Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:41

Black Out… un sujet délicat et tabou !

 

Black Out, traduit et mis en scène par Jürgen Genuit, sera joué par la Cie Théâtr’action au Théâtre de Bayonne les 13 et 14 décembre à 20h30. La violence en milieu scolaire représente un danger, et quand on ne parvient pas à répondre à ce problème, cela fait défaut à la collectivité. Et elle ne disparaît pas en l’ignorant. Elle dénote un manque de confiance, de self contrôle, un acte souvent gratuit commis par les plus fragiles, qui bien souvent refusent leur culpabilité. Black Out est le sujet délicat et tabou qui parle de la condition sociale, intellectuelle, du défaut de communication et surtout de ce qui atteint et ce que subit de plein fouet l’enseignant. Texte pour deux personnages où élève et enseignant se partagent un dialogue et le rapport vivant avec le public, dans un souffle querelleur et menaçant qui vous bloque la respiration. Des passages émotionnellement forts qui s’installent quand les deux interlocuteurs révèlent leur vraie nature. Une heure et demie où l’on est témoin d’une violence tragique, d’une force courageuse, captivante, poignante, actuelle, exécutée avec intelligence. Tout l’art de la mise en scène s’insuffle de cette dominante qu’est la décision. La nature agressive est contraire à la tolérance et n’a pas sa place dans le système éducatif. L’attaque de l’élève sert de carapace à ses peurs et à ses doutes. Dans un premier temps, l’identification au personnage violent se fait comme naturellement, puis devant l’absurdité de son acte, de sa conséquence destructrice, la vision humaine et palpable de l’enseignant, les situations changent et c’est à qui tentera d’apporter des réponses pour tenter d’endiguer la violence.

 

Black Out – Cie Théâtr’action – 13 et 14 décembre à 20h30 – Théâtre de Bayonne2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 16, 14 et 10€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

Spectacle à partir de 13 ans.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 9 au 15 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:37

Dominique Fillon Quartet… Du jazz et rhythm combo à tous les étages !

 

Le jazz n’est pas une mode, c’est l’incontournable en musique avec ses qualités et ses défauts. Entre latin et jazz, funk et world music, le pianiste Dominique Fillon et son Quartet est un flagrant univers jazzy qui explose les notes offrira au Théâtre de Bayonne le 16 décembre à 20h30, une qualité perceptible de ses compositions. Dominique Fillon, compositeur et arrangeur, doit son goût du jazz grâce à Philippe Duchemin et Guislain Depp. Une musique que conduit avec finesse un piano rêveur et coloré, virevoltant ou en eux calmes, des accords aérés de séduisante facture et des impros épicées. Eternel voyageur musical au désir constant de métissage, il nous guide avec sensualité et force harmonique vers des contrées lointaines pour nous faire savourer la chaleur du Brésil et de l’Espagne. Entouré de Jean-Philippe Crespin guitare, Diego Imbert contrebasse et Jean-Philippe Fanfan batterie, ce quartet possède l’astucieuse maestria pour champagniser son répertoire et soutenir la puissance de ses solos piano sous la pression desquels, le bouchon de l’écriture mélodique vole dans les airs ! En seconde partie, Le Drew Davies Rhythm Combo au swing prenant et explosif, dirigé par Drew Davies et ses quatre musiciens renommés, Fabien Saussaye piano, Pascal Fouquet guitare, Thibaut Chopin contrebasse, Simon Boyer à la batterie et Drew Davies chant et saxo ténor, se fraie un chemin toujours renouvelé au cœur d’une rythmique qui connaît les secrets de la passion latine. Un piano transcendant, une basse virevoltante, des entrelacs de batterie, et des accords et à cris du saxo.

 

Dominique Fillon Quartet et Drew Davies Rhythm Combo – 16 décembre à 20h30 – Théâtre de Bayonne2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 24, 20 et 15€

Réservations : 05 59 59 07 27  et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 9 au 15 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 01:56

BIENTOT

INTERVIEW VIDEO DE

PIERRE BELEMARRE

par AquitaineTV Fabrice Doré

AquitaineTV

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 15:20

Mikela… la Madone des bidonvilles !

230879 10150162945037797 86667642796 7201923 6021517 n

« Pour prendre un enfant par la main pour soulager ses malheurs, tout doucement, sans parler, sans pudeur, prendre un enfant sur son cœur » (Yves Duteil). Une société dans laquelle il sera élevé selon les idéaux proclamés, de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité et de solidarité. Un idéal d’esprit et de corps que proclame haut et fort Mikela Lebel-Doukary, fondatrice de Euskal Herria Morocco qui vient en aide aux enfants orphelins et défavorisés des bidonvilles de Casablanca et d’ailleurs… A l’occasion du concert de solidarité au Caveau des Augustins, dimanche 11 décembre, j’ai rencontré cette dame au grand cœur.

 

APP : Bonjour Mikela. Parle-nous de l’association Euskal Herria Morocco (http://euskal-herria-morocco.com). Comment t’es venue l’idée de créer cette chaîne de solidarité franco-marocaine ?

M : L’association est née en 2007 sur une idée de mes enfants Melani, Viktor et Ventura, qui souhaitaient faire quelque chose de bon pour les déshérités et les démunis. Le choix s’est porté sur le Maroc (ayant de la famille et des amis dans ce pays). Nous connaissions la situation des enfants des rues d’un pays à deux heures de vol nous permettant d’agir plus commodément.

APP : Quelles sont les cibles de l’association ?

M : Celles de venir en aide aux enfants et adolescents des bidonvilles pour leur scolarisation, une grande priorité afin d’éviter les dérives. De les soutenir lors de leur entrée à l’école, de leur donner l’instruction générale, la connaissance artistique. De les aider à s’élever dans la dignité afin d’empêcher la pauvreté d’entraver leur développement. De les protéger des dangers de la rue, de la prostitution, de la maltraitance et de l’endoctrinement.

APP : Existe-t-il suffisamment de structures compétentes et expérimentées dans le pays où tu interviens avec tes bénévoles ?

M : Certains apportent et transfèrent leur qualification et leur compétence dans le but de rendre les structures sur lesquelles ils interviennent plus autonomes. De nombreux enfants sont dans la détresse, surtout ceux des bidonvilles, où rien n’est pratiquement fait pour eux, car ils n’intéressent pas la société. On ne sera jamais assez nombreux à œuvrer pour le soulagement et le bien-être, même si chacun a une pratique et une capacité « technique », de la générosité et du cœur.

APP : Une aide scolaire pour ces enfants orphelins ou défavorisés, certes, mais ont-ils une chance de réussite ?

M : On l’espère en tout cas et on fait tout pour. On leur apporte un kit-cartable, des vêtements, des chaussures ainsi que des manuels scolaires pour ceux qui vont au collège et surtout, on crée un lien entre eux et la personne qui les élève, soit une mère célibataire, divorcée, quittée par un mari, ou la voisine de bidonville. La sollicitude, l’affection et la douceur, c’est une lueur d’espoir pour eux. Quand on aide un enfant, on aide aussi l’entourage proche. Nous veillons sur les petites filles pour qu’elles ne se retrouvent pas mariées précocement et de force ou envoyées dès leurs 7 ans, très loin comme bonne à tout faire. Et souvent maltraitées ! On fait en sorte que les très jeunes garçons ne tombent pas entre les griffes de gens malintentionnés qui rôdent dans les rues. Par ailleurs, si l’enfant qui a dépassé le collège n’a pas un bon niveau en français, il a peu de chance de continuer des études supérieures. C’est pourquoi on a mis en place il y a trois ans le parrainage pour qu’ils soient suivis le plus longtemps possible et qu’ils soient aidés dans l’apprentissage de cette langue. A ce jour, 53 d’entre-eux ont un parrain ou une marraine. Les résultats sont positifs et nous constatons une régularité du suivi de scolarisation.

APP : Dans ton association, y-a-t-il des personnalités du Pays basque ?

M : Au Pays basque, le parrain est Patxi Garat, auteur-compositeur-interprète, la marraine et membre de l’association Colette Dechaume, animatrice sur France Bleu Pays basque. Au Maroc, Hakim Noury, acteur et réalisateur de cinéma. Leur soutien fait chaud au cœur et nous encourage à poursuivre notre action.

euskal-herria-morocco-concert.jpgAPP : Dimanche 11 décembre c’est le « concert de solidarité » au Caveau des Augustins à Bayonne. Peut-on connaître les artistes qui ont répondu « oui » spontanément ?

M : C’est totalement généreux de leur part d’être là pour soutenir notre petite association. Il y a de belles âmes comme ça qui rendent la vie plus belle ! Et nos « anges » du 11 sont, en commençant par celle qui est à l’origine de cette belle idée, Colette Dechaume, Corinne du Caveau des Augustins qui nous accueille chaleureusement pour cet évènement et qui a eu ces mots touchants : « quand la chaîne de solidarité du Pays basque se met en route, ça donne une journée pleine de réjouissance, de partage, de poésie… ». Merci à son époux Franck qui a réalisé gracieusement l’affiche. Et ces artistes talentueux qui ont dit oui spontanément : Maialen, David Cairol, Baptiste Daleman, Fabien Duclerc, le groupe rock français Jokangely, le groupe marocain Boujalal, sans oublier le magicien Axel Lupin. Je leur dis au nom de nos petits protégés, un grand merci du fond du cœur.

APP : Que peut-on te souhaiter pour l’année prochaine ?

M : D’avoir la vitalité pour continuer à agir et trouver de quoi faire encore plus, encore mieux, encore plus loin. Ici, là-bas et ailleurs. Donner aussi de l’espoir, un avenir à tous ces enfants dans la détresse. Vaste programme ! Une vie ne va pas suffire, mais je ferai le maximum grâce au soutien et au courage des bénévoles qui me suivent dans mon modeste combat. Yallah !

 

De 16h à 22h Concert de Solidarité pour l’Association Euskal-Herria Morocco – dimanche 11 décembre 2011 – Caveau des Augustins Bayonnelogo-caveau

Tarif unique : 5€

Réservations : 05 59 25 69 76 et 06 98 18 22 77.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 9 au 15 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 01:52

JOKANGELY… la sensibilité du rock à la française !

 

Nous avons déjà entendu ce sympathique groupe de rock chanter, en français s’il vous plaît, pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer qui sera ce dimanche 11 décembre à 20h15 au Caveau des Augustins mais cette fois, pour l’association « Euskal Herria Morocco » dirigée par Mikela Lebel Doukary, et parrainée par Patxi Garat, qui s’occupe de donner aux enfants africains un peu de réconfort en leur apportant des livres, stylos et cahiers pour qu’ils puissent avoir accès à l’éducation.

Photos-retouchees--50-.jpgNos quatre sympathiques jeunes gens n’hésitent jamais à donner de leur temps et leur énergie  lorsqu’une cause les touche, comme c’est le cas avec la maladie dite « de l’oubli » ou ce fléau qui nous touche depuis 25 ans, le sida. Se sentant concerné par tous les problèmes qui touchent notre société, Julien Ivanez-Suzarte (chant/guitare) nous livre de sa plume des textes touchants et inventifs, tantôt teintés d’humour noir, tantôt plus suaves et sensuels. Agrémentés par les solos de Yannick Mignot (guitare solo/chœurs), ses vers nous accrochent et ne nous lâchent plus, ils nous parlent de sentiments divers, tels que la joie, la douleur, la colère… et l’amour. Les coups de battoirs du drummer Joël Ibarrart (batterie) ne gâchent nullement l’harmonie du groupe doucement bercée par la basse de Mikel Artola (basse) dont le sourire ravageur ne compromet en rien sa placidité sur scène. Quant à leurs compositions musicales couleur rock, grandement inspirées par Noir Désir et Téléphone, elles nous transportent vers un univers tout en nuances et subtilités brondissantes, délivrées à souhait par les guitares électriques, plus douces lors de passages acoustiques. Si vous décidez de venir en ce dimanche à cette soirée caritative (de 16h à 22h pour 5€) ne partez pas après les passages d’artistes plus connus comme, l’excellent Fabien Duclerc et son univers cosmo-poétique, le reggae-man David Cairol, ou bien encore la basco-folkeuse Maialen Errotabehere, le guitaro-baroudeur Baptiste Daleman… restez encore un peu et laissez-vous apprivoiser par la réalité virtuelle « du commun des vivants » de l’Angely et ses jokes.

 

Alicia Snicker.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 22:47

Soy de Cuba… le plein de soleil avant l’hiver !

 

La comédie musicale enivrante, sensuelle et ensoleillée Soy de Cuba mettra la Gare du Midi à l’heure cubaine pendant deux heures, dimanche 11 décembre à 16h30. Et elle promet d’être « buen regalo » ! Bien loin des poncifs cigares, rhum et salsa, ce sont des tableaux attrayants et séduisants qui puisent dans les origines des rythmes cubains. Un spectacle qui affirme sa modernité et son ouverture aux musiques actuelles. Il nous offre un panel bariolé des musiques nées sur l’Etat insulaire des Antilles au lendemain de la Seconde guerre mondiale comme le jazz afro-cubain, le cha cha cha, le mambo, la rumba ou le reggaeton (mélange de rap, de reggae et de sample). Ici, soy-de-cuba.jpgl’exotisme est l’enjeu, secondé par une chorégraphie innovante et une mise en scène basée sur des liens vidéo imaginés comme les décors scénographiques. Tout est rappel à la danse, en lien avec des chansons qui sont comme des projections animées et énergiques par une troupe de quinze danseurs chanteurs, huit filles et sept garçons exercés à tous les styles. Sans oublier les musiciens qui ont le rythme dans la peau. C’est une belle, hasardeuse et audacieuse histoire que va vivre la sensuelle Alaya qui a la danse dans le sang et des rêves plein la tête. Un jour elle quitte sa famille et débarque, seule, dans la grande ville, à la recherche du mythique club « Soy de Cuba ». Alors qui comme elle refuserait ce voyage sous les tropiques en plein mois de décembre ? Et vous amateurs de musiques latina en manque d’excitation tropicale, laissez-vous séduire par ce spectacle haut en couleurs !

 

Soy de Cuba – dimanche 11 décembre à 16h30 – Gare du Midi à Biarritz Biarritz Gare du Midi

Tarifs : 50 et 45€ - tarif réduit pour les groupes du 3ème âge

Réservations : 05 59 22 44 66  et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 2 au 8 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 22:19

Concert Sainte Cécile…

L’Harmonie Bayonnaise fête la patronne des musiciens.

 

Rituel annuel pour l’Harmonie Bayonnaise qui fête Sainte Cécile, patronne des musiciens, avec un spectacle enchanteur et remarquablement orchestré par les chefs François Gonzalez et Francis Merlin le 9 décembre à 21h à la Maison des Associations à Bayonne. Au programme, des œuvres de Gordon Langford, John Williams, Berlioz, Rafael Hernandez, Bernstein, Weber. Et deux solistes invités Patrick Sandrini (clarinettiste) pour « second concertino » de Weber et Xavier Coquelle-Sibra (tromboniste) pour « Rapsodie » de Langford. L’Harmonie Bayonnaise, à la réputation harmonie-bayonnaise.jpgsans fausse note, sauvegarde avec obstination les traditions et les qualités de l’art musical du Pays basque. Une musique qui est l’air qu’on respire, la passion qui divertit la vie. Sa belle réussite était prévisible puisqu’elle détient un talent et une valeur confirmés. C’est avec enthousiasme et bel accord que cet orchestre fait partager depuis 130 ans sa musique qui atteint le coeur. Loin d’être apologiste, l’Harmonie, c’est « que la joie demeure », avec des airs qui vous captivent, un éclat du son, une reproduction claire et accordée, des phrases qui respectent la ligne mélodique, une exactitude des accents et du rythme, une subtilité des nuances de tempos dans des compositions où l’andante est le mouvement de référence, sans omettre l’émotion vibrante. Des musiciens qui dégagent un véritable magnétisme. Et ce n’est pas son ancien chef et président André Lassus qui dira le contraire ! L’Harmonie Bayonnaise, une interprétation musicale qui allie sensibilité, tonicité et brillance. Alors sans plus attendre, venez fêter la Sainte Cécile, patronne des musiciens, avec elle !

 

Concert Sainte Cécile par l’Harmonie Bayonnaise – vendredi 9 décembre à 21h – Maison des Associations Bayonne/Glain

Tarif unique : 10€  et gratuité pour les moins de 14 ans

Réservations : 05 59 55 82 78

En première partie : les ballets Erro Bat de Bayonne.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 2 au 8 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 22:12

Gainsbourg… toujours !

Verve, ironie et émotion au rendez-vous.

 gevrey-chambertin-gainsbourg.jpg

Au fil des années, Gainsbarre succèdera à Gainsbourg, populaire auteur-compositeur-interprète, reproduisant ainsi l’image du poète maudit et agitateur ! Ses chansons jouent souvent sur l’ambigüe et illustrent son goût de la provoc, la controverse ou l’érotique, parfois avec des références littéraires. Pour lui la chanson est un « art mineur » parce que, à l’inverse de la peinture, il ne nécessite aucun apprentissage ! Mais bizarrement il travaille beaucoup la forme poétique de ses textes. L’artiste qui a marqué fortement la musique française n’hésite pas à métisser ses compositions avec des influences musicales très variées, contribuant à en populariser certaines. Se sentant un créateur incompris, il se réfugie dans le milieu des couche-tard et interlopes, brûlant sa vie par les deux bouts. Vendredi 2 décembre à 20h au Chapiteau-spectacle de Baroja, Marina Pacowski et Les Gevrey Chambertin ressusciteront le grand Serge avec « Gainsbourg… toujours ! ». Marina Pacowski, prof de chant et d’accompagnement piano interprètera le « Gainsbourg, génie du sample », parce qu’il a beaucoup puisé chez les compositeurs classiques. Et pour preuve par les notes et les doigts inspirés de la pianiste. Puis avec les Gevrey Chambertin et leur « Gainsbourg, moi non plus », découvrez un chanteur comédien et trois musiciens qui s’approprient les mélodies de l’homme à la tête de choux. Quatre garçons entre insolence et sentiment plongent dans l’univers jazz de Gainsbourg. Ca n’est pas un hommage, mais un spectacle cocasse, tendre et qui bastonne ! Du je t’aime, moi non plus !

 

Une soirée 2 spectacles avec Maria Pacowski et les Gevrey Chambertin – vendredi 2 décembre à 20h – Chapiteau-spectacle de Baroja (Anglet)

Tarifs : 13 et 10€

Réservations : 05 59 58 35 60 ou chapiteau.baroja@anglet.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 2 au 8 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 21:30

Les Femmes Savantes… ou la querelle de l’égalité des sexes !

 

Les Femmes Savantes, de Molière, en cinq actes et en vers, seront à la Gare du Midi le 8 décembre à 20h30, jouées par les comédiens de la Cie Le Grenier de Babouchka de Saint-Jean-Pied-de-Port, et mises en scène par Jean-Philippe Daguerre. Bien que cette sottie parle partiellement de l’instruction des femmes, Molière a voulu ridiculiser les fats et les poètes « de  cour », ceux qui lui ont inspiré les personnages de Trissotin et Vadius.

lesfemmessavantes.jpg

 

Petit condensé :

Une maisonnée déraisonnable et extravagante, l’ordre bourgeois dans un grand trouble, l’amour contrarié, l’érudition élevée au rang de principe fondamental, et trois femmes roulées dans la farine et menées par le bout du nez par un faux lettré et philosophe. Un spectacle qui s’amuse de ces femmes à la fois irritantes et attachantes.

Qui mieux que son metteur en scène pour en parler : « A travers les femmes savantes, je veux montrer que c’est bien souvent le comportement misogyne des hommes qui pousse certaines femmes à vouloir leur ressembler pour se faire entendre. Il ne s’agit pas pour la femme d’être le miroir de l’homme mais son égal. Ce n’est pas la quête du savoir qui rend les femmes ridicules mais la négation du désir animal qu’il y a en chaque être. Pour faire écho à Clitandre, on peut avoir « un corps tout comme une âme ». C’est parce qu’elles n’ont pas compris cela que Philaminte et ses disciples sont ridicules. » Pièce de son époque, elle ne fut pas la plus fameuse de Molière (peu jouée après sa création le 11 mars 1672). Les Femmes Savantes restent cependant une comédie fort divertissante, bien qu’un peu datée à notre siècle !

 

Les Femmes Savantes de Molière – Cie Le Grenier de Babouchka – 8 décembre à 20h30 – Gare du Midi à Biarritz

Tarifs : de 30 à 8€

Réservations : Amis du Théâtre de la Côte Basque : 05 59 24 90 27.Biarritz Gare du Midi

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 2 au 8 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 20:52

Carrément Blues… concert carrément caritatif !

carrement blues 2 

Je l’avoue, j’aime fortissimo « Carrément Blues » qui allie blues et rythm’n blues, qu’agrémentent des musiciens exceptionnels tels que Guital Bastien, Fred Chaudagne, Xabi Fischer, Jean-Michel Martineau et Nico Ubico et ils se complètent formidablement bien ! Ils seront au Caveau des Augustins ce 2 décembre à 21h pour un concert carrément caritatif au profit de l’association Haureri (l’association vient de naître et n’a pas de site dédié. On peut la connaître en allant sur http://www.64mômes.com/rencontre/604-eliane-pottoka-et-les-enfants-du-centre-hospitalier-de-bayonne.html L’intégralité de la recette sera reversée à l’hôpital de Bayonne, service des enfants malades.) dont l’animatrice est Eliane Etchegarray qui vient en aide aux enfants malades de l’hôpital de Bayonne. Cette association a pour but de rendre le quotidien supportable à des enfants en traitement long et lourd et de leur offrir des rêves (jouets, bibliothèque, voyage à Disney Land… Ce concert donné par Carrément Blues, c’est aussi la magique impression d’un « band » à l’énergie explosive et communicative, et un vrai humour qui donne envie de voir ces musiciens en live. Avec eux, on retrouve les climats des Doors, de Clapton, de Robert Johnson et des arrangements de Camel, Crimson et Led Zep, mais qui s’enrichit également de nouveaux titres et d’un morceau acoustique pour deux titres au milieu de la prestation. Des morceaux tout de braise qui ne vous laissent aucune pause. Qu’ils chantent en français ou en anglais, chaque composition possède une atmosphère distinctive. La voix de ces mecs a vraiment quelque chose à dire, et, quand ce n’est que la voix de Guital Bastien, le blues du blues vous submerge. C’est un concert qui offre du plaisir et qui touche parce que ces musiciens-là jouent avec leurs tripes et leur cœur. Un opus qui déborde d’énergie et de saveurs épicées, fort bien dosées et qui incitent à aller voir illico presto ce que le quintet va nous servir sur scène. Franchement, ce gang-là on aimerait bien le suivre à chacun de ses passages dans les villes de France et de Navarre, parce qu’il est bon et sans artifice ! Ce soir-là, le concert Carrément Blues sera le sourire et le soleil pour les enfants malades.

 

Carrément Blues – 2 décembre 21h – Caveau des Augustins Bayonne

Tarif unique : 7€

 

Un vif merci à Corinne et son équipe du Caveau des Augustins pour leur soutien.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 2 au 8 décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories