Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 18:36

Celtic Legends « Fall Tour 12 »

Une autre histoire racontée de l’Irlande.

 

img-copie-1.jpgCeltic Legends, ce sont deux heures (avec entracte) d’un voyage en Irlande. Une exhibition vibrante sur les cadences entraînantes de la musique, combinant la beauté de la danse et le tempo frénétique des claquettes où chaque note est un retour aux sources culturelles de l’Irlande. Celtic Legends garde sa propre identité, fondée naturellement son authenticité, le folklore et la culture irlandaise. Ce sera la représentation lumineuse sur la scène de la Gare du Midi à Biarritz, dimanche 16 décembre à 17 h 30.

C’est aussi la maestria et la précision des pas claquettés qui martèlent les planches sur le balancement de musiques dansantes. Celtic Legends, un show original dans la pure tradition irlandaise. Un divertimento magique qui nous introduit dans le cœur et l’âme de l’Irlande. Ce sera pour les aficionados de la danse, une foule d’émotions, mais surtout pour le public français en général (qui est l’un des meilleurs au monde) à réagir à ce genre de spectacle dansé. Des tableaux chorégraphiés exécutés par d’époustouflants et performants danseurs, qui évoluent avec grâce et impétuosité sur la rythmique frénétique de la musique en live, entraînés par un orchestre de jeunes musiciens, issus du sérail traditionnel irlandais. Une belle opportunité d’immerger dans l’atmosphère chaleureuse et électrique des pubs irlandais, aux soirées inoubliables et de faire rêver aux vastes prairies de l’île d’émeraude et de sa culture sur les cinq continents. Celtic Legends, c’est une autre histoire racontée de l’Irlande et de fêter le 10e anniversaire (Irish Dance & Music Live).

 

Celtic Legends – dimanche 16 décembre à 17 h 30 – Gare du Midi Biarritz gareBiarritz-e751c

Tarifs : de 34 à 48 €

Réservations : 05 59 22 44 66 et www. entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 7 août 13 décembre 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 17:05

Un « enchemento » de danses pour une noble cause !

 

Bayonne-telethon-danse.jpgAprès deux années d’absence, voici la cinquième édition du Bayonne Téléthon Danse qui revient le samedi 8 décembre dès 19 heures à la Maison des Associations à Bayonne. Créée en 2006 par Michèle et Pierre Chevalier pour le compte de l’Office de Tourisme de Bayonne, il avait permis de récolter pour la recherche près de 10 000 € chaque année. Cette belle  manifestation caritative reprise par deux associations bayonnaises, GELA TTIKI et LE CARRE DE L’ECHAUGUETTE. C’est donc une reprise au flambeau pour des démonstrations de danses qui alterneront avec des périodes de « piste libre » où chacun aura l’occasion d’évoluer à deux ou à plusieurs, dans un esprit bon enfant. Une mobilisation et contribution de tous les danseurs de la Côte basque et du Sud des Landes, au profit du Téléthon et de l’AFM. L’équipe composée de : Aline Duquerty, Gaëlle Lefebvre, Karine Etchïde, Michèle et Pierre Chevalier, Nicole et Dominique Legenfre, Philippe Mautalen, Dominique Destribats et Jean-Pierre Laborde, a oeuvré en continu depuis septembre pour remonter l’événement. Chaque année, ces associations mettent le paquet pour la bonne cause. L’important est bien sûr de récolter le maximum, autant pour soutenir la cause que pour la participation. Et à Bayonne, on s’investit chaque année. La preuve en est avec ce programme chargé pour la soirée du 8 décembre. Cette année, l’équipe de Bayonne Téléthon Danse met un point d’honneur à proposer une soirée avec des artistes musiciens ou dj’s présents sur scène comme :

Le groupe Pourkoipa, qui fera revivre les plus grands standards de rock ‘n’ roll et du rock des années 60/70.

Los Marinos del Passo, pour une ambiance délirante disco et année 80.

La charmante Anne-Laure Pinto Soarès, qui vous entraînera sur la piste pour danser la country jusqu’au bout des bottes.

Une Virgule Zumba, nouveau phénomène de société avec Dany.

Le trio Armando, Kiko et Anita, fidèle depuis la première année, vous emmèneront à Cuba sur les rythmes salsa et reggaeton.

Le dj El Loco, pour une ambiance cubaine avec sa timba et salsa survitaminée.

 

Apporter sa contribution en effectuant sa petite participation de 5 euros, c’est soutenir l’innovation sociale et technologie pour les personnes malades. Et elles ont besoin de nous ! Vous amuser tout en aidant la recherche, tel est la devise du Bayonne Téléthon Danse 2012. C’est aussi dire non à la maladie, innover pour guérir, oser pour vaincre ! Sans hésiter, rejoignez le Bayonne Téléthon Danse dans ce mouvement solidaire. Venez bouger, transpirer, parce que la danse, c’est le mouvement. Et le mouvement, c’est la vie !

Tous les participants et intervenants, musiciens, techniciens et dj’s sont bénévoles pour cette soirée. Les boulangers et charcutiers bayonnais ont sponsorisé cette manifestation avec des dons. Qu’ils en soient vivement remerciés.

 

Bayonne Téléthon Danse – samedi 8 décembre dès 19 heures – maison des associations à Bayonne

Entrée : cinq euros

(buvette et taloas).

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 7 au 13 décembre 2012.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 20:52

casse.jpg

Casse-noisette, ou les aventures oniriques de Clara.

 

Casse-noisette est un ballet de fête d'avant les fêtes de fin d'année. Une merveille féerique conçue sur un conte d'Hoffmann. Un spectacle merveilleux pour un voyage vers une culture russe, le temps d'une soirée.   Une invitation chorégraphique qui aura lieu sur la scène de la Gare du Midi le 23 novembre à 20h30, interprété par le Saint Pétersbourg Ballet Théâtre, la compagnie la plus connue et la plus renommée en France grâce à ses tournées internationales. L'incontournable et surprenante troupe de 60 danseurs de l'Académie de danse de Vaganova et l'orchestre dirigé par Vadim Nitkin qui nous offre de belles mélodies et des couleurs orchestrales parfaitement maîtrisées en live. Nul besoin de connaître Hoffmann ni la musique de Tchaïkovski pour être happés par la magie du spectacle dès le lever du rideau. Cet univers enchanteur, mélange de fantaisie et de rêve, prolonge délicieusement l'atmosphère " balleresque " qui mettra en scène la fabuleuse histoire du pâtissier Monsieur Abrikossov dans sa maison de Saint Pétersbourg au début des années 20. La musique suprême de Piotr Tchaïkovski ajoute une dimension symphonique inoubliable, l'une des musiques de ballet la plus populaire au monde. Sans oublier les décors à surprise et les costumes somptueux. Ce ballet ancré sur la tradition, ouvert à la modernité, est un spectacle total, celui qui fait appel à la raison, aux émotions, à l'imaginaire. On remarquera que la danse sera la part belle entre machineries de théâtre, jeux de lumière et effets spéciaux. C'est là un petit bijou de créativité. Ce conte fantastique, retravaillé par Alexandre Dumas est un grand classique de la danse. Que d'humour et d'insolence dans sa représentation dansée. Dans les tableaux qui se succèdent, les solos et pas de deux sont aussi drôles que réussis. Casse-noisette reste une matière féconde que les grands danseurs et illustres chorégraphes de la planète adorent remanié de temps en temps. Ce spectacle de grande envergure monopolise généralement un effectif des plus impressionnants. Véritable fable sur le passage de l'enfance à l'adolescence, Casse-noisette se base sur le thème immortel de l'amour et des forces du mal, à l'instar de Lac des Cygnes. Précisons la technique de haut vol des solistes, leurs superbes ports de bras et leur sourire radieux. Ils séduisent d'indélébile façon ! Les portés sont superbes et spectaculaires. Un niveau de perfection et de précision rarement rencontrés chez les danseurs dotés de longues jambes, et qui possèdent le charme et la grâce. Leur style caractérise les pas, l'ampleur des sauts éblouit, sans oublier les fouettés parfaits. Le corps de ballet est de fort bonne tenue et possède une belle coordination d'ensemble. De toute évidence, le ballet Casse-noisette ne cesse de ravir les aficionados de la danse classique.

 

Ballet Casse-noisette par le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre - Gare du Midi Biarritz - 23 novembre à 20h30 gareBiarritz-e751c

Tarifs : de 34 à 50 €

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 16 au 23 novembre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 22:21

Le Temps d’Aimer la Danse : magistral et dynamisant.

 

Le Temps d’Aimer la Danse, c’est un moment plein d’émotion, d’échange et de passion grâce à la danse. C’est aussi l’envie de vibrer au rythme des pas de danse et d’apprécier la diversité des programmes proposés. FMAAQU064FS01J07MEDIA_10d8d67d-ede6-4844-9040-f5957ce5ea8a.jpgC’est également faire battre le cœur de Biarritz avec cet art. Que de talents qui font aimer la danse et toutes les danses. Le Temps d’Aimer la Danse, c’est chaque fois, et ce depuis 22 années, une merveilleuse parenthèse au cœur de l’été pour la danse. C’est une réelle poésie « balleresque » qui nous donne du mal à retourner dans le vrai monde !

 

A propos de Lings – Affari Esteri

Après une première collaboration à l’écriture du duo « Stuttering » pièce créée en 2003, Edmond Russo et Shiomi Tuizer créent ensemble l’association Affari Esteri en 2004. Et en 2010, ils continuent avec la pièce « Lings » dont la première a eu lieu au Havre, dans le cadre du Festival Météors. Lings est un ballet pour six interprètes qui questionne l’espace existant entre les surfaces des corps. Une chorégraphie qui conçoit des sculptures humaines et explore le rapport entre le corps et l’espace. L’espace qui rassemble, refoule, qui s’encaisse et se distend… Un espace qui nous simule et nous démontre. Des corps inconnus, lourds, habillés, se heurtent et se perdent, reliés par une seule peau commune comme surface d’échange. Du plaisir de la découverte, des élans d’énergie aux conversions allégoriques, le groupe est pénétré par des états variables, qui se construit, se fidélise et se bâtit dans un espace de partage et qui se promène dans des espaces mouvants. Interprétés comme une œuvre musicale, les actes orchestrent un réseau de relations. La dialectique des corps tend vers une dissemblance, l’entrelacement des gestes s’analyse comme une interprétation instrumentale qui rappelle la respiration, l’onde, le battement. « Le vivre ensemble », au cours de ce voyage interprétatif et au travers de ces peaux désormais articulées et expressives, devient le support dynamique d’un espace d’incarnation. Une réflexion sur l’existence de soi à travers l’autre. Un désir commun à explorer et défendre un univers créatif partagé est à l’origine de la création d’Affari Esteri. Et d’inscrire à nouveau le corps et sa réflexion dans des nouvelles proportions de recherche est un besoin constant.

 

A propos de Le Vergini – Balletto Teatro di Torino – Matteo Levaggi/Corpicrudi

« Le Vergini » continue la saison de la danse du Ballet Théâtre de Turin avec la nouvelle création du chorégraphe Matteo Levaggi, et consolide sa collaboration avec les danseurs contemporains Corpicrudi. Ce ballet naît comme une permutation chorégraphique du projet homonyme signé Corpicrudi et qui serpente sur la musique de Tchaikovsky. Une réflexion sur la valeur de la beauté et sur sa condamnation possible. Matteo Levaggi signe là une chorégraphie drastique et attrayante. Le mouvement créée un dessin lumineux, pénétré par une énergie forte, enveloppé par les corps des danseurs dans la pureté du blanc, voluptueusement pour nous jeter poétiquement et passionnément dans un monde des contours féeriques. Le Vergini est un hommage à la beauté pour une danse d’aujourd’hui. Matteo Levaggi est un chorégraphe inconnu en France, mais l’un des artistes les plus connus de sa génération en Italie. Formé à l’école du Balletto Theatro di Torino, il s’illustre très vite dans des concours, et se fait vite remarquer en tant que soliste, pour sa personnalité artistique et sa qualité de mouvement. Après avoir dansé dans plusieurs productions, il est engagé comme chorégraphe résident dans ladite compagnie. Son intérêt pour l’invention chorégraphique pur l’éloigne de ses contemporains italiens pour le rapprocher d’une danse contemporaine plus formelle, à l’image de certains courants de la danse américaine.

 

Lings à 17h au Colisée

Tarifs : de 16 à 12€

Réservations à l’Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66  et Bayonne ou billetterie sur place à la caisse du Colisée.

Le Vergini à 21h Gare du midi

Tarifs : de 36 à 12€

Réservations à l’Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66  et Bayonne ou billetterie sur place à la caisse de la Gare du Midi.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 14 au 20 septembre 2012.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 23:29

Rukmini Chatterjee, Anne-Marie Porras, Germaine Acogny… des références en danse contemporaine.

 

Biarritz Culture et la Ville de Biarritz invitent des compagnies venues du monde entier pour son deuxième festival ainsi que des femmes chorégraphes qui bousculent les traditions et certitudes : Rukmini Chatterjee, Anne-Marie Porras, Germaine Acogny, des références en danse contemporaine.

 

width_650.height_300.mode_FillAreaWithCrop.pos_Default.colo.jpg« Questionings » de Rukmini Chatterjee qui accorde la danse classique indienne au black metal. Une rencontre entre la danse classique indienne et cette musique extrêmement brutale et violente. Cette remarquable danseuse éprouve le besoin de créer des spectacles pour aborder les différents aspects de ce que l’on appelle « l’universel ». L’essence et l’esprit de sa démarche se nourrissent de la tradition, mais aussi la forme résolument moderne qu’elle recherche. La danse indienne réveillée avec les gestes du corps, les mobilités. Black Metal exalte le vécu, dans un souffle déchaîné et exalté. Confrontant ces deux univers, ces deux « polarités », elle crée un champ de forces, mis en mouvement par la danse et l’image, comprenant ce qu’est l’énergie. L’énergie physique, symbolique, abstraite et idéologique. Rukmini Chatterjee fait ainsi le choix d’univers opposés, précisément pour déconstruire une trop évidente opposition de style et d’époque, au regard du jeu respectif, avec une force universelle et une pensée dominante. L’énergie et la pensée de l’homme d’aujourd’hui. Insolente de beauté et de virtuosité, la chorégraphe joue sur ce savant mélange. Limpide et attentive, les gestes des mains et le mouvement du visage dessinent le paysage chorégraphique mental qui lui convient. Son regard sur la magnificence de la culture indienne, à travers les différentes formes de la danse classique indienne. Elle fait un tour de force par le jeu délicat d’intensification et de relâchement des tensions qui accompagnent la gestuelle, les formes, les caractéristiques, les défis et les changements de danse traditionnelle.

 

NADIR_COMPAGNIE_ANNEMARIE_PORRAS_24012011121906.jpg« Nadir » d’Anne-Marie Porras qui n’a pas conçu son spectacle sur un prénom, mais à l’opposé du Zénith. En fait, elle a exprimé l’opposition du soleil à la nuit. Une envie de parler de cette opposition que nous avons tous en nous. S’entourant de cinq danseurs (quatre garçons, une fille), cinq personnages qui ne se conforment pas aux codes et qui sont en marge, qui évoluent dans un terrain vague tout comme le vague à l’âme. Une histoire qui n’est pas sombre, mais il faut voir dans ce ballet, une belle complicité de jeu, riant d’eux-mêmes et de cette situation là. Des êtres qui se sont retrouvés ou choisis et qui évoluent dans un univers musical rock et lyrique. Un spectacle un peu déjanté, des êtres posés sur l’autre rive, de vivre différemment et savoir ce qui se passe ailleurs.

 

27859.jpg« Affronter l’espoir » de Germaine Acogny. Une interprète appelée professionnellement et affectueusement la « mère de la danse africaine » dans lequel sont traités d’un ton drôle et léger, des sujets de fond sérieux, comme la mondialisation ou l’immigration clandestine. Grande prêtresse de son art, elle allie ses racines africaines, contemporaine à la modernité, réalisant un adroit et harmonieux mélange de danse, de mots, de musiques, avec ses contradictions et ses ondulations. A travers ses pas de danse mûrs et réfléchis, elle cherche à répliquer à ceux qui médisent sur l’Afrique. En créant une succession de pas, elle ouvre l’espace, le libère de toutes contraintes et élargit son horizon. Son ballet est animé par des musiques actuelles, au rythme des percussions et des vidéos, indice de modernité représentant la culture par des danses traditionnelles et autres. Coutumes du berceau de l’humanité, dans lesquelles elle parvient parfois à s’immiscer. Germaine Acogny danse au-delà des mots et des maux, pour affronter l’espoir de ses Afriques.

 

{Anne-Marie Porras – « Nadir » - Théâtre du Casino – 11 septembre à 19h – Tarifs : 28, 25, 12€ - Réservations : Office du Tourisme et billetterie à la caisse

{Rukmini Chatterjee – « Questionings » - Théâtre du Casino – 12 septembre à 21 – Tarifs : 28, 25, 12€ - Réservations : Office du Tourisme et billetterie à la caisse

{Germaine Acogny – « Affronter l’espoir » - Le Colisée – 13 septembre à 19h – Tarifs : 16, 14, 12€ - Réservations : Office du Tourisme et billetterie à la caisse.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 7 au 13 septembre 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 22:06

Irish Celtic : entrez dans le cœur et l’âme de l’Irlande.

 

Image1-copie-5.jpgIrish Celtic, c’est la dextérité et la justesse des pas claquettés qui martèlent la scène sur le tempo de musiques dansantes. Irish Celtic, c’est le divertissement enchanteur et démentiel qui vous fait entrer dans le cœur et l’âme de l’Irlande.

C’est ce décor celtique aux accents mythiques et brumeux qui s’enveloppe d’un superbe manteau de jeux de lumières. C’est aussi une représentation de danse harmonique sur la scène de la Gare du Midi le jeudi 26 juillet aux séances de 17h et 20h30, avec de brillants danseurs irlandais qui ont choisi d’appliquer leur expérience au service d’une performance unique : Irish Celtic, c’est l’histoire de Paddy, un vieil irlandais alcoolique, propriétaire d’un pub depuis plusieurs décennies. Il est sur le point de le léguer à son fils Diarmuld, mais ce dernier, fainéant et insouciant, préfère danser que de servir de la bonne Guinness ou du whisky aux clients du Irish Celtic Pub. Mais avant de devenir propriétaire, Diarmuld doit apprendre l’histoire et la culture de son pays. Une belle histoire racontée sur des pas dansés porteurs de vitalité, de technique et de créativité. La chorégraphie est signée Denise Flynn et Jim Murriby, et une bande son jouée en live par les meilleurs musiciens irlandais. Les jeunes artistes conjuguent le tempo extraordinaire des claquettes, à l’aisance et la beauté de la danse, la rythmique de la musique et la mélodie des ballades. Irish Celtic, c’est l’Irlande qui offre toute la pluralité de son histoire à travers ses musiques, ses danses et ses chants légendaires. Une soirée inoubliable pour taper des pieds et frapper dans les mains. Un show hors du commun dans la pure bonne humeur irlandaise. Au regard de la dextérité des danseurs et de l’entrain communicatif de la partie musicale, nul doute qu’Irish Celtic possède toutes les qualités pour ravir le public français gourmand de musique celte. Avec la troupe Irish Celtic, c’est la bonne occasion de partir en vacances sans quitter le Pays basque !

 

Irish Celtic – 26 juillet à 17h et 20h30 – Gare du Midi Biarritz Biarritz Gare du Midi

Tarifs : 50 et 45€

Réservations : 05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque du 13 au 19 juillet 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 01:11

Mayerling… le ballet du mal être.

 

images-copie-1.jpgLa saison opéra-ballet se termine avec la retransmission jeudi 14 juin et vendredi 15 juin à 14 et 18h dans les salles CGR Bayonne et Tarnos du célèbre ballet du chorégraphe Sir Kenneth MacMillan « Mayerling » au Royal Opera House de Londres. La musique est composée par Franz Liszt sur des arrangements de John Lauchbery. Ce ballet est une œuvre du mal être et son ouvrage très caractéristique dans le langage de la danse de son époque, qui utilise tous les effets pour représenter sous un aspect noir, la terrible tragédie : la mort du Prince héritier d’Autriche-Hongrie Rudolf et de sa jeune maîtresse Mary Vetsera. Ce ballet possède une noirceur chorégraphiée et une mise en scène traitée avec grandeur d’âme. Le chorégraphe (aujourd’hui disparu) y trouvait ici le cadre opportun à l’exploration de l’âme humaine. Le pas de deux entre Rudolf face à son ancienne maîtresse la comtesse Larish est un beau moment d’écriture chorégraphique, par ses touches d’hésitation, du souvenir d’un amour, d’une fougue, d’une indifférence et du rejet. Les danseurs expriment avec excellence ces perceptions et émotions complexes. Un ballet psychologique où la trame peut dérouter, car elle fait participer plusieurs personnages qu’il est malaisé de situer tant dans le contexte historique que dans l’évolution de l’argument. Cependant, force est d’apprécier à leur juste valeur, des tableaux d’une richesse surprenante. Une série de pas de deux qui requiert souplesse, sens du drame et finesse d’esprit. Amoureux de la danse et du cinéma, vous allez être comblés !

 

Ciné-Ballet Mayerling – Cinémas CGR Bayonne et Tarnos logo cgr

14 et 15 juin à 14 et 18h

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 8 au 14 juin 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 21:01

Malandain Ballet Biarritz… de la danse sur du velours !

 

malandain-ballet.jpgDans le cadre des Maimorables, le Malandain Ballet Biarritz nous offre un très beau spectacle de ballets, dont une « première » dans notre région avec La dernière chanson, créée le 14 avril dernier à l’Opéra de Reims et coproduit par la Scène Nationale Bayonne Sud Aquitain. Précéderont le Boléro de Ravel et La Mort du Cygne de Saint Saëns. Un étonnant spectacle pour tous et qui sera gratuit, à l’Esplanade de l’Espace Socio Culturel, les Hauts de Bayonne, samedi 26 mai à 21h. Implanté à Biarritz depuis 1998, le chorégraphe Thierry Malandain a pour mission de porter la danse aux quatre coins de la France et sur le sol étranger. Sa popularité est impressionnante car il sait aller droit au cœur du public. Il s’est toujours inscrit dans la recherche du raffinement du mouvement pour approcher le propos universel. Après avoir reçu l’enseignement de Monique Le Dily son premier professeur, et successivement pensionnaire à l’Opéra de Paris, au Ballet du Rhin et au Ballet Théâtre Français de Nancy, le talentueux chorégraphe mène sa carrière de plein front avec près de 70 chorégraphies. Il cultive une philosophie du rassemblement qui vise à l’unité, dans le respect de la diversité et la personnalité de chacun. C’est la recherche de la convergence de ses 25 danseurs permanents dans une écriture lisible qui fait le cachet de sa compagnie. Son travail est basé sur l’émotion de l’être axé sur le ressenti de ses danseurs. Depuis, il s’est forgé un style, constitué son vocabulaire de pas, de formes corporelles, de gestuelles, allant jusqu’aux limites des ressources du corps. Créer est ce à quoi il aspire, mais selon lui, difficile d’aller « hors de soi ». De la danse contemporaine, il a appris qu’on pouvait donner de la chair et du sang à la danse. Ses chorégraphies sont des poèmes de liberté et de joie, entre vitalité et enthousiasme. La Dernière Chanson est un ballet d’une richesse et d’une bonne humeur inouïes. Une chanson à l’enfance et à la jeunesse retrouvées, exprimant la liberté, le bonheur et la joie de vivre qui insufflent le chorégraphe. Faisant fi des règles d’usage, il s’est laissé aller dans des déplacements du corps élaborés au fond de son cœur, des gestuelles de fraîcheur et de naturel, d’élégance et de raffinement, servis par un florilège de complaintes de la France d’autrefois. Sa chorégraphie est du plus bel effet ! Deux autres œuvres au programme : le célèbre Boléro de Ravel revu et corrigé d’une manière fort originale où douze danseurs sont prisonniés par les rythmes obsédants de la musique et d’une immense cage de tulle, puis s’en libèrent progressivement avant que n’éclatent les dernières mesures de la partition orchestrale. La Mort du Cygne, où tout est moment de grâce pure, un monologue qui évoque la puissance et la majesté d’un oiseau chargé de maints symboles, la lumière, la blancheur immaculée ou du bel oiseau tombé du ciel. Trois cygnes, trois femmes venues sur la terre rendre leur dernier souffle avant de s’incarner dans un nouvel envol. Avec Thierry Malandain, la danse s’interprète sur du velours, et toujours le public s’y rend confiant, car il sait qu’il ne sera jamais déçu !

 

Malandain Ballet Biarritz – Esplanade de l’Espace Socio Culturel municipal – Quartier Sainte-Croix – 21h 2012-05-21_210456_cr.jpg

Tarif : gratuit

Coproduit par la Scène Nationale de Bayonne Sud Aquitain

Informations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

Report le dimanche 27 mai à 21h en cas de mauvais temps.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 18 au 24 mai 2012.2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 23:57

La fille mal gardée… ou l’amour triomphant grâce à la ruse !

 

fille-mal-gardee.jpgConjuguer cinéma et danse ? Oui pour découvrir des œuvres lyriques ou dansées dans des productions prestigieuses, confortablement installé dans votre fauteuil des salles CGR de Bayonne et Tarnos et le Sélect à Saint-Jean-de-Luz. Venez voir sur grand écran « La fille mal gardée », ballet d’Egidio Romualdo Duni, mercredi 16 mai à 20h30 en direct du Royal Opéra House de Londres. Ce ballet a les atouts pour séduire le spectateur, avec ses rôles typés et l’intrigue jouant sur une vitalité traditionnelle de la comédie. Œuvre charnière dans l’histoire de la danse d’un genre nouveau qui dépeint le monde bucolique où domine le bonheur, l’amour et/ou l’argent n’a que peu d’importance face aux histoires de cœur. Une vision noble de l’univers rural dans une France de 1789 qui souffre de la faim. Un ballet dansé par des jeunes jouant la comédie sans complexe, tout en étant capables de respecter le style exigeant et difficile des pas. Générosité du mouvement, visages qui montrent un communicatif sourire, contribuent à créer une force artistique contagieuse. Le rythme endiablé s’apparente au théâtre de boulevard, entraînant une suite rapide de sensations vives et variées, aux symétries simples et imaginatives qui font plaisir à voir. Aucune visée intellectuelle, c’est aisé et cela relève de la fête, de la joie, de la vitalité. Les gestuelles se ressemblent tout en développant chacune leur propre langage, démontrant sur scène l’irrésistible envie de danser en une succession de brèves évocations, aussi originales que chatoyantes. La joie de vivre du corps de ballet contribue également au succès de cette œuvre.

 

Ciné-ballet – La fille mal gardée – Salles CGR de Bayonne, Tarnos et le Sélect à Saint-Jean-de-Luz – mercredi 16 mai à 20h30 (durée 2h10) en direct du Royal Opéra House de Londres. logo cgr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 mai 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 02:48

Hymne à la danse et Boléro pour Tahar… Panache et grand art !

 

Un programme dansé très coloré qui marie avec goût et libre harmonie, ces ballets classiques, contemporains et néo-classiques exécutés par les Etoiles de Légende : Hymne à la danse et Boléro pour Tahar, sur la scène de la Gare du tahar2.jpgMidi à Biarritz le 16 avril à 20h30. Les chorégraphies de Nikolaï Androsov naviguent entre aisance, grâce et excellence et s’enchaînent dans une alliance originale des genres pour sa première partie. O suprême délice, le Boléro pour Tahar qui souligne magnifiquement ce balancement lancinant mais plaisant, sur la musique de l’illustre Ravel progressant jusqu’au paroxysme. Un rythme persévérant qui harponne notre cerveau et l’ensemble de notre corps, telle une aimantation. Une mélodie orientale sur laquelle se cale la voix remarquable du baryton kabyle Azal Beikadi, et qui s’enroule inlassablement sur elle-même, allant crescendo, où l’intensité dévore l’espace sonore. Les Etoiles Farukh Ruzimatov, Maria Ailash, Alexander Babenko, expriment de forts belles gestuelles et pas de deux, répudiant toutes facilités du pittoresque extérieur pour exprimer avec force… l’essentiel. Panache et grand art !

 

Hymne à la danse et Boléro pour Tahar par les Etoiles de Légende – lundi 16 avril à 20h30 – Gare du Midi Biarritz

Tarifs : 52 et 57€

Réservations : 05 59 22 44 66  et www.entractes-organisations.com  Biarritz Gare du Midi

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 13 au 19 avril 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories