Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 14:37

Giselle : l’incarnation de l’idéal romantique.

 

giselleAmis de la danse, vous pourrez assister à la retransmission en direct du Royal Opera House de Londres, dans des conditions techniques optimales. Le passage au numérique offre aux spectateurs, une qualité de projection irréprochable. 2014 débute grâce à Coté Diffusion dans les salles CGR de Bayonne et Tarnos et au Sélect de Saint-Jean-de-Luz, en direct, à 20h15 le 27 janvier, avec l’un des titres flambeaux du Royal Ballet, le plus admiré et ovationné à travers le monde, « Giselle », un ballet qui nous dévoile l’incarnation de l’idéal romantique du XIXème siècle, et qui n’en finit pas de nous émouvoir ! Ce n’est pas seulement son éblouissante aisance, sa fluidité de ses pas dansés, chorégraphiés par Marius Petipa d’après Jean Coralli, maitre de ballet italien et Jules Perrot, de la délicate musique d’Adolphe Adam dirigée par Boris Gauzn entourée par l’orchestre du Royal Opera House de Londres, produit et mis en scène par Sir Peter Wright, c’est bien plus encore : une âme, une âme pour laquelle c’est une vie, avec ses joies et ses peines, où la danse et la musique viennent s’entremêler et se fondre pour venir toucher tout notre être. Il est impensable de ne pas vivre le drame de « Giselle » avec elle, surtout en voyant le ballet sur grand écran, confortablement installé dans son fauteuil.

Un ballet tellement envié par toutes les ballerines du monde entier, même par la « prima ballerina assoluta », Yvette Chauviré, l’une des rares danseuses étoiles à avoir reçu le titre de distinction très rarement décerné, qui dansa son rôle fétiche lors de ses adieux officiels en 1972, au Palais Garnier, son dernier pas de deux aux côtés de Cyril Atanassoff. Elle avait 55 ans ! 

Le ballet « Giselle », c’est la rigueur des alignements, le travail du haut du corps, la fluidité des évolutions. Le merveilleux tableau des Willis se croisant en arabesques et la beauté des mouvements précis. Les hauteurs de jambes, les ports de bras et de tête, tout en admirant la grâce et l’authenticité captivantes ! C’est pour cela certainement, que les ballerines italiennes comme Carlotta Grisi, mais aussi russes, ont une approche intime avec ce ballet, qu’on trouve parmi elles, Anna Pavlova, Olga Spessivtseva, Svetlana Zakharova et en 2014 Natalia Osipova du Bolchoï, devenue danseuse étoile à 24 ans ! Elle témoigne d’une carrière exemplaire et demeure le symbole de l’excellence russe dans le ballet classique. A ses côtés, le cubain Carlos Acosta ancien pensionnaire du Ballet National de Cuba, sous la direction artistique d’Alicia Alonso, qui le nomme danseur principal en 1994. Il est membre permanent du Royal Opera depuis 1998.

« Giselle », c’est le ballet enchanteur quand on confronte les deux actes : d’un coté la vie tangible et le bien enracinée dans la terre qu’une danse réjouissante et bien respirée, et de l’autre, le monde chimérique, féérique et imaginaire des Willis, qu’une chorégraphie domine la grâce aérienne. C’est également une histoire contemporaine à laquelle on peut s’identifier encore. Voilà, c’est tout ça « Giselle » : c’est un classique, un chef-d’œuvre ! Alors réservez très vite votre place au cinéma !

 

« Giselle », le plus grand des ballets romantiques, en direct du Royal Opera House de Londres – 27 janvier à 20h15 – Salles CGR Bayonne et Tarnos – le Sélect à Saint-Jean-de-Luz  logo cgr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 17 au 23 janvier 2014.   entete-cineluz

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 21:14

 

Gilles Baron : des "Rois" sur la piste aux Etoiles !

 

ROIS_Photo_Pierre_PLANCHENAULT--106-.jpgLe chorégraphe Aquitain, Gilles Baron a crée ici un travail au carrefour des arts avec « Rois ». Il y amalgame la danse et l’acrobatie. Une chorégraphie cadrée pour huit hommes, où est évoquée la garantie d’une générosité s’engageant avec force et détermination dans une bataille pour la spoliation. En quête d’expiation, ces interprètes couronnés de grâce fanée, étirent leurs forces pour nous offrir l'étourdissement et la fascination. Ces athlètes chevronnés seront sur la scène du Théâtre de Bayonne le 9 janvier à 20h30. Le chorégraphe Gilles Baron affectionne l’acrobatie, le rebond et l’élévation. Il aime quand ça s’envole. Il s’attache beaucoup au corps fédératif, à la façon dont on s’harponne entre nous. Aujourd’hui, il pense que le corps s’est renforcé, il se heurte à l’autre, car moins de considération, c’est un corps plus électrique. Il est en lien avec l’atmosphère et la charpente. Avec « Rois », c’est le combat avec la hauteur. S’arracher du monde par l’engagement, de recouvrer le pouvoir non pas pour le céder à une personne, mais de mettre en avant une réalité universelle. Ce sont huit artistes masculins, acrobates et danseurs, dans une sorte de subdivision, de grand soulèvement, exécutés sur le Requiem de Gabriel Fauré. C’est la pensée d’aller au combat, de rebâtir après le trouble et le désordre. La Cie Gilles Baron, ancrée à Biscarrosse (Aquitaine), depuis 2004, compte des artistes chorégraphiques, de cirque, des comédiens, des scénographes et des plasticiens sonores. Réunis autour d’une détermination commune, celle de faire exister un concept, un texte et démontrer un espace. Conduits aussi par un sentiment conjoint : la mise en œuvre d’un corps comme matière sensible, sensitif, qui sans cesse modifie, bouge, retentit, s’altère face au monde. Les créations de ce chorégraphe sont toutes pénétrées de désir et de fusion. Il engendre le corps comme la zone de l’instinctif, les échos de nos espoirs et de nos peurs intimes. En 2014, il se produira au Cuvier d’Artigues, centre de développement chorégraphique d’Aquitaine, sur une œuvre de transmission pour les enfants, en collaboration avec une classe et son professeur. Il leur sera donné des armes pour recomposer une pièce plutôt que copier une quelconque chorégraphie. Mais c’est garantit avec « Rois », c’est un désir de narration entre la danse, chant et théâtre. A ne manquer sous aucun prétexte ! Entrez sur la piste, vous ne le regretterez pas !


La Cie Gilles Baron présente « Rois » - Théâtre de Bayonne - 9 Janvier à 20h30

Tarifs : 25,22 et 18€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 3 au 9 janvier 2014.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 01:01

Aladin : « le rêve bleu » en famille.

 

ALADIN-3-G--nie-Aladin.jpgNoel est bientôt là et les comédies musicales foisonnent. L’histoire d’Aladin ou la Lampe merveilleuse est un conte traditionnel arabo-perse, qui saura vous ravir. Le plus célèbre conte est ici réadapté dans une version résolument moderne et musicale par Jean-Philippe Daguerre et Igor de Chaille. Petits et grands pourront assister le 27 décembre à 16h à la Gare du Midi à l’incroyable rencontre d’un garçon simple, fils des rues, voleur et roublard, et de la belle Princesse Jasmine, celle qui refuse d’épouser l’homme qu’on lui destine. Ils feront la connaissance du génial Génie, curieux et prodigieux, et du terrible Vizir Jaffar, obscur et fourbe. Il y aura des tours de magie formidables, truffés de poursuites, de chansons, de rires et d’émotion qui feront tous les composants d’une comédie musicale amusante et touchante. De se poser la question : l’Amour sera-t-il plus fort que le Pouvoir ? Aladin est vraiment un conte revisité sur un ton actuel et galvanisant. Dès les premières minutes, on rêve et on saisit le conte, les yeux brillants par la richesse des costumes, du fameux tapis volant, et la mise en scène où les enfants saisissent bien l’histoire qui se déroule devant leurs yeux, sous le regard admiratif de leurs parents. Les répliques sont drôles et surtout l’on se laisse bercer par ce refrain songeur « Ce rêve bleu » : « Mon rêve bleu, ton rêve bleu / c’est un nouveau monde en couleurs / une nouvelle vie / un paradis aux mille nuits sans sommeil / ce rêve bleu / sous le soleil de cristal ». Courez-y vite ! C’est féérique et savoureux !

 

Aladin – la comédie musicale – Gare du Midi Biarritz – 27 décembre à 16h

Tarifs : 44 et 42€

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 20 décembre au 2 janvier 2013.

ALADIN-5-Sultan-Aladin-Jasmine.jpg ALADIN-2-Aladin-Jasmine.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 00:45

Soy de Cuba 2 : sens en éveil sous les tropiques.

 

SOY-DE-CUBA-2-371---453303--5-.jpgAvec Soy de Cuba 2, ce sera là une soirée placée sous le signe de la musique cubaine pour une comédie musicale frénétique, allègre et joyeuse ! C’est absolument époustouflant de maitrise, de couleur et de rythme. On se laisse emporter par le talent des musiciens, des chanteurs, des danseurs. Rien ne manque à cette soirée cubaine. Ca vous réchauffe tout le corps, le cœur et l’esprit, et c’est super, surtout en cette période hivernale. De la vraie magie cubaine ! Soy de Cuba 2 qui sera sur la scène de la Gare du Midi à Biarritz le 28 décembre à 20h30, c’est un spectacle mis en danses, en chants, en costumes, de l’histoire d’une  ile enchanteresse, dont les racines composent un fascinant conte de fées à la cubaine. 100% un Cuba enfumé de plaisir, un Cuba jadis et actuel, d’après l’idée originale d’Alain Ammar, sous la direction musicale de Rembert Egues, également compositeur du show. C’est aussi un Cuba mélancolique, emplie toutefois de joie de vivre, de souffrance, mais aussi d’optimisme, avec sa pointe de soumission et de rébellion ! Tous les ingrédients sont réunis pour vous faire passer une soirée « chaude bouillante », mais également pimentée, entre danses, musiques et chants latinos. « Les sens en éveil sous les tropiques » seront au rendez-vous ! Alors qui refuserait un voyage dans cette ile en plein mois de décembre, et qui ne voudrait pas rencontrer la jeune, belle et sensuelle Ayala qui a la danse au corps et dans le sang ainsi que des rêves plein la tête ? En 2013, Soy de Cuba 2 c’est le meilleur musical 2013 !

 

Soy de Cuba 2 – Comédie musicale nouvelle version – 100% nouvelle chorégraphie – 28 décembre à 20h30 – Gare du Midi Biarritz

Tarifs : 50 et 45€

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 20 décembre au 2 janvier 2013.

SOY-DE-CUBA-2-371---453303--18-.jpg SOY-DE-CUBA-2-371---453303--10-.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 23:02

Wunderkammer/Circa : aplomb et humour au rendez-vous.

 

2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]La troupe australienne Circa donnera son coup d’envoi en France avec Wunderkammer, les jeudi 24 et vendredi 25 octobre à 20h30 au Théâtre de Bayonne. Les performances corporelles y sont à l’honneur. Les sept artistes acrobates de la compagnie travaillent sans filet, sans cordes, presque sans costumes, n’interprètent aucun personnage, et ne jettent pas de la poudre aux yeux au public. Ils préfèrent mettre en avant, la performance du corps, dont ils essaient constamment de repousser les limites. En allemand, Wunderkammer signifie « chambre des merveilles » où l’on trouve des objets éclectiques, et le spectacle Circa, lui, est truffé d’éléments diversifiés. Tiré de l’idée vaudevillesque et burlesque, il se promène entre poésie et acrobaties. Du cirque, de la danse, du striptease, Wunderkammer fait une véritable alliance des genres. Son fil rouge : la force du corps dans sa plus simple expression, assurée par les généreux acrobates multi talentueux. Une puissance mise en avant et l’intensité avec laquelle chaque mouvement est exécuté. Des corps balancés et lancés sans ménagement, où la virtuosité est doublée d’une énergie qui balaie tout sur son passage. Circa est une compagnie à la renommée nationale et internationale, qui mélange habillement la danse, le cirque, mais aussi du son, de la lumière et des projections. Circa réinvente plus que jamais le cirque, explorant le mouvement dans ce qu’il a de plus aventureux, offrant des numéros d’une grande complexité, à la fois poétiques et sensuels. Wunderkammer/Circa : aplomb et humour au rendez-vous !

 

Compagnie Circa – Wunderkammer – 24 et 25 octobre à 20h30 – Théâtre de Bayonne

Tarifs : 30, 27 et 20€

Informations et réservations : 05 59 59 07 27 ou www.snbsa.fr

 

3WunderkammerphotoSeanYoung.jpg

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 octobre 2013.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 21:34

Coppelia : entre fantastique, tragique et magie illusoire.

 

48-1242640288-Coppelia05.jpg_original.jpgCoppelia androïde et féminine en diable, est une création du Ballet de Madrid/Victor Ullate, chorégraphiée par Eduardo Lao, sur une musique de Delibes. Une dextérité « balleresque » des vingt danseurs sur scène. Coppelia se situe dans le temps actuel, où le thème de la vie et de l’amour transpose les époques avec fraîcheur et éclat. C’est du fantastique, du tragique, de la magie illusoire et du bon goût français. Eduardo Lao signe l’esprit comique de sa Coppelia. Arthur Saint-Léon créa l’atelier de poupée automate du Docteur Coppélius en 1870, Eduardo Lao lui, le métamorphose en un laboratoire spécialisé en cybernétique intelligence robotique et artificielle, mais il fait là, l’une des plus intéressantes et égayantes versions du diabolique Coppélius. Un joli coup de maître !

 

Dans le cadre du Temps d’Aimer la Danse, Coppelia par le Ballet de Madrid/Victor Ullate – dimanche 15 septembre à 21h – Gare du Midi Biarritz

Tarifs : de 12 à 38€

Réservations : 05 59 22 44 66 et Informations : 05 59 22 20 21

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 13 au 19 septembre 2013.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 17:57

Ce 12 aout 2013 dernier, la fraiche, aérienne et gracile ballerina Silvia Magalhaes mettait fin à sa carrière sur scène de danseuse étoile pour se consacrer à d'autres projets, après son brillant passage aux Malandain Ballet Biarritz. Nous lui souhaitons bonne chance pour l'avenir.

Quelques photographies du cocktail d'adieu en son honneur...

 

app006-copie-1.jpg Silvia Magalhaes.

 

app002 Fabio Lopez.

app005 Arnaud Mahouy.

app004 Giusepe Chavaro.

app003-copie-1 Miyuki Kanei.

2013-08-12 23.27.11 Ambiance.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 01:39

Benditos Malditos : un feu de damnation.

 

Nuremberg.-HP2Benditos174-copie.JPGLe Ballet Staatstheater de Nuremberg, c’est l’une de ces compagnies de danse européennes que l’on voit rarement en France. C’est l’occasion rêvée et suprême pour le Festival Le Temps d’Aimer la Danse, de pouvoir l’accueillir pour sa première venue en France le 13 septembre à 21h à la Gare du Midi à Biarritz avec « Banditos Malditos », chorégraphié par Goyo Montero.

Œuvre dansée qui a été créée pour le Ballet Nacional de Cuba. L’importance semble s’accrocher. Ondoyer, bondir et voleter, tels se manifestent sur la scène les danseurs « bandits maudits ». Une humilité et une abnégation sont senties dans les gestuelles des corps, avec une émotion à fleur de peau, où chaque filament de son être en fait une œuvre. Et ce, devant les yeux contemplatifs des spectateurs qui voient la magie sur scène des mouvements, musique et lumière.

Tout commence à Nuremberg, avec cette chorégraphie qui démontre l’amour profond qu’éprouve le maître de ballet, tout en émoi et ferveur. C’est comme le chemin tracé d’une chorégraphie qui vient se conjuguer sur les textes de Joaquin Sabina et la musique compositeurs de l’âme : Vinivius de Moraes, Monteverdi, Luz Casal, Verdi, Brel, Schubert, Tom Waits, Manuel Panella, John Dowland, Joan-Manuel Serrat, et qui s’harmonisent d’une façon confondante. Les danseurs ont l’expression d’une forte présence individuelle, avec une facilité de souplesse et une puissante dynamique. Des êtres bénis et damnés. Et l’on ressent cette émotion qui relie les opposés. Avec Benditos Malditos, il n’y a plus qu’à aimer. Aimer et être aimé, peu importe, amant, mari, femme ou maîtresse. Tout s’y étale avec rage et force, déchaînement et espoir, amour et désamour. Ah ! L’amour, l’élément vital, central de ce ballet, où l’on se rencontre, l’on se raconte, l’on murmure, où tout devient algarade et brûlure, romantisme, passivité, élan, emballement, ardeur, transport et passion, fureur ou frénésie. Et le repos du guerrier bien mérité, après la longue lutte des corps au souffle rapide et torse mouillé. Danseurs qui ont bien servi le talent créateur de Goyo Montero, qui a su leur montrer le plus haut niveau de la danse expressive. Nuremberg-haut.-HP2Benditos203-copie.JPG

 

Ballet de Nuremberg – Banditos Malditos – vendredi 13 septembre à 21h – Gare du Midi Biarritz  gareBiarritz-e751c

Tarifs : de 12 à 38€

Réservations : 05 59 22 44 66

Informations : 05 59 22 20 21 et www.letempsdaimer.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 6 au 12 septembre 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 02:09

 


DANSES ORIENTALES

 

 La danse orientale, c'est l'Art de la féminité par excellence, la joie pure du corps dansant. Elle est inséparable du plaisir de danser. Une façon toute féminine de célébrer la vie! Malika Danza : studio harmonia, 16 chemin sabalce, Bayonne.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 23:22

Pas de vacances pour la danse.

 

Image2.jpgAout 2013. En cette période d'été, les théatres ont fini leur fin de saison, avant la rentrée de septembre. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura aucun ballet à voir durant ce mois, au contraire ! Voici la programmation de la danse d'été du Malandain Ballet Biarritz à la Gare du Midi à ne rater sous aucun prétexte ! Fort de sa saison riche en tournée, tant en Europe qu'au Mexique, la Compagnie ne donne pas ses vacances à la danse.

 

 

 

Soirée des jeudi 8 et vendredi 9 aout à 21h :


L'Après-midi d'un faune - Debussy,

Le Spectre à la Rose - Von Weber,

Silhouette - Beethoven,

Une dernière chanson - romances et complaintes d'autrefois (Grand Prix de la Critique 2012)

 

Soirée du lundi 12 aout à 21h :


Roméo et Juliette - la mythique histoire d'amour sublimée par Thierry Malandain et son ballet.

Comme à son habitude, le talentueux chorégraphe nous offre un florilège d'oeuvres chorégraphiées, associant poésie, sensualité et maestria.

 

Malandain Ballet Biarritz - 8, 9 et 12 aout à 21h - Gare du Midi Biarritz

Florilège d'oeuvres chorégraphiées

Tarifs : 25, 28, 22, 20 et 10€

Réservations : points de vente habituels - Office du Tourisme : 05 59 22 44 66  et informations : Malandain Ballet Biarritz : 05 59 24 67 19.

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 26 juillet au 1er aout 2013.

Image1.jpg


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories