Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 01:06

Guiseppe Chiavaro ... fier d'être un danseur Malandain !

 

Guiseppe Chiavaro fait partie de ces danseurs qui savent démontrer au public leur propre vérité interprétative. Rencontre à Bayonne au Caveau des Augustins avec cet artiste pour qui l'humilité est une grande arme pour devenir un bon danseur !

 

GC 1

 

APP : Bonjour Guiseppe. Quand est née ta passion pour la danse ?

GC : Lorsque j'avais 12 ans en Italie. Ce fut un rendez-vous bien plus qu'une naissance. Au départ on m'a demandé d'essayer, histoire de faire comme mes deux sœurs. Progressivement l'attirance pour la danse fut une certitude. La chance aussi d'avoir eu une famille qui m'a soutenu et protégé. J'ai toujours considéré qu'un danseur se construit et grandit au fil des rencontres qu'il fait lors de son apprentissage. Quelques personnes influentes sont intervenues à des niveaux différents dans ce milieu, mais aussi de l'extérieur. Celles qui m'ont le plus marqué sont l'excellente et regrettée Rosella Hightower et mon maître Thierry Malandain. A tous deux, je leur dois beaucoup.

APP : As-tu connu des moments de doute ?

GC : Bien sûr, il faut qu'il y en ait pour goûter aux instants de bonheur. Lors de mon initiation, j'ai eu des phases d'anxiété, de frousse, notamment lors de mon adolescence, période de croissance pendant laquelle on n'est plus maître de son corps. Je me suis demandé si j'étais doué. J'avais le vague à l'âme loin de mon Italie et de ma famille. J'avais besoin de revenir à mes sources, à mes racines. Mais une fois pris dans l'engrenage, on veut aller jusqu'au bout. Mon but premier était de devenir danseur. En 1986 j'ai obtenu une bourse d'études pour l'École de danse de l'Opéra de Paris, ensuite ma longue instruction chez Rosella Hightower à Cannes. Puis en 1994, Thierry Malandain et la Cie Temps Présent installée à l'époque à Saint-Étienne baptisée plus tard "Ballet Biarritz".

APP : Que symbolise pour toi l'univers de Thierry Malandain ? Quel rôle tiendras-tu dans son ballet "Roméo et Juliette" le 11 septembre prochain ?

GC : Thierry est l'homme providentiel qui m'a fait aimer la danse. Ma première année au sein de la Cie Temps Présent fut une période d'acclimatation au chorégraphe et à ses méthodes de travail. Cela n'a pas été facile immédiatement. Tout en étant "néoclassique", le travail de Thierry Malandain était très dissemblable de ce que j'avais connu antérieurement. Ce que je vais dire va le faire sourire, parce que ce chorégraphe est un "fignoleur très insatiable" qui a une gestuelle vive, marquée et expressive. Il possède l'intellection de la chorégraphie et la maestria de la danse. Il m'a beaucoup appris et aujourd'hui encore, je me sers énormément de son exigence soutenue (rires). Je suis fier d'être un "danseur Malandain". Je n'éprouve pas le besoin d'aller voir d'autres compagnies parce que j'aime son "style". Je n'ai pas un rôle-titre dans ce ballet car plusieurs danseurs seront les amants de Vérone. Avec ma partenaire Sylvia Magalhaes nous représentons ce couple mort très vite par la folie des hommes mais dont on peut imaginer qu'il ait vécu un peu plus longtemps. La réflexion de Thierry pour ce ballet, c'est l'universalité du drame dans son interrogation éternelle de l'idéalisme amoureux et de son caractère quasi-mystique ou "danse d'amour et de mort" de deux amants purs. Roméo et Juliette, c'est l'amour qui se transfigure, mais aussi l'espoir d'un amour plus assoiffé, non superficiel. Je voudrais à travers ce ballet (qui couronne mon parcours) incarner l'amour tout en nuances aussi bien que Thierry aurait pu merveilleusement le traduire.

APP : Entre répertoires classique et contemporain as-tu une préférence pour l'un de ces genres ?

GC : J'apprécie ces deux univers, mais aujourd'hui avec l'expérience acquise, je verserais plus vers le romantisme parce qu'il est complet, qu'il englobe toute la danse. Chaque rôle devient un nouveau défi. Quant au contemporain, c'est le grand écart de manœuvre dont on dispose dans l'interprétation des rôles. Contrairement au classique, lui aura au contraire tendance à sortir du cadre. La danse classique, tout comme les arts vivants, est une continuelle transmutation.

 

GC 2

APP : C'est une obsession pour toi de posséder un corps parfait ?

GC : Certes, tout danseur voue un véritable mythe du corps. Il cherche à être le plus parfait, le plus beau. Qu'il soit à la hauteur de l'image qu'il veut projeter de lui-même. C'est ce qu'on appelle "narcissisme". On pense cela lors de nos débuts. Aujourd'hui je m'en fiche, car je ne veux pas être obsédé par cette représentation du corps sublime qui risque de me cloîtrer. Sans négliger que c'est l'outil de la matérialisation de notre expression, je dis que ce n'est pas seulement physiquement que l'on danse mais c'est aussi avec la "mémoire du corps" et l'"esprit du corps". En définitive il faut savoir écouter son corps, mais ne pas trop s'écouter soi-même.

APP : Que peut-on te souhaiter pour l'avenir ?

GC : Ah, ah ! J'atteins l'âge où on commence à se poser des questions sur sa reconversion, mais pas assez vieux pour m'arrêter de danser ! J'aime et j'aimerai toujours danser ! J'espère obtenir le Diplôme d'État de professeur de danse, mais pour l'heure, rien de concret. Au Ballet Biarritz, il n'y a pas de limite d'âge fixée, c'est au danseur de décider de son départ. C'est sûr que lorsque le rideau tombera pour la dernière fois, je serai profondément triste.

 

Première de la création Malandain/Ballet Biarritz - Biarritz -

Roméo et Juliette pour le Festival le Temps d'Aimer la Danse, le 11 septembre 2010 à 21h à la Gare du Midi à Biarritz.

Tarifs : de 12 à 20€

Billetterie : Office du Tourisme : 05 59 22 44 66

Renseignements : 05 59 22 20 21.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 10 au 16 septembre 2010.

 



 

 

 

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans INTERVIEW
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 00:38

20ans-aimer-danse 1

Happy Birthday

 

Le Festival Le Temps d'Aimer la Danse c'est... le temps d'une joie de souffler 20 bougies !

Une belle occasion de se souvenir des instants de surprises, de représentations, de lyrisme, de magie, sustentés par des compagnies venues des quatre coins du monde.

C'est aussi 20 ans de bienvenue aux chorégraphes les plus réputés, qui affectionnent cette terre d'asile qu'est notre belle ville de Biarritz. A ces danseurs inconnus mais talentueux qui offrent leurs premiers entrechats, pas de bourré, pas de deux ou de quatre, pirouettes, déboulés, ronds de jambe, arabesque et grand écart.

C'est aussi 20 ans d'attachement et d'affection d'un auditoire sans cesse ravivé. Également 20 ans de danse sous toutes ses formes qui offrent des moments de partage, de beaux moyens d'expression et de communication. Assurément, ce n'est pas tous les jours qu'on a 20 ans, donc prenons le temps de célébrer comme il se doit ce bel âge !

Ce festival, c'est l'engagement toujours réitéré d'un formidable rendez-vous entre la danse et le public. C'est aussi vouloir reproduire le plaisir culturel et artistique et sauvegarder ce patrimoine unique, parfois délaissé d'une époque où les arts foisonnèrent en une sorte d'alchimie miraculeuse.

 

Que voilà une belle entreprise qui se perpétue grâce aux artisans fondateurs :

- Jakes Abeberry, président de Biarritz Culture

- Filgi Claverie,

- Didier Borotra, sénateur-maire

- Thierry Malandain.

 

Cerise sur le gâteau, pour fêter cette édition des 20 ans d'Aimer la Danse, le tarif maximum des places sera exceptionnellement à 20 euros !!! Au moins cela vous incitera-t-il à sortir pour venir applaudir les artistes !.

 

Festival du Temps d'Aimer la Danse du 10 au 19 septembre 2010.

Renseignements : 05 59 22 20 21

Réservations : Gare du Midi ou Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66

Billetterie en ligne : www.biarritz.fr et dans tous les points de vente habituels.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 10 au 16 septembre 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans DANSE
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 00:19

Jean-Marc Biskup... un metteur en scène pluridisciplinaire

 

La Gare du Midi présente "Nabucco" de Verdi, samedi 14 août à 21h où soliste, choeur et orchestre seront conduits sous la houlette du maestro Bruno Membrey.

J'ai donc rencontré son metteur en scène pluridisciplinaire, Jean-Marc Biskup, qui magnifie l'opéra comme on savoure la vie !

 

APP : Y-a-t-il une analogie entre l'opérette et l'opéra ?

J-M B : Deux variété proches et supplétives qu'on doit aborder avec la même attention. L'opérette est plus un art complet et difficile que l'opéra, car outre le chant, il faut être comédien, danseur et avoir le physique du rôle. Il seraît opportun que les chanteurs lyriques soient aptes à se forger dans ces deux arts. Moi-même, je m'exprime dans la mise en scène d'opéra, mais également en tant que chanteur d'opérette et de comédie musicale.

APP : Parlez-nous de votre parcours vers la mise en scène d'opéra ...

J-M B : Tout jeune j'ai baigné dans l'art lyrique et la musique classique. Très vite je me suis intéressé à toutes les facettes musicales, à commencer par la mise en scène d'opérette, comédie musicale classique et opéra italien, puisqu'étant de culture italo-française.


APP : Qu'est-ce qui vous a séduit dans le projet Nabucco et quelle mise en scène avez-vous conçue pour cette oeuvre ?

J-M B : Nabucco est une très belle oeuvre de Verdi qui contient déjà toute une force démonstrative, et d'une grande portée musicale. Au-delà du cadre historique et biblique, si on sait lire entre les lignes, on perçoit un puissant message d'amour et une quête spirituelle permettant aux hommes de se hausser et d'être libres. C'est cela que j'ai voulu mettre en lumière dans ma mise en scène.

APP : La mise en scène d'opéra jugule-t-elle la musique ? Quelles relations entreteniez-vous avec le chef d'orchestre ?

J-M B :Certains metteurs en scène se servent des opéras pour assouvir leurs fantasmes en négligeant la musique et le chant. J'ai toujours abordé ma mise en scène avec modestie en servant la composition plutôt que de m'en servir. Je respecte le souffle du compositeur, tout en y apportant mon style mais sans jamais altérer l'ouvrage. J'ai un profond respect pour la fonction du chef d'orchestre, des musiciens et des chanteurs. J'ai donc des échanges cordiaux et constructifs avec eux.

APP : Quels ont été vos rapports de travail avec vos deux interprètes principaux ?

J-M B :Des meilleurs ... ! Nous avons parlé en amont de ma conception des personnages, évoqué les moments ou les difficultés vocales imposant au metteur en scène de se tenir en retrait afin de laisser le champ libre aux chanteurs. Puis nous sommes passés au travail scénique. C'est une chance d'avoir eu des chanteurs accomplis, mais également d'excellents comédiens avec lesquels on a pu aller très loin dans la mise en scène. Le baryton Olivier Grand, et la soprano Cécile Perrin sont de grandes voix verdiennes.

APP : Quel bilan dressez-vous pour l'opérette, la comédie musicale et l'opéra en France de nos jours ?

J-M B :Ne le nions pas, c'est une grande crise économique qui frappe de plein fouet le spectacle vivant et les théâtres subventionnés sont au bord de l'asphyxie financière. Dieu merci, la situation est beaucoup moins dramatique pour les structures indépendantes comme la Compagnie Française de l'Opéra et de l'Opérette que je dirige, parce que nous n'avons aucun subsides et de ce fait, nous ne "jetons pas l'argent par les fenêtres". Le lyrique est en pleine conversion, un vrai regain, et ce avec l'arrivée de nouveaux talents qui offrent un sang neuf. Ils trouvent dans ces compagnies le tremplin qui leur permet de chanter des premiers rôles dans de bonnes conditions de préparation, comme le faisaient jadis les grandes troupes de théâtre. Je reste confiant sur l'évolution de l'art lyrique.

 

Nabucco de Verdi (chanté en italien-titrage français) samedi 14 août 2010 à 21h - Gare du Midi à Biarritz

Tarifs : 57€/52€/47€ - Location dans tous les points de vente habituels.

Réservations : 05 59 22 44 66 ou Entractes-Organisation : 05 59 59 23 79.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 13 au 19 août 2010.

 

JMB 1

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans INTERVIEW
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 23:32

Euphonium 1

 

L'heure musicale... improvisations pour piano et euphonium

 

Kiosque à musique/Itsas Soinua propose "Improvisations pour piano et euphonium" en cette saison musicale au Colisée à Biarritz mercredi 18 août à 19h.

Un grand moment à partager avec Élodie Baffalio (se consacre uniquement à l'improvisation libre et la composition) au piano et Vianney Desplantes (intègre les rangs de la Musique de l'Air en 2008) à l'euphonium. Ce sera là un concert unique qui s'articulera autour de "Bide Bat" pour euphonium seul, "la Valse des Toilest "Amets" improvisations au piano, autre impromptu à partir d'un poème de Federico Garcia Lorca et en dernière partie, une petite pièce improvisée pour ces deux instruments.

Un ensemble de thèmes qui confirmera la maestria de ces deux musiciens natifs du Pays Basque. Un duo de simplicité, ce qui ne signifie nullement "truisme" et exploration imaginative seront au rendez-vous. Deux artistes qui se larguent dans des improvisations livres menées à bien !

Le talent d'une jeunesse qui vous dévoilera une richesse musicale et des aspects insoupçonnés dans un registre actuel gorgé d'esprit et de poésie.

 

L'heure musicale - Colisée de Biarritz - mercredi 18 août à 19h.

Tarif général : 6€ - gratuité jusqu'à 14 ans -

Pas de réservations;

Renseignements : Kiosque à musique/Itsas Soina au : 06 80 00 79 92.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 13 au 19 août 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 23:07

Fabien Duclerc... un talent prometteur !

 

Fabien Duclerc donnera son concert au Caveau des Augustins samedi 14 août 2010 à 21h30.

Un CD est prévu en début d'année 2011 c/o My Major Company (Warner).

FD 1

Ceux qui ne le connaissent pas se doivent d'écouter cet artiste complet. Après avoir embrassé la carrière, il découvre divers horizons musicaux et s'imprègne d'une richesse d'expression qui se réfère à la chanson française. Il nous gratifie par ses compositions d'un langage musical avec fusion des genres réellement originaux qui ne laissent pas insensible.

Le particularisme de Duclerc : de n'être pas académique puisqu'il s'aventure sur des voies non dénuées d'intérêt. C'est bon parfois d'expérimenter et d'écouter autre chose que des standards. Buddy va murir, en passant par Your lips, les brouillards du tard, le lierre grimpant, pour finir par le Temps d'octobre sont des opus qui débordent de romantisme, de spleen et d'amour, où l'énergie fait face à une certaine langueur. Souffles doucereux où tout est adroitement équilibré. De lui on gardera les stigmates de chansons accrochées sur le fil de l'émotion. Son écriture et sa musique sont des harmonies mélodiques, parfois incitatives, qui reposent sur une grande cohésion collective.

Assurément, ce gars-là a un talent prometteur et il faut le suivre !

DC 1

Le 13 août à 21h30, c'est David Cairol qui séduira le public avec ses musiques sans frontière, entre reggae, soul et folk. Un chanteur à la fois sensitif et assuré dont la voix au grain si distinctif servira ses textes déliés, maniant avec dextérité les mots et ses mélodies qui vous frappent en plein cœur.

 

Fabien Duclerc - 14 août à 21h - Caveau des Augustins logo-caveau

Tarif unique : 8€

David Cairol : 13 août à 21h - Caveau des Augustins

Réservation au : 05 59 25 69 76.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 13 au 19 août 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 22:07

Requiem de Mozart... l'éclat d'un grand orchestre

 

L'Orchestre Philharmonique de Moravie, Chœurs et Solistes du Théâtre National de Prague et son chef Jan Chalupecky interprèteront à l'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz, le 7 juin à 21h "Requiem de Mozart".

 

Au programme :

 

Divertimento Kv 136

Santa Maria

Laudate dominum vesparae solemnes de confessore K 339

Adagio et fugue K546

Requiem en Ré mineur Kv 626

dernière œuvre de Mozart qui mourut durant sa composition.

 

OPM 1

 

Bien qu'elle ne soit des deux tiers de la main du Maître, ses élèves la termineront.

Exécuté par le prestigieux et plus ancien orchestre de la République Tchèque sous la baguette de son chef Jan Chalupecky qui a, dans les années 2000, conduit la Flûte Enchantée de Mozart, Macbeth de Verdi, Bianca et Guiseppe de Killt, se vit confier la première mondiale de l'opéra de Martin Smolka Nagano et organisa Rusalka, Nabucco, Carmen et Rigoletto.

L'Ensemble Philharmonique jouit d'un estimable patrimoine musical et joue des œuvres classiques du répertoire européen des XIXe et XXe siècles. Le chœur de Prague se crée en 1990 par un choix élitiste au sein des meilleurs choristes de Bohême, invité par les festivals en Europe et de par le monde. L'œuvretienne sera soutenue avec maestria par les solistes : Simona Prochazkova (soprano), Eliska Weissova (mezzo soprano) et Jan Jezek (ténor), Roman Vocel (baryton).

Des partitions sensibles et puissantes, où beauté des sons et luminosité offrent l'éclat d'un authentique compositeur. Véritable essence musicale pour une soirée de prestige, c'est tout ce qui compte !

 

Requiem de Mozart - Église Saint-Jean-Baptiste à Saint-Jean-de-Luz le 7 juin 2010 à 21h

Tarifs : de 25€ à 33€

Réservations Office du Tourisme Saint-Jean-de-Luz et les points de vente habituels

Renseignements : Laurent Pillet Organisation : 06 66 12 21 12.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 4 au 10 juin 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:40

Fabien Bœuf ... le nouveau romantique !

 

L'auteur compositeur interprète landais, imprégné de la chanson française, Fabien Bœuf, sera au Caveau des Augustins à Bayonne, vendredi 4 juin à 22h.

 

FB 1

Son album "Les premiers papillons" (dans les bacs dès le 30 août 2010) parle de relations humaines, amoureuses, fraternelles, où chaque titre est un arc en ciel qui enveloppe des fragments de vie vécue. L'interprète est une véritable explosion romantique : voix suave, diction parfaite, notes d'une force et d'une portée touchantes qui font planer dans l'espace temps. L'album, c'est un objectif tonifié qui passe vers un nouvel écrin musical, très varié, accords caressants, ouatés, sur des textes souvenirs, sauf "Avant", la fantaisie d'être dans la peau du trader qui se remet en question. Fabien Bœuf remonte le fil de sa vie, des choses, où des histoires se croisent et se décroisent, entre blessures et réconciliations, la songerie où tous les papillons voulaient battre la même aile, adressant de jolis messages aux proches, à l'amour, à l'amitié, teintés d'optimisme et de cocasserie. Ce fin diseur nous construit, l'espace d'une chanson, l'ode sur laquelle se chevauchent des accents instrumentaux, ses compagnons en goguette, vous larguant dans un voyage spirituel et tranquille. Une interprétation qui vient du cœur et du tréfonds et ça fait plaisir à entendre. L'opus atteste la complicité entre musiciens, fruit d'une écoute mutuelle qui privilégie la complémentarité, parce qu'ils savent jouer en modération et subtilité, puissance et liberté. L'artiste nous fait vivre par ses compositions, l'universalité de sa musique avec ce mélange des genres réellement novateur qui nous ravit. Ce nouveau romantique se taille un long boulevard à travers ses propos originaux. Savoureux, communicatif et sans artifice ! Un bel itinéraire ne fait que s'accroître !

 

Fabien Bœuf - vendredi 4 juin à 22h - Caveau des Augustins à Bayonne - logo-caveau

Tarif unique : 8€

Réservation : 05 59 25 69 76 ou 06 98 18 22 77.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 4 au 10 juin 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:23

 

Tom Frager... c'est tout M.M.S. !

 

TF 1

 

Le très populaire, Tom Frager, "Mister Mélodie Surfeur" sera à la Gare du Midi à Biarritz le 23 mai prochain à 20h30.

L'auteur compositeur interprète (carrure d'athlète !) en tournée depuis le 15 avril, a puisé sa musique en Guadeloupe et au gré de ses pérégrinations dans le cadre de ses championnats de surf. Une reconversion musicale qu'il concrétise en 2002 en fondant le groupe "Gwayav" avec quelques potes surfeurs d'où naîtra Bloom Inside, puis sera le chanteur du groupe FSB d'Hossegor et sortie de l'album Keskispass en auto production. Il se produira en première parties d'Alpha Blondy, Toots and the Maytals, le Peuple de l'herbe et participe aux "Francopholies" et aux "Extravadances de Biarritz".

Sa coloration : deux doigts de pop soul version Jason Mraz, une pincée de ska et de jazz manouche, à mi-distance entre reggae et rock d'inspiration, offrant un métissage musical, aux rythmes libres de toute entrave, incarnant la puissance et l'énergie pure.

C'est un chanteur qui affiche sa personnalité et sa sensibilité pour les influences plurielles. Par ses sons musicaux, il nous fait vivre l'universalité de mélodies nées de ses racines africaine et antillaise, en un style mariage de genres qui pourrait soit vous séduire, soit vous démonter, mais qui en aucun cas ne vous laissera de glace !

Un conseil : allez vite surfer dans l'univers paradisiaque tout de bleu paré !.

 

Dimanche 23 mai 2010 à la Gare du Midi à Biarritz

Tarif : 26,60€/24,60€

Réservation : 05 59 22 44 66 - Prod Event Organisation.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 14 au 20 mai 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 20:20

Jeanne Chéral... Une évidente originalité !

 

JC 1

 

Jeanne Cherhal sera en concert vendredi 7 mai à 20h30 Salle Paul-Vaillant-Couturier à Boucau avec le groupe French Cowboys. Un temps, elle s'exerça seule au chant et au piano. Puis se produira avec le guitariste Eric Löhrer dans différentes salles. Le petit poisson est devenu grand grâce à sa colocation avec Vincent Delerme au théâtre de l'Européen à Paris, et premières parties de Thomas Fersen et Higelin. Un répertoire de chansons taquines sur les sons d'un piano malin. Sa tessiture est acidulée et cristalline posée sur des textes dénotant une évidente originalité et des arrangements proches de mélodies explosives, colorées et fantaisistes. Son opus "Charade" est relié par un fil conducteur "charade en quatre parties". Elle l'a fait seule, comme une grande, sur divers instruments, son album pénétré d'une richesse instrumentale. Son écriture est avant-gardiste, ses essais sonores et vocaux sont de bonne facture. Oui, Jeanne Cherhal est douée ! On lui doit la B.O du film "le Bal des Actrices", un titre sur l'album d'Amandine Bourgeois, un duo avec Benjamin Biolay, puis un autre duo "Qui est in ? qui est out ?" de l'album Gainsbourg Vie héroïque. Avec le temps, son public devient plus large, car fasciné par spontanéité et sa folie douce, créant un univers qui lui est propre, reposant sur des thèmes personnel et engagés qui s'impriment pour ne plus vous lâcher. Sa voix (son arme principale et elle s'en sert bien !) est un parfait vecteur pour les textes qui ont un sens. Son style est personnel et elle surfe avec aisance sur la vague de la nouvelle scène française !

 

En 1ère partie : Just Maried - Concert Jeanne Cherhal vendredi 7 mai à 20h30 salle Paul-Vaillant-Couturier à Boucau - Tarif : 15€ pour les -30 ans, allocataires du RSA et de l'AAH, Carte saison : 27€, Plein tarif : 30€. Places numérotées.

Renseignements et réservations au : 05 59 59 07 27 .

Billetterie en ligne sans surcoût : www.snbsa.fr

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 30 avril au 6 mai 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 19:53

Ballet IT Dansa et Balet Praha Junior

T danza 1

La 3ème édition du Festival T.Danz se tiendra Salle Vauban à Saint-Jean-Pied-de-Port du 7 au 15 mai.

En ouverture : "It Dansa Barcelone" le 7 mai à 14h30 (scolaire) et à 21h (tout public), le 8 mai à 21h "Balet Praha Junior".

Ce festival permet les échanges sur la danse, où chacun pend plaisir, sans barrière linguistique, en rencontres métissées et interactives. C'est ce que nous offrent les Cie Dantzaz (contemporain), Révolution (hip hop) et Iparraldeko Dantzarien Biltzarra (traditionnel) et l'occasion d'associer les fidèles partenaires à ces rencontres. It Danza (contemporain) cherche à se libérer d'une prouesse corporelle au profit d'un sens plus profond de la danse. Comment aborder au mieux l'expérience pour ces 16 danseurs-élèves sélectionnés sur audition, de compléter leur formation à travers les chorégraphies d'artistes renommés pour une série de représentations pros. Ce ballet est dirigé par Catherine Allard venue de la "Compania National de Danza" et du "Nederlands Dans Theather". Balet Praha Junior est énergique, frais et professionnel. C'est chorégraphié avec originalité. Donc comment humaniser ce festival, l'ouvrir vers d'autres horizons ? La Scène de pays et la Cie Danstzaz de Donosti s'y emploient pour mener à bien le projet "T.Danz 2010". Mieux, quelque chose à vivre, des expériences à faire. Ils ont pensé tout naturellement à la danse dans tous ses états. Alors, pourquoi ne pas saisir l'occasion d'une découverte de la danse pluridisciplinaire et vivre ce bel art vivant avec les danseurs ? T.Danzu Udaberri Festival est une réussite sur laquelle nous reviendrons ultérieurement puisqu'il se déroule jusqu'au 15 mai.

 

Salle Vauban à Saint-Jean-Pied-de-Port les 7 et 8 mai 2010 -

Plein tarif : 15€ Adhérents, cies culturelles, groupe de danse : 11€ Moins de 20 ans, étudiants, chômeurs : 8€ Moins de 12 ans : 5€ - Pour l'achat de deux spectacles, le second est à 5€ -

Renseignements et réservations au : 05 59 37 06 04 ou www.garazikus.fr

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 30 avril au 6 mai 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans FESTIVAL
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories