Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 03:00

Paul est mort ? ... une réflexion sur les mythes populaires

 

Le chorégraphe néerlandais, Herman Diephuis présente son ballet "Paul est mort ?" le vendredi 2 avril 2010 à 20h30 au Colisée à Biarritz.

Un spectacle qui revisite le mythe rock des sixties et l'inventivité expansive, où se mêlent les fantasmes mythiques et le ressentiment des rêves qui se délitent dans le détournement du profit...

Pour cette représentation dansée, on a fait appel à trio pop, trois garçons au diapason.

 

Jean-Baptiste André, Jérôme Andrieu et Julien Gallée-Ferré, qui feront leur explosion culturelle et leur joie de vivre du corps et du cœur dans des expressions fougueuses teintées de drôlerie, au sein d'une œuvre d'art peaufinée, fruit d'une recherche poussée et rigoureuse... Préparez-vous donc à un langage chorégraphique qui vous plongera dans un temps révolu, là où les fleurs exerçaient leur force surnaturelle, et les talent qui se logeaient dans les amplis à lampes.

Avec "Paul est mort ?", Herman Diephuis se fédère aux groupes des années 60 qui, à l'image de ses danseurs, ont participé musicalement à la révolution musicale de leur temps, participant ainsi à la naissance d'un mythe. C'est sur les brisées de ces artistes qui ont incarné un courant à la fois magnifié et négligeable que le chorégraphe a imaginé son trio rock, à la groupe et groupie, qui s'exprime par le mouvement pour réveiller une fantasmagorie avec dynamisme et esprit, sans oublier la batterie qui occupe le centre de l'espace. Ainsi Diephuis poursuit sa réflexion sur les mythes populaires en évoquant "La Mélodie du bonheur" et le rock des années 60. Et qui nous dit : "Il y a ce que l'on voit et ce que l'on peut imaginer".

 

"Paul est mort ?" - Le Colisée Biarritz - vendredi 2 avril 2010 à 20h30

Tarifs : 18€/12€ - Réservations : 05 59 22 20 21 - Office du Tourisme : 05 59 22 44 66 ou www.biarritz-culture.com

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' au 2 au 9 avril 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans DANSE
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 02:23

GREGOIRE - Toi + Moi ... et le monde entier !

 

Beaux textes, musiques efficaces, artiste pur souche "Producteurs Internautes", Grégoire* est authentique et sans écorce. Son style est dans la lignée chanson populaire, qui tend vers la variété. Il se recommande "pop-folk" mais dénie le label "défini". Sa voix écorchée vive et déraillée, qu'il s'est façonnée, comme ça !, l'a rendu, l'espace d'un single, l'ami intime. A l'occasion de sa tournée à Biarritz le 23 mars 2010, je me devais de l'interviewer.

 

APP : Merci d'avoir accepté cette interview. On commence donc par tes premiers pas dans la chanson ?

G : Tout le plaisir est pour moi. Adolescent, j'ai commencé à écrire des chansons entre études et petits boulots. J'ai pris mon temps pour peaufiner mon univers, jusqu'au jour où j'ai décidé de me lancer et j'ai eu la chance de croiser les dirigeants de Mymajorcompagnie.

APP : Justement, raconte-nous cette rencontre ...

G : Après de nombreuses tentatives auprès des maisons de disques, j'ai rencontré Anthony Marciano et Sevan Barsikian qui m'ont soumis l'idée d'élire le public internaute et j'avoue que cela m'a fortement conquis.

APP : Ainsi est né "toi + moi", une chanson que tout le monde fredonne, où chacun peut se retrouver. Qu'elle a été son origine ?

G : Ça m'est venu tout bêtement, comme ça, sur une trottinette (rires). Je fredonnais des airs et, soudain, j'ai retenu une ritournelle. Quant au texte, il exprime l'idée de solidarité et d'oubli des apparences.

APP : Certains disent pour cette chanson... un peu naïve, être en overdose et pensent qu'il serait temps pour un artiste de ta trempe, de songer à un 2e opus. L'envisages-tu ? Dans l'affirmative, quels en seraient les bagages musicaux et la nourriture des textes ?

G : Certains seront comblés puisqu'à partir du 15 avril, j'entre en studio pour un 2e album qui sortira, si tout se déroule comme je le souhaite, à la fin de l'année. Il sera semblable au premier, avec une exploration de nouveaux propos, des choses de la vie actuelle.

 

"mes modèles... des Beatles à Goldman"

 

APP : Ton sentiment d'être sur scène devant de nombreux fans ?

G : Ouaahhh ! Un plaisir intense, une sorte d'ivresse. Le contact avec le public, c'est toujours un enrichissement.

APP : Pour tes chansons, comment procèdes-tu ? Pas facile de faire un choix dans ce vaste océan qu'est la chanson populaire et intimiste ?

G : Je ne choisis pas mes chansons, elles s'imposent à moi, tout naturellement, me laissant toujours guider par l'instinct.

APP : Quel est ton univers lorsque tu écris et composes ? Quels sont tes influences musicales, tes modèles d'interprètes ?

G : Le calme, l'épanouissement, la force. La pop anglo-saxonne et la chanson française. Quant à mes modèles, des Beatles à Jean-Jacques Goldman.

APP : Qu'entends-tu lorsque tu dis : "j'ai façonné ma voix" ?

G : Parce que je n'ai jamais pris aucun cours de chant. J'ai passé mon temps à m'enregistrer pour entendre une voix qui me plaisait. Vouloir un timbre que j'aimais et qui me conviendrait.

 

"des mots que j'ai envie d'exprimer"

 

APP : Parlons de tes "producteurs internautes"... tu as dit que tu pouvais les rembourser. Bénéficieront-ils d'un petit plus, vu que cela marche très bien pour toi ?

G : Pour info, ils ont gagné au moins dix fois leurs mises sur mon premier album. C'est pas chouette ça ? (ndlr:l'expression fière et un petit sourire).

APP : Et quelles sont tes relations avec eux ?

G : Très bonnes. J'essaie de les rencontrer dès que je peux. Beaucoup ont participé à mon premier clip "Toi + Moi".

APP : Tu dis "ne jamais trahir la vérité... il y a des mots que tu as toujours envie d'exprimer... d'apprécier les êtres qui s'émerveillent, mais pas ceux qui se disent blasés..."

G : Oh, oh... Je parlais des "maux". J'aime le regard des enfants qui voient le monde sous un plus bel aspect, sans prétendre qu'ils savent déjà tout...

APP : On dit que tu es vrai, sans artifices, sans faux-semblant... Que réponds-tu à cela ?

G : Je remercie ceux qui pensent cela. J'essaie de rester moi-même et le plus naturel possible.

APP : Si tu devais faire ton autocritique, que nous dirais-tu ?

G : Je suis souvent paresseux ! Hum, hum !

APP : Comment t'analyses-tu à ce jour ?

G : Difficile d'y répondre, mais une chance qu'on ait cru en moi et ce qui m'arrive aujourd'hui est une réelle félicité. J'espère que cela durera et toujours communiquer l'amour de la chanson aux autres.

APP : Biarritz est la dernière étape de ta tournée (ndlr:110 au total). Que t'inspire cette jolie ville balnéaire et le Pays Basque ?

G : C'est une ville accueillante et très agréable. Les montagnes, la mer, le soleil... C'est avec beaucoup de plaisir que j'y reviens et aussi parce que j'apprécie l'organisation de Régis* et Nathalie Prod Events, avant, pendant et après chaque concert.

APP : Avant de nous séparer (ndlr:et c'est bien dommage !), quel message souhaiterais-tu adresser à tes fans et nos lecteurs ?

G : Que vos routes soient belles et n'hésitez pas à m'écouter ! ... Mes mots ...


gregoire-1.jpg

(DR)

 

Et nous, de souhaiter bonne route à l'Artiste !

 

* Avec l'accord de Jean-Claude Camus Productions.

* Un vif merci à Régis Bleze-Pascau.

 

Grégoire en concert à la Gare du Midi mardi 23 mars 2010 à 20h30 - Tarif : 35€.

Location : 05 59 22 44 66

Renseignements : 05 47 64 52 09

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 19 au 25 mars 2010.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans INTERVIEW
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 00:54

 

Prisca Davila... sa grande première en France

 

Donnez-lui un piano et Prisca Davila vous enthousiasmera, parce que passionnante et passionnée de jazz et merengue.

 

Elle se produira pour la première fois en France où elle présentera son 4e CD "Piano en canto venezonalo II" au grand amphithéâtre de la Faculté de Bayonne, mercredi 24 mars à 20h.

 

PD 1

 

Cette pianiste, compositrice et chanteuse, remarquable ambassadrice de la nouvelle génération de musiciens vénézuéliens, est une virtuose au talentueux parcours. Une concorde entre musique latino et le jazz académique classique. Son menu musical est d'une richesse et d'une diversité imposantes : maîtrise classique irréprochable, lyrisme d'un romantisme sans mélo, d'une symétrie soufflante, au gré d'une suite détachée d'ambiances sud-américaines. Son merengue se tangue à l'envie, c'est magnétique et décontracté à la fois. Son chant est parfait, son phrasé stupéfiant, et ses mises en son étonnants. Prisca Davila peut s'enorgueillir de connaître toutes les nuances rythmo-latinos. A l'aise dans tous les genres musicaux, elle a tout d'une grande, dotée d'une technique sans faille, en un mot, c'est l'état de grâce Davila ! Elle a cette recherche esthétique, principal objectif de son travail et ses quatre musiciens : Manuel à la basse, Hilda aux percussions, Ivan à la batterie et Edouardo (son papa) au saxo et flûte offrent un contrepoint judicieux et limpide à son piano intensément exalté. Avec son quartet, Prisca peut glaner les plus belles notes au fond d'elle-même, les percevoir avant de les jouer. Le piano chante tout comme elle, et la magie s'opère d'instinct, dès les premières mesures. Des tonalités aussi lumineuses que les étoiles du ciel. Tout est mis en valeur grâce au foisonnement rythmique des instruments. C'est tendre et poétique, avec de belles progressions harmoniques, déliées et attirantes. Ses notes telles des pétales de fleurs tombent de ses doigts, une authentique révélation pianistique ! Un fort bel intérêt instrumental et vocal d'une diva.

Enhorabuenas Señorita.

 

Une urne sera mise à la disposition du public après le spectacle au profit du Chili.

 

Prisca Davila - Grand Amphithéâtre de la Faculté de Bayonne - mercredi 24 mars à 20h - Tarif : 15€ Étudiants/scolaires : 5€ - membres d'Aflacoba : 10€ - Renseignements : 06 04 14 43 10 - Billetteriee chez Elkar à Bayonne et Virgin Bayonne.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 19 au 25 mars 2010.

 

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 00:46

Les enfants d'Arcadie... les vertiges de nos origines communes !

 

Découvrez les Enfants d'Arcadie dans leur oeuvre littéraire et artistique, au Théâtre des Chimères à Biarritz les 23 janvier 2010 à 20h30 et 24 janvier 2010 à 17h.

 

Son premier argument est : l'histoire de Mabèt, une belle immersion dans l'âme humaine, d'un versant funèbre au plus luminescent, du culte de la destruction à la détermination de rebâtir. L'inclination du pouvoir au vouloir de justice. Pour raconter ces actions de caractère passionnel, il sera fait appel à un monde peuplé de créatures étranges entre l'homme et le singe, bipède et quadrupède, s'exprimant en langage vocal et en gestuel des primates. Sept hommes singes évolueront tour à tour dans une cage, sur un sol paillé, cernés de structures en acier qui leur permettent de monter, descendre, s'accrocher, se mouvoir d'un côté à l'autre. Comme dans un zoo, le spectateur les verra évoluer et les regardera vivre. Ô vertiges de nos origines communes ! Reflets de notre propre caractère animal et ce point d'interrogation sur ce qu'est notre race humaine.

enfantsarcadie

2e argument : Rouge, noir et ignorant, tout disparaît pour ne plus être qu'un décor cataclysme. Et là, devant nos yeux, naîtra un personnage de pur fiction, baptisé "le monstre", tué lors d'une attaque atomique avant même de naître, qui raconte la vie qu'il aurait eue s'il avait vécu. Composé en différents tableaux, ce spectacle vous fera découvrir l'essentiel d'une vie et ses aléas, et une musique électronique accompagnera sans cesse l'ensemble. Un diptyque pour l'humanité animalement et monstrueusement interprêté par des acteurs brillants !

 

Les Enfants d'Arcadie - samedi 23 janvier à 20h30, dimanche 24 janvier à 17h - Tarifs : 10€/8€ - Théâtre des Chimères - Renseignements : 05 59 41 18 19.

 

Article paru dans 'la semaine du ¨Pays Basque' du 22 au 28 janvier 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans THEATRE
commenter cet article
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 01:42

Pascal Sangla Sa voix, sa musique, ses textes... Des atouts majeurs !

 

On écoute l'album de Pascal Sangla "Une petite pause" et l'on est scotché ! C'est d'emblée l'estampille d'un auteur compositeur-interprête. Des mélodies, des accords, des mots qui se gardent en mémoire. Des antiennes qui vous emballent, vous invitant à l'évasion, à l'exploration des âmes et des êtres. D'une voix de baryton, et de doigts exercés, devant son piano, il égrenne ses notes imagées naissant du vent, de la pluie, de la mer et des passages où l'humain prend sa place et ... juste sa place. Textes de grand talent qui singularisent son style ! Admiratif de ceux qui savent versifier, de ceux qui créent une touche, une définition. Il glane son inspiration dans les livres, sans avoir d'auteurs favoris. Et l'on constate des traces comme 'il pleut', poème de Francis Carco.

PS 1

 

"Une petite pause" est née doucement

 

Une chouette rencontre lors d'un déjeuner, chez l'ami Jean-Pierre, du "Cœur des Hommes". L'artiste est arrivé, sourire aux lèvres et la poignée de main franche. Quelques minutes après, Pascal se lâche, glisse un œil malicieux à la vie qui lui a fait plein de cadeaux, évoquant ses rêves lumineux et de l'eau en cliquetis qui s'amuse à arroser sa tête. Il fascine lorsqu'il parle de son art et du piano sur lequel il joue debout, et l'on se demande lequel entraînera l'autre ? Péniblement, son piano a remis sur son Do un Fa qui était tombé sur le Sol. D'"Une petite pause" son titre phare, il vous offre ses mots qui volent dans l'air comme des papillons et ses mélodies à siffloter sans y penser, aux phrases fine dentelle, écoutant tomber la nuit, il peut enfin prendre un peu de repos, en jouant sa petite cantate du bout de ses doigts. Cet enfant du pays (né à Bayonne) au parcours classiqueee dès son plus jeune âge (diplôme de solfège et DEF piano), son bac en poche, et quelques années de comédie au Théâtre du Rivage, Pascal Daniel Lacombe son professeur, l'incite à présenter le concours d'entrée au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris : classe de Catherine Hiegel (de la Comédie Française) et de Pierre Debauche. Puis lui vient l'envie d'interpréter ses musiques en concert, et, par degrés, à y mettre des vocables. Vraie filiation avec la chanson à texte où l'on sent l'impact générationnel des Cabrel, Higelin, Thomas Fersen, Renan Luce. Sangla, c'est le dynamisme parolier, l'instrumentiste, la voix et la parfaite diction. Son but : que cela soit le plus fluide possible, résultante d'un travail avec de supers musiciens qui l'entourent, Yannick Sabarots à la batterie et Christophe Sangla à la basse, qui l'aident à colorer son univers, un plaisir sans égal à jouer à six mains, ainsi que les musiciens : Pascal Gaigne, Rémy Gachis et Pierre Sangla. Lorsqu'il fait son florilège de chansons pour un concert, c'est un moment qu'il appréhende et il y pense longtemps à l'avance ; structure à donner au récital, composition de l'équipe dans la salle, l'humeur, l'ambiance... A mémoriser tant de textes et de musiques, ça revient presque à créer une pièce de théâtre ! Dur métier, mais ô combien passionnant et enivrant ! Pour lui, aller au charbon est un vrai bonheur ! Savoir comment le spectacle va être perçu, alors monte une poussée d'adrénaline ! Musicalement, il se familiarise avec le public, fait face à certains qui arrivent comme des boulets, temporisant les réactions. Son écriture est différente, ne prenant pas le même temps, ne venant pas du même recoin de la pensée, il décrit juste ses ballades de gens heureux, à sa manière, toujours dans l'engagement affectif, douceur ou fièvre. Il parle du départ d'un proche, du plaisir de l'été avec les filles, du moment rare d'un état distinctif, où les paroles naissent très vite, sans l'addenda de traits de plume. Quelques paroles ou des bouts d'idées qu'on inscrit sur un carnet. C'est une plongée dans le monde actuel, intelligent, sans anonymat, et par instants, des aspects prenants. L'artiste persiste et signe avec fort belle délicatesse et une déconcertante modestie, et fait cette petite pause avec nous, cela pour notre plus grand bonheur ! Parions qu'on se bousculera au portillon !.

PS 2PS 3

CD dans les bacs en février 2010. Pascal Sangla sera sur la scène du théâtre de Bayonne le 11 mai dans "FORT" de Catherine Anne, mise en scène de Pascale Daniel-Lacombe.


Luna Negra les 28 et 29 janvier 2010 à 20h30 ; tarifs : 14€/12€. Réservations : 0559257805.logo luna


Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 22 janvier au 28 janvier 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans MUSIQUE
commenter cet article
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 01:00

Ainsi font, font, font, trois pt'ites pièces.......

 

Pas d'âge pour aimer le théâtre, la preuve avec ces trois pièces que propose la ville de Saint-Jean-de-Luz. Audithorium Ravel, les 26,27,28 février.

 

Des rencontres qu s'adressent aux ados et aux petits :

"l'enseigneur" Cie 4cats... comment transmet-on le savoir entre prof et élève d'aujourd'hui. Du zapping, aux jeux vidéos, en passant par la pub, le chômage, la concurrence. Mais où est la place pour la littérature ?

"Dans ma cuisine il y a ..." Mécanica théâtre... Un personnage étrange et lumineux roule en patins à roulettes et tourne autour d'un four allumé. De ses poches sort une batterie de cuisine. Que va-t-il sortir d'autre ? Des bruits, de la musique, des images, des odeurs... Au final, un gâteau au chocolat à se partager !

Dernier acte, "vagabondage"... La grande mer a rompu ses amarres, chante Nyana l'indienne. Et Perec, et Plume ? Il vagabondent à travers champs pour disparaître dans les fougères. Surgit un voleur du temps. Alors, il faut gagner du temps. Par le jeu, les enfants découvriront les rires et les chants. En somme, trois jolies piécettes qui plongeront les jeunes spectateurs dans un monde enchanteur.

 

Auditorium Ravel. 3€/5€.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 26 février au 4 mars 2010.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans THEATRE
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 23:26

Emmanuel Moire... romantic pop'singer !

emmanuel-moire


Ce fut un agréable tête à tête avec le magnétique Emmanuel Moire , à "Etchola Bambou" à Anglet, d'un après-midi pluvieux, mais vite chassé par ce divin "Phébus", au sourire fondant et regard félin, l'esprit primesautier, prenant le temps de deviser sur son 2ème opus "L'Equilibre". Sans diverger de la variété, il laisse entrevoir d'honorables possibilités, augurant un bel étonnement !

 

APP : Bonjour Emmanuel. Avec l'album "L'Equilibre" découvre-t-on un artiste différent ?

EM : Oui, parce que nouvelle envolée, nouveau style constellé d'une pop électro. C'est plus fun, inattendu, mais toujours dans la quête permanente d'authenticité et d'émotions. Je reste fidèle à moi-même, à ma symétrie musicale et artistique.

APP : L'étiquette "chanteur de comédie musicale" rend-elle l'innovation (autre que dans ce registre) difficile ?

EM : C'est vrai qu'on ne nous considère pas autrement que ce qui vous a fait connaître. A présent on me tient pour un "chanteur à part entière" parce que je m'adresse à tout le monde, et n'élis pas un public. C'est lui le décideur, qui juge de venir ou pas. Et je m'interdis de racoler ! (rires)

APP : Qui a participé à cet album ?

EM : Yann Guillon (parolier), qui est proche du chanteur que je suis. Deux textes en collégiale et musique 100% de ton interviewé. Nous avons fait ce travail de concert avec beaucoup d'enjouements.

APP : Quels sont les artistes qui t'ont influencé ?

EM : La merveilleuse Zazie et les groupes pop anglais comme Radiohead, New Kaene, Coldplay, Hed et Gabriel Fauré pour son requiem.

APP : Appréhendes-tu les lendemains ?

EM : Oh oui ! Être un chanteur parmi d'autres chanteurs est un challenge réitéré, toujours le démontrer, toujours être en compétition, manifester sa musique et son art, donnant à chaque fois le petit plus.

APP : On te dit chanteur généreux et sensible... pas le moindre petit défaut ?

EM : Ben voyons ! Défaut s'il y a, perfectionniste plaçant la barre à l'étage supérieur. Des coups de gueule, parce qu'il ne faut pas envahir mes moments de solitude, mes silences, j'aime rester peinard dans ma bulle. D'ajouter, si tu le permets, d'être le plus proche possible de ce que je suis dans la vie, c'est-à-dire... naturel ! Ah, je l'ai dit et je me sens mieux ! (rires)

APP : Une tournée est-elle prévue ?

EM : Oui, pour que quarantaine de dates.

APP : Pour conclure, quel message voudrais-tu faire passer à tes fans du Pays Basque ?

EM : Donnez-vous la curiosité de me découvrir sur scène ou d'écouter mon CD, soit dans votre salle de bains, dans votre salon, évitez les WC. (rires), en espérant vous donner beaucoup d'amour à travers mes chansons.

 

Et nous, de lui demander d'être toujours l'artiste lumineux humainement et artistiquement, celui qui a tout pour plaire, gardant à jamais sa noblesse du coeur, et de nous faire savourer très longtemps son nouveau Moi en "Équilibre" ! Et osons nous attacher à sa belle tessiture vocale !.



Le vendredi 5 mars 2010 à 20h30 à la Gare du Midi - Biarritz.

Tarif unique : 37€ - Réservations au : 0559224466 ou 0547645209 - www.biarritz.fr - spectacle organisé par Prod Events en accord avec Jean-Claude Camus Productions.

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du

 

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans INTERVIEW
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 00:22

ANNADREY... pas marre de cette nana-là !

 

3,4 et 5 décembre 2009 à la Luna Negra.

 

Annadrey "Tête à plumes" récidive à Bayonne les 3,4 et 5 décembre. La gouailleuse à couettes vous en jette par sa personnalité mordante, tout comme sa belle vivacité, parce qu'elle est de cette famille d'impayables qui possède l'intelligence du texte et la situation bien à propos. La fine fleur du rire se familiarise très tôt avec l'impro, le chant et l'expression corporelle, visant une belle réputation de Divette et plus humblement à sa manière vers l'humour d'une Roumanoff, Lemercier ou Foresti...annadrey 1(vs)

au détour de mimiques inénarrables, de complaintes d'une môme de la Butte et de saynètes cocasses et acérées, où la raison semble absente, laissant place à la déraison futée. Sans déplaisir, vous partagerez avec cette piquante pétroleuse, sa vie d'optimiste "sauce déjantée" qui vous conviera dans son intimité loufoque, vêtue de son costume lyricomique, vous dévoilant sans pudeur, son humour dévastateur.

Le risque pour vous : des larmes de rire qui inonderont votre visage et le rimmel qui foutra l'camp !

Une déferlante facétieuse où se mêlent amours dédiés, sexualité décoincée, tendresse, excentricité et drôleries emplies d'originalité. Un spectacle d'une bouffée de vie 100% revitalisant qui évite la visite chez le psy ! Et d'adopter l'adage : "ne restons pas chez nous de peur de ne pas choper l'Annadrezygomatique galopante" ! Et si l'envie de rigolade vous titille, n'hésitez pas un seul instant à faire la queue comme les autres pour prendre le billet d'entrée, histoire de vous dynamiser la tronche à : la Luna Negra.

 

Tarifs : 15€/12€ avec une boisson à 3€ offerte. Réservation : 05 59 25 78 05. logo luna

 

Article paru dans 'la semaine du pays basque' du 27 novembre au 3 décembre 2009.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans THEATRE
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 00:09

Régis Mailhot ... un sacré rapporteur !

 

Les 18 et 19 décembre 2009 à 20h35 à la Luna Negra.


regis mailhot 1

L'insolent Régis Mailhot (chroniqueur au Fou du Roi sur France Inter et neveu de Jacques Mailhot, chansonnier et Directeur du Théâtre des Deux-Anes à Paris) sera les 18 et 19 décembre à la Luna Negra. Il tire à boulets rouges sur les ténors de la politique, noircit l'actualité et fait verdir de rage les people ! Mais le p'tit Auvergnat fait tout naturellement son métier d'humoriste. Il pèse du regard son public ahuri et médusé d'entendre cette férocité estomaquante, où cynisme et grotesque vont de paire ! Un style déridé, mordant et qui possède la puissance du dénigrement. Ce bouffon agite sans vergogne ses grelots acerbes, laissant derrière lui les traces du rire au coulis vitriol ! L'As des piques ne craint pas de mouiller son... maillot sur scène et promet à vos zygomatiques de ne pas être en RTT ! Si l'humour noir est votre tasse de thé, courez vite retenir votre place à :

 

La Luna Negra. Entrées : 15€/12€ avec une boisson à 3€ offerte. Réservation au : 05 59 25 78 05. logo luna

 

Article paru dans 'la semaine du pays basque' du 11 au 18 décembre 2009.

 

 

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans THEATRE
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 23:04

Luna Negra à Bayonne les 2 et 3 avril 2010 :

 

"La mythamorphose "... ou la fable rêvée.

mytamorphose 1

Valentin, la tête pleine de rêve, qui se cherche et s'égare, investira la scène de la Luna Negra les 2 et 3 avril à 20h30 avec "la mythamorphose ou la fable rêvée". C'est une histoire extraordinaire de gens simples mais ô combien attachants, qui dans un temps lointain, présent et futur, à travers le regard d'un éphèbe et d'un vieil homme qu'on suppose farfadet facétieux qui échappe au temps. Le temps d'un voyage onirique, le vieillard se montrera d'une réflexion rassise ou d'une sagesse folle, fort encombré par le questionnement de ce jeune dérouté. Et l'étrange géronte lui proposera de faire un voyage à travers les fantasmes collectifs où l'ado croisera, Jésus, Pandore, Don Quichotte, Faust et Don Juan. La joute verbale est toute en nuance spirituelle, de belle portée, mais aussi d'émotion et jonchée parfois d'un langage impertinent. L'auteur et comédien Rémy Boiron de la Compagnie Humaine fera tandem avec le musicien David Cabiac dont le jeu d'interprétation s'harmonise indiscutablement. La "mythamorphose" est une vraie magie du verbe, une flânerie métaphorique et un cheminement poétique. C'est là une belle exhortation à la réflexion.

 

La mythamorphose - Cie Humaine - les 2 et 3 avril 2010 - Luna Negra -

Tarif adhérent : 12 et 8 € - Tarif normal : 17 et 13 € - Réservation : 05 59 25 78 05.logo luna

 

Article paru dans 'la semaine du pays basque' du 26 mars au 1er avril 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com - dans THEATRE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories