté et de virtuosité, la chorégraphe joue sur ce savant mélange. Limpide et attentive, les gestes des mains et le mouvement du visage dessinent le paysage chorégraphique mental qui lui convient. Son regard sur la magnificence de la culture indienne, à travers les différentes formes de la danse classique indienne. Elle fait un tour de force par le jeu délicat d’intensification et de relâchement des tensions qui accompagnent la gestuelle, les formes, les caractéristiques, les défis et les changements de danse traditionnelle.

 

NADIR_COMPAGNIE_ANNEMARIE_PORRAS_24012011121906.jpg« Nadir » d’Anne-Marie Porras qui n’a pas conçu son spectacle sur un prénom, mais à l’opposé du Zénith. En fait, elle a exprimé l’opposition du soleil à la nuit. Une envie de parler de cette opposition que nous avons tous en nous. S’entourant de cinq danseurs (quatre garçons, une fille), cinq personnages qui ne se conforment pas aux codes et qui sont en marge, qui évoluent dans un terrain vague tout comme le vague à l’âme. Une histoire qui n’est pas sombre, mais il faut voir dans ce ballet, une belle complicité de jeu, riant d’eux-mêmes et de cette situation là. Des êtres qui se sont retrouvés ou choisis et qui évoluent dans un univers musical rock et lyrique. Un spectacle un peu déjanté, des êtres posés sur l’autre rive, de vivre différemment et savoir ce qui se passe ailleurs.

 

27859.jpg« Affronter l’espoir » de Germaine Acogny. Une interprète appelée professionnellement et affectueusement la « mère de la danse africaine » dans lequel sont traités d’un ton drôle et léger, des sujets de fond sérieux, comme la mondialisation ou l’immigration clandestine. Grande prêtresse de son art, elle allie ses racines africaines, contemporaine à la modernité, réalisant un adroit et harmonieux mélange de danse, de mots, de musiques, avec ses contradictions et ses ondulations. A travers ses pas de danse mûrs et réfléchis, elle cherche à répliquer à ceux qui médisent sur l’Afrique. En créant une succession de pas, elle ouvre l’espace, le libère de toutes contraintes et élargit son horizon. Son ballet est animé par des musiques actuelles, au rythme des percussions et des vidéos, indice de modernité représentant la culture par des danses traditionnelles et autres. Coutumes du berceau de l’humanité, dans lesquelles elle parvient parfois à s’immiscer. Germaine Acogny danse au-delà des mots et des maux, pour affronter l’espoir de ses Afriques.

 

{Anne-Marie Porras – « Nadir » - Théâtre du Casino – 11 septembre à 19h – Tarifs : 28, 25, 12€ - Réservations : Office du Tourisme et billetterie à la caisse

{Rukmini Chatterjee – « Questionings » - Théâtre du Casino – 12 septembre à 21 – Tarifs : 28, 25, 12€ - Réservations : Office du Tourisme et billetterie à la caisse

{Germaine Acogny – « Affronter l’espoir » - Le Colisée – 13 septembre à 19h – Tarifs : 16, 14, 12€ - Réservations : Office du Tourisme et billetterie à la caisse.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 7 au 13 septembre 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories