Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:46

Si Versailles m’était conté… ou de royales affaires !

 

si-versailles.jpg

 

Par sa façon de relater, avec sa belle voix théâtrale et charismatique en diable, Sacha Guitry est le narrateur idéal pour décrire les évènements historiques à Versailles, de sa création jusqu’aux années 50. Le mondain et chevronné conteur nous introduit dans les coulisses de son cinéma pour nous faire découvrir l’envers du décor avec son défilé de grandes scènes. Sans oublier son casting impressionnant d’acteurs de l’époque, fine fleur du cinéma français et étranger. Il dévoile aux cinéphiles et amateurs de l’Histoire de France, les « Royales Affaires » à la cour des rois Louis. « Si Versailles m’était conté » écrit et réalisé par lui, est un vrai grand film en costume comme l’on n’en fait plus et qui, après plus d’un demi-siècle, s’apprécie toujours ! Historiquement mémorable, son ode à la gloire du plus beau château du monde ! Et pour n’être pas véritablement de l’époque, les costumes rivalisent avec les tapisseries et le mobilier, qui, eux, le sont ! Une belle fresque historique de 2h45 qui nous fait survoler un bel album d’images aux couleurs de la France. Un film qui se déroule dans un univers improbable avec quelques anachronismes qui pimentent l’ensemble (parce que le cinéaste ne revendique pas l’exactitude historique). Son cortège de célébrités de Beaumarchais à Rousseau, de Voltaire à Montesquieu, de Pigalle à Lavoisier et Franklin, en fait l’une des qualités majeures, outre le plaisir de voir le Grand Trianon et le Hameau de la Reine. Versailles, un théâtre où l’on conspire en secret, une réalité traitée pour bâtir une légende. Avec Guitry, c’est régalien !


Ciné-conférence « Si Versailles m’était conté » de Sacha Guitry – samedi 7 janvier à 18h au Colisée à Biarritz – Projection suivie d’une conférence à l’initiative des Amis de Napoléon III
Tarif unique : 6€
Réservation : 05 59 24 36 52


Article paru dans la ‘Semaine du Pays Basque’ du 6 au 12 janvier 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 02:27

Cendrillon… Au cœur d’un conte, au cœur du merveilleux !

 

Avis aux amoureux de l’art lyrique, les CGR de Bayonne et Tarnos nous gratifient d’un ciné-opéra en quatre actes, « Cendrillon » composé par Jules Massenet et chanté en français, dont le romantisme a volontiers puisé dans le registre de la féérie et du conte, vendredi 13 janvier à 16h et 20h.
cendrillonAvec sa délicatesse coutumière dans la peinture des sentiments, Massenet a écrit pour cet opéra l’une de ses partitions les plus achevées, accordant à merveille l’inspiration mélodique avec un usage virtuose des styles et des couleurs d’époque. Conte intemporel qui berce en nous un besoin de justice où les bons finissent par être récompensés. Et son adaptation lyrique prend des allures de comédie pleine d’allégresse. Pour la première fois, le Royal Opéra House de Londres propose l’histoire de Cendrillon telle qu’elle est racontée dans l’opéra de Massenet, dans une mise en scène de Laurent Pelly, qui apporte sa subtilité, son esprit et son harmonie à la musique mélodieuse du compositeur. La partition fastueuse est un véritable dialogue permanent durant les quatre actes qui la composent. Pareil à lui-même, le compositeur enflamme la partie orchestrale d’une grande richesse harmonique et mélodique. Chaque personnage y acquiert sa précision musicale propre, notamment la mezzo soprano Joyce DiDinato dans le rôle titre, la mezzo soprano anglaise Alice Coote, connue pour ses rôles de femme travestie en homme à l’opéra, et la nouvelle soprano cubaine Eglise Guttériez, qui s’est illustrée au Carnegie Hall de New-York.
Cette Cendrillon vous invite au beau voyage lyrique sur grand écran !

Cendrillon – ciné-opéra CGR Bayonne et Tarnos – vendredi 13 janvier à 16h et 20h
Tarifs : 18€
Durée : 2h19 avec un entracte de 10mn.

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’  du 6 au 12 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 04:02

Panchika Velez… ce feu sacré pour la scène !

2012-PHOTOS 1232 cr« La photo de papa » est une nouvelle version (texte, mise en scène et distribution) de ce spectacle créé en 1997. Il évoque des liens familiaux, des non-dits prêts à éclater, des motivations opposées de personnages d’origines et de milieux sociaux différents, la « modernité » éclairée à la lumière de l’année 1936, ce sont là les points d’achoppement de la fable.
L’auteur Stéphane Wojtowicz se sert avec ironie de la toile tendue d’août 36, à deux pas d’un pays déjà en guerre, pour évoquer à la fois le délitement contemporain que nous traversons, et les liens humains universels qui nous réconfortent ou nous entravent. Sur le ton moqueur qui caractérise son écriture et pointe nos lâchetés, nos douleurs, sans jugement et sans pathos, il continue à explorer ses thèmes récurrents. Les poids familiaux sont contrebalancés par des rencontres libératrices, les influences de l’environnement et du temps agissent sur les décisions, la dimension tragique de la condition humaine s’exprime aussi dans le dérisoire. « Je m’empare donc une nouvelle fois de cette histoire, dont l’actualité me semble plus que jamais brûlante. » C’est la note d’intention de la metteur en scène, Panchika Velez, qui présentera la pièce « La Photo de Papa » sur la scène du Théâtre de Bayonne, les 10 et 11 janvier 2012 à 20h30.
Après une adolescence passée à Saint-Jean-de-Luz, Panchika Velez (ses dernières créations : 2009 « Le Mec de la tombe d’à côté » de Katarina Mazetti, 2009/2010 : « Le journal à quatre mains » de Benoîte et Flora Groult.) revient à Paris, sa ville natale, pour suivre les cours de théâtre de Jean Périmony. Suite à sa formation classique, elle accomplit différents stages d’écoles d’art dramatique, dont le célèbre Actor Studio avec J. Garfein. En 1993, elle se consacre au métier de comédienne de théâtre, et joue notamment sous la direction de Claude Lelouch. Parallèlement assistante de réalisation, directrice de production, animant pour quelques mois sur TF1 « L’Une de Miel », elle dirigera des stages d’initiation théâtrale et de groupes d’expression orale. En 1994, elle se consacre à la mise en scène et crée la compagnie Arguia Théâtre (www.arguia-theatre.com) pour laquelle elle a réalisé une douzaine de spectacles, dont « Nuit d’amour éphémère » de Palomina Pedrero, sa première création présentée à la Cartoucherie de Vincennes, qui raflera le prix du meilleur auteur au Festival de Madrid. Sa deuxième mise en scène à l’issue d’une résidence dans les Landes, lui vaudra le soutien du Conseil Général et de la Ligue de l’Enseignement. En 1996, avec l’aide des mêmes partenaires, elle s’installe à Saint-Paul-les-Dax, et en 2000 à Dax. En 2009, elle sera en charge de la programmation théâtrale de l’Atrium de Dax pour la saison culturelle de la ville en collaboration avec la municipalité et l’adjoint à la culture, Stéphane Mauclair.
Quant à l’auteur Stéphane Wojtowicz, il est également comédien et jouait la saison dernière au Théâtre de l’Union à Limoges « Les Amis du Président » d’Alain Gautré. Il faisait également partie de la distribution de la pièce de Niels Arestrup « Le Temps des Cerises » aux côtés de Cécile de France et Eddy Mitchel. On a pu le remarquer sur grand écran dans  « Les Emotifs Anonymes » de Jean-Pierre Améris avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde, « Holiday » de Guillaume Nicloux, « l’Exercice de l’Etat » de Pierre Schoeller avec Olivier Gourmet, Michel Blanc et Zabou Breitman et récemment sur France2 dans « Les Beaux Mecs » de Gilles Bannier. Son parcours d’auteur lui fait approcher l’écriture théâtrale et scénaristique pendant plusieurs années, et c’est en 1997 qu’il écrit sa première pièce « La Photo de Papa » mise en scène par Panchika Velez. Il recevra le Molière de l’auteur francophone vivant en 2006 pour sa seconde production « La Sainte Catherine » mise en scène par José Paul et Agnès Boury. Et « Les Forains » mise en scène par Panchika Velez lui vaudra une nomination du Meilleur Auteur aux Molières 2008 et une récompense avec le Prix du Meilleur Acteur de comédie pour le Raimu 2009.
Pour la pièce, recréée en 2011, Panchika Velez s’est entourée de comédiens qui ont l’âge et la vitalité de ces personnages si proches de nous. Elle a voulu une scénographie, un son, une lumière et des costumes qui se fondent dans une approche esthétique évoquant une époque passée et pourtant bien actuelle. Le climat océanique, la proximité du rivage, la vie estivale de ce début d’août, sur la terrasse, se transforment en une opposition des lumières et des ombres orageuses d’avant-guerre, les êtres repliés à l’intérieur de la maison d’enfance qui va se fermer pour la dernière fois, mais tout de même à la lumière du petit matin… Et nous de dire : « Dans cet aller-retour entre le présent et le passé, ce va-et-vient de l’intérieur à l’extérieur des êtres et de l’espace, je souhaite partager la vitalité qui se dégage pour moi de ce texte. »
C’est criant, Panchika Velez a gardé le feu sacré pour la scène qui donne au métier de la mise en scène au théâtre une valeur considérable !

La Photo de Papa – 10 et 11 janvier à 20h30 – Théâtre de Bayonne2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]
Tarifs : 15, 20 et 24€
Réservations : 05 59 59 07 27 et snbilletterie@snbsa.fr

Voir vidéo intégrale : INTERVIEW de Panchika Velez et Yvon Back - Théâtre de Bayonne - La photo de Papa

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 6 au 12 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 01:16

Yvon Back et Panchika Velez nous parlent de la pièce de Stéphane Wojtowicz

"La photo de Papa"

actuellement en représentation au Théâtre de Bayonne

les 10 et 11 janvier 2012...

 

 


interview panchika velez yvon back  

© Alicia Snicker.

 

2012-PHOTOS-1232_cr.jpg© Alicia Snicker.

2012-PHOTOS 12302D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC-3-.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 20:53

Bonjour à tous mes fidèles lecteurs !

 

Prochainement sur mon blog,

je vous invite à lire les interview presse ,

et voir les interview vidéo de

BAPTISTE DALEMAN

CONCERT LE 21 JANVIER

AU CAVEAU DES AUGUSTINS

ET LE 17 FEVRIER  A BOUCAU

 

ICI !!!380102_203388386413281_100002263624528_451975_2024776616_n.jpg

© Mary Pink.


ET DU METTEUR EN SCENE

PANCHIKA VELEZ

imagesQUI PRESENTERA LA PIECE  DE STEPHAN WOJTOWICZ

 

"LA PHOTO DE PAPA"

QUI SERA JOUEE AU THEATRE DE BAYONNE

LES 10 ET 11 JANVIER  A 20H30.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 21:29

Les Pères Peinards… L’ivresse du jazz manouche !

 

Une joie pour les aficionados, Les Pères Peinards reviennent ouvrir les portes du Caveau des Augustins, au seuil de la nouvelle année, les 6 et 7 janvier à 20h30, sur l’invitation de l’éminent et passionné directeur de la Luna Negra, Jean-Michel Dupont-Garcia. Et combien il a raison !les-peres-peinards.jpg

Parce qu’on découvrira ou redécouvrira la vitalité et l’allant de quatre artistes vrais et enthousiastes qui conjuguent qualité et émotion du jazz manouche. Outre les reprises du grand Django et de sa musique familière, ce quartet met à l’honneur le grand Georges, l’homme à la tête de chou, le Léo de la jolie môme, et le pote de Syracuse, mais également leurs propres compositions, dans un choix bien conçu par Laurent Mastella et François de Rochefort aux guitares, Gaétan Larrue à l’accordéon et Véronique Bertet à la basse. Les murs ne trembleront pas sous les coups de la basse et les tympans n’éclateront pas au son strident des guitares. Non, eux, ils se la joue « pépère peinard » donnant dans le naturel, le manouche style ! Ce groupe est reconnu officiellement dans cette catégorie musicale, laissant derrière lui la magique empreinte d’un niveau de qualité orchestral. Un quatuor qui fait vivre l’universalité de sa musique avec ce mélange des genres réellement originaux, s’aventurant sur les pistes accordées et rythmées, non dénuées d’intérêt. Il nous conduit aux racines du jazz manouche avec une impeccable démonstration. Les Pères Peinards, c’est l’ivresse du jazz djangorien ! Mais c’est aussi une excellente cuvée landaise/girondine !

 

Les Pères Peinards – Caveau des Augustins – 6 et 7 janvier 2012 à 20h30logo caveaulogo luna

Tarifs : 9 et 6€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 23 décembre 2011 au 6 janvier 2012.

 

 

2012-PHOTOS-1221.JPG 2012-PHOTOS-1222.JPG


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 23:51
Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 21:18

Andalousie… Mon pays d’amour !

 

andalousie.jpg

« Andalousie » de Francis Lopez est le grand spectacle qui terminera l’année 2011 et que propose Entractes-Organisations aux fidèles de l’opérette, le 31 décembre à 20h à la Gare du Midi.

Petit opéra comique dont le propos et le style, aériens et simples, sont puisés dans la comédie, s’accordant des passages chantés et parlés. L’œuvre musicale de Lopez sera le troisième volet de ses compositions, qui fit de lui le maestro de l’opérette pendant trois décennies. « Andalousie » créée en 1947 au Théâtre de la Gaieté Lyrique, marqua la rencontre entre le compositeur basque et Albert Willemetz, prolifique parolier aux 3 000 chansons ! Les critiques élogieux révélaient que Francis Lopez avait écrit là sa plus belle partition et, en tout cas, celle qui se rapprochait le plus d’un opéra-comique ! Magnifiée par le grand Luis Mariano, « Andalousie » se veut l’invitation au voyage et la romance entrecroisée de quatre personnages, dont l’action se passe en 1860, transportant le spectateur de l’Andalousie au Vénézuela. L’habile mise en scène scénique et musicale de Jean-Marc Biskup entraîne le public dans un tourbillon coloré de voix ensoleillées, sur des airs célèbres faciles à retenir et qui s’enchaînent de belle manière sur la chorégraphie limpide et simple d’Antonio Triana. Bruno Conti est à la direction musicale. Une opérette de grand-papa, où le charme ancien, la simplicité du cœur, le lyrisme, la conviction mise dans l’aventure, balaient toutes hésitations. Andalucia Mia, pays d’amour, je frémis encore du baiser si fort de leur lèvre qui mord !

andalousie2.jpg

 

Andalousie – 31 décembre à 20h – Gare du Midi à BiarritzBiarritz Gare du Midi

Tarifs : 57 et 52€

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 23 décembre au 6 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 20:56

L’orchestre Philharmonique de Berlin… Que la joie demeure !

 

philharmonique-berlin.jpgExclusivité dans toutes les salles CGR, dont celles de Bayonne et Tarnos, où l’on vous invite à passer un réveillon mémorable sur grand écran et en live, avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction du chef Sir Simon Rattle, samedi 31 décembre à 18h30. Venez vivre deux heures d’esprit musical en compagnie du célèbre pianiste russe Evgueny Kissin et goûter son jeu pianistique, son langage brahmsien, son univers mélodique, sa rythmique luxuriante, son ambivalence métrique, et sa façon d’exécuter les notes pour mieux les faire vibrer. Instrumentaliste mis au pinacle des pianistes contemporains. Outre l’intérêt d’unir les œuvres de Ravel, Dvorak, Strauss, Stravinsky et Brahms, la motivation de ce programme pourrait être de montrer autant d’aspects de la personnalité musicale de Kissin. Quant au chef d’orchestre britannique, Sir Simon Rattle, l’Orchestre Philharmonique de Berlin, créé en 1882 et qui compte, avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne, parmi les orchestres les plus réputés au monde, lui confie la direction musicale en 2002, succédant à Hans Von Bülow, l’ami de Liszt, Brahms et Wagner, à Herbert Von Karajan et Claudio Abbado. Antérieurement, il se distingua à la tête du City of Birmingham Symphony Orchestra. Ce musicien s’est aussi distingué dans la musique contemporaine, ayant acquis un style vif et coloré, forgé par la réalisation minutieuse de quelques grandes œuvres romantiques. Assurément, un moment magique d’une symphonique qualité offert aux cinéphiles mélomanes qui apprécieront le live et les images en haute définition ! C’est l’apanage des salles CGR !

 

Ciné Musique – l’Orchestre Philharmonique de Berlin – samedi 31 décembre à 18h30 dans les salles CGR de Bayonne et Tarnos

Tarifs : 18 et 15€

Réservations : megacgr.tarnos@cgrcinemas.fr ou directement aux caisses.logo-cgr.jpg

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 23 décembre au 6 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 02:25

L’orchestre d’Harmonie de Biarritz… le pouvoir sur la musique du Maestro Lassus !

 

harmonie biarritz

 

L’Orchestre d’Harmonie de Biarritz, c’est d’abord une politique artistique appliquée et ambitieuse qui vaut à cet ensemble de 60 jeunes musiciens d’être reconnu comme une formation de premier plan. Il démontre vitalité, souffle et verdeur qui sont les preuves irréfutables d’une valeur. Et quel éclat, quel brio ! Sous la baguette de l’émérite chef André Lassus, c’est l’une des meilleures phalanges symphoniques. Au milieu de ses musiciens, il sera au centre de toutes les attentions lors du concert qui sera offert à l’occasion de 20 ans de l’association Itsas Soinua le 29 décembre à 20h30 à la Gare du Midi. Comment rester insensible lorsqu’il transmet l’esprit de l’œuvre par le biais de sa direction drastique, mais confiante, prenant en compte le phrasé, les nuances. Sûr, le maestro Lassus a le pouvoir sur la musique ! J’ai rencontré ce chef généreux et singulier, connu pour son amour de la musique.

 

andre lassusAPP : Bonjour André. Tu es apprécié des mélomanes du Pays basque en ta qualité de professeur et chef d’orchestre. Comment t’es-tu lancé dans cette voie ?

AL : Par passion depuis tout jeune, avec plus de dix ans d’études musicales à Paris qui m’ont permis de me forger. J’ai ensuite occupé différents postes de direction d’écoles de musique dans la région et dirigé plusieurs orchestres à vent.

APP : Tu seras le 29 décembre à la Gare du Midi, à la direction musicale de l’Orchestre d’Harmonie de Biarritz. Combien y-a-t-il de musiciens ? Quel sera le programme ?

AL : Pour ce concert exceptionnel, en prélude à son 20ème anniversaire, l’orchestre comptera 60 jeunes musiciens dont un grand nombre de professionnels. En première partie, nous jouerons une ouverture classique de Verdi, des œuvres avec des solistes invités tels Laurent Dupéré trompettiste et Laura Coquelle-Sibra flûtiste piccolo, ainsi que des compositions écrites pour un orchestre d’harmonie, parmi lesquelles la contemporaine « Guernica », en hommage au drame vécu par cette ville en 1936.

APP : Pourquoi un concert gratuit ?

AL : Tout simplement parce que nous avons le soutien de la Ville de Biarritz, dont nous remercions chaleureusement monsieur le Maire est ses conseillers. D’autre part, tous les musiciens de l’orchestre ainsi que les membres de l’association Kiosque à Musique sont heureux d’offrir un concert qui se veut de qualité. Comme nous avons l’habitude de jouer sur la place Sainte Eugénie tous les dimanches en saison estivale, nous voulions perpétrer le concept de la gratuité à la Gare du Midi. Je souligne que ce concert sera enregistré en direct par les Editions Agorila pour la réalisation du CD du 20ème anniversaire de l’association. Jusqu’à présent nous ne l’avions jamais fait. Et c’est un grand plaisir de partager avec les fidèles qui nous suivent depuis le début ou depuis quelques années. C’est l’occasion pour certains de nous découvrir sans bourse délier.

APP : En seconde partie, tu assureras la direction musicale avec le Boléro de Ravel. Qu’est-ce qui t’attire dans l’œuvre de ce compositeur ?

AL : C’est celle qui représente tout l’univers de Ravel et une émotion musicale puissante. Ce n’est pas anodin si le Boléro est joué toutes les vingt minutes dans une ville du monde ! C’est extraordinaire, et, en plus, rare pour un orchestre à vent d’interpréter cette œuvre majeure. Un challenge pour l’Orchestre d’Harmonie de Biarritz au grand complet. Une fierté aussi pour moi de diriger le Boléro (l’une des dernières œuvres de Ravel), dont je prise la rythmique et le caractère mélodique hispanisant.

APP : Quelle est selon toi la qualité première pour diriger un orchestre ?

AL : Celle d’avoir joué de nombreuses années au sein d’un orchestre pour en connaître les rouages principaux et ensuite, essayer d’y mettre sa touche personnelle. Insuffler un dynamisme au groupe de musique que l’on dirige et assurer le tout avec passion et rigueur, deux éléments essentiels pour moi.

APP : A part les parties orchestrales ci-dessus évoquées, comment va se dérouler la suite de la soirée ? Y aura-t-il quelques surprises comme tu sais si bien les concocter ?

AL : Ce concert s’annonce comme un grand moment de partage musical. Nous avons invité Iñaki Urtizberea et le Chœur d’Hommes Oldarra qui a marqué son histoire en se produisant dans plusieurs villes du monde. Iñaki est devenu l’ambassadeur hors pair du Pays basque. C’est aussi un professeur émérite de txistulari, et président de l’association Le Kiosque à Musique. Après les première et seconde parties consacrées à l’orchestre, nous avons invité les choristes de la région à une flash mob du chant classique pour chanter le Boléro et d’autres mélodies célèbres comme Barcarolle des Contes d’Hoffmann d’Offenbach, Moldau de Smetana, la Valse n°2 de Chostakovitch et la Farandole de l’Arlésienne de Bizet, accompagnés par l’orchestre, puis reprises par le public. Une fête musicale à ne manquer sous aucun prétexte !

 

André Lassus possède la richesse des notes et les couleurs musicales. C’est comme une caresse sous un souffle aux accents Ravélien. En somme, la passion selon Saint André !

 

Concert par l’Orchestre d’Harmonie de Biarritz – Direction André Lassus –Biarritz Gare du Midi

Première partie : musiques originales pour orchestre à vent, solistes invités, musique espagnole

Deuxième partie : Boléro de Ravel

Jeudi 29 décembre à 20h30

Tarif : gratuit (libre participation) – placement libre

Pas de réservations.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 23 décembre 2011 au 6 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories