Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 22:49

Roméo et Juliette… Mort, où est ta victoire ?

 

romeo.jpg

 

Le ballet Roméo et Juliette nous rappelle l’amour hégémonique et l’amitié immortelle. Une composition théâtrale puissante qui mêle magnificence et fureur, caractère et férocité, qui s’appuie sur l’illusion et qui dévoile les amours tragiques des amants de Vérone.romeo-et-juliette.jpg

Se référant à la Symphonie Dramatique d’Hector Berlioz, l’illustre chorégraphe Thierry Malandain s’empare de cette histoire d’amour et de mort légendaire et nous en lègue sa pensée émotionnelle, esthétique et originale. Attaché à son répertoire néoclassique, il nous propose un ballet expert et inventif. Son Roméo et Juliette sera programmé les 10, 12 et 13 août à la Gare du Midi à Biarritz, trois soirs de dernières d’une saison bien remplie.

Suite au départ d’Olivier Coëffard qui intègre le Nederlands Dance Theater, c’est le magnifique danseur étoile de grande prestance et de grande sensibilité Guiseppe Chiavaro (il avait créé Roméo à Vérone en août dernier) qui reprendra le rôle. Très élancé, il se déplace avec distinction dans des envolées superbes. Son allure romantique et sa noblesse d’âme font de lui l’amant rêvé ! Sa partenaire Sylvia Magalhaes est une éclatante et séraphique Juliette qui fait découvrir avec talent ses sensations originelles et sa passion amoureuse. Les scènes d’ensemble sublimes relayent sans répit avec les scènes intimes créant un drame intense. Un grand bravo aux autres danseurs formidables de gaieté qui ont su recréer ce dynamisme inouï de la jeunesse.

2011---2-PHOTOS-0200.JPGMerci Thierry Malandain pour l’un des plus beaux ballets de votre répertoire !

 

Roméo et Juliette – 10, 12 et 13 août à 21h – Gare du Midi à BiarritzBiarritz Gare du Midi

Tarifs : de 32 à 8€

Réservations : Office du Tourisme de Biarritz : 05 59 22 44 66 et www.biarritz.fr ainsi que les points de vente habituels

Informations : Malandain Ballet Biarritz : 05 59 24 67 19.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 5 au 11 août 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 23:07

Roland Petit : impétueux chorégraphe !

 

Disparu à 87 ans dimanche 10, Roland Petit était venu à Biarritz en 1996 pour le festival « Le Temps d’Aimer la Danse ». Son Arlésienne sera programmée les 28 et 29 octobre 2011 à la Gare du Midi à Biarritz.

 

« Quand Roland Petit créait un ballet, tous pardonnaient son exigence, son perfectionnisme, sa grande rigueur, parce que fascinés par cette figure emblématique de la danse, ce génie doté d’un charisme, d’un tempérament exceptionnel et d’une indiscutable franchise. Le magnétisme et la séduction étaient ses principes primordiaux dans sa relation avec ses danseurs. Entre eux s’alliaient élégance, style, synchronisme et mystère. Une permutation totale, Roland Petit demeurera dans notre mémoire ce chorégraphe prolifique et obligeant. Un être lumineux, grand concepteur de plus d’un demi-siècle de chorégraphie, un arachnéen dans l’âme et toujours là au moment où l’on ne s’y attend pas. Un amoureux fou de la danse classique, mais aussi des plumes, strass et paillètes parce que l’époux de la divine Zizi Jeanmaire son égérie. Façonneur de vitalité et d’étreinte, il chérissait la fraternité et la confiance, marquant de son empreinte déliée et originale la danse d’après-guerre. Enfant chouchou de l’Opéra (où il fit de brillantes études), il devient sous l’occupation ce prince de la danse pour « Les Soirées de la danse » aux côtés de la regrettée et grande étoile Janine Charrat. Adulé ou réprouvé, il restait toujours le battant, l’impétueux ! Année 1945, entouré d’auteurs lyriques et chorégraphiques confirmés, il crée « Les Forains » sur une musique de Saugret et « Le Jeune Homme et la Mort » de Cocteau (1946). Ses œuvres (plus d’une centaine) sous l’influence de sa fièvre passionnelle, s’enrichissent d’un ton nouveau, d’une poésie qui s’attache aux regards circonstanciels, aux valeurs spirituelles et intuitives. Son art néoclassique, il doit à son maître Serge Lifar. Comme il le soulignait : « l’inspiration, c’est une accumulation de feeling, d’affection, de curiosité, de vie au quotidien. C’est comme un mille-feuille, où tout se superpose, partition de musique, réflexion, danseurs et personnalités. ». Pour lui un chorégraphe est celui qui se nourrit des apports de la danse moderne, qui retient les mouvements et non leurs motivations, préférant les plus frappants. Oui, il était ce véritable modéliste des pas, des mouvements de l’instant, un enthousiaste qui suggère les effluves d’un réel altruisme pour son Art. Mais aussi tous les miracles d’une alchimie qu’il puise dans les abysses de son imaginaire, soumis aux ardeurs de ses élans. Il confiait qu’un « chorégraphe, sans être un magicien, doit toujours avoir un lapin qui sort de son chapeau. Que les ballets d’hier devaient toujours être magiques et étonner aujourd’hui. ». Le sien était le Lac des Cygnes. Il veillait jalousement sur ses danseurs, et lorsqu’ils n’étaient pas performants, il les laissait tomber, mais en douceur, comme une chatte envers ses chatons. Parlant de ses créations, il disait : « Je n’aime pas l’adjectif instinctif car trop triste. Je préfère imagination, goût de l’aventure et … solide santé parce que l’on rencontre beaucoup de chemins escarpés avant d’atteindre la clairière accueillante. Posséder aussi le sens théâtral, la séduction, l’hypnose et la réelle connivence avec le public. ». En 1972, le Ballet de Marseille est né par son vœu émis auprès de Gaston Deferre alors maire de Marseille, et ce n’est qu’au début de l’année 1981 que le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing lui accorde le label « national ». Cette Compagnie restera pour la France un véritable patrimoine culturel et artistique et, au fil des tournées dans le monde, l’ambassadrice de la culture française. Grâce à Roland Petit, Marseille sera l’une des capitales de la danse.

Dimanche 10 juillet, le monde de la danse est en deuil. J’ai connu Roland Petit en 1997 parce qu’il était le parrain du mensuel de la danse « Ballet & Co » dont j’étais le concepteur et directeur de la rédaction. Ma pensée émue et affective va vers Zizi Jeanmaire et sa fille Valentine. Pour sûr qu’en guise d’adieu, chaussons de satin blanc et demi-pointes pirouetteront sur le cœur de ce maître à danser, celui qui a su… allumer les étoiles ! ».

 

Alain-Pierre Pereira.

 

Article hommage paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 15 au 21 juillet 2011.

 

Image2.jpg  Image1-copie-3.jpg

 

Images extraites du magazine Ballet & Co consultable sur la page d'accueil...


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 02:00

Les Enfants du Paradis… La belle et le mime au paradis !

 

Une fort belle idée que d’avoir créé une version chorégraphiée du chef d’œuvre réputé absolu et grand classique de Marcel Carné et Jacques Prévert « Les Enfants du Paradis » film réalisé en 1945, qui nous fait revivre le « Paris disparu ». Une fort belle adaptation du chorégraphe et danseur étoile José Martinez de l’Opéra de Paris (nommé directeur de la Cie nationale de Danse à Madrid, il prendra ses fonctions en septembre 2011. Il fera ses adieux officiels à la scène vendredi 15 juillet à 19h30 au Palais Garnier. À cette occasion, il dansera pour la première fois le rôle de Baptiste dans les Enfants du Paradis), sur une partition originale de Marc-Olivier Dupin. Ce ballet sera retransmis en direct sur grand écran depuis l’Opéra national de Paris, Palais Garnier, avec les étoiles, les solistes et le corps de ballet samedi 9 juillet à 19h30 à la Gare du Midi à Biarritz.

les-enfants-du-paradis.jpgLes Enfants du Paradis, c’est un poème magique sur l’amour fou, au parfum réaliste-romantique et de jalousies dévastatrices sur fond de boulevard du crime et de tréteaux. Mais aussi celle pleine de poésie, de fantaisie, de foucade, de légèreté et d’émotion. Là se croisent lors d’un carnaval, Garance la merveilleuse, l’insaisissable, celle qui aime séduire, le mime Baptiste Deburau, clown triste, un peu dans la lune, Nathalie, femme laissée et résignée, le cabotin et ingambe Frédéric Lemaître, le patibulaire et troublant Lacenaire et la picaresque Mme Hermine. Cette aventure légendaire d’une certaine littérature populaire dans laquelle s’imbriquent vie réelle et théâtre, ses artistes, son public ainsi que ses tavernes sombres et cabarets, qui déploient cette peinture du peuple acclimatée au ballet. En un mot, la chorégraphie alterne les grands ensembles et l’intimité des pas de deux amoureux avec virtuosité, grâce et talent !

 

Ballet Les Enfants du Paradis – Retransmission en direct du Palais Garnier – samedi 9 juillet à 19h30 – Gare du Midi à Biarritz

Tarifs : 20€, 14€, 12€ - gratuité jusqu’à 18 ans

Location Office du tourisme : 05 59 22 44 66 ou www.biarritz.fr

Organisation : Affaires culturelles : 05 59 41 57 50

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 8 au 14 juillet 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 23:23

Le Lac des Cygnes… Divin plaisir sur grand écran !

 

Ce conte magique, entre tiédeur et mélancolie, « Le Lac des Cygnes » du compositeur Tchaïkovski, dont le chorégraphe Marius Petipa créera le mythe de la danseuse cygne, ballerine par excellence, sera projeté en exclusivité, en HD, sur les écrans CGR de Bayonne et Tarnos le 24 juin à 16h et 20h, en différé du Royal Opéra House de Londres.

lac-des-cygnes.jpeg

Très succinctement : Siegfried, prince solitaire, qui, au lendemain de sa majorité, part à la chasse. Au bord d’un lac, il y rencontre Odette, cygne le jour et gemme la nuit dont il tombe folement amoureux. Elle lui raconte sa tragédie et l’envoûtement dont elle a été victime. Seul un homme lui jurant fidélité et amour pourrait la débarrasser de ce sort maléfique. Le prince s’y engage… Un ballet qui célèbre la lumière, qui fait vivre l’enchantement par ces oiseaux séraphiques qui possèdent pouvoir et séduction fantasmagoriques. Un divin plaisir pour l’œil, entre le pas de deux d’Odette et de Siegfried, les grandes variations, les pas de trois, la danse des cygnes et les solis des Etoiles ! Le lac des cygnes en « ciné ballet » est une bonne idée et une opportunité qui permettra à un large public de découvrir ce bel art !

 

CGR Bayonne et Tarnos – 24 juin à 16h et 20h

Tarif : 18€

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 24 au 30 juin 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 00:38

La géographie du danger… pour une vie meilleure !

 

geographie-danger.jpg

 

« La géographie du danger » est une création du chorégraphe/danseur Hamid Ben Mahi, tirée du roman de l’écrivain poète Hamid Skif qui sera présentée au Théâtre de Bayonne les 13 et 14 mai à 20h30.

Ce ballet mis en scène et dansé par le chorégraphe est un solo « coup de poing » sur le parcours d’un sans-papiers qui vit terré dans une chambre de bonne depuis de nombreux mois. Il est envahi par le sentiment d’enfermement, d’abandon, de crainte, de fermeture d’esprit et de faiblesse. Hamid Ben Mahi compose un brassage contemporain/hip hop, à la recherche de mouvements qui dotent le propos. Seul dans cette chambre, jour et nuit, la nuit où il imagine la rue et ses chats pas toujours gris, et ces âmes de voisinage qui exorcisent rêves et blessures sur les trottoirs. Ambiance de solitude, où une musique s’échappe d’un vasistas ouvert, d’une capture de parole directe, l’on voit alors l’image « profilante » d’un laissé pour compte. Musique qui s’unit aux cris aigus du « silence » ; d’une vie en pleine représentation dans toute son ampleur et son déclin qui surgit comme une lame de fond. Hamid a des mouvements très décomposés, appuyés, comme s’il voulait interpréter les émotions de la rue et leur donner un air d’authenticité. Son découpage chorégraphique aux gestes syncopés doit son « exégèse » au souci de pleinement communiquer les vertiges qui habitent son corps, ses pensées en suspension temporelle dont la teneur n’est qu’état d’urgence, un SOS à l’écho retentissant, comme des voix perdues dans le désert. Son désert de la vie. Au libre arbitre de lui frayer une porte de sortie, et quoi de plus humain que de vouloir une vie meilleure !

 

La géographie du danger – 13 et 14 mai à 20h30 – Théâtre de Bayonne

Plein tarif : 18€ - carte saison : 15€ - moins de 30 ans, les Maimorables : 10€2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Réservations : 05 59 59 07 27 et snbilletterie@snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 13 au 19 mai 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 20:53


malandain extrait par poesieduster64

 


 

© Alicia Snicker.
2011-PHOTOS-0206.JPG
© Alicia Snicker.
2011-PHOTOS-0200.JPG
© Alicia Snicker.
2011-PHOTOS-0199.JPG
© Alicia Snicker.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 22:17

La France en Flamenco

Chantez les mots, dansez les notes !

 

Santa Maria vous propose « La France en Flamenco » le 15 avril à 20h30 au Colisée à Biarritz.

Six artistes perpétuent le folklore gipsy et le patrimoine de la chanson française. Ainsi tournera la roue du temps au hasard des décennies, un répertoire en live des grands succès de Brel, Aznavour, Piaf, Ferrat. Une succession de différents thèmes de la vie, dans une mise en scène libre, vive et tout en nuances ! Dans cette petite salle feutrée, on aura envie de fredonner et de dansotter. Ce plaisant « sexto » ravivera les chansons d’hier empreintes  d’une nostalgie non démodée et ce, en évoluant sur des pas de flamenco. Véritable performance vocale et musicale ! La France en Flamenco : une créativité débridée qui encourage le rappel. lafranceenflamenco-1.jpgCet original divertimento sera interprété par la chanteuse Maeva, les Andalouses Vanessa (chanteuse-danseuse) Valérie (guitariste) et le gitan catalan Sergio (chanteur-guitariste). Un espace intimiste où la légèreté domine avec ses perceptions émotives et prenantes. D’immortelles chansons de ces monstres sacrés de la variété seront au cœur de notre corps, de notre esprit, nous liant au souffle de la vie, de l’amour, du chant, pareille à une valse à mille temps. Moments de pur bonheur par ces textes élus, hardiesse d’une présence, d’un contact et d’un périple musical rempli de souvenirs.

Courrez vite voir ce spectacle qui défile à portée de vos yeux et de vos oreilles. Délaissez pour un soir votre petit écran, et venez vous faire plaisir en découvrant le sens des mots authentiques, non aseptisés !

 

Victoria Music présente « La France en Flamenco » - vendredi 15 avril à 20h30 au Colisée à Biarritz

Tarif unique : 15€ (places non numérotées)

Réservations : 05 59 22 44 66

 

logo.png

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 8 au 14 avril 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 18:06

Répétition générale et publique pour « Magifique » !

magifique-1.jpg

Dans le cadre de son projet transfrontalier, Malandain Ballet Biarritz présentera son ballet « Magifique » conduit par l’Orchestre Symphonique d’Euskadi les 127 et 18 février au Kursaal à Saint-Sébastien, le 20 février à l’Auditorio Baluarte à Pampelune et le 24 février au Palacio Euskalduna à Bilbao.

En préparation de ces représentations, Malandain Ballet Biarritz fera sa générale mercredi 16 février à la Gare du Midi à 19h avec l’Orchestre Symphonique d’Euskadi.

Afin de partager ce moment chorégraphique et musical exceptionnel, cette soirée sera ouverte aux Amis du Malandain Ballet Biarritz et au public dans la limite des places disponibles.

Thierry Malandain associe à « Magifique » à quelques souvenirs personnels de « Casse-Noisette » « La Belle au Bois Dormant » et « Le Lac des Cygnes ». Un spectacle qui mêle l’humour, le pittoresque et le féerique. Ces ballets seront la passerelle entre le réel et l’infini que prolongera la divine musique de Tchaïkovski. La danse s’expose placide et méthodique, et l’on ressent combien le Maître de ballet a su affiner son propos.

Une chorégraphie où chacun devra se souvenir de sa propre histoire afin de soutenir ce qu’il voit, ce qu’il imagine. Magie produite ou matière brute recyclée pour la vie en formes expressives et poétiques. Le chorégraphe s’amuse, transmet la joie de danser, détourne ports de bras, arabesques ou attitudes dans les enchaînements complexes qui semblent si simples tant ils sont naturels et partagés. L’humour, la complicité, chaque relation particulière trouve ici dans la danse une part de poésie, ainsi que de multiples sentiments et sensations. Le chorégraphe artisan de la beauté, ouvert à toutes les expressions, nous promet encore une fois une belle soirée particulièrement propice à mettre en valeur ses danseurs concentrés et déterminés dans leurs mouvements.

Un programme très équilibré qui nous offrira de délicieux et irréprochables solos, pas de deux, petits pas courus, jetés, sauts et entrechats dont Malandain met en avant l’éventail infini du langage corporel.


Renseignements : Malandain Ballet Biarritz : 05 59 24 67 19


Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 février 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 18:50

Le Temps des Mômes... Tout minot, tout beau !

 

temps-momes-1.jpg

 

Malandain Biarritz Ballet forge la personnalité de l'enfant danseur. Cette incursion dans le "Temps des Mômes" où se croisent conte chorégraphique et monde chimérique et fabuleux, va permettre aux minots de s'identifier aux héros dans leur voyage à la frontière de l'irréel et d'un temps de déambulation. Ils les guideront vers un petit théâtre merveilleux transformé en un livre animé par la magie de la danse. Une suite de tableaux et figures inattendues qui illustrent des aventures où s'associent le mystère, la grâce, l'émotion, la gaieté et l'humour qui accapareront les scènes de la Gare du Midi, du Colisée, du Théâtre des Chimères les 9, 11 et 12 février. Nos mômes danseurs vont découvrir la richesse poétique du langage chorégraphique qui ouvre les portes aux associations d'idées et à l'imaginaire.

 

AU PROGRAMME

 

"Les voisins Battit et Luzia"

 

Une création de la Compagnie Traversée. L'histoire de relations qui pourraient être agréables s'il n'y avait pas les rituels, les défauts et les petits caprices. La pression est tangible, le ton monte, jusqu'à ce que ... Une belle alliance entre un comédien et une ballerine qui expriment entre esprit et égratignure, une amitié âprement compliquée, inspirée du livre à succès de la littérature jeunesse "La Brouille" de Claude Boujon.

 

Le 9 mai à 16h au Colisée à Biarritz

Tarif : 13,60€

Réservations : 05 59 22 44 66 et Renseignements : Biarritz Culture : 05 59 22 20 21

 

"Et droit devant jusqu'au matin"

 

Compagnie NGC 25. Peter Pan repensé par dix danseurs qui extériorisent les symboles : peur de grandir et recherche de liberté. Une échappée du temps qui balade nos rêves et nos vies... Une histoire dansée qui s'adresse au goût du merveilleux, à la vision du fantastique et de l'insolite qui existent chez l'enfant. Un spectacle expressif où se côtoient le héros et ses compagnons face au cruel Capitaine Crochet. Ce ballet est chorégraphié par Hervé Maigret.

 

Le 11 février à 20h30 sous chapiteau Gare du Midi à Biarritz

Tarif unique : 12€

Réservations : 05 59 22 44 66 et Renseignements : Biarritz Culture : 05 59 22 20 21

 

"Animale"

 

Compagnie Pernette. Quelle est cette surprenante et bizarre créature aux longs ongles, mi-magicienne, mi-vampire, qui danse entourée de 50 souris ? La chorégraphe Nathalie Pernette nous exhorte à une chimérique rencontre entre l'univers de la danse et le monde animal ! Un ballet pas banal. Dans son espace protégé, elle invite à la discrétion d'une œuvre rigoureuse dans sa construction gestuelle, sa scénographie, son évolution dans le temps, sa recherche esthétique régulière et ce, malgré l'instabilité qu'engendrent ses petits partenaires. Une danse libre et savoureuse !

 

Le 12 février à 11h Théâtre des Chimères

Tarif : 12€

Réservations : 05 59 22 44 66

 

Le Temps des Mômes est la 1ère édition de la Biennale de la Danse Jeune Public, sous la direction artistique du chorégraphe, Thierry Malandain, cet amoureux de la danse, éclectique dans son savoir, exigeant dans la pratique, affirmé dans son jugement. Un artiste révélateur dans tous les sens du terme !

Rien n'est plus formateur et motivant que la scène qui est l'aboutissement du travail quotidien effectué sous la houlette des professeurs et chorégraphes. En tout cas, chers petits danseurs en herbe, continuez assidûment votre voie, ne vous laissez pas distraire et n'oubliez pas que la danse est un beau moyen d'expression et de communication !

Assurément "Le Temps des Mômes", c'est tout minot, c'est tout beau !.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 4 au 10 février 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 22:25

Cabaret Les Années Boum... Panache d'une revue !

boum 1

Si vous aviez mille et une nuits pour vous offrir toutes les joies, tous les plaisirs de la vie, il faudrait naturellement en passer une au Cabaret.

"Les Années Boum !" ainsi commence le... il était une fois l'histoire d'un cabaret landais où sa troupe de jeunes artistes complets et talentueux fait la nique aux célèbres music-halls parisiens.

Ce 11 décembre 2010, en compagnie de deux amis, Philippe et Manuella, fervents amateurs de revues, nous fîmes (grands ducs) une virée à Saint-Lon-Les-Mines. Nuit magique où chacun appréciera la revue "Paris Broadway" qui soulève le vent du rêve ! Sitôt franchie l'entrée, de ravissantes girls, superbement et délicieusement moulées dans une robe pailletée, vous accueillent avec charme et sourire. En toute bienséance, elles vous dirigent vers les tables éclairées par une lumière ouatée. La proximité des uns et des autres à table favorise les échanges : rien ne vaut la chaleur humaine ! Le cadre est unique et deux valeurs font toute la réputation du lieu : sa cuisine et sa notion de la fête. Et ceux qui pensent encore que dîner-spectacle rime avec cuisine minable n'ont jamais passé le seuil du cabaret : La convivialité est la plus belle des coutumes et ce lieu peut s'enorgueillir de la posséder. L’œil observateur et paternaliste du gérant Patrick Castets y est pour beaucoup. Très vite on est séduit par la valse des serveurs (sous la direction d'Alice, la chef de brigade) dont le contact et le service très attentif au désir du client font la réussite de cette équipe. Et n'oublions pas les sympathiques barmen. Chaque plat étonne par sa subtilité des cuissons et ses saveurs authentiques, véritable délectation pour le palais. Des instants qui donnent une raison de rougir de plaisir avant que ne débute la revue "Paris Broadway". Celle placée sous la vitalité d'un show où se succèdent sur un rythme électrisé, enlevé, impertinent et attractif les comédies musicales. En guise de cocktail, avant de savourer le duo de terrine de pot au feu et de foie gras au naturel, l'instant magique lorsque s'ouvre le rideau : musique, lumière et magnifiques costumes. Un seul regard, et toute l'âme et le cœur du show s'offrent à vous. Danseurs et chanteurs glamours envoient le prologue aux sonorités modernes, dans la pure tradition des grandes revues. Le rêve devient alors réalité et le public enjoué ovationne comme pour bisser. Hymne à l'amour du chant et à la passion de la danse, la troupe Les Années Boum redonne ses lettres de noblesse au divertimento du music-hall qu'on croyait disparu. Oh ! plaisir des yeux que ce tourbillon de tableaux en rose, bleu ou couleurs arc-en-ciel, qui s'enchaînent sans la moindre confusion, sans jamais se ressembler, car tout est bien cadré et adapté. Des artistes qui dansent et chantent les plus célèbres airs de la comédie musicale, Starmania, Grease, Notre-Dame de Paris, Mozart l'Opéra Rock, les Dix Commandements, le Roi Soleil, le Roi Lion, Cléopâtre...Une revue assurément en vogue avec son répertoire d'une tournure moderne. Charme et fascination sont garantis par les chanteurs et danseurs : Christophe, Benjamin, Laëtitia, Estelle, Gilles, Christophe (du cabaret Madame Arthur de Paris), Angélique et Vanessa. Et l'on s'attardera volontiers sur la piste de danse où l'ambiance et les musiques diverses seront assurées par DJ Mika. Tout se coordonne pour vous offrir une nuit blanche sans lunettes noires et chamarrée.

 

Cabaret Les Années Boum dont les représentations ont lieu dans la Salle du Moulin de Bagat, rond-point de l'usine Seosse à Saint-Lon-Les-Mines (40).

Réservations : 05 58 89 19 19 ou info@anneesboum.com

Cette troupe tourne également dans toute la France et notamment à Paris.

boum 2

CHRISTOPHE : Cuisine, aéronautique et chant !

Un parcours atypique : CAP de cuisine, passage chez un traiteur, puis cap vers l'aéronautique qui le mène tout droit... à la chanson ! quinze ans que Christophe chante, après avoir suivi des cours de chant, notamment au Conservatoire de Musique de Tarnos. Il décide de créer son entreprise "Cabaret" en association avec Laëtitia, Gilles et Benjamin. Christophe est également danseur et comédien. Pour lui, chanter, c'est l'émotion d'un instant. Chanteur de charme qui possède une voix de variétés très colorée. ©DR.

boum 3

BENJAMIN : Un chorégraphe de style !

Pas besoin d'avoir l'expérience Béjart, l'important, c'est l'esprit cabaret. La discipline de la revue est tout à fait différente d'un spectacle de danse classique. Il faut être doté d'une grande souplesse, d'un rythme musical et d'une belle aisance scénique. Aux auditions, il demande aux artistes d'avoir le sourire à tout moment et d'évoluer dans des mouvements sensuels pour donner une parfaite harmonie de pas d'ensemble. Les plumes, le strass, les paillettes font partie de la magie de la revue. Il n'établit aucune contrainte, mais il veut qu'on vive intensément sur scène. Ce n'est pas pour demain que le chorégraphe quittera la barre ! ©DR.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 24 décembre 2010 au 6 janvier 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans DANSE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories