Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 00:13

Rock The Ballet 2 - Ça secoue et ça déchire !

 

51d435b5c4b79.jpgRock the ballet 2, c’est une chorégraphie associant tous les modes de la danse, de la gestuelle du jazz, au latino, passant par le contemporain, le disco et même les arts martiaux. Rasta Thomas est un chorégraphe qui secoue et arrache l’assistance par ses mouvements d’ensemble d’une chorégraphie tour à tour débridée, sensuelle, suave, sexuelle qui fusionne dans une célébration du corps qui bouscule joyeusement et impudiquement les conventions. Une chorégraphie qui dépoussière la danse classique et moderne du temps passé. C’est sûr qu’il survoltera les spectateurs qui viendront le voir évoluer avec ces bad boys et pretty girl of dance à la Gare du Midi à Biarritz le 12 juillet à 21h. Des grands jetés parfaits sur de la musique rocket, les figures acrobatiques sont à vous couper le souffle. Des chorégraphies pulpeuses d’une sensualité et d’une efficacité remarquables. Et l’atout majeur de cette compagnie de danse : danseurs exceptionnels et galvanisants, ces chippendales qui ont le diable au corps, un corps désirable et tant désiré aux… fesses d’enfer ! Qu’on est presque à deux doigts du péché de luxure ! Véritables stars de la danse à Broadway, Rasta Thomas et sa compagne, la danseuse Adrienne Canterna-Thomas, y mêlent les mouvements hip hop, claquettes et figures acrobatiques dans une chorégraphie à vous couper le souffle ! Attention ! La joie et la passion de danser de cette compagnie sont contagieuses.

Rock the ballet 2 - Gare du Midi Biarritz - 12 juillet à 21h  gareBiarritz-e751c

Tarifs : 50 et 45 €

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisation.com

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 5 au 11 juillet 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 22:28

Chambres d’Hôtels

Le talent d’une chorégraphe.

 

Ch26-4.jpg

Vous aimez la danse contemporaine ? Alors vos pas vous porteront assurément vers le Théâtre de Bayonne où il sera présenté « Chambres d’Hôtels », trois pièces chorégraphiées par la talentueuse Valérie Rivière. Et c’est peut-être là que vous vous demanderez si ce spectacle tiendra la promesse d’instants inoubliables. La magie sera opérante lorsque vous serez installés confortablement dans votre fauteuil accueillant et chaleureux du Théâtre, le 4 juin à 20h30. Vous serez conquis par une chorégraphe d’une rare légèreté et gracilité et d’une précision lorsque les trois danseuses et… un danseur évolueront avec leurs pas accordés à la musique. Le plaisir s’invitera sur scène par des gestuelles sensuelles, séductrices et sensibles. Ce sera là un beau langage de la danse à part entière. Le moment d’une beauté émouvante, humain et sincère durant lequel des frissons envahiront tout votre corps. Un conseil : ne vous privez pas de cette évasion chorégraphique qui vous incitera à louer ces Chambres d’Hôtels !

 

Chambres d’Hôtels – de Valérie Rivière – Théâtre de Bayonne   2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 18, 16 et 12€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 31 mai au 6 juin 2013.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 22:11

Olga Pericet : du flamenco dansé par une reine !

flamenco-rosa.jpgSensualité et énergie font du spectacle « Rosa, metal y ceniza, un instant d’une rare beauté propre aux nuits andalouses. C’est l’éveil des sens et des sensations intenses garanties ! Quand la musique flirte avec la danse, l’essence charnelle du Flamenco prend soudain vie ! A la pointe du « renouveau Flamenco », Olga Pericet et ses danseurs donnent toute la puissance sur scène. Un moment magique qui nous apporte un peu de la chaleur de l'Andalousie, à la salle Jaï Alaï à Saint Jean-de Luz les 18 et 19 mai à 20h 30 dans le cadre des Maimorables. Un spectacle flamboyant qui embrasera les deux soirées, parce qu’une danseuse hors pair a décidé d’actualiser un art ancestral et toute l’Andalousie servie sur un plateau en live. Il va faire très chaud dans la salle Jaï Alaï, car le flamenco sera dansé par une reine ! Rosa metal y ceniza, un spectacle où chanteurs, danseurs, guitariste, palmas et spectateurs vivront à l’unisson un élan de passion hors du commun à travers des chants, des musiques, des rythmes et des danses hyper sensuelles.
Et le 19 mai, Marco Flores également dans un étonnant flamenco.

Olga Pericet « Rosa, metal y ceniza » - les 18 et le 19 mai à 20h30 - Jai Alai à Saint-Jean-de-Luz   stjepelo.jpg

Marco Flores, flamenco.

Tarifs : 30,27 et 20 €

Réservations : 05 59 59 07 25 et  www.snbsa.fr réservations sur place 45 min avant les spectacles.

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 17 au 23 mai 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 00:28

Alice au pays de la danse et du cinéma.

 

LES-AVENTURES-D-ALICE.JPGGrace au concept inédit de la danse au cinéma, Coté Diffusion et les salles CGR de Bayonne et Tarnos vous présentent « Alice au pays des Merveilles », un ballet en trois actes, sur une musique de Tchaïkovski, arrangée par Carl Davis qui dirige l’orchestre. Ce ballet sera retransmis en direct le jeudi 28 mars à 20h15 depuis le Royal Opera House de Londres. La musique est tablée sur l’orchestration de 24 pièces opus 39 de Tchaïkovski, et en outre, des musiques d’opéras divers, poèmes symphoniques et une valse de la cinquième symphonie qui représente le Jardin des fleurs vivantes. En tout 35 morceaux. Le livret reste fidèle au roman de Lewis Carroll où l’on retrouve tous les personnages d’Alice au pays des Merveilles, en dépit du merveilleux et du fantastique que l’œuvre véhicule, n’avait jusqu’ici que peu inspiré les chorégraphes. D’étonnements en émerveillements. Surprenant, drôle et mirifique ! C’est un enchantement. Wheeldon fait de chaque échange entre Alice et Jack, une heureuse caresse chorégraphique. Une mise en scène à la fois pure, spontanée et créative. Les passages obligés des aventures d’Alice, sont poétiques, expressifs et parlant. La musique de Joby Talbot est très réussie : la variété des thèmes et la finesse de l’orchestration sont remarquables, et la danse sait être tour à tour joyeuse, cocasse, tendre et virtuose. Une relecture en trois actes du conte « Alice au pays des Merveilles » par le danseur et chorégraphe britannique Christopher Wheeldon. Dans cette version très attendue des aventures imaginées par Lewis Carroll, le chorégraphe donne à voir une Alice qui s’ennuie auprès de sa sœur, quand lui apparait un lapin blanc, vêtu d’une redingote… Crée encore un petit tour de piste au Royal Opera House. Sa réussite tient à une collaboration exemplaire entre les différents pupitres créatifs : Christopher Weeldon pour la chorégraphie, Joby Talbot pour la musique, Nicolas Wright pour le livret, Bob Crowley pour les décors. Le récit des aventures d’Alice est doublement associé : dans l’espace et dans le temps. En trois actes (deux à l’origine, mais la structure a été retravaillée en 2012), nous passons d’une réception familiale au centre de la terre via à la poursuite d’un lapin blanc, et accompagnons d’Alice dans toutes ses pérégrinations : les diverses transformations physiques, la rencontre avec de multiples personnages extravagants.

 

Alice au Pays des Merveilles – En direct du Royal Opera House de Londres – Cinémas CGR de Bayonne et Tarnos logo cgr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 22 au 28 mars 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 21:10

Tango Pasiόn

Toute la flamme de la volupté.

 

Image2-copie-1.jpgLe rideau s’ouvre sur un « cafetin » de Buenos Aires des années 40… Une ambiance friponne et enfumée, où des couples de tangueros s’enlacent et se donnent des frissons à n’en plus finir, dans un tourbillon de séduction. Ces danseurs envahiront la scène du Jaï Alaï à Saint-Jean-de-Luz, vendredi 8 mars à 20h30 avec « Tango Pasiόn ». Un spectacle qui propose une manifestation de l’esprit moderne, expression sensuelle, miroir des sens. Le tango renferme une histoire des trottoirs de Buenos Aires, laissant sur son passage brûler toute la flamme de la volupté. Cheveux brillantinés, costumes élégants, robes fendues et volantes, le tout saupoudré d’une pointe d’humour et d’un zest d’audace : c’est l’ambiance friponne des clubs de tango argentins que l’on découvre. Les danseurs s’échangent les cavalières ou se battent pour garder la même, les filles se jalousent et se toisent. C’est avec agilité et fougue que les pas se déplacent sur la scène rivalisant de souplesse et d’allure, et l’on tombe très vite sous le charme. La musique est entraînante et l’ambiance est audacieuse. On sent presque l’odeur du tabac planant dans les lieux. Les couples s’enlacent, se cherchent, se fuient et se retrouvent. Jeu de jambes, lancés, déhanchements, corps qui vibrionnent, c’est difficile de fixer son regard ! Près d’un siècle que dure l’histoire d’amour entre le tango argentin et l’Europe. Après tout ce temps, le tango très souvent controversé, n’aurait-il pas pris quelques rides ? L’univers commun de cette danse demeure celui de l’image de la masculinité et de la féminité. « Magique » pour résumer en un mot le spectacle « Tango Pasiόn », c’est le seul terme qui vient en bouche. Du début jusqu’à la fin de la représentation, on est happé par l’atmosphère de ce vieux café de Buenos Aires où la passion sulfureuse envahit. Pour ceux qui n’ont pas vu ce show, ce sont des danseurs talentueux qui laissent sans voix accompagnés d’une chanteuse et de sept musiciens sans qui, c’est certain, le spectacle chorégraphié par Oswaldo Ciliento et Hector Zaraspe, n’aurait pas la même saveur. On sait tous plus ou moins que le tango est une danse pleine de sensualité, de sexualité, mais là, l’émotion est à son comble, du début jusqu’à la fin du spectacle, riche, original, coloré et moins convenu.

 

Le Théâtre de Bayonne présente « Tango Pasiόn » - vendredi 8 mars à 20h30 – Jaï Alaï de Saint-Jean-de-Luz

Tarifs : 32, 29 et 20€

Réservations : 05 59 59 07 27 et sur www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 1er au 7 mars 2013.

2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 14:45

Magnifique face à face avec la danse.

 

"Regards Croisés" – Les 26, 27 et 28 février, Malandain Ballet Biarritz accueille « Regard Croisés » pour sa deuxième édition.

 

p011_ph02.jpgCette année, deux compagnies Olatz Andres et Leire Ituarte, originaires de Bilbao sont invitées et seront accueillies par le Laboratoire Chorégraphique de Recherches sans frontières, de Malandain Ballet Biarritz, Ballet T et la Fundiciόn de Bilbao. A l’occasion de ces trois jours, spectacles, répétitions publiques, projections, ateliers, seront proposés. Place donc à la deuxième édition de Regards Croisés. Et avec lui, son lot de découvertes et de rencontres. Bref, un festival qui propose une programmation toujours plus étoffée et éclectique, dans l’international comme dans l’ancrage territorial.

 

Mardi 26 février :

 

·         19h Répétitions publiques Grand Studio – Gare du Midi – Cie Olatz de Andrés, Bilbao et Cie Mizel Théret Biarritz. Entrée libre sur réservation.

·        20h Atelier Grand Studio – Gare du Midi – Cie Olatz de Andrés pour les membres du Laboratoire de recherches chorégraphiques sans frontière et la Cie Traversée-Johanna Etcheverry.

 

Mercredi 27 février :

 

·         18h Atelier Grand Studio – Gare du Midi – Cie Leire Ituarte. Les élèves de Sandra Marty et l’INSA.

·      20h30 Représentation Théâtre du Colisée – Cie Olaz de Andrés – Privola. La représentation sera suivie d’un échange avec les artistes.

 

Jeudi 28 février :

 

·         18h Projection Médiathèque de Biarritz. Projection du documentaire de Caroline de Otero et Catherine Guillaud sur la création de Oroitzen Naiz… je me souviens de Mizel Théret. Entrée libre sur réservation.

·         20h30 Représentation au Colisée de Aleph par la Cie Leire Ituarte. La représentation sera suivie d’un échange avec les artistes. Leire Ituarte propose une vision personnelle du mythe de Aleph avec une écriture chorégraphique minimaliste qui trouve ses racines dans la danse hip hop. Un voyage virtuel et solitaire, une simulation d’individus, de rencontres, de réalité, de labyrinthes et de miroirs qui se dédoublent.

 

curieux.jpgTrois jours ouverts au public avec des ouvertures chorégraphiques, des rencontres avec les artistes, des répétitions publiques, des soirées partagées sous des formes chorégraphiques courtes et des actions artistiques en direction du public amateur et féru.

Ces « regards croisés » d’artistes aux frontières de différentes conceptions artistiques permettent de traverser des différents espaces de création d’essais, et d’expansions. Les projets multiples forment un lieu continu de recherches de traditions et artistiques. C’est à travers la relation spectateurs-danse et de la manière la plus large que le public, face à ce qu’il voit, est captivé par l’intériorité de la gestuelle chorégraphique.

Ces trois jours de « Regards Croisés » viennent sur l’apport novateur et révolutionnaire dans le domaine longtemps compartimenté de la danse. « Regards Croisés » est un évènement de danse transfrontalier, dans le but d’échanger sur la pratique de la danse de Biarritz à Bilbao.

 

Plein tarif 2 spectacles : 20€

Plein tarif 1 spectacle   : 12€

Réservation Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66  ou www.biarritz.fr

Renseignements : Malandain Ballet Biarritz au 05 59 24 67 19.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 22 au 28 février 2013. concupiscents.jpg


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 16:31

Le Temps des Mômes-Système Castafiore

Ou l’intelligence du rire

 

castafiore.jpgKarl Biscuit, metteur en scène et Marcia Barellos, danseuse, chorégraphe, font travailler cinq jeunes danseurs dans un exercice de création artistique, poussant leur imagination et métamorphosant la relation qu’ils ont à leur corps. Il ne s’agit pas de reproduire à l’identique l’œuvre originale, mais transmettre une démarche créative d’une grande richesse, qui se moque de l’âge et de l’habileté des interprètes. Karl et Marcia leur donnent pour mission d’aller en exploration sensorielle jusqu’au tréfonds de la mémoire de Renée. Ce n’est pas un exploit scientifique, mais de la magie. Ils interrogent la connaissance, le langage, la multiplicité des sens dans une œuvre de fiction profondément humaine. Et apparaissent des images de la mythologie universelle, des animaux et toutes sortes de créatures fantastiques. Autant de figures qui peuplent les rêves, l’esprit, le sens moral et la mémoire ! En maîtres du fantasme, ils convient la danse, la vidéo, le son, la lumière, pour donner vie au monde cotonneux et quasi lunaire. Association d’abstrait et du merveilleux poème chorégraphie, musical, autour de l’âme humaine, comme une allégorie de notre rapport au monde. Ils sont fous ces deux visionnaire pluridisciplinaires. Gourmandes des bruits du monde, ils composent un scénario sonore par adhérence, élaborent un recueil de textes en boucle et proposent un questionnaire du sexe animalier. Costumes colorés et jeux de langage se heurtent à la croisée de la danse, de la musique et des arts plastiques. Un bon cocktail pour nous faire apprécie Système Castafiore ou l’intelligence du rire !

 

Le Temps des Mômes – Système Castafiore – Direction artistique Thierry Malandain – 14 février à 20h30 – Gare du Midi Biarritz

Tarifs : 12 et 8€

Réservations : 05 59 22 44 66

Informations : Biarritz-Culture : 05 59 22 20 21 gareBiarritz-e751c

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 8 au 14 février 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 16:08

Pastora

Savant mélange d’avant-garde de tradition.

 

pastora galvanPastora Galvan aura l’occasion de montrer son talent sur la Scène Nationale du Théâtre de Bayonne le 28 janvier à 20 h 30 avec son ballet, qui porte le même prénom qu’elle « Pastora». Du flamenco d’un savant mélange d’avant-garde et de tradition. Cette superbe danseuse représente l’immortel flamenco au féminin sur scène où ses pas sont indomptables, innovants et sensuels. Tout en elle est puissant, ensorcelant et fougueux à la fois. La tonicité artistique de Pastora la place parmi les grandes danseuses de la scène flamenco actuelle. Elle absorbe tout l’espace et la vie de son propre univers. Sa robe est suffisamment discrète pour que le regard soit frappé par la frappe de ses pieds, par la gestuelle de ses mains et par les oscillations de son corps. Cette danseuse native de Séville et la fille de José Galvan, maître incontesté d’un grand nombre de danseurs de flamenco et d’Eugenia de los Reyes, est considérée comme la danseuse la plus douée. Elle surprend par l’authenticité et la maturité propre à ceux qui vivent le plus profond de cet art. Son expression dramatique, sa maestria du rythme et sa technique bouleversent avec assurance et audace les confins du flamenco traditionnel et actuel. Elle bat la mesure de ses talons sur le sol, prenant la liberté d’accompagner ou pas la musique. Elle impose avec intelligence un style à l’aisance et la fraîcheur attirantes. Quand la musique rencontre la danse, l’essence charnelle du flamenco prend soudain vie ! Une généreuse part entre fougue et sensualité fait de sa danse le grand instant d’une beauté propre aux nuits andalouses. Sensations soutenues déclarées ! Elle fait la passerelle entre tradition et modernité en restituant l’âme du flamenco. On apprécie l’authenticité du spectacle et l’atmosphère intimiste qui s’en dégage. Avec « Pastora », la ballerina Galvan symbolise l’image contemporaine d’un flamenco en une continuelle évolution sans pour autant enfreindre les codes qui le gouvernent. Attentive à toutes formes d’expression, elle cherche à travers le langage du flamenco, de tout nous dire, de tout nous dévoiler, en dépassant les formes et recueillant la poésie de sa gestuelle dans l’émoi. Pastora Galven est dotée d’une grande qualité artistique, d’une composition dramatique, d’un bon tour de main du « rythme» et d’une belle connaissance vocale. Sa virtuosité innée lui permet d’accomplir une danse même la plus complexe avec une prestesse naturelle. On peut dire que le flamenco et sa moelle épinière. Ceux qui l’ont vu danser lui concèdent un talent et un charisme qui illuminent la scène. Elle palpite au rythme de sa passion et son ballet est, à son image, à la fois intérieur et volontaire, subtil mélange de force et de grâce. C’est à jamais dans le flamenco que Pastora Galven se ressource, entraînant le spectateur dans les brisées de sa sensibilité.

 

Pastora Galvan - Scène Nationale Théâtre de Bayonne – le 28 janvier à 20 h 30   2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 25, 22 et 18 euros

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 25 au 31 janvier 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 20:51

Poker Flamenco et Suite Española… y viva el flamenco !

 

14742Le 12 janvier à 20 h 30 à la gare du Midi, la Compagnie Ballet Española de Murcia et le chorégraphe José Antonio (ex directeur du Ballet National España) vous propose de vous mettre à l’heure espagnole et de bien démarrer la nouvelle année avec deux ballets « Flamenco Poker » et « Suite Española». La compagnie, sous l’impulsion de sa créatrice et directrice artistique Carmen Rubio, est sans conteste, l’une des ambassadrices de la culture espagnole sur la scène internationale qui a su accorder de l’intérêt à tous les styles de danse espagnole et flamenco. Avec cette compagnie, c’est le tempérament qui domine grâce à ces belles allures de danse mesurées et racées qui s’exprime naturellement et sans le moindre effort. C’est l’âme espagnole qui se reflète et qui vibre, tels des «bailarines gitano flamenco » qui brûlent les planches. Un spectacle puissant et envoûtant, d’une grande expression qui nous fait voyager à travers différentes variations. C’est ainsi que la danse flamenca prend un coup de fraîcheur. Pas de temps mort, pas le moindre faux pas, où les robes tournoient, où les castagnettes et claquements de talons répondent aux mélodies, les solos et pas de deux se conjuguent. La sensualité qui se libère de ces deux chorégraphies finit par nous mettre en transe et nous faire penser que le flamenco passe dans nos veines, circule dans nos muscles et notre corps, et qu’on le respire à plein poumon. Un spectacle qui mêle les sons au jeu de jambes, de la chanson, des claquements des mains et syncopé de guitare. On peint ici une toile visuelle en mouvement à travers la danse incarnée avec une attitude. Un spectacle novateur qui revient aux racines de ce folklore populaire, magnifié par le talent artistique de la compagnie, le tempérament et la beauté de ses danseurs qui apportent la vigueur et l’exaltation qu’ils libèrent sur scène et de l’esthétisme scénographique qu’ils proposent. Tous ces éléments en feront l’une des grandes et belles révélations en ce début d’année.

 

balletespagnol.jpgPoker Flamenco : un langage flamenco très riche en nuances un ballet original qui est composé de huit mouvements très dynamiques, dans une chorégraphie pleine d’émotion et de vigueur. Ce ballet atteint ici des sommets grâce à l’innovante chorégraphie de José Antonio. Il sera sublimé par la musique et chant de Carlos Pinana.

 

Suite Española : ballet composé de diverses danses stylisées, sur des musiques de compositeurs espagnols les plus représentatifs : De Falla, Albeniz, Turina. Ses chorégraphies s’inspirent de la plus pure tradition de l’école de danse espagnole. Très visuelle et colorée, rythmée de tapements du pied, castagnettes et éventails, la suite espagnole restitue pleinement toute la magie et l’essence même de cette discipline.

 

Ainsi la Compagnie Ballet Española de Murcia se distingue par son hétérogénéité, sa pureté et ses innovations constantes en matière de danse. Elle fait vivre le flamenco de manière nouvelle et robuste avec une toute nouvelle approche de cette incroyable danse !

 

Ballet Española de Murcia – Compagnie Carmen et Mathilde Rubio – 12 janvier à 20 h 30 – Gare du Midi Biarritz  gareBiarritz-e751c

Tarifs : de 34 à 48 €

Réservations : 05 59 22 40 66 et www. entractes-organisations.com

  Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 janvier 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 19:18

Féerie viennoise :

Un bal à Vienne pour fêter l’an nouveau.

 

feerie.jpgAvec Johann Strauss, c’est vivre une fin d’après-midi de gala marquante, un grand moment joyeux accompagné de pièces uniques de l’Empereur de la valse. C’est aussi saluer les premières heures de l’an nouveau avec ce bal à Vienne champagnisé, qui promet la jouissance d’un consommé haut-de-gamme. Une fête viennoise qui comblera d’aise tous les passionnés de musique et de danse qui céderont bien volontiers à cette belle tradition qui a lieu chaque année à la Gare du Midi à Biarritz, pour une représentation unique le mardi 1er janvier à 17 heures avec 40 artistes sur scène. L’heure sera donc aux réjouissances et aux moments forts des grands airs viennois avec l’excellent Orchestre Philharmonique K & K qui cultive l’héritage de la dynastie des Strauss, avec des mélodies enivrantes qui délectaient même les rois, princes et empereurs ! Sous la direction musicale de Claude Cuguillière du Capitole de Toulouse et pour la partie danser avec les 14 danseurs de l’académie Besso. Vivez ainsi ce voyage dans le temps avec un programme entièrement consacré au génial compositeur Johann Strauss qui immortalise si bien la musique viennoise et permet de capter toute la magnificence et l’esprit de l’époque de l’austro hongroise en guerre, de la superfluité du pouvoir et de l’amour révérencieux. Pendant deux heures, vous vous trouverez plongés dans l’univers musical de ce grand créateur de valses et de polkas les plus connues. L’espace d’un moment Mesdames, vous vous métrer a révélé d’être l’Impératrice Sissi dansant dans les salons du château de Schönbrunn. Laissez-vous emporter par le rythme à trois temps. Tourne, tourne valse de Vienne, dans un tourbillon qui ne finit jamais… Par-dessus le temps, par-dessus les vogues, elle entraîne sur son passage tant d’amoureux valseurs. La musique de Johann Strauss, délectable et magistrale s’adresse directement au cœur lorsqu’on écoute la musique du « Beau Danube Bleu », « la Valse de l’Empereur » ou la « Marche de Radetzky ». Assurément un régal pour les yeux et les oreilles et l’enivrement de la valse. Un bal à Vienne pour fêter l’an nouveau.

 

Féerie viennoise – mardi 1er janvier à 17 h – Gare du Midi à Biarritz gareBiarritz-e751c

Tarifs : de 39 à 50 €

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque ‘ du 21 décembre 2012 août au 3 janvier 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories