Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 00:02

LE NOUVEAU SPECTACLE « CHANTE » 

… ALLEZ Z’ENFANTS DE LA REVUE !

 

les-annees-boum-1.jpg

 

Ah ! Que c’est exquis de se laisser convier aux plaisirs de la vie dans une ambiance « cabaretière » qui fait place au spectacle associant mélodies et chorégraphies harmonisées pour une revue du XXIème siècle. Une version actuelle, joyeuse et colorée qui baigne dans un cocktail rafraichissant aux purs jus énergisants. Repoussant les limites de l’imagination, de l’ingéniosité et de l’art, le chorégraphe Benjamin Cazenave et le metteur en scène Gilles Lopez nous gratifient d’étonnantes explorations qui enrichissent et embellissent leur nouvelle revue « Chante » où neuf artistes se distinguent par une performance vocale des tubes des années 60 à nos jours. C’est du chant et de la danse dans un bel univers de stras, paillètes, costumes chamarrés et enluminés. Véritable art vivant qui permet de suivre ces exhibitions en gardant les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Ici, on a l’image du cabaret music hall qui met à l’honneur une féerie de plumes, où la femme est magnifiée, et en écho, des rires spontanés provoqués par des intermèdes drolatiques et cocasses. Pour son nouveau spectacle, le jeune chorégraphe a su s’approprier le chic parisien si caractéristique de la revue, en annexant de nouvelles tendances artistiques à la faveur d’une chorégraphie en tonicité et gestuelles classico contemporaines. Une véritable délectation pour les yeux lorsque les danseuses évoluent en arabesques, chute de reins cambrée, et mouvements sensuels qui offrent l’impeccable synchronisme des pas d’ensemble. Ces demoiselles ne manquent pas de piquant avec leurs corps tout en souplesse, alanguies sur le canapé rouge, telles de petites cailles, et qui fait à juste titre un délice pour ces messieurs ! En duo ou en trio, elles expriment le désir, le charnel, l’extase dans des mouvements pudiques concoctés par le maître de ballet. Et l’instant d’émoi visuel de la gente féminine dans la salle, lorsque évolue sur scène le sculptural Chris ! La quintessence de cette revue, c’est sa mise en scène engageante, attrayante et ludique où chacun trouve sa quête. Une multiplicité de sensations, un kaléidoscope d’influences, d’époques et de genres qui font appel à tous les imaginaires culturels et sociaux. On remarquera des chorégraphies composant les tableaux qui s’enchaînent sans la moindre confusion, parce que tout est bien rôdé. Des chanteurs et chanteuses exceptionnels, aussi talentueux que charismatiques, chantent en live les grands tubes d’hier et d’aujourd’hui, ceux-là même qui continuent à véhiculer un flot de clichés et de perceptions. IMGP2856On nous emmène vers les contrées de Brocéliande, d’Andalousie, entre Folies cubaines et Magic circus avec son Auguste farceur, des tours de passe-passe où l’instant d’une chanson on fait revivre les idoles du passé. Point d’orgue, le célèbre French Cancan à faire gouailler de plaisir les aînées tels que la Goulue, Jane Avril, Nini pattes en l’air, Céleste Mogador, Rose Pompon et Valentin le désossé. Du grand art à couper le souffle, sur la sublime musique d’Offenbach où tout l’art est de faire le grand écart, de soulever dentelles et frous frous et de montrer sa culotte ! Et son sublime final. La revue « Chante », c’est la nouvelle gageure du Cabaret Les Années Boum qui s’inspire des plus grands temples des nuits parisiennes comme le Moulin Rouge, le Lido ou encore le Crazy Horse. Elle redonne ses lettres de noblesse au divertimento du music hall qu’on croyait disparu. Un vrai plaisir des yeux que ce maelström de tableaux aux couleurs écharpe d’Iris et de Vénus. Une revue assurément en vogue avec son répertoire frais et inédit, où le charme et la fascination sont au rendez-vous. Les artistes du Cabaret Les Années Boum sont une pépinière de talents, une véritable déclaration d’amour artistique qu’offrent au public le chorégraphe, chanteur, danseur Benjamin, le chanteur et metteur en scène Gilles, les chanteuses Laetitia, Estelle et Anna, le chanteur Christophe, les girls Marjorie et Vanessa, et leur boy Chris. Sous les feux de la rampe, c’est la soif de s’exprimer qui les anime et qui leur donne ce culot monstre ! Un « spectacle bonheur » parce que naturel et spontané dans son panache, à la technique dépouillée à l’extrême, aux éclairages qui s’appuient sur le ton du tableau, mais aussi du à l’imagination novatrice et communicative des maîtres d’œuvre. « De leur dire, Allez z’enfants de la Revue, quand la vie se perd en chemin, quand il ne reste rien, oublie et chante, chante ! ». N’oublions pas, car ce serait leur faire injure, la valse des garçons et des serveuses dans la salle, dont le contact et le service très attentifs aux désirs du client font leur solide réputation. Il y a aussi les barmen et leur chef Cédric, adroits et exercés. Diverses formules sont proposées dans la grande salle sans artifice où le jeu de lumières offre un cadre très personnalisé. Et toujours l’œil observateur et paternaliste du gérant Patrick Castets qui veille à la prestation accueillante et compétente comme à l’accoutumée, d’une brigade toujours en effervescence, celle aussi qui permet de faire ripaille dans une chaude ambiance et des prix menu-spectacle confortables : il faudrait être fou pour dépenser plus… et ailleurs ! Et si le cœur vous en dit, venez fêter Noël et la Saint-Sylvestre au Moulin de Bagat avec son dîner de gala et sa revue jusqu’au bout de la nuit ! Un vif remerciement à Olivier Forget pour sa précieuse collaboration.

 

img_slide_salle_05.jpgMenu Saint-Sylvestre : 150€ (dîner, boissons et spectacle compris) au Cabaret Les Années Boum Moulin de Bagat (rond point de l’usine Seosse) à Saint Lon les Mines (40)

Informations et réservations au 05 58 89 19 19 et  http://www.anneesboum.com pour les 27 dates de janvier à juin 2012.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays basque’ du 23 décembre 2011 au 6 janvier 2012.

 

Interview vidéo visible sur les blogs de :

http://alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com

http://aquitainetv.fr

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 05:10

Restez avec moi sur ce blog, bientôt de nouvelles interviews !!!

et n'oubliez pas que j'attends vos commentaires sur mes articles

ainsi que sur les vidéos de Alicia Snicker.Prods

Un grand merci à mes fidèles lecteurs !

Alain-Pierre Pereira.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 00:12

alain-pierre pereira

 

Je souhaite un très joyeux Noël

à mes 10 000 lecteurs !!!

Alain-Pierre Pereira.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans COURRIER DES LECTEURS
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 23:35

Et si vous n'avez rien prévu à Noël ou à Nouvel An, pourquoi ne pas aller au Cabaret ?
Les années boum, une super revue !
www.anneesboum.com

0272-chante-01-10-11.jpg

UN SUPER SPECTACLE !!!


www.anneesboum.com

2011-12-23_235938.jpg

IMGP2856.JPG



Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 00:12

 Le livre de la jungle… il en faut peu pour être heureux !

 

livre-de-la-jungle.jpg

On connaît tous l’histoire fabuleuse et initiatique de Mowgli, fis de la jungle recueilli par des loups. Entre l’ours Baloo, éducateur et fantaisiste, et la patte protectrice de la panthère noire Bagherra, le garçonnet sera élevé dans des préceptes dont les vertus sont encore aujourd’hui les règles de base pour apprendre à devenir un homme. Celui aussi de disposer librement de soi, de s’impliquer, d’être amical, fraternel, de tolérer et d’être royal.

Alors, chères petites têtes blondes, si vous voulez connaître ce petit garçon espiègle, rien de plus simple, rendez-vous à la Gare du Midi mercredi 28 décembre à 15h. Vous découvrirez ce joli conte qu’est « le Livre de la Jungle ». Une féerique aventure d’un grand spectacle musical au succès phénoménal à Paris avec plus de 700 000 entrées ! Après une tournée dans les pays du Maghreb, au Liban, au Japon et dans les pays d’Outre-mer, il parcourt les villes de France. Une distraction pour petits et grands, car c’est ça le pouvoir d’un conte, puisque estimé comme l’image de l’homme, en révélant ses défauts, mais il dit aussi la force de ses idéaux. Il a cet effet fabuleux de plonger notre conscience dans le monde merveilleux de l’imaginaire et d’animer le désir d’en partager l’enchantement avec tout ce qui nous entoure. Il en faut peu pour être heureux, chassez de votre esprit tous vos soucis, prenez la vie du bon côté, riez, sautez, dansez, chantez, et vous serez tous des ours bien léchés !

 

Le Livre de la Jungle – mercredi 28 décembre à 15h – Gare du Midi à BiarritzBiarritz Gare du Midi

Tarifs : 40 et 35€

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 16 au 22 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 23:58

Daniel Vizcayo… jeunesse et talent !

 

Danseur au Malandain Ballet Biarritz depuis 2008, le lumineux espagnol Daniel Vizcayo se distingue dans le rôle titre « Lucifer », une création du grand chorégraphe Thierry Malandain qui sera donnée les 20, 21 et 22 décembre à la Gare du Midi à 20h30. Par la clémence des cieux, persévérance, grâce, caractère et talent ont su se conjuguer pour révéler l’ascension de ce jeune danseur nourri de passion. Il s’est confié à moi par téléphone depuis l’Allemagne où il était en représentation.

 

daniel-vizcayo.jpg

APP : Bonjour Daniel. Qui es-tu et quel a été ton parcours avant d’intégrer le Malandain Ballet Biarritz en 2008 ?

DV : Je m’appelle Daniel Vizcayo, j’ai 22 ans et je suis né à Madrid où j’ai étudié la danse au Real Conservatoire de Danza dès mes huit ans. En 2006, j’obtiens le 1er prix au concours de Torrelavaga. En 2007, finaliste du concours de Lausanne, j’entre à Europa Danse sous la direction de Jean-Albert Cartier. En 2008, distingué par le chorégraphe Thierry Malandain, qui était venu faire une chorégraphie au sein de ma compagnie, il me demande de rejoindre le Malandain Ballet Biarritz. J’ai accepté très vite. Grâce à lui, je vais profiter de mes jeunes années pour exploiter au maximum ce bel art qu’est la danse.

APP : Qu’a représenté pour toi la collaboration avec le chorégraphe et que t’a-t-elle apporté dans ta vie artistique ?

DV : Une grande joie et une belle opportunité de travailler avec Thierry Malandain que j’admire. C’est une forte personnalité dans le monde de la danse, un chorégraphe très clairvoyant que j’apprécie beaucoup parce qu’il te laisse l’espace pour t’exprimer. Il permet aussi de faire un travail sur soi, de donner et montrer afin que le partenaire qui est en face prenne le relais. Il a un grand savoir et une marquante curiosité chorégraphique. Je le dis très sincèrement, Thierry Malandain est un incroyable et formidable expressif !

2011---2-PHOTOS-0200_cr.jpgAPP : Une fierté pour toi d’avoir été distribué pour le rôle titre du ballet création de Thierry Malandain « Lucifer » ?

DV : Grande fierté et l’honneur, avec un mélange de bonheur d’avoir été l’élu. Lucifer (rires) qui raconte la démesure de l’ange jusqu’à sa chute. C’est pour moi une belle récompense de la part du maître. Je dois dire que je me suis laissé porter par ce vertige du grand rôle sans trop chercher à comprendre ce qui se passait. Une première qui m’a permis de créer et d’interpréter un rôle titre, et pas seulement de montrer et d’exécuter des figures, mais de défendre une œuvre.  Une expérience forte, un choc aussi, car je devais m’investir en tant qu’artiste. Oui, j’avoue avoir pensé ne pas pouvoir être à la hauteur de ce que l’on me demandait. Mais ma passion pour la

danse me tenait très fort la main et le corps. Et puis j’aime jouer la sensualité sur scène, n’est-ce pas digne d’un espagnol ? (rires). Un grand merci à Thierry Malandain de ne pas avoir été « tyrannique » (rires), parce qu’il m’a laissé progresser à mon rythme avec ses idées chorégraphiques très riches où il utilise toujours l’expression et l’émotion. Et je n’oublie pas ma merveilleuse et délicieuse partenaire Miyuki Kanei, la grâce au rendez-vous, superbe danseuse avec laquelle il est facile de danser. Quant au corps de ballet, c’est l’osmose et la maîtrise parfaite de la danse contemporaine. C’est aussi ce beau métissage d’une jeune génération de danseurs.

APP : Parlant de la danse contemporaine, quel regard portes-tu sur celle-ci ? A-t-elle ses propres règles, comme la danse classique ?

DV : La danse contemporaine peut souvent dérouter ceux qui apprécient l’art chorégraphique. Je dirais qu’elle réunit une variété de formes et de styles de création de la danse. Elle évoque le temps présent exprimé à travers un éventail d’expressions et de modes de représentation. Elle s’inspire autant du geste quotidien que des techniques traditionnelles en danse classique. Elle renvoie surtout à l’exercice du corps, de la danse urbaine, de l’improvisation et des formes habituelles. Mais il faut avoir une base classique pour mieux développer la danse contemporaine. Et le classique est plus difficile physiquement, car on est amené à utiliser nos articulations et nos muscles très différemment. Mais je ne pense pas qu’il y ait une grande différence entre ces deux disciplines. Il y a danse, tout simplement ! C’est un art encore trop fragile pour le partager.

APP : Quelle vision as-tu aujourd’hui du métier de danseur ? Envisages-tu plus tard de devenir chorégraphe ?

DV : C’est le plus beau métier du monde, une belle révolution pour le corps et l’esprit. C’est aussi avoir du tempérament, apporter de nouvelles visions dans son travail. Il me permet d’adopter les formes et de les absorber. Pour moi la danse, c’est toujours la recherche de soi, une communion, un art. C’est ma vie de tous les jours. Je suis danseur même lorsque je ne suis pas sur scène (rires). J’aime le contact avec le sol et tout transmettre avec émotion. Cela peut être à travers une performance physique, un saut, un geste délicat. Pouvoir interpréter sur scène mes sentiments que je ne peux exprimer facilement dans ma vie. Chorégraphe non, car je ne possède pas le don de création, mais pourquoi pas prof de danse. Le théâtre me tente, la mode aussi, le stylisme par exemple. Mes jeunes années sont là pour ne pas penser au futur dans l’immédiat.

APP : Avant de nous séparer, quel message voudrais-tu adresser ?

DV : Aucun en particulier, tout simplement pouvoir danser sur scène, exécuter de nouveaux ballets. J’adore innover les rôles, multiplier les expériences. Grâce à Thierry Malandain, je suis de plus en plus ouvert au monde, mais j’ai aussi beaucoup de choses à apprendre et à découvrir. Pour moi la danse, c’est le moment où l’on est sur scène, ce n’est pas demain et pas ailleurs. Je fais tout avec passion. Ma ligne de conduite : accomplir les choses sérieusement, sans diablerie (rires) et rester toujours humble.

 

Lucifer – L’Amour Sorcier – Boléro de Ravel – Gare du Midi à Biarritz les 20, 21 et 22 décembre à 20h30

Tarifs : de 8 à 32€

Réservations : 05 59 22 44 66.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 16 au 22 décembre 2001.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 19:19


Interview de Pierre Bellemare par Alain-Pierre... 

© Fabrice Doré - AquitaineTV


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 22:17

Un dimanche comme l’on aimerait qu’il y en ait plus souvent !

 

Nonobstant le fait que c’était pour une soirée caritative organisée par EHM, dont la présidente Mikela Lebel-Doukary nous a ravi par son sourire et son accueil, que Colette Dechaume de France Bleu Pays basque nous ait charmé par sa voix suave au micro et son enthousiasme envers les musiciens, que 25 personnes de OVS se soit déplacés et nous ont régalé de leur présence, que toute l’équipe de ce sympathique endroit ait accueilli tout le monde à bras ouverts, … je tiens cependant à tirer mon chapeau aux artistes qui ont ravi le public en l’emportant dans leurs univers respectifs avec tant de générosité.

Les danseuses orientales de la Cie Malika Dantza, Maialen Errotabehere à la voix profonde et son folk, David Cairol « the » reggae man, Mohamed Boujalal et ses chants marocains, Baptiste Daleman le chanteur globe-trotteur, Fabien Duclerc et sa poésie cosmo…polie, l’incroyablement lunaire Axel Lupin et sa magie, et pour terminer en beauté et en apothéose… le groupe de rock Jokangely qui a su nous mener aux confins du réel avec des extraits de leur spectacle « Du Commun des Vivants ».

Oui, un bien beau dimanche où se mêlait chaleur et solidarité, pensées vers les enfants africains, musiques et tapas, thé à la menthe et pâtisseries exotiques, dans l’ambiance rougeoyante et noircie du Caveau des Augustins à Bayonne.

 

Alicia Snicker.

Sans-titre-4.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:47

La société d'organisation de spectacles basée à Anglet « Prod Events », dirigée par Régis Bleze-Pascau et Nathalie Perret, a refermé la porte sur ses beaux spectacles promis, et mis la clef sous le paillasson.

 

"Nous avons le regret de vous annoncer l’arrêt de la société Prod Events, nous écrit Régis Bleze-Pascau. Suite à un manque de trésorerie, à plusieurs spectacles non rentabilisés ces dernières semaines et la période de crise que traverse notre métier, malgré notre investissement important et notre volonté de continuer à avancer, à proposer au public de notre région des nouveautés, notre société et sa trésorerie ne permettent plus d’assumer les encours et spectacles à venir."

 

Toujours viser le meilleur ? Toujours est-il que Prod Events, qui s’est révélée par une superbe programmation avec Emmanuel Moire, Amel Bent, Jenifer, Jena Lee, Tom Frager, Grégoire... ou les grands shows de plein air tels que Bob Sinclar, la Tournée des Arènes avec RFM80 et Années 90, a subit des revers. Les spectacles s'annulent dans le 64/40, les artistes remettent leurs tournées à plus tard faute de vente de billetterie, et la petite entreprise n'a plus les finances assez fortes pour soutenir, programmer et faire les avances (réservations de salles, cachet des artistes, frais de publicité…) que ce genre de productions de spectacles nécessitent.

 

"C’est avec un très grand regret que l’aventure s’arrête brutalement, au vu des résultats et de la progression effectuée sur ces deux dernières années … ajoute Régis Bleze-Pascau. Cette aventure fut belle et intense et les regards joyeux du public présent sur nos spectacles nous manqueront. Notre but jusqu'à ce jour fut de faire avancer le côté culturel de notre belle région par la diversité de nos spectacles".

 

Nous savons à quel point ils se sont investis dans leur démarche. Ils sont de ces gens qui ont envie de faire bouger dans la région, et ils en ressortent enrichis par l’épreuve. Nous sommes certains que leur loyauté et leurs compétences leur permettront de retrouver la place qui leur est due. Dans tous les cas, nous les félicitons  pour leur travail, la qualité de leurs programmations. Nous avons été enchantés de leur collaboration avec notre journal. Merci à eux deux pour tous ces beaux spectacles ainsi que l’opportunité qu’ils nous ont donné de faire d’excellentes interviews. Nous sommes certains qu’ils vont  rebondir la tête pleine de projets prometteurs. Une belle page ce tourne mais les spectacles qu’ils ont organisés resteront présents dans notre mémoire. Une nouvelle aventure va commencer maintenant pour Régis Bleze-Pascau et Nathalie Perret, gageons qu’ils vont profiter de cette expérience pour aller de l'avant, et que leur fine équipe reviendra encore plus forte sur la scène culturelle. Nous avons confiance en leur avenir et leur souhaitons bonne chance et le meilleur à venir… Show must go on !

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:42

Pierre Bellemare… sérial bosseur !

 

Pierre Bellemare ne passe pas la main malgré ses 82 printemps ! Et ne prononcez pas le mot « retraite », ça le fâcherait ! Moult années qu’il inscrit ses trimestres au compteur, car sa voix veloutée a séduit les auditeurs et téléspectateurs dès … 1948 ! Diantre ! Elle n’a pas vieilli. D’user et d’abuser du précieux filon de son fonds de commerce, pour perpétuer le récit des ses piquantes histoires criminelles qui ont fait sa renommée. Aujourd’hui, il s’exerce dans un tout autre registre : récitant pour le conte musical de Prokofiev « Pierre et le Loup » dimanche 11 décembre à 15h et 17h à l’église Notre Dame des Forges à Tarnos, s’entourant de 58 musiciens de l’Orchestre Symphonique du Sud Ouest sous la direction de Bernard Salles. Une œuvre qui fait découvrir aux enfants la musique classique et l’histoire magique d’un petit garçon avec les animaux. Et ça tombe à pic, Noël n’est pas loin. Je me suis entretenu avec ce pape de légende de la télévision.

 

APP : Bonjour Pierre. Quelle a été votre réaction lorsqu’on vous a proposé d’être le récitant de ce conte musical « Pierre et le Loup » ?

PB : Depuis toujours, j’ai eu envie de raconter cette touchante et charmante histoire, tout comme l’a fait avant moi Eve Ruggieri, que j’ai pu apprécier sur scène, et ce, en compagnie de mon petit-fils. Et lorsqu’ Arnaud Labastide me l’a proposé, je lui ai dit ok sans hésiter.

APP : Connaissiez-vous l’Orchestre Symphonique du Sud Ouest ?

PB : C’est encore Arnaud qui m’a parlé de Bernard Salles, professeur hors classe à l’Ecole de Musique de Pau, qui s’est entouré de musiciens semi-professionnels pour la plupart, et d’anciens élèves des écoles de musique de la région, encadrés par les musiciens professionnels de l’Orchestre Symphonique du Sud Ouest. Il m’a dit qu’ils avaient beaucoup travaillé le répertoire de Prokofiev et le conte musical Pierre et le Loup. C’est un orchestre de très haut niveau avec des musiciens passionnés. Vous pensez que j’ai doublement dit oui, car j’aime également la musique de ce compositeur. On entendra également les musiques de Bizet, Brahms, Elgar, Grieg.

APP : Quels sont selon vous les vertus pédagogiques de ce conte ?

PB : Pour les musicologues, Pierre et le Loup est une œuvre à part dans le parcours de Prokofiev où il joue ici le rôle d’éducateur, en faisant identifier de façon ludique aux enfants, les instruments de l’orchestre, et la sensibilité et l’humanité qui se dégagent envers les animaux.

APP : C’est plutôt inaccoutumé dans un conte d’assister à la punition d’un personnage sympathique et innocent comme le petit canard… Quel est votre sentiment là-dessus ?

PB : La vie est souvent injuste et cette particularité ne doit pas être cachée aux enfants.

APP : Retrouvez-vous une part d’enfance en racontant l’histoire ?

PB : Certainement, il faut garder dans son cœur un fragment de son enfance, afin de conserver une part d’innocence pour rester sincère tout au long du récit.

APP : Une question hors sujet : Connaissez-vous le Pays basque ?

PB : Hélas non, un peu Biarritz et Saint-Jean-de-Luz. Cela dit, j’aimerais bien découvrir votre belle et accueillante région. Sachez que je n’habite pas très loin, à Bergerac, mon havre de paix, et ce depuis vingt ans, avec ma tendre épouse Roselyne.

APP : Encore trop tôt pour parler de retraite ? Et que peut-on vous souhaiter pour 2012 ?

PB : Oh ! Que oui ! Malgré mon récent AVC. Pas question de lever le pied ! La preuve, je serai à Tarnos le 11 décembre pour deux représentations, car celle de 17h affiche complet. La ville n’a pas voulu me contrarier, elle me reprogramme à 15h. Et j’en suis heureux ! Et un prochain livre est en collaboration avec Jean-François Nahmias, consacré aux trésors de toutes sortes qui ont fait le bonheur ou le malheur de leurs découvreurs. Que me souhaiter pour 2012 ? Pourquoi pas une santé de fer ! (rires). Et que nos lecteurs et auditeurs ne soient pas trop absorbés par la politique !

 

Pierre Bellemare et l’Orchestre Symphonique du Sud Ouest sous la direction de Bernard Salles  - Pierre et le Loup de Prokofiev – dimanche 11 décembre à 15h et 17h – Eglise Notre Dame des Forges à Tarnos

Tarif : 12€ Réduit : 9€ Gratuité pour les moins de 12 ans.

Réservations : 05 59 64 49 40 et www.ville-tarnos.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 9 au 15 décembre 2011.

 

INTERVIEW VIDEO  par Fabrice Doré sur Aquitaine TV  

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories