Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 00:09

affiche-copout-1.jpg

 

 

COPOUT

Top Cops

... duos de flics à la papa !

 

Deux flics de la NYPD recherchent une carte de base-ball volée, un collector qui vaut de l'or et qui permettra de payer le mariage de la fille de l'un d'eux. Très vite ils font face à un gangster irréductible et obsédé par les objets souvenirs !

Le réalisateur Kevin Smith signe là une mise en scène au demeurant sympa, mais qui manque de rythme par instants et l'ennui nous gagne lors de scènes peu essentielles. Top Cops recèle des moments amusants, comme la garde à vue du début ou la rencontre du cambrioleur, sympa mais un débile à tête d'imbécile, reconverti en "yamakasi", et dans un premier temps, la joute oratoire spectaculaire fonctionne bien, situant les personnages et les mobiles, mais finit par tomber dans une répétition rasoir sur des passages qui semblent être des exutoires à un scénario chancelant. L'intrigue pâtit d'un tonus même si l'on remonte jusqu'au gang d'irascibles trafiquants de drogue latinos qui ont le coup de poing facile et la gâchette prête.

A noter de belles scènes de Sean William Scott le cambrioleur qui joue les éteignoirs, soufflant quelque peu la vedette aux deux héros. Tracy Morgan tire son épingle du jeu pour dépasser le cadre du flic encombrant et déjanté du NYPD, l'ultra jaloux qui a installé un ours caméra pour espionner sa femme. Bruce Willis, vieux routier du cinéma n'a plus besoin de prouver qu'il peut être dans la peau de tout flic et que le port du flingue est pour lui une seconde nature !

Gratifions ce film de bonne récréation servie par des policiers qui ont une ration d'humour.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 23:21

 

affiche-tournee 1

TOURNEE

... des actrices très felliniennes !

 

"Tournée" 4ème opus du comédien-réalisateur Mathieu Amalric qui nous déballe une histoire attendrissante, sans ménagement et passionnée d'effeuilleuses peu communes venues vendre leur savoir-faire sur le sol français à l'occasion d'une tournée, entre bravade et pudeur touchante. C'est un déversement de sentimentalisme et hymne aux feux de la rampe pour ces reines de la nuit qui s'apparentent aux égéries felliniennes dont le réalisateur prend plaisir à filmer le cul de l'une et les rondeurs de l'autre, de ces femmes pas forcément des canons de beauté qu'on trouve dans les magazines.

Son film débute (sans faire un vilain jeu de mots) par une bonne décharge ! Charnel, il l'est jusqu'au bout des tétons des pétroleuses de tous âges et de tous gabarits ! Un road movie bouillant et burlesque qui porte une infinie tendresse à l'égard de ces grandes Zoa plantureuses qui sont aussi originales que séduisantes, magiques et natures, le cœur en jachère, qui ont la folle envie des lendemains qui chantent même si elles sont vouées à ne pas laisser des souvenirs indélébiles de l'amour !

Lorsque les images défilent, on sent l'examen de conscience dans les rapports à la sensualité, au pouvoir et à la tendresse des hommes et des femmes d'aujourd'hui. "Tournée" c'est un témoignage de désespoir mais aussi de drôlerie de femmes à la fortes ou fables, belles ou laides, guerrières ou résignées, brossées par de sublimes actrices.

Le charismatique Amalric joue à merveille (avec un jésuitisme désarmant) ce père démissionnaire, ce mauvais frère et cet ami infidèle.

 

Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 23:09

 

affiche-copout 1

KISS AND KILL

... la blonde ingénue et l'agent secret

 

Jen en vacances sur la Côte d'Azur se remet à peine d'une récente rupture. Alors qu'elle séjourne dans un somptueux palace, elle fait la connaissance de l'homme de ses rêves, le beau et séduisant Spencer. Trois ans après leur rencontre, on les retrouve mariés et heureux. Mais leur vie paisible bascule le jour où de mystérieux tueurs chercheront à éliminer Spencer dont la tête est mise à prix pour 20 millions de dollars ! Jen découvre alors que son beau mari est un agent secret et... tueur à gages ! Elle devra apprendre à esquiver les balles, gérer sa famille et préserver les apparences d'un couple parfait.

Avec Kiss and Kill, le réalisateur Robert Luketic (sa mère ou moi, l'abominable vérité) nous sert sa mixtion de délicieux sentiments amoureux et parentaux et de l'action à gogo : une petite version à la 007 et romantisme à la Barbara Cartland ! On échange de doux baisers et des je t'aime entre mitrailles, explosions, courses-poursuites et bain de sang ! Le tout enrobé d'un humour décapant ! ok ! ça n'est pas le film du siècle, parce que scénario rudimentaire, illustration de déjà vu, mais qui se regarde sans déplaisir entre esquimau et pop corn. Kiss and Kill, un divertissement estival qui repose sur l'attrait de ses deux vedettes au physique de pub, Katherine Heigl diablement glamour et Ashton Kutcher gueule d'amour sur laquelle on y remettrait bien un ... contrat !.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 22:41

  affiche-les-petits-ruisseaux 1

LES PETITS RUISSEAUX

... joies oubliées, plaisirs retrouvés !

 

Émile, veuf et septuagénaire passe une retraite ordinaire faite d'habitudes et de loisirs paisibles. Ses passions sont la pêche, l'apéro avec ses potes au bistrot et avec son ami Edmond, lui-même retraité. Mais voilà, celui-ci meurt d'une crise cardiaque, laissant Émile désemparé. Notre homme va se reprendre en main pour ne pas sombrer et se redonner une seconde jeunesse. Les joies oubliées feront place aux plaisirs retrouvés et pourquoi pas caresser l'espoir de dénicher... l'âme sœur !

 

Pour sa première fois Pascal Rabaté passe derrière la caméra pour adapter à l'écran sa propre BD "Les petits ruisseaux" et de considérer ce 1er opus "frétillant comme un gardon !" qui porte un regard tendre et poignant sur la déréliction et l'appétit sexuel des séniors sans tomber dans le licencieux ou le grotesque. De savourer pleinement cet appel à l'amour, à la tendresse et à la poésie sans afféterie. Le tour magistral de Rabaté : sa peinture simple, naturaliste, sensible et sans fausse note. Un symbole d'espoir où se greffe la grâce buissonnière. Ce film vous invite à une tendre virée dans un monde placide et élégiaque de ceux pour qui la vie ne promet plus grand chose.

 

Daniel Prévost est tout autre, sans l'once de sa verve rabelaisienne, laissant place à une interprétation beaucoup plus en force et colorée. C'est un comédien convaincant.

Face à lui, Philippe Nahon, Bulle Ogier et Hélène Vincent sont remarquables.

 

C'est sûr, les petits ruisseaux de Pascal Rabaté feront de grandes rivières !

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans CINEMA : GROS PLAN SUR...
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 22:41

Sportifs et artistes pour une grande cause !


PS AFFICHE 1

 

Comment joindre l'utile à l'agréable ? En allant samedi 29 mai 2010 dès 15h au Stade Aguilera de Biarritz participer au Printemps Solidaire. Un évènement organisé par les frères Lièvremont, Eric Cantona, Jean Dujardin, le chanteur Cali et bien d'autres, mariant sport et musique, et ce, pour une belle cause ! J'ai pu poser quelques questions aux deux parrains de "Mouvement pour les Villages d'Enfants", l'acteur Jean Dujardin et Marc Lièvremont, sélectionneur de l'Equipe de France de rugby.

 

APP : Merci Jean Dujardin de consacrer quelques minutes de votre temps pour répondre à mes questions concernant cette belle manifestation qu'est le Printemps Solidaire. Parlez-nous de votre implication au sein de la Fondation.

 

JD 1

Utiliser sa notoriété pour renforcer la visibilité d'une noble cause

©C.Bellaïche/H&K


JD : Conscient de la chance que j'ai, il était important de m'investir et d'utiliser ma notoriété pour renforcer la visibilité de son action. J'en suis le parrain depuis mars 2009 et j'ai à coeur de faire connaître cette structure, de sensibiliser et d'ouvrir le dialogue autour de la problématique de l'enfance en danger en France, et bien sûr d'aller à la rencontre des enfants et des jeunes accueillis dans les villages et foyers de la Fondation.

APP : Pourquoi cet engagement dans une action qui concerne les enfants ?

JD : M'engager et soutenir une action à destination de l'enfance défavorisée est quelque chose de très important. S'impliquer sur un long terme auprès d'enfants éprouvés par des histoires plus ou moins lourdes et jamais banales. Quand on vit dans un monde protégé, on ne se rend pas forcément compte que de telles réalités existent. Il est indispensable d'aider ses fratries à maintenir leur relation affective, leur permettre de grandir ensemble le mieux possible.

APP : Vous êtes le 4ème garçon Dujardin. Quelle définition a pour vous le mot "fratrie" ?

JD : Avec des frères et soeurs, c'est un bâti à long terme, un ciment qui donne force et soutien, d'autant plus fondamental pour les enfants en situation difficile. Visitant un Village, j'ai pris la pleine mesure de cette valeur et de cette nécessité de grandir entouré de sa fratrie.

APP : Aujourd’hui vous avez un planning des plus chargé, une belle famille recomposée et aimante... Pensez-vous avoir du temps et de la disponibilité à consacrer à cette noble cause ?

JD : Le temps et la disponibilité on les trouve quand il faut. Mon engagement est sincère et j'ai à coeur de m'investir le mieux possible, entre enthousiasme et énergie. On me demande parfois quel est mon plus grand rêve : celui d'arriver à l'équilibre parfait entre ma vie d'homme, d'artiste et familiale. Entre ce que je suis au fond de moi et ce que je fais. L'alliance avec cette organisation humanitaire a un réel sens pour moi.

 

APP : Et vous Marc Lièvremont qui en êtes aussi le parrain depuis 2004 avec vos sept frères et soeurs... Quel est son but et votre engagement après de celle-ci ?

 

ML 1

Offrir ce que la vie nous a donné de meilleur aux enfants largués

©DR


ML : Comme vous l'a dit Jean, elle s'occupe d'enfants en danger, parfois orphelins ou séparés de leurs parents, le plus souvent sur décision judiciaire. Elle accueille les fratries dans un des Villages pour leur permettre de se reconstruire au sein d'une structure stable sous l'oeil d'un éducateur et nous les accompagnons jusqu'à leur autonomie et les aidons à reconstruire un avenir personnel et professionnel. Les résultats en terme d'insertion ou réinsertion sont excellents. Mon engagement ? Etant l'aîné de huis enfants qui avons eu une douce enfance, il me semblait normal de rendre ce que la vie nous a donné à ces enfants laissé sur le bord de la route et qui n'ont pas eu notre chance. Une coopération sans hésitation de ma part !

APP : Que représente pour vous ce Printemps Solidaire ?

ML : Une belle et généreuse manifestation qui s'appuie sur le Rugby Bordel Football et Cie, association créée par les frères Cantona, Dujardin, Lièvremont et l'équipe Cali. L'idée est de mêler sport, musique et fête pour réusir des fonds au profit d'enfants mis sur le bord d'une route, tout en rendant l'évènement accessible au plus grand nombre grâce à un droit d'entrée modique de 12 euros et gratuit pour les moins de 12 ans. Au programme match de rugby et foot (une mi-temps de chaque sport) composée de sportifs, d'artistes et d'invités sensibles à la cause. Puis concerts avec Daguerre, Blankass, Cali, DJ Zebra et d'autres surprises et la retransmission à 20h45 en direct de la finale du Top 14 sur grand écran.

 

Un vif merci à Laurie Holzer.

 

Vente des billets : Fnac, Carrefour, Géant Casino, Magasins U, Intermarché, Tickenet, Atabal, Librairie Elkar, Office du Tourisme de Biarritz.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 28 mai au 3 juin 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 22:03

Le fond populaire de Chraz...ou le plouc culturel !

 

Chraz, le papy auvergnat se débonde en narrant son actu revisitée, révolutionnaire et farfelue avec "2036 le Fond Populaire", vendredi 28 mai à 21h à la Luna Negra.chraz 1

Son spectacle nous truffe de clins d'œil à l'auvergnate culture, où l'insolent placarde sa tendresse avec un humour et un persiflage défrisants. Son futuriste coup d'envoi de plouc culturel, associe drôlerie et humanité, haute en couleurs, qui nous plonge dans un univers baroque et déjanté, teinté de folie et d'audace. Il renoue ainsi avec ses racines auvergnates dans un ton "décalé". Chraz fait partie de ces dénonciateurs de la connerie humaine qui s'expriment sans démagogie et trivialité. Bref, tout le monde en prend plein sa tronche par le digne héritier de la Josiane et de Wladislaw, qui, après sa mort, (suite à l'explosion de sa maison de retraite), se voit chargé d'une mission pour le CRU (Comité de Résistance Underground) celle d'un état des lieux, qui donne aux mortels d'en bas des nouvelles du monde d'en haut.

Pour information, 2036 le Fond Populaire est un spectacle indépendant et non la suite de Wladislaw Polski World Tour 2018. Une vision de l'avenir totalement improbable et surréaliste, mais en aucun cas n'est pas plus absurde que ça ! En un mot, soyez curieux, rencontrez ce brave paysan qui a gardé les deux pieds dans la bouse et la tête dans les étoiles, vous passerez un pur moment poilant de philosophie agricole !.

 

2036 Le Fond Populaire - vendredi 28 mai 2010 à 21h - la Luna Negra

Tarif : 18€/12€

Réservation : 05 59 25 78 05 logo luna

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 28 mai au 3 juin 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 21:27

Austin Blues Band... ou les Cinq fadas du blues !

 

Jean-Louis Cazenave fait revivre son groupe Austin Blues Band à nouveau sur la scène de la Luna Negra à l'occasion de son 2ème album "White Limousine" les samedi 2 et mercredi 6 janvier 2010 à 21h.

Ce dernier opus rend également hommage à leur ami Alain, batteur du groupe (récemment disparu). J'ai rencontré son leader pour la quasi-interview.

 

APP : Parlez-nous un peu de vous...

J-LC : je suis médecin spécialiste à Biarritz, et passionné de musique blues, rock et folk dès mon adolescence, grattant sur une guitare, j'ai découvert l'univers musical des Clapton, Hendrix, Rolling Stones, et des pionners tel que Robert Johnson et Big Bill Broonzy. Et Neil Young, c'est ma référence pour le folk.

APP : D'où vous vient cette passion pour ce métissage musical ?

J-LC : Tout simplement parce qu'il est porteur d'une intense vibration, une musique qui joue le registre de l'émotion, et cela me convient parfaitement. En un mot, c'est le plus efficace des médicaments ! (rires).

ABB 1APP : Quand est né le groupe ?

J-LC : Au début des années 90, grâce à des artistes comme Clapton, Vaughan. Ils m'ont injecté la blueseuphonie dans les veines (rires) et l'envie de créer un groupe et de me produire sur scène. Il y a eu le regretté Alain à la batterie, Jackson l'harmoniciste et Miguel le bassiste. Et moi, chanteur. Plus tard, Bernard l'a intégré en tant que chanteur, un vrai show man. Et plus tard, Serge guitariste et multi-instrumentiste.

APP : Le récent décès d'Alain le batteur vous a beaucoup marqué ?

J-LC : Absolument, car en plus d'être un ami, il avait la complainte du folklore noir américain dans le sang. Malgré l'épuisement, il a lutté avec courage lors de l'enregistrement de "White Limousine", parce qu'il tenait absolument à le faire. C'était là son testament musical, puisqu'il décédait dix jours après celui-ci, sans avoir eu la joie de l'écouter fini. Nelson, batteur de 17 ans, a pris la relève. C'est un doué et a une sacrée virtuosité dans les mains !

APP : C'est aussi le fidèle rendez-vous avec votre public bayonnais ?

J-LC : Oui, il est très constant, très chaleureux et ce, depuis des années. Notre lieu de rendez-vous est à la Luna Negra, une salle magique, qui a une âme, située au coeur de la ville et nous partagerons ensemble, l'espace de deux soirées, toute la musique qu'on aime.

 

Alors préparez-vous à la secousse bluesmania et dans votre coeur, faites une petite place pour l'ami Alain, qui est juste parti un peu plus loin, dans un Eden merveilleux, et pensez à son solo drums, histoire de vous scier !.

 

Samedi 2 et mercredi 6 janvier 2010 à 21h - Luna Blue

Tarifs : 8€/7€

Réservations : 05 59 25 78 05 ou en ligne sur : www.lunanegra.infologo luna

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 24 décembre 2009 au 7 janvier 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 21:21

Casse Noisette... version acrobatique

 

casse noisette 1

 

Une représentation exceptionnelle d'une rare beauté, Casse Noisette sera sur scène à la Gare du Midi à Biarritz, le lundi 28 décembre, dans une version acrobatique du fameux ballet classique, sur la sublime musique de Tchaïkovsky. A la pure tradition du cirque acrobatique chinois, la troupe du Dalian qui compte 35 artistes, issus des écoles de danse et de cirque, vous offre ce conte merveilleux qui vous entraîne dans un voyage vers un monde enchanté, féérique et magique où on ne sait si l'on doit admirer le plus, la performance des athlètes ou la poésie d'un spectacle. Alors petits et grands, pas ce chinoiserie, courez vite applaudir cette version d'un modernité sidérante, qui tutoie l'excellence !.

 

Gare du Midi à Biarritz - lundi 28 décembre 2009 à 20h30

Tarifs : 49€/44€ - tarif réduit jusqu'à 16 ans, CE et Collectivités

Location : 05 59 22 44 66 ou billetterie en ligne : www.biarritz.fr

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 18 au 23 décembre 2009.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:28

Che... Malambô ! ... Ces pur-sang de gauchos !

 

malambo 1

 

APP : Qui êtes-vous Gilles Brinas ?

GB : Un danseur du genre "obsédé gestuel" ! (rires) qui a démarré tardivement la danse classique et contemporaine. J'ai exercé dès mon plus jeune âge la danse dite de "salon" : rock, boogie-woogie, cha cha, paso... J'ai débuté avec Vittorio Biagi à l'Opéra de Lyon, chez Béjart à Bruxelles, également en tant qu'artiste invité chez Robert Hossein à Reims, à la Scala de Milan. Actuellement, je suis le directeur de la Compagnie Heyoka Pampa Argentina.

APP : Comment avez-vous découvert le Malambô ? Il paraît que c'était une danse interdite en Argentine ?

GB : J'ai découvert le Malambô dans les années 75 au "Lido" à Paris, grâce à une amie danseuse. C'était foudroyant. Alors j'ai décidé de larguer les amarres et partir en Argentine, avec une petite somme en poche, sans parler l'espagnol, tel un Christophe Colomb (rires) pour y apprendre toutes les techniques. En France, créer cette académie de danse, avec le martèlement des pieds, pour unique instrument, le tambour en bois et peau, et les boléadores qui virevoltent dans l'air, cela était du domaine "surnaturel" ! Il faut dire que le Malambô était considéré comme une danse de "ploucs" par la bonne société argentine. Et, oui, interdite parce que jugée indécente et parce qu'interprétée dans les "maisons closes" tout comme le tango.

APP : Quelle est l'instrumentation musicale pour Che... Malambô, son thème et le message que vous voudriez faire passer ?

GB : Une sonorité rythmique à l'état pur, en plusieurs mouvements. Une débauche de percussions pour une frénésie exaltée. Une horde sauvage de 14 danseurs, mi-hommes, mi-chevaux, qui évoluent dès le premier souffle, dans une interprétation rythmée, physique et impressionnante, soulevant son climat par des gestes qui expriment les émotions humaines. Une représentation qui met en valeur l'Amérique latine dans une superbe présence artistique, naturelle, intrépide et soufflante ! Le message est simple : établir une relation sismique, une symphonie sensuelle entre les danseurs et le public.

APP : Quelles qualités exigez-vous de vos danseurs ? Avez-vous toujours gardé l'influence artistique de Maurice Béjart ?

GB : Une complicité, une disponibilité, une assurance, une endurance et une persévérance. Qu'ils s'abandonnent corps et âme pour donner le meilleur d'eux-mêmes, faisant une offrande au public. Il faut préciser qu'ils sont avant tout danseurs folkloriques, avec une petite base classique. Bien sûr que je suis imprégné de son influence, et ce sera pour toujours. Il a changé ma vie d'un monde matériel (ndlr:a été expert en immobilier) pour celui spirituel.

 

La Compagnie Heyoka Pampa Argentina invitée sur la Scène Nationale Bayonne Sud-Aquitain

Mardi 22 et mercredi 23 décembre 2009 à 20h30 - places numérotées

Tarifs : 30€/27€/20€

Billetterie : 05 59 59 07 27 ou www.snbsa.fr

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 18 au 23 décembre 2009.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:00

Thierry Ollé Trio... Musique débridée d'un jazzman passionné !

 

La Scène Nationale présente le Thierry Ollé Trio, aux Ecuries de Baroja, les 19 et 20 janvier 2010 à 20h.

Un concert jazz classique traditionnel New Orléans des années 20, une revisite des standards du jazz, par son leader, le Toulousain Thierry Ollé. Beau parcours pour ce féru de mélodies syncopées, devenant le pianiste du Tuxedo Big Band. Lassé de jouer pour les autres, il décide d'être son propre maître, en créant son groupe en 2008, avec Serge Oustiakine TOT 1à la contrebasse et Guillaume Nouaux à la batterie. C'est avec un réel bonheur qu'ils jouent ensemble en procurant un immense plaisir aux amateurs du genre, à Cognac, Corbières, Montluçon et Toulouse. Pour la petite info, c'est la première fois qu'ils jouent dans le Pays Basque. Ce trio, c'est le sourire du jazz pour cette bonne cuvée toulousaine.

Comme l'a écrit un critique de renom : "Une approche originale et novatrice du jazz, comme un pont jeté entre tradition et innovation. Passionnant et jubilatoire !". Une certaine promesse d'une musique qui vous fera vibrer et qui vous touchera comme seuls savent le faire les artistes qui jouent avec leur coeur et avec leurs tripes !.

 

Thierry Ollé Trio - 19 et 20 janvier 2010 - Ecuries de Baroja

Tarifs : 15€/8€

Réservations : 05 59 59 07 27 ou Billetterie en ligne : www.snbsa.fr

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 15 au 21 janvier 2010.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories