Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 20:06

yasi-1.jpg

La Diva du blues rock Dallas Frasca devait se produire au Caveau des Augustins. Elle et son guitariste Jeff ont dû annuler leur tournée en Europe pour aider famille et proches touchés par le cyclone Yasi. C’est Bathroom Groovy Stuff qui les remplace au pied levé le 16 février à 21h.


Soyez nombreux à ce concert de soutien pour les sinistrés du Queensland qui ont subi la violence du cyclone Yasi et qui ont tout perdu. Laissez parler votre cœur. La somme des entrées et collecte sera entièrement reversée à une association sur place. Pour ceux qui ne pourront pas venir, il est possible d’envoyer vos dons en ligne

(http://www.qld.gov.au/floods/donate.html#international).


Dallas et Jeff remercient vivement pour leur soutien et compréhension, les personnes impliquées dans cette tournée et espèrent recoopérer très vite avec eux et chanter pour le public français.


 

Associations apportant leur aide et soutien :

La Souche Rock de Bayonne – Anna Prod de Biarritz – Caveau des Augustins à Bayonne

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 01:42

Ecoutez l'article :  

Voir le Fichier : discours_audio.mp3

GROS PLAN SUR … Par Alain-Pierre Pereira

 

Le Discours d'un Roi ou l’Esclave consentant ! discours-dun-roi-fev2011--Medium--copie-2.jpg

 

Milieu des années 30 - George VI* (prince Albert d’York), fils cadet du roi George V, accède au trône d’Angleterre suite à l’abdication de son frère Edouard VIII (duc de Windsor) Celui-ci est affligé d’un bégaiement qui le rend incapable de s’exprimer en public. Son épouse Elisabeth s’adresse alors à un thérapeute orthophoniste Lionel Logue, aux méthodes peu traditionnelles ! …

Le cinéaste Tom Hooper avec « Le Discours d’un roi » nous dévoile sur grand écran, l’histoire vraie et méconnue du père de la reine Elisabeth II, l’actuelle souveraine du Royaume-Uni. Son film est un excellent canevas puisqu’il possède un bon thème, mais aussi parce que sa part fondamentale est faite de nombreuses séances de rééducation du langage où s’affrontent un roi hyper nerveux et introverti et son thérapeute fantasque, pseudo-médecin, mais comédien de métier ! Ce dernier fait fi du protocole, appelant effrontément son Altesse royale « Bertie », le considérant comme son égal, et qui fera tout pour que sa royale majesté perfectionne sa diction.

Finalement, il sera son guérisseur !

Cette confrontation (quelque peu vive) est une démonstration formidable de vitalité, d’une belle « force d’âme » non surjouée et habilement persuasive. On retiendra également une éthique opérante d’indulgence et d’entendement, un travail persévéré que cette mission, sans jamais tomber dans le grotesque !

« Le Discours d’un roi » est une réalisation agréable, adroitement conduite, malgré une faille sur sa profondeur peu exploitée et creusée, mais qu’on peut apprécier comme le « tape » d’individualités. De deux hommes et leur combat vers l’évidente victoire à laquelle ils se sont promis d'arriver ensemble, avec des réparties qui frisent toutefois le politiquement correct, mais dites sur un ton brillant. De remarquer sa vigueur de technique du son et des images, le jeu de deux acteurs parfaits : Colin Firth (d’une incroyable intensité) et Geoffrey Rush (qui

théâtralise avec un plaisir expansif).

Quoiqu’un début flâneur et un style académique, se cèle une œuvre sensible et juste, où l’humain prédomine avec cette belle amitié franche et sincère. Une composition haut de gamme et émotionnelle qui atteint le couronnement dans un final souverain. « Le Discours d’un roi » mérite d’être oscarisé !

 

*Ce roi qui attirait la sympathie du peuple, pratiquait le patin à glace, jouait au tennis et avait même disputé le championnat de Wimbledon, mourut à l’âge de 57 ans d’un cancer du poumon.  

 

Article paru dans la ‘semaine du Pays Basque’ (voir sur le site)                                 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 01:46

Jokangely... Jusqu'au bout de nos rêves !jokangely-01.jpg

 

Anonyme, nouveaux visages, personnalité naissante : le groupe « Jokangely », heureux et attachant lègue sans compter son apanage musical. Il cumule énergie rock, style et réalité virtuelle. Il nous offre une traversée entre âme et équipage vers le territoire du rock français, attirant dans son Arche de Noé, tous ceux qui « rock and roll » sur cette rythmique ! Du vrai rock qui coule de source et qui se boit sans mesure. Le groupe sera à Saint-Jean-de-Luz le mercredi 16 février dès 12h30 à Chantaco. Rencontre.

 

APP : Bonjour les p'tits gars. Qui est Jokangely ?

Yannick : Un groupe qui a vu le jour en 2006 et qui se compose de quatre musiciens : Julien (chant, guitare, harmonica), Mikel (bassiste), Joël (batterie) et moi-même (guitare et choeur).

APP : En cinq années d'existence le groupe a-t-il poussé ?

Julien : Une passion qui se vit sans aide financière et médiatique, c'est très dur ! Cinq années qui se sont prouvées très enrichissantes sur beaucoup de plans ! Les bars étant nos lieux obligés, nous vivions une expérience positive. Le contact « live » avec le public nous a toujours fait garder les pieds sur terre et donné envie de nous remettre en question. Un côté casse-gueule aussi, car le public peut se lasser, écouter dans un silence religieux ou être criard. Quand l'échange se crée, c'est énorme ! Nous avons connu cela aux concerts de Saint-Jean-de-Luz au Théâtre de la Nature ou pour la Journée Mondiale contre le Sida au Caveau des Augustins à Bayonne.

APP : Comment se passe le travail de composition et des textes ? Ecrivez-vous en commun ou chacun apporte-t-il sa spécificité ?

Julien : On n'échappe pas au précepte, seul dans sa chambre on gratte sur une guitare plus ou moins accordée, en sourdine pour ne pas gêner les voisins. Je privilégie la mélodie, car c'est elle qui accueillera mes textes ou ceux de Yannick et Joël. Mikel est plus dans la composition. Les paroles « De ma terre » m'émeuvent et me procurent chaque fois un bel émoi. Jokangely, c'est la généreuse alliance où chacun apporte sa pierre à l'édifice. On arrive avec sa vie et on la pose sur une version instrumentale.

APP : Quelles sont vos influences musicales ?

Julien :Le rock s'impose comme l'attraction majeure, mais nous sommes ouverts également au heavy métal, à la variété, country, blues, classique, tant qu'ils oeuvrent à la vénusté musicale.

APP : Pourquoi avoir choisi de chanter en français ?

Yannick : Parce que la langue française est un beau langage. Aussi parce que Julien est le roi et... le poids des mots (rires). D'un petit rien il vous donne la magie du verbe ! Hélas, ce style se perd en France ! Alors notre désir est de le faire exister encore et toujours.

Julien :Ecrire et s'exprimer dans cette belle langue s'explique par le désir de faire des chansons originelles en évitant la limitation entre ce que nous voulons dire et ce que nous voulons chanter. La ferveur pour cette langue, c'est notre recherche de sincérité, du spontané. « Ça fait mieux de chanter en anglais ! », nous, on s'en contrefiche !

APP : Un album est-il prévu ? Si oui, quand et quel en sera son titre ?

Yannick : Disons que c'est prévu pour le 2ème semestre 2011. Àl'instant où nous te parlons, nous n'avons ni label ni maison de disque, mais la pochette est née. Tout est fait maison ! (rires). Son titre « Réalité Virtuelle ». jokangely.jpeg

APP : Quelles musiques écoutez-vous ?

Julien : Led Zeppelin, Aerosmith, Bon Jovi, U2, Scorpion, Téléphone, Metallica, BB King. Etant proches de l'Espagne, des groupes comme El canto del Loco ou Mana.

APP : Que nous proposera Jokangely à Saint-Jean-de-Luz ?

Julien : Du rock, encore du rock et toujours du rock (rires), mais aussi un medley de nos chansons dans tous styles et pour tous les goûts.

APP : Pour parachever ce plaisant entretien, je vous laisse le mot de la fin...

Yannick : D'habitude, c'est Julien qui a ce privilège (rires), mais une fois n'est pas coutume ! Le groupe te remercie pour cette sympatique conversation, sans oublier ceux qui croient en nous, qui nous permettent d'aller jusqu'au bout de nos rêves. Une chose est sûre : nous ne les décevrons pas, parole de Jokangely !

 

Jokangely va vous emballer avec son rock bien français, concis mais diablement efficient !.

Ecoutez donc quelques titres ...>>>

Voir le Fichier : De_ma_terre.mp3 Voir le Fichier : Madame.mp3 Voir le Fichier : Naitre_pour_y_mourir.mp3 Voir le Fichier : Compte_les_moutons.mp3  

 

Jokangely – 16 février 2011 à 12h30 – Chantaco Saint-Jean-de-Luz pour le 4L Trophy

Tarif : entrée gratuite

Également le 9 avril 2011 – Plage de Saint-Jean-de-Luz.


Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 11 au 17 février 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 21:00

Coups de sang et ... bazooka de rires !

 

Un daubeur qui n'épargne rien, ni personne, encore moins les politicards à qui il taille un costard. Vous prisez ce genre d'humoriste ? Ça tombe bien, c'est le rayon de Bernard Mabille ! L’histrion stylé apprivoise avec culot, aplomb et brio les mots pour mieux stigmatiser et rendre négligeables les démesures, les lâchetés, les désordres, la duplicité de notre société et la vie politique. Mais en y mettant... une forme et un fond ! Il m'a accordé une interview à l'occasion de son inattendu et nouveau spectacle à Tarnos ce 5 février. mabille-1.jpg

 

APP : Bonjour Bernard Mabille et merci de m'offrir quelques minutes de votre temps. Journaliste culturel au "Quotidien de Paris" où, à la faveur d'une critique acerbe de votre part sur un spectacle du regretté Thierry Le Luron, ce dernier vous contacte. Racontez-nous la suite...

BM : Ah, ce cher Thierry, un artiste et compagnon d'écriture qui me manque ! Très direct, il me dit : "Puisque vous êtes si malin, écrivez-moi des sketches !". N'ayant rien à perdre, j'ai relevé le défi. Les textes ont fonctionné à merveille auprès du public, si bien que notre collaboration, complicité et amitié ont tenu sept années, dont le spectacle au "Théâtre du Gymnase". Et nous avons créé Monsieur Glandu, Mitterrandd à Latché et le Véritomètre.

APP : Avez-vous la nostalgie des chansonniers tels que Robert Rocca, Pierre-Jean Vaillard, Anne-Maire Carrière, Jacques Grello qui ont fait les beaux soirs du cabaret ?

BM : Je n'ai hélas pas connu Rocca, Grello, Horgues... par contre je les écoutais à la radio le mercredi soir car mon père adorait les chansonniers. Inconsciemment, sans doute, j'ai appris d'eux l'art de l'impertinence et du rire. Jean Amadou reste le maître incontesté qui possède une écriture précise et un immense bagage culturel. Avec Coluche, Charlie Hebdo, Porte, Guillon, Alévêque, aujourd’hui l'écriture a innové. Nous sommes plus directs, plus mal-élevés, réagissant au quart de tour à l'actualité. Non, pas de nostalgie, mais une reconnaissance certaine pour ceux qui ouvert la voie ! Sans oublier les Jacques Mailhot, Michel Guidoni et les autres.

APP : Comment se passe votre collaboration et entente avec la désopilante Anne Roumanoff ?

BM : Fort bien, mais on se voit peu ou pas. Nous sommes très actuels, nous œuvrons par e-mails (rires). Par ce biais, chacun envoie ses idées. Il faut savoir qu'elle les teste toujours sur scène et retient ce qu'elle juge être le meilleur. Parfois je ne suis pas d'accord, mais je trouve légitime que Anne ait le dernier mot, vu qu'elle défend sa rubrique en direct. Notre complicité est sans tâche et fort agréable.

APP : Voudriez-vous nous gratifier d'un ou deux de vos "coups de sang" ?

BM : Le coup de sang contre les vandales qui ont endommagé plusieurs momies du Musée du Caire. J'en profite pour transmettre mes sentiments d'indignation et d'amitié à Régine et sa famille. (fou rire)(il s'agit là d'une boutade vis à vis de la chanteuse et reine de la nuit). Un coup de sang contre les mauvaises langues qui parlent de la supposée maladie d’Alzheimer de Jacques Chirac, certes, il a du mal à marcher, à entendre, à se souvenir, mais il va bien, mieux que notre Johnny national ! (rires).

APP : Àquel mentor aimeriez-vous que l'on vous compare ?

BM : ÀTriboulet (bouffon des rois Louis XII et François 1er. Se servir de Triboulet, c'est faire rire, défrayer la chronique).

APP : Comment définiriez-vous l'humoriste que vous êtes en 2011 ?

BM : Incisif, piquant et drôle ! Oui, ces qualificatifs me conviennent bien. Grossier parfois, mais sans une once de vulgarité !

APP :Ma dernière question Bernard : Vous avez écrit pour les autres, à présent vous faites cavalier seul... Un nouveau challenge ? Est-ce difficile d'écrire pour soi ?

BM : Au début, oui, j'ai ramé, ramé, mais depuis six ans, ça va bien, je dirais, ça va même très bien. Àforce de travail et d'énergie, je pense être devenu un comique à part entière et entièrement à part ! (rires).

 

Soirée Cabaret avec Bernard Mabille - samedi 5 février à 20h30 - Salle Maurice Thorez à Tarnos

Tarif unique : 10€

Renseignements et réservations : 05 59 64 49 40.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 4 au 10 février 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 18:50

Le Temps des Mômes... Tout minot, tout beau !

 

temps-momes-1.jpg

 

Malandain Biarritz Ballet forge la personnalité de l'enfant danseur. Cette incursion dans le "Temps des Mômes" où se croisent conte chorégraphique et monde chimérique et fabuleux, va permettre aux minots de s'identifier aux héros dans leur voyage à la frontière de l'irréel et d'un temps de déambulation. Ils les guideront vers un petit théâtre merveilleux transformé en un livre animé par la magie de la danse. Une suite de tableaux et figures inattendues qui illustrent des aventures où s'associent le mystère, la grâce, l'émotion, la gaieté et l'humour qui accapareront les scènes de la Gare du Midi, du Colisée, du Théâtre des Chimères les 9, 11 et 12 février. Nos mômes danseurs vont découvrir la richesse poétique du langage chorégraphique qui ouvre les portes aux associations d'idées et à l'imaginaire.

 

AU PROGRAMME

 

"Les voisins Battit et Luzia"

 

Une création de la Compagnie Traversée. L'histoire de relations qui pourraient être agréables s'il n'y avait pas les rituels, les défauts et les petits caprices. La pression est tangible, le ton monte, jusqu'à ce que ... Une belle alliance entre un comédien et une ballerine qui expriment entre esprit et égratignure, une amitié âprement compliquée, inspirée du livre à succès de la littérature jeunesse "La Brouille" de Claude Boujon.

 

Le 9 mai à 16h au Colisée à Biarritz

Tarif : 13,60€

Réservations : 05 59 22 44 66 et Renseignements : Biarritz Culture : 05 59 22 20 21

 

"Et droit devant jusqu'au matin"

 

Compagnie NGC 25. Peter Pan repensé par dix danseurs qui extériorisent les symboles : peur de grandir et recherche de liberté. Une échappée du temps qui balade nos rêves et nos vies... Une histoire dansée qui s'adresse au goût du merveilleux, à la vision du fantastique et de l'insolite qui existent chez l'enfant. Un spectacle expressif où se côtoient le héros et ses compagnons face au cruel Capitaine Crochet. Ce ballet est chorégraphié par Hervé Maigret.

 

Le 11 février à 20h30 sous chapiteau Gare du Midi à Biarritz

Tarif unique : 12€

Réservations : 05 59 22 44 66 et Renseignements : Biarritz Culture : 05 59 22 20 21

 

"Animale"

 

Compagnie Pernette. Quelle est cette surprenante et bizarre créature aux longs ongles, mi-magicienne, mi-vampire, qui danse entourée de 50 souris ? La chorégraphe Nathalie Pernette nous exhorte à une chimérique rencontre entre l'univers de la danse et le monde animal ! Un ballet pas banal. Dans son espace protégé, elle invite à la discrétion d'une œuvre rigoureuse dans sa construction gestuelle, sa scénographie, son évolution dans le temps, sa recherche esthétique régulière et ce, malgré l'instabilité qu'engendrent ses petits partenaires. Une danse libre et savoureuse !

 

Le 12 février à 11h Théâtre des Chimères

Tarif : 12€

Réservations : 05 59 22 44 66

 

Le Temps des Mômes est la 1ère édition de la Biennale de la Danse Jeune Public, sous la direction artistique du chorégraphe, Thierry Malandain, cet amoureux de la danse, éclectique dans son savoir, exigeant dans la pratique, affirmé dans son jugement. Un artiste révélateur dans tous les sens du terme !

Rien n'est plus formateur et motivant que la scène qui est l'aboutissement du travail quotidien effectué sous la houlette des professeurs et chorégraphes. En tout cas, chers petits danseurs en herbe, continuez assidûment votre voie, ne vous laissez pas distraire et n'oubliez pas que la danse est un beau moyen d'expression et de communication !

Assurément "Le Temps des Mômes", c'est tout minot, c'est tout beau !.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 4 au 10 février 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 19:08

Ecoutez l'article :

Voir le Fichier : chance_audio.mp3

GROS PLAN SUR... par Alain-Pierre Pereira la-chance-de-ma-vie--copie-1

 

La chance de ma vie

Amour quand tu nous tiens !

 

Julien est un brillant conseiller conjugal qui n’arrive pas à garder une petite amie plus de deux semaines. Et pour cause ! Depuis son plus jeune âge, il porte la poisse aux femmes qui s’éprennent de lui. C’est Jojo la malchance ! Et puis voilà la jolie et pétillante blonde Joanna (Virginie Effira) une designer, un brin ambitieuse, qui ferait tout pour décrocher sa promotion et qui ignore les risques qu’elle prend à fréquenter Julien d’un peu trop près… ! Le réalisateur Nicolas Cuche nous offre avec LA CHANCE DE MA VIE un chassé-croisé amoureux, bien loin du cliché habituel du jeune premier qui tombe toutes les nanas. Julien (François-Xavier Demaison) campe un homme passe-partout qui est immergé dans cette aventure frivole et distrayante, saupoudrée de romantisme et d’arlequinades. Un film à la mise en scène et prises de vues quelque peu convenues, où se dégage une psychologie à deux balles mais qui se suit sur un rythme trépidant. Heureusement qu’il y a la tornade Belge blonde, (rien à voir avec celle de Pub) Virginie Effira, maladroite et touchante à souhait et qui possède un naturel fou. Elle est de ce qu’il y a de mieux chez nos actrices françaises. LA CHANCE DE MA VIE se goûte par petites gorgées car les acteurs s’en donnent à cœur joie avec d’irrésistibles réparties qui séduisent. Les seconds rôles, Elie Semoun (qui a tendance à s’auto parodier), Armelle Deutsch la bonne copine, stéréotypée mais délicieuse à souhait, et Francis Perrin qui tire bien son épingle du jeu dans son rôle de père protecteur.

LA CHANCE DE MA VIE, c’est le charme de Virginie Effira et la truculence de François-Xavier Demaison qui opèrent tout au long de cette comédie romanesque, teintée d’émotion et qui offre une vision décomplexée du couple et des rapports amoureux.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 18:58

Ecoutez l'article :

Voir le Fichier : audela_audio.mp3

GROS PLAN SUR... par Alain-Pierre Pereira au-dela-fev2011-copie-1.jpg

Au-Delà

... Un thriller métaphysique

 

San Francisco, George (Matt Damon) ouvrier américain est un médium qui considère son don comme une malédiction, qui décide de cesser tout commerce avec ses pratiques ésotériques. Marie (Cécile de France) est une journaliste française à la télévision, celle qui est allée aux portes de la mort et qui se demande comment elle a pu survivre au Tsunami. Marcus (Frankie McLaren), jeune étudiant londonien qui a perdu son jumeau, ce frère cher et indispensable à sa vie. Trois héros plongés dans un tourbillon de questions, obsédés chacun à leur manière par la mort, recherchant la vérité, finiront par se croiser. Trois êtres transformés à jamais par ce qui pour eux existe ou devrait exister dans l’au-delà. Car « l'après » est différent de l’autre monde, une autre dimension que nous imaginons, pensons et préparons. Mais toujours interrogatifs et nous en avons peur. Une seule personne la connaît : Dieu, car c’est le créateur !

Réalisateur en vogue, Clint Eastwood revient avec son film « AU-DELÀ » dans un terrain où on ne l’attendait pas : sa réflexion sur la vie après la mort. Disons qu’il s’agit là d’une reproduction très personnelle de l’exploration des frontières de la vie, n’en scrutant que superficiellement les arcanes, ce qui désappointe un peu les inconditionnels du cinéaste. Cependant, le film se révèle intéressant à découvrir grâce à l’existentiel, au singulier voyage en territoire inconnu, à son histoire touchante et fascinante, ainsi que ses effets spéciaux probants, surtout celui du tsunami criant de réalisme. Le sujet est assez universel et sincère pour que l’on s’y prête au jeu. Le manque d’intérêt ne nous gagne pas totalement mais on se laisse transporter. A contrario, on attendait mieux de ce réalisateur prolifique dont on conserve en mémoire les fameux « Mystic River », « Un monde parfait », « Sur la route de Madison », « Million Dollar Baby », « Gran Torino »

Certes, le rythme est le point faible du film, mais ne tirons pas sur l’ambulance car il est pavé de bonnes intentions. C’est aussi une méditation sur la mort pour célébrer la vie. Quant à l’interprétation, Matt Damon joue tout en pénétration, gravité et fragilité. Cécile de France (son premier rôle au cinéma américain) plus belle que jamais, nous offre une délicieuse prestation. Et le petit Marcus McLaren parvient à nous faire verser notre petite larme.

En conclusion, « AU-DELÀ », un film qui n’est pas la plus belle pièce d’héritage cinématographique de Clint Eastwood, mais un thriller métaphysique pour d’humbles mortels et… solitaires éternels !

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 23:13

Le P'tit Cirk..."2" ou les Enfants du Paradis !

 

Entrez, entrez, petits et grands sous le chapiteau du "P'tit Cirk" où la "fine fleur d'artistes" du jeune public, Danielle Le Pierrès et Christophe Lelarge, vous invite à l'aventure d'un monde fantastique et d'étonnante dimension festive au Fronton de Guéthary les 6 février 11h et 9 février 10h30. le-ptit-cirk-1.jpg

Ce sera le voyage saltimbanque au cœur des fables qui enchanteront les minots. Rêve, rire, merveille seront au rendez-vous rien que pour eux. Danielle et Christophe toujours accrochés l'un à l'autre, "2" hors du temps qui se baladent avec deux chapeaux et un trapèze pour décrocher l'arc-en-ciel. Deux clowns impayables et joyeux qui parlent, qui parlent, entre regards et sourires au centre de la petite piste. Un songe magique dont les frontières du réel sont impossibles à discerner. Nos petits immergeront dans l'univers sphérique de gags et de clowneries. Un univers de contes qui se poursuit au son de l'accordéon. Tel un voyage unique au pays magique où "2" compères fantaisistes vivent et se côtoient, disent bonjour au canard, font hou hou au loup, coucou à la belle petite fille aux couettes d'argent. "2" Augustes, baladins hilarants et fantaisistes, s'offrent de petites pauses cocasses où les enfants ressentiront le besoin de gentillesse, de gaieté, de tendresse, de poésie taquine et surtout de joie. En fait, "2" vous attendent sagement assis tout simplement ! La réussite de ce spectacle tient dans ce monde des Enfants du Paradis qu'on affectionne très vite.

 

Cie Le P'tit Cirk "2" - 6 février 11h et 9 février 10h30 - Chapiteau (70 places sur gradins) au Fronton de Guéthary organisé par la Communauté de Communes Sud Pays basque

Tarifs : 8€ et 5€ (-18 ans)

Réservation (fortement conseillée) au 06 35 16 25 91

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 28 janvier au 3 février 2011.


 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 22:04

 

 

 

  Le courrier des lecteurs est quelque chose qui nous tient

 

à coeur au journal "La semaine du Pays basque"

 

et je voudrais vous faire partager les commentaires

 

qui nous sont parvenus.


APP.

 

oiseaux-colombe-00006 

 

 

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans COURRIER DES LECTEURS
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 20:14

icones 01181-copie-1Bonjour. Fidèle lecteur de votre jounal "La semaine du Pays basque", je tiens à vous féliciter personnellement pour votre magnifique et perspicace dossier concernant le choix d'orientation de nos lycéens et étudiants vers un métier d'avenir qui leur plaît. Aider nos jeunes à savoir ce qu'ils veulent faire de leur vie n'est pas une entreprise aisée, et vos dix questions-réponses ont certainement contribué à faciliter leurs choix. Chaque rubrique est soigneusement étudiée et pleine d'excellents conseils et renseignements. Un dossier aussi important méritait la claivoyance d'un journaliste tel que vous. Quel plaisir de retrouver également chaque semaine la verve et le professionnalisme de Monsieur Pereira, journaliste culturel ô combien ! Il me régale par l'originalité de son écriture et me donne envie d'aller au spectacle. Que ce soit dans le domaine du théâtre, de la musique ou de la danse (je suis aficionado d'opéra), ses interviews sont de qualité et ses articles passionnants.

François Köhler. oiseaux-colombe-00006

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans COURRIER DES LECTEURS
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories