Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 23:39

Zig Bazar… Où est donc passée Line Peugeot ?

 

zigoto-2.jpg

 

La Compagnie Zigoto sera Salle Saint-Jean à Anglet, dimanche 13 mars à 15h avec « Le Zig Bazar », un spectacle dans sa version complète d’1h50 qui raconte les hauts lieux du show business où les artistes de la troupe défilent dans une fantaisie caricaturale et excentrique du music-hall.

 

Une soirée de gala où la célèbre meneuse de revue Line Peugeot (non, pas d’erreur sur le patronyme) brille par son absence ! Mais que peut-elle bien faire ? Le public est là qui s’impatiente. Chance ! Les comédiens ont plus d’un tour dans leur carton à chapeau et telles de plumes au vent, ils bombardent leurs visions chorégraphiées, chantées et jouées à la face du public, public heureux de retrouver l’atmosphère des variétés des Carpentier, Guy Lux ou Sacha Show, rendant ainsi hommage aux grandes heures de la télévision de l’époque. Ils s’en donnent à cœur joie et tout cela dans un bain d’humour de la première à la dernière minute, avec retournements de situation que l’on se gardera bien de révéler ici.

 

zigoto 1La Compagnie Zigoto est étonnante de fraîcheur et d’une énergie magique : costumes lumineux, plumes, strass, paillettes et chansons en direct sont au rendez-vous. Et comme chanterait l’autre Line nationale « Oui, c’est ça la revue, et des plumes tant et plus. Paillettes, aigrettes, c’est ça la revue, c’est toujours du bonheur. C’est magique, c’est du rêve, la revue… » Line, c’est toi là-bas dans le noir ? Vite en place, tout le monde t’attend ! Ici tu es la reine !

Un show clôturé en un feu d’artifice de couleurs dans un final éclatant. Alors adoptons cette formule : La nouvelle comédie music-hall Le Zig Bazar, ça déchire… grave !

 

Les Zigotos présentent le Zig Bazar – dimanche 13 mars à 15h – Salle Saint-Jean à Anglet

Entrée : 15€ - Gratuité pour les moins de 12 ans

Réservations : Office de tourisme : 05 59 03 77 01 ou sur place 1 heure avant le spectacle.

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 mars 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 23:30

Tristan et Iseult ou la légende celtique bretonne.

 

Ne ratez surtout pas les projections du Ciné Opéra de la saison dans les salles CGR de « Tristan et Iseult », drame en trois actes de Richard Wagner, inspiré d’une légende celtique bretonne.

tristan-iseult-1.jpgUne histoire qui fut en partie insufflée de l’amour de Wagner pour sa maîtresse, la poétesse Mathilde Wesendonck. En se tournant vers l’Ouest et ses mers déchirées, il offre sa tragédie, qui, conçue sur une idée unique, se contorsionne sur elle-même en une passion extrême qui ne peut qu’aboutir à un épilogue funeste. Cet opéra, l’un des meilleurs archétypes « wagnérien », se métamorphose en un drame musical, évoquant l’amour tourmenté de Wagner et Mathilde. La colonne vertébrale de l’œuvre est le ressentiment, l’amour et l’opprobre. De deux amants qui ont des sentiments humains, enchaînés dans une liaison chimérique et une passion tragique qui sera magnifiée par la mort. Les traductions dans Tristan et Iseult sont fort nombreuses, qui s’ensuivent presque toutes des premières notes de l’opéra que représentent la confession et l’attrait. L’introduction musicale du premier acte est devenue la pièce orchestrale à part entière, aussi célèbre que prodigieuse, sans oublier dans la fin de l’œuvre, le chant d’amour d’Iseult, celle qui compte parmi les musiques les plus pathétiques qui aient jamais été composées.

 

Cet opéra est projeté sur grand écran en HD grâce à l’initiative culturelle des salles CGR de Bayonne et Tarnos, le 17 mars à 14h et 18h et le 18 mars à 16h et 20h.

Tarif : 18€

 

Article publié dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 mars 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:59

Féloche… Paroles et Musiques plurielles !

 

 

feloche-1.jpg

 

Du fêlé au… fabuleux, il n’y a qu’un pas ! Féloche, artiste aux textes doux-amers, timbre de voix légèrement nasillard, ce Parigot aux intonations Louisiane déboule sur la scène de la Salle Paul Vaillant-Couturier à Boucau, vendredi 11 mars à 20h30.

Muscadin qui se dandine aisément au son de l’accordéon de Léa Bulle, sa comparse badine et féline, et Christophe Malherbe, d’une moue craquante, flegmatique à souhait et le plus sage des trois, fait corps avec sa contrebasse. Ce trio infernal de talent conduit avec dextérité une musique rapide aux inflexions tantôt cajun, parfois manouche, punk rock ou de ponctuations électro. Cet assortiment d’instruments marche à merveille, tandis que Féloche cabriole sur les violons du bal de sa douce jeunesse, mandoline sur le flanc. Ce diantre garçon, véritable multi-instrumentiste est un pluriel de tempos détonants, d’harmonies adroitement affectées, mêlées à sa voix et aux sonorités désynchronisées d’un étrange palude. Avec lui, c’est une balade en chansons originales ! Inventif et brillant auteur-compositeur-interprète de sa génération, il est toujours en chasse de nouvelles potentialités d’expression et jamais à court de mélodies et de fantaisies. Sur scène, ce ménestrel est satirique, espiègle et passionné à la fois, car il libère une force de personnification puissante, s’imposant dans l’art de traduire l’histoire de ses personnages. Son écriture est juste et sincère et ses assonances bien conçues. Sa folie est expansive et surtout, le son et ses mots s’accrochent à mesure qu’on l’écoute. Son chant est séducteur, ses textes agréablement délurés ou légèrement tourmentés. Tel un magicien, de ses poches il sort de la poussière d’étoiles qui nous ébahit et nous éblouit.

 

Féloche – Chansons et musique – Salle Paul Vaillant-Couturier à Boucau – vendredi 11 mars à 20h30

Tarifs : 24€ Carte saison : 20€ Carte jeune et enfant : 15€ - Places numérotées

Réservation : 05 59 59 07 27 et snbilletterie@snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 mars 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 23:41

Christophe Hondelatte sera le vendredi 18 mars à 21h à la Luna Negra à Bayonne

accompagné de ses musiciens :

-Nicolas Loupien (piano)

-Nicolas Chelhy (basse)

-Frantxoa Erreçarret (batterie)

 

2011-PHOTOS-0111_cr.jpg

 

Christophe Hondelatte

et son fox terrier baptisé  "Pitchoun"

  © Alicia Snicker.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 21:11


el surfisto stephane martens interview par poesieduster64



el surfisto extrait par poesieduster64

Elsurfisto…Ça va faire mal !

 

elsurfisto-1.jpg

 

L’autoprod  « confirme parfois que l’on peut se passer de l’industrie du disque », prouver que la bonne musique s’affiche avec divers labels et qu’un bon myspace peut rivaliser avec les circuits radios. Elsurfisto s’est distingué depuis maintes années, notamment par son leader guitariste parolier et compositeur, Stéphane Martens, qui m’a fait parvenir son dernier opus « Ça va faire mal » (CD enregistré à Ustaritz en février 2010 chez Milaka Elkartea), concocté avec Eric Oxandaburu, basse/contrebasse, Mathieu Franceschi, batteur, et Ray Layzelle, saxo/clavier. Cet album est le fruit d’un univers partagé qui renforce la pluralité et la virtuosité du groupe. Il est la preuve indéniable que de véritables artistes peuvent offrir de bons albums et des instants jubilatoires ! Ça pénètre direct là où ça fait du bien ! C’est probant et appréciable pour le signaler, parce que concis et diantrement efficace. Chaque titre est une histoire, un univers et cela séduit à plusieurs égards. Sans faire trop d’éloges, l’album accroche bien avec ses notes jazzy manouche de l’éternel Django et standards de l’héritage de la chanson française. Un savant mélange des genres où l’on identifie le sens de l’humour de Stéphane Martens. Ce quartet laisse derrière lui l’étonnant effet d’énergie explosive et communicative. Son style particulier et authentique donne envie de le voir en live. Les onze morceaux du gang « Elsurfisto » apportent leur lot de joie et autant dire qu’ils sortent du commun. Attention les gars… ça va faire mal !

 

Elsurfisto – Caveau des Augustins à Bayonne – samedi 19 mars à 21h logo caveau

Tarifs : 10€ et 7€ pour les adhérents, demandeurs d’emploi, handicapés

Réservations : 05 59 25 69 76 et 06 98 18 22 77

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 mars 2011.

Salut Alain-Pierre, merci infiniment pour l'article, ça fait chaud au coeur, nous allons le publier sur face book et notre site... elsurfisto.com (chansons françaises swing)

swing64 (trio jazz manouche)

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 21:06

André Manoukian et A-P Pereira

 

DSCN0080--Small-.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans "PEOPLE" ET MOI
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 01:05

Bientôt sur le site de 'la Semaine du Pays basque'

une interview exclusive de

Christophe Hondelatte

 

Ne la manquez pas !

 

Extrait...

 

© Alicia Snicker.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 23:21

ô commentaire je t'aime infiniment

lorsque tu te manifestes effrontément

et bien que tu te fasses rare

ton apparition me rend hilare

à chaque fois que je te vois

mon coeur se met en joie

et je suis impatient

de répondre à tes arguments...

 

Ecrivez-moi des commentaires sur tout : articles, thèmes, 

et même sur la forme du blog. Je voudrais savoir ce que vous aimeriez

y voir ou y écouter.

 

Alain-Pierre Pereira.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 22:48

André Manoukian : je ne suis pas un « pianist hero » !

 

 

andre-manoukian-1.jpg

Crédit photo : François Marquet.


 André Manoukian est le musicien « discret » qui ne se considère pas comme un « pianist hero ». Un amoureux de la voix pour qui c’est le plus bel instrument du monde. Et si fier de ses chanteurs ! Dédé veut nous montrer le jazz comme une musique en mouvement, une musique loin de s’éteindre. Je me suis entretenu avec lui pour sa participation musicale au « Festival Jazz en Mars » à Tarnos le 12 mars prochain.

 

APP : Bonjour André. Le 12 mars vous êtes sur scène avec votre Quartet au « Festival Jazz en Mars ». Qui sont les musiciens qui vous accompagnent ?

AM : Contrebasse : Christophe Wallemme ; batterie : Stéphane Huchard ; saxo et duduk (flûte arménienne) : Hervé Gourdikian. Ce Quartet se démarque par l’utilisation du chant modal arménien aux blues notes caractéristiques.

APP : Comment avez-vous été contacté pour ce festival et quel en sera le programme ?

AM : Tout simplement par mon agent. Quel immense plaisir de (re)venir jouer dans le Sud-Ouest. Nous exécuterons les titres de mon premier album « Inkala » que nous avons perfectionné après deux ans de scène et l’arrivée d’Hervé. Un mélange de compositions originales et folk song. Une invitation au voyage vers l’Orient, sorte de vertige vertical offert aux amoureux du jazz.

APP : Quelle a été votre formation de musicien ?

AM : J’ai commencé enfant par le piano classique, puis la découverte du jazz à mon adolescence où j’étais pensionnaire à la célèbre Berklee School of Music de Boston.

APP : Remontons le temps ; votre belle rencontre avec la talentueuse chanteuse de bal Liane Foly vous fait prendre une autre route, celle de la composition et de la production. Peut-on savoir pourquoi ?

AM : (ndlr : son visage s’éclaire d’un sourire, accentué d’une expression admirative). Parce qu’un jour en studio, j’ai rencontré le plus bel instrument de musique qui soit : LA CHANTEUSE ! (rires). Instrument de prédilection que cette voix féminine, figure mythologique, à la fois muse et sirène qui me fera plonger dans le « côté féminin » de la force.

APP : Après cette fugue musicale de variétés, qu’est-ce qui vous a fait revenir au jazz ?

AM : Ah ! Mon cher, la douloureuse condition du roi Pygmalion lâché par sa créature ! C’est aussi mon Arménie et la musique de mes ancêtres qui m’ont donné un angle original pour aborder l’exercice difficile du trio.

APP : Toujours aux commandes du « Cosmojazz Festival » de Chamonix ?

AM : Oui, bien sûr. Une deuxième édition qui aura lieu du 26 au 31 juillet. Elle reprendra l’origine de concerts en altitude dans le plus bel écrin qui soit : le massif du Mont-Blanc.

APP : Si vous nous parliez de votre album « So In Love » ?

AM : Je me suis enfin senti capable d’aborder le répertoire de grands maîtres qui m’ont tant inspiré : Gershwin, Cole Porter, But Baccarach, trois grands férus de jazz. Alors pourquoi ne pas composer et écrire de belles chansons d’amour, chantées par cette jeune génération de chanteurs qui offre  l’innocence, la fraîcheur, revisitant agréablement les standards.

APP : Lorsque vous participez à la naissance d’un album, avez-vous des exigences artistiques ?

AM : Non. Que les chanteurs aient un « monde », que la couleur soit jazz et soul, oui. J’aime le grain authentique et pas la prouesse technique.

APP : Cher André, peut-on dire que vous êtes un jazzman heureux ?

AM : Oui ! Redécouvrir le plaisir de caresser les touches de mon piano chaque jour et le ressentir comme ma nouvelle… CHANTEUSE ! (rires).

APP : Merci André pour cet agréable entretien. Un petit message avant de nous séparer ?

AM : Merci à vous sympathique journaliste. Etre à nouveau sur scène et offrir mes concerts qui se bonifient, qui progressent, et ce, grâce à mes excellents musiciens. Quel pied ! L’impatience de venir dans la belle ville de Tarnos et jouer pour vous ! Parole de Dédé les doigts de fée ! (rires).

ANDRE-MANOUKIAN.jpg

Jazz en Mars (6e édition) le 12 mars à 20h30 – Salle Maurice Thorez à Tarnos

Tarifs : 1 soir : 15€ - Pass 2 soirs : 25€

Réservations : 05 59 64 49 40

 

Nous parlerons dans notre prochaine édition des deux concerts du « Festival Jazz en Mars » les 11 et 13 mars 2011.

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 mars 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 20:44

De l'autre côté ou le singulier voyage de Bixente.

 

 « De l'Autre Côté » ou le singulier voyageur de Bixente est un univers qui découle de la source créative d’Eyhandé Abeberry (auteur de la pièce « l’Art de la Séduction », chanteur, guitariste, danseur et comédien. Fils de Jakes Abeberry, président de Biarritz Culture, conseiller municipal à Biarritz et responsable de la Cie Oldarra) et mis en scène par Olivier Lefebvre. Une aventure fictive renforcée par Deschamps, musique et danse avec la complicité du « Street Art Hip-hop Dance »  et des comédiens de la Compagnie Izarrak Hazean. Ce spectacle sera joué le 6 mars à 18 heures à la MVC du Polo Beyris à Bayonne.

 

lautre-cote-1.jpg

 

De l'autre côté, une représentation de tous les imaginaires. C'est l'histoire donne de Bixente qui, après avoir perdu connaissance, suite à l'explosion du gaz au cours d'un repas entre amis, se retrouve de l'autre côté. Sur son chemin, il croise plusieurs protagonistes dans ce monde d'amour, de passion, d’espoir. De l'autre côté, c'est un univers heureux, étrange, dans un Eden où circulent les défunts qui sentent revivre en leur cœur des sentiments humains. L'action auréole une atmosphère insolite et jouissive, où fictions et matérialités sont difficilement discernables, où les personnages passent de vie à trépas, de trépas à la vie par ce miroir franchi, guidé par une femme imaginaire aux pouvoirs surnaturels qui protège les âmes en peine. On peut concevoir que l'auteur Eyhandé Abeberry n’a supputé, ne serait-ce que de manière onirique, aller de l'autre côté du miroir, où pour lui, cela symboliserait le Nirvana ou le royaume fantasmagorique. Les métempsychoses sont légitimes, ses héros possèdent le contrôle des apparences et les animaux qu’ils sont par l'instant, parlent avec les humains. Dans sa réalisation, le metteur en scène nous démontre que de l'autre côté est pas un monde  irrationnel ou incohérent, et bien loin d'un monde à l'envers, mais un monde qui a vu « l'autrement » apparaître comme tout aussi vrai. En cela l'auteur a conçu sa vision en initiant habilement des histoires idéales. Le grimoire est forgé, truffé d'émotion et sa confection détaillée nous incite à découvrir ses personnages comme dans un livre ouvert de conte, où la vie va bon train avec son tableau paradisiaque. L'autre côté, c'est le jeu présent qui s’apparie  de rire et de surprises. C'est une ode à l’existence tout en nuances. Ou le reflet original de... l'Autre Côté !

 

De l'autre côté – MVC du Polo Beyris - avenue de l'Ursuya à Bayonne - dimanche 6 mars à 18 heures

Tarifs : adultes : 10 € - enfant jusqu'à 10 ans : cinq euros - chômeurs, étudiant, handicapés : 8 €

Vente des billets sur place une heure avant le spectacle.

 

Article paru dans  ‘la semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 mars 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories