Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 23:49

Festival Bidart en rire… Chaleur et soleil de l’humour !

 

Pour la 2ème année la ville de Bidart et Victoria Music proposent les 18 et 19 novembre « Bidart en rire ». Deux dates où l’humour et bonne humeur seront au rendez-vous offrant aux artistes (sans pour autant être des têtes d’affiche) d’être ses hôtes ! bidart-en-rire-2011.jpgAu programme duo et one woman show. 2010, l’humoriste Martial Betirac remporta la finale et cette année il fera la 1ère partie du spectacle de la chanteuse Margaux interview le 18 à 20h30 au Cinéma Family. Une chanteuse qui capte la lumière et qui sans inhibition osera son show « comment éviter les pièges du show biz » écrit et mis en scène par Cécile Batailler et Fabrice Schwingrouber. « l’Arlequine » explose de cocasserie et d’esprit lorsqu’elle entre dans la peau d’une artiste qui a connu gloire et … traversée du désert (et c’est son cas) avec son tube « et toute la ville en parle » de Barbelivien dans les années 90. Une décennie après, entre aplomb et brio, elle revient sur le devant de la scène pour raconter ses déboires sur un ton persifleur mais sans amertume. Le 19 à 20h30 au Family, « sexe, arnaque et tartiflette » interview divertimento coécrit par Fabrice Schwingrouber et Cécile Batailler qui vous donne une bouffée 100% de vie et un bon coup de grisou de rire ! C’est savoureux avec des répliques jubilatoires servies des pasquins authentiques ! Si l’envie de rigoler vous taquine, réservez vite votre place même si les deux spectacles sont gratuits (limite des places). Bidart en rire, c’est la carte de la légèreté et de la gaieté qui crée une manifestation festive et populaire !

 

Bidart en rire – 18 et 19 novembre

Infos et réservations : Service culture mairie de Bidart : 05 59 54 68 59  - Victoria Music : 05 58 71 32 81 – Bibliothèque municipale : 05 59 54 75 26

Chaque soir un rendez-vous est donné devant le cinéma Family pour prendre un verre et déguster un talo.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 novembre 2011. logo

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 17:27

Dantza Hirian 2011

dantza-hirian.jpg 

La danse, un art à part entière

 

Choisir les espaces publics pour s’y exprimer n’est pas à la portée de tous ! La proposition artistique doit en effet tenir compte de tous les paramètres sonores, visuels et des affluences qui peuvent interférer lors des représentaitons.

Pour sa 6ème année, Dantza Hirian et son festival de la danse itinérant se déroulera du 15 au 25 septembre dans les rues de neuf localités de l’Eurocité basque : Ascain, Bayonne, Biarritz, Donostia, Errenteria, Hendaye, Irun, Saint-Jean-de-Luz, San Sebastian, et pour la première fois à Anglet. Dantza Hirian s’applique à unir les publics et invite à un rassemblement culturel de belle importance des spectateurs qui ne hantent pas forcément les salles. Cette manifestation a rencontré un vif succès et s’est tout de suite placée comme un festival de danse sous toutes ses formes. Depuis, les adeptes attendent impatiemment les nouveaux rendez-vous pour vivre ou revivre des temps forts en émotions et sensations. Les organisateurs offrent des programmes favorisant les rencontres, lesquels se font à travers les rues et quartiers. Différents domaines artistiques sont représentés dont on citera bien sûr la danse contemporaine, le hip hop, la danse théâtre, la danse basque et les arts martiaux par des compagnies qui viennent de France, d’Espagne, de Belgique et de Grèce, donnant ainsi une dimension internationale à cette programmation.

Dantza Hirian est heureuse de recevoir La Vouivre qui fera découvrir « Oups » une pièce poétique de danse théâtre. À ne pas manquer la chorégraphie rythmée du duo féminin de la compagnie Jesus Rubio (Madrid) avec Sinnerman sur une musique de Nina Simone. On découvrira la chanteuse cambodgienne Yiphun Chiem avec un extrait de son spectacle Apsara où se mélangent hip hop, danse traditionnelle cambodgienne et arts martiaux. Le Trio grec Rootlessroot avec « Eyes in the colors of the rain ». Eneko Alcaraz (Hondarribia) présentera « Sorginak Kanpora Ertza » (Donostia). Transparent. Exceptionnel et novateur, ce festival investira les rues de l’Eurocité pour faire découvrir des compagnies de danses contemporaines. Dantza Hirian encourage et soutient la création, la recherche et la diffusion de la danse en espaces urbains au niveau local et international, à travers l’organisation tout au long de l’année d’un programme transfrontalier de résidences d’artistes, appelé Aterpean. Dantza Hirian est plus qu’un festival transfrontalier. Son identification par les institutions publiques, sa valeur itinérante, créative, éducative, sociale et internationale en font une référence dans le paysage européen. Il s’affermit comme un programme de sensibilisation et de soutien à la création et à la diffusion de la danse contemporaine en espaces urbains. En ce sens, Dantza Hirian favorise les artistes et les compagnies d’Aquitaine et d’Euskadi, faisant du festival un espace de production, d’échange et de collaboration.

 

Informations : www.dantzahirian.cominfo@dantzahirian.comhttp://dantzahirian.blogspot.comfacebook@dantzahirian.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 9 au 15 septembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 23:02

Le Temps d’Aimer la Danse

Chorégraphies du monde lancées aux quatre vents !

 

L’association Biarritz Culture, son président Jakes Abeberry, son directeur artistique Thierry Malandain et sa chargée de communication Eloixa Ospital ouvriront du 9 au 18 septembre le 21ème Festival « Le Temps d’Aimer la Danse » à Biarritz.

Une démonstration de la danse qui ouvre une véritable fenêtre sur le monde, fenêtre qui laisse entrer ce vent frais de la création artistique. L’occasion pour nos sens de partir à la rencontre des danses flamenco, africaine, caribéenne, japonaise et basque. Au fil des années, le festival a fidélisé un large public avide de voir les langages chorégraphiques les plus originaux. Un public toujours partisan et assidu pour cet évènement qui fait de la danse une histoire de partage. Par ailleurs, ce festival s’est imposé comme l’actualité majeure de la vie culturelle, faisant cogner vivement le cœur de la ville par sa fougue et sa passion de la danse grâce à une fidèle équipe organisatrice zélée et éclectique dans son savoir. Il nous offre également un tour d’horizon qui permet de voir comment les chorégraphes et danseurs d’ailleurs s’expriment aujourd’hui. Interprètes et compagnies invitées cette année représentent ce qui se fait de plus dynamique dans la culture influente de la danse contemporaine des quatre coins du monde, lancée aux quatre vents. tempsaimerdanse.jpg

Pour sa 21ème année, le festival biarrot propose à ses habitants une immersion de dix jours dans le monde de la danse contemporaine, en conviant quelques compagnies venues d’Europe, d’Asie, d’Afrique et du Moyen Orient. Cet incroyable décorum astucieusement préparé par les organisateurs et particulièrement par son compétent directeur artistique Thierry Malandain, garantit l’enchantement et l’attraction originale de ce rendez-vous de septembre. Un festival qui offre sa vision totale et externe de ce qui passionne aujourd’hui dans le monde : un art en continuel mouvement. Il ouvre la voie sur une programmation riche, quelques noms de la danse contemporaine, la nouvelle vague de jeunes créateurs et l’émergence de talents neufs.

Fidèle à sa mission, Le Temps d’Aime la Danse donnera carte blanche au ballet qui ouvrira le « bal », si l’on peut s’exprimer ainsi, à la Cie Nationale de danse contemporaine de Norvège avec Corps Walk (une première française), pièce sur le marché, comme une nouvelle danse où l’émotion, l’ordre et le chaos guident les danseurs. Une plongée dans l’univers grinçant, proche de la folie où l’humour garde toutefois sa place avec Expédition Paddock par le Tango Sumo. La Cie Guillaume Bordier et son Fragment 14, où les danseurs dévoilent les multiples usages du mot « fragment ». La Cie Pierre Rigal avec Asphalte, un voyage aux frontières du hip-hop. La Cie Maritzuli avec Aurrez Aurre, un face à face avec les sens et l’essence de la danse basque. Le Ballet d’Europe Jean-Charles Gil avec trois pièces portées par les danseurs qui osent exprimer l’émotion. La Cie Yann Lheureux et son Reach our soul Berlin, Yohannesbourg, Séoul, trois villes qui trimballent les stigmates de fractures politiques et raciales. La Cie Israel Galvan et son El Final de este estado de Cosa, Redux, d’enfer et de révélation, ce ballet s’empare du texte de l’Apocalypse pour jeter les mots aux pieds des chevaux. La Cie Fabien Thomé et son Desde el Sofa, où l’on aborde la gestuelle flamenca en brodant des histoires autour du sofa. La Cie Chantier Edouard Drouard et l’Anneau de Salomon, danse symphonique, un ordre voulu à Nelson Mandela et au long chemin de la liberté, par les danseurs africains de Georges Monboye. Le Ballet contemporain d’Alger Abou Lagraa et son Nya (faire confiance à la vie), des histoires de ponts et de racines, dans une gestuelle contemporaine, sur la voix vibrante d’Houria Aïchi. La Cie Séo (Corée du Sud) avec A table !, un repas partagé autour d’une table en France, une atmosphère joyeuse, entre émotions personnelles et caractères différents, sur une bande son de Noir Désir et de chants lyriques. Une pièce gourmande qui réveille de désir, l’appétit et la musicalité des corps. La Cie Myriam Soulanges (Guadeloupe, Maroc) avec Alé Rivé/Heltic Mika Talon, sur l’identité et l’apparence. Et les Guests Company avec Yuval Pick et son Score, où bribes, sonorités, bout de langue et de vie seront présents. Ils décrivent une zone d’énergie à haute-tension. Puis la magistrale Cie Les Ballets de Monte-Carlo/Jean-Christophe Maillot, celle qui traverse les époques et qui se renouvelle toujours, clôturera ce festival avec Altro, un ballet qui célèbre les corps en mouvement comme autant de confidences murmurées et Opus 50 (dernière création) qui nous livre une approche lumineuse et douloureuse de la grande faucheuse, en brassant dans le même souffle, le lumineux, l’obscur, l’oubli et l’espoir.

Et, cerise sur le gâteau, on se laissera emporter par la dernière création « Lucifer » du sublime chorégraphe Thierry Malandain (nous aurons l’occasion d’en reparler plus longuement) et en seconde partie où les danseurs s’aventurent sur un plateau couvert de pétales couleur cendre pour une chorégraphie qui mêle amour et superstition avec « l’Amour Sorcier » et le « Boléro de Ravel ».

Le Temps d’Aimer la Danse témoigne la vivacité et la richesse d’une ville pour ce bel art dans notre société et garantit un rendez-vous d’excellence !

 

Pour connaître la programmation, les lieux : renseignements du 05 au 18 septembre à la Gare du Midi, Office du Tourisme de Biarritz au 05 59 22 44 66 (heures d’ouverture), Biarritz culture au 05 59 22 20 21 (heures d’ouverture) et les points de vente habituels

Tarifs : de 12€ à 38€

Billetterie en ligne : www.letempsdaimer.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 2 au 8 septembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 23:43

Baleapop… Echapées récréatives et amicales

 

Baleapop vous propose ses deux sphères reliées : musiques actuelles et art contemporain. Une fête momentanée retentissante accordée entre concerts et expos d’art plastique, le tout baigné dans une ambiance festive, amicale et chaleureuse et poussée par la création présente et son exploration. Baleapop vise à mêler diverses représentations artistiques telles que la danse, musique, peinture, art graphique, vidéo, déco, BD, créations de bijoux, afin de sensibiliser un public de tout âge et de toute sensibilité qui prendra place dans un cadre unique et transfrontalier (Pays basque), constitué de lieux curieux et inattendus comme le parc urbain, le bord de mer, les maisons, musées qui sont propices à une originale façon de capturer l’art. Baleapop, c’est une organisation pointue, abordable, moderne et exceptionnelle, ouverte sur des temps forts : concerts live intimiste, électronique et bleeps, tropical, pop nippone, synthé pop. Mais aussi du temps jeune public, siestes sonores et balearic, pique-nique participatif… Baleapop (versant mer) associé au festival Usopop (versant montagne) propose également un cadre atypique où chaque jour à un temps spécifique, nous offrant de nouveaux parcours sur trois jours, sous la forme d’un voyage transversal tournée vers l’exploration, multiforme et champêtre.

baleapop.jpgPour sa partie contemporaine, Baleapop a donné carte blanche à de jeunes artistes issus de différentes scènes : photographie et visuels psychédéliques d’Emmy Martens, pentures d’Alicia Vaïsse, ses trompe-l’œil disséminés dans le parc, Flow d’Heily, ses détournements démesurés d’objets issus de la pop culture. Lady My propose à travers la mise en palce de tipis géants où le retour mystique à la nature et Wonderwild, ses avions géants voileront le temps d’un instant le ciel de Guéthary. Basile Buisson, ses vidéos hypnotiques. Les Ginette Carton, leur live mordant et totalement décalé. Shoboshobo avec Kumi Solo opèreront un live vidéo. Puis les siestes électroniques de Toulouse vous berceront et vous feront atterrir en douceur, en s’harmonisant d’une sieste sonore. Un stage de danse (rythme traditionnels de Guinée) sera proposé et animé par Alexandra Nguema. Les Moïmoï avec L’art n’est pas grave, ou la pampa basque et ses espaces balnéaires idylliques où se distingue toute une pléiade d’artistes, musiciens, graphites ou artisans de la communication, autour de cet attrait commun de concrétiser des envies originales. Et n’oublions pas pour la programmation musicale les live et djsets Petit Fantôme, Narwhal, Feu Machin, Odei, Luke Abbott, Magic Panda, Wagner, Eva Peel, Groj, Elorn, Lloba, Wolfpack Beartrack, Maintane Sebastian, Spt, L’œil de l’aigle, Pawn Hearts. En somme ce sont trois jours d’échappées récréatives et amicales que nous propose Baleapop !

 

Pour informations, programme détaillé et accueil du festival :

Musée et Parc Guéthary 117 avenue du Général De Gaulle – Guéthary Infoline : 06 74 60 85 46 ou site officiel du festival : www.moimoifestibala.com

Entrée libre Parc, Musée et Heteroclito à Guéthary

Entrées payantes  Mini-Balea 3€ sur inscription

Lives du 13 : 8e et Lives du 14 : 10€

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 12 au 18 août 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 20:42

Afrique Euskal Herri … sur les chemins des sources de vie

 souleiman-diamanka.jpg

Souleyman Diamanka


Errobiko Festivala est la 16ème édition consacrée à la culture et à l’artistique sous le haut patronage de la ville d’Itxassou, du 21 au 24 juillet avec diverses manifestations (concerts, expos, stages, conférences, spectacles) depuis l’Afrique jusqu’à son Euskal Herri, quatre jours où cette ville du Pays basque sera animée par de nombreux artistes de tous bords. Une programmation digne d’un grand festival qui surprendra et qui permettra l’évasion.

Ce sera là un voyage qui mènera sur le continent africain, sur les chemins des sources de vie.

Jeudi 21 juillet, des danses africaines, expos, concerts Euskal afro jazz et brésilien.

Vendredi 22 juillet, slam, balades musicales pour les enfants, café concert, apéro swing et repas, chants et danses du Sénégal, du Brésil et les nuits de Zabaloa.

Samedi 23 juillet, parties de pelote, sauts basques, concerts avec musiciens basques et africains, un rendez-vous avec Biskra, ville aux portes du désert et des chants de l’Afrique noire.

Dimanche 24 juillet, journée de clôture, ce sera une marche poétique et un pique-nique.

Les après-midi laisseront la place à une kyrielle de concerts et d’animations pour petits et grands. C’est donc un avis de sorties culturelles et de détente que vous lance la ville d’Itxassou et qui favoriseront des rencontres originales avec le public. Saluons au passage les organisateurs qui ont élaboré une belle programmation bigarrée, certes sans vedettes, mais avec des artistes doués.

 

Festival Errobiko Festibala du 21 au 24 juillet à Itxassou.

http://www.errobikofestibala.fr

http://www.myspace.com/souleymanediamanka

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 15 au 21 juillet 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 18:25

Festival « Bi Harriz Lau Xori »

Création basque et culture du monde.

 

 

oquestrada-1.jpg

 

« Bi Harriz Lau Xori », un festival d’expressions basques qui s’ouvre à Biarritz le 22 mars prochain.

Des artistes qui ont une passion commune, celle d’extérioriser leur travail par ascendance, patrimoine, et interrogation en utilisant la langue basque dans la culture basque. Danse, théâtre, musique se feront l’écho de divers souffles artistiques de l’univers basque tout en s’ouvrant sur les cultures du monde, et ce, jusqu’au 26 mars.

 

Deux rendez-vous à noter :

-          Vendredi 25 mars à 20h30, Oquestrada ou le bal à la portugaise conduit par la fringante Miranda au son de la Tasca Beat ou swing du café du coin. Un lacis portugais de feu de joie et une nostalgie sucrée. Une harmonisation qui adhère à la pétulance des chansons populaires entre funk et ska dans l’esprit désobéissant avec ce mélange original d’instruments : guitare portugaise, accordéon, contrebassine et chaise à percussion. Oquestrada guinche sous les flocons entre tango, musette, funana du Cap Vert et hip-hop, baignés dans un pluriel de langues et sa vitalité charme le public. Ce collectif hétérogène fourmille, revendique, et chante le glamour ouvrier des rues de Lisbonne et sa banlieue. Une façon de relayer mélancolie et prolixité. Alors bienvenue au pays où le rêve prend son temps !

-          Euripéan sera le 26 mars à 20h30 au Colisée à Biarritz où deux danseurs Mizel Theret et Johanna Etcheverry font « pirouetter » leurs pas chorégraphiés autour d’un bâton comme une mise en lumière de deux rendez-vous émotifs de la gestuelle. Le bâton, c’est la réaction du corps qui engage une lutte pour rester debout, étalant une danse qui se balance entre sédition et résignation à la gravité. Un solo dansé et écrit par lui, continué et repensé par elle. Une œuvre d’art où deux interprètes donnent toute latitude à la danse.

Tout le reste du programme sur www.biarritz-culture.com

 

Oquestrada – 25 mars à 20h30 – Gare du Midi à Biarritz

Tarifs : de 20 à 12€ (voir conditions)

Euripéan – 26 mars à 20h30 – Le Colisée à Biarritz

Tarifs : de 18 à 12€ (voir conditions)

Réservations : Office du Tourisme : 05 59 22 44 66 et billetterie en ligne : www.biarritz.fr

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays Basque’ du 18 au 24 mars 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 21:25

Biarritz Jazz Festival... du swing dans l'air quand le jazz est là !

 

jazz biarritz 1jazz biarritz 2

Anna Yerno et Guillaume de Chassy 20€ ; Emmanuel Beix Trio et Dianne Tell 20€ Tigran Hamasyan et Médéric Collignon Quartet 20€

 

©DR


Le Biarritz Jazz Festival 1ère édition peut s'enorgueillir d'être l'un des premiers carrefours des festivals de jazz en France.

Cette festivité jazzy se déroulera à Biarritz les 27,28 et 29 août à 20h et 21h30 à l'Auditorium du Casino. Les organisateurs ont élaboré une fort belle programmation bigarrée qui célèbre une musique d'origine américaine dont la mélodie saccadée se différencie avec la continuité cadencée de la batterie. Pas de grandes vedettes internationales, mais de prestigieux musiciens au service de cette rythmique sans précédent sous la férule de son directeur général Ivan Landrieu et de son parrain Aldo Romano, l'incontournable compositeur et batteur de jazz d'origine italienne, mais bien français ! qui en 2009 a reçu le prix d'honneur des Victoires du Jazz. Le 27 août à 20h Ana Yerno, danseuse de flamenco, chanteuse et percussionniste et Guillaume de Chassy un pianiste qui réinvente à sa façon le jazz et le classique pour en faire sa musique. A 21h30 Hadouk Trio ou tout un monde par lui-même, un continent imprévu qui pointe entre l'Afrique et l'Orient, un rivage improbable qui s'avance entre jazz et world. Le 28 août à 20h Emmanuel Bex Trio, claviériste souverain, aussi captivant au piano qu'à l'orgue Hammond. A 21h une belle surprise la Divine Diane Tell (interview dans l'édition du 20 août) revient à ses premières amours, le jazz ! Une voix colorée et veloutée, gorgée de feeling et d'émotion qui la rendent irrésistible. Elle charme et électrise, ses ballades ravissent ainsi que son jazz prodigieux de souffle et de peps. C'est sûr, vous apprécierez cette artiste accomplie qui rendra hommage à la chanson française mais aussi à l'écrivain compositeur Boris Vian avec son nouvel opus "Docteur Boris et Mister Vian". Le 29 août à 20h Tigran Hamasyan, star montante et éclatante et à 21h30 l'audacieux Médéric Collignon Quartet avec son trio musclé qui sonne comme un big band, avec sa musique sorte d'opéra artificiel et multicolore, dense et puissante.

Y aura du swing pour les gambettes puisqu'un bal à la salle des Ambassadeurs du Casino Municipal clôturera à partir de 23h (entrée 15€) cet originel festival conduit par l'Aquitaine Big Band, une formation de qualité, modèle des grands orchestres de jazz popularisés par Count Basie, Claude Bolling, composé de 21 musiciens et de sa chanteuse Annouk. Ainsi la ville de Biarritz confirme qu'elle n'est pas une station balnéaire morose, mais qu'au contraire, elle s'avive, vit et irradie à travers ses murs et son temps !.

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 27 août au 2 septembre 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 00:13

USOPOP ... Avis de sorties musicales !

 

Le festival USOPOP, par la volonté de ses organisateurs culturels, nous sert sur un plateau samedi 28 août dès 19h, des musiques divergentes à Sare, Col de Lizarrieta. Pour sa première édition dans un cadre bucolique, il célèbre les éléments, le rendez-vous et le décloisonnement des genres musicaux. Usopop ambitionne de mêler les expressions pour en extraire l'essence, faire surgir l'indicible dans le mouvement des musiques et sensibiliser le public sur l'ensemble des éléments naturels. Il offre une randonnée festive pour tous les goûts et tous âges en donnant plein pouvoir à six groupes chevronnés et atypiques.

usopop 1

Au programme :

"M. Botibol" du pop folk entre guitare, xylophone et sampler, alternant mélodies romantiques et rythmiques vives.

"Uncle Jelly Fish" exprimera la couleur afro aux accents des claviers vintages et percussions.

"Baden Baden" traduira ses ascensions électriques post-rock de Mogwai au répertoire pop de Death Cab for Cutie en passant par l'expérimental de Grizzly Bear.

"Joseba Irazoki" libère de sa guitare ses influences folk-rock à la joyeuse mélancolie des textes en euskara. Du live tantôt intimiste tantôt électriquement percutant.

"Odei & Moï Moï" improvisations avec des instruments habituels, clavier et batterie électronique.

Zalapartaka, c'est la source de toutes les naissances, la txalaparta résonnera comme une évocation aux musiques anciennes de notre forêt à travers les makil d'Ipotx et Inaki. C'est donc un avis de sorties musicales que nous lance Usopop !.

 

Usopop - Col de Lizarrieta à Sare - samedi 28 août à 19h

Entrée : 7€

Renseignements : 06 10 75 21 71 / 06 70 07 76 56 ou www.usopop.com

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 27 août au 2 septembre 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 23:09

Herri bat zuzenean

Festival EHZ... Putain, 15 ans déjà !

 

2010, le Festival EHZ, une histoire de quinze années d'actualité, d'accroissement local et de sensibilisation. Un défi relevé en 1996 : lancer une manifestation culturelle sur trois jours ! Un projet fou et audacieux qui naîtra sur un champ de Saint-Martin d'Arrosa pendant 8 ans, qui émigra en Soule 5 ans et pour venir en terre d'adoption dans le village d'Héleta. Malgré maintes difficultés, les bénévoles (dont certains n'ont pas connu Arrosa) ont toujours œuvrer pour pérenniser ce festival, toujours dans l'esprit tenace et de choix. C'est donc les 2, 3 et 4 juillet qu'ils défendront la multiplicité à Hélette.

ehz helette 1

En 2010, EHZ fait encore mieux : c'est l'organisation d'un tremplin qui compte 60 groupes, 5 scènes et 700 bénévoles qui accueilleront des milliers de personnes et même un concert de musique classique ! Fort de son succès, EHZ est farouchement tourné vers l'avenir, s'enorgueillit d'inviter des artistes phares tels Alpha Blondy, apôtre du reggae africain mais aussi planétaire qui se distingue par la particularité de sa musique et le style de ses textes qui vont émouvoir en premier lieu, enveloppant dans son souffle chimérique, la Côte d'Ivoire des années 80. Musicien de haute volée qui compte plus de 15 albums et un nombre considérable de concerts. Il n'y a pas à dire, le talent n'a ni couleur, ni frontière ! Autre vedette dans l'univers variétés, le Kabyle Rachid Tahar, où l'élève dissipé chez les religieuses, écrit et parle l'arabe littéraire grâce à son idole la chanteuse Oum Kalsom. Sa musique est inspirée de différents styles tels que le raï, le chaâbi, la techno, le rock et le punk ! Mais le chanteur dérange, ses sons métissés et ses textes âpres cherchent à faire la peau à la xénophobie et à la docilité. En 2004, son album "Tékitoi ?" identifie la guerre, le racisme, la corruption, les maux du monde actuel, se posant des questions intimes. Petite indiscrétion : Tahar, qui a toujours refusé la nationalité française, en mémoire de son oncle tué pendant la guerre d'Algérie, a commencé les démarches pour l'obtenir. Comme quoi, la France est une belle terre d'accueil ! Et Michel Urdangarain, dont l'écoute de ses chansons se fait avec naturel, parce qu'elles sont spontanées et laissent libre cours à la musique qui vit en lui. Son dernier album "Zubia" est fait de sentiments, d'état d'âme, un pont qu'on n'ose jamais traverser, une passerelle une fois traversée, nous dévoile les paysages de notre enfance. Mikel, c'est une voix fragile mais qui devient indispensable car elle nous réconcilie avec le monde. Sans oublier la kyrielle de concerts et animations au cours de ces trois jours, des critères importants qui favorisent des rencontres originales avec le public. Putain qu'c'est bath !.

 

Festival EHZ à Hélette - 2,3 et 4 juillet

Tarifs : 50€ pour les 3 jours ; 25€ le samedi ; 17€ le dimanche

Renseignements : 05 59 70 20 08 ou www.ehz-festivala.com

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 2 au 8 juillet 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 22:49

Arte Flamenco... l'identité de la danse et du chant andalou !

 

Comme le soulignent Henri Emmanuelli, député et président du Conseil Général des Landes : "Arte Flamenco c'est la danse, la voix, la flamme, l'énergie croisée..." Geneviève Darrieussecq, maire de Mont-de-Marsan : " Qu'Arte Flamenco continue à nous surprendre longtemps encore !" Rosa Torres conseillère à la culture : "Arte Flamenco est bien la preuve de l'internationalité du flamenco...".

arte flamenco 1

Arte Flamenco c'est la formule gagnante qui revient pour la deuxième année faire vivre son festival unique à Mont-de-Marsan avec ses échanges à travers de grandes soirées flamencas. Le fil rouge de cette grande manifestation artistique qui se déroulera du 5 au 9 juillet est le chorégraphe Rafael Amargo, personnalité magnétique, qui fut membre du jury et professeur d'expression physique à la Star Academy et qui a signé la chorégraphie de la comédie musicale Zorro aux Folies Bergères à Paris. A cette occasion, il nous présentera sa compagnie et son ballet " La dificil sencillez", une chorégraphie qui mêle l'audace des conceptions traditionnelle et actuelle du flamenco, proche de la danse contemporaine. Également la belle occasion d'explorer d'autres enchaînements du flamenco soutenus par de jeunes artistes espagnols novateurs qui encouragent l'hybridation des cultures.

En tout une quinzaine de spectacles ainsi que des rencontres artistiques, des échanges et des ateliers de pratique instrumentale.

Arte Flamenco, c'est le rendez-vous traditionnel que les amateurs du genre attendent avec empressement !.

 

Arte Flamenco - Mont-de-Marsan - du 5 au 9 juillet 2010

Tarifs : 4€ à 31€ - Tarifs réduits pour les scolaires, étudiants, demandeurs d'emploi, minima sociaux et groupe de plus de dix personnes

Renseignements : 05 58 06 86 86 ou http://arteflamenco.landes.org

 

Article paru dans 'la semaine du Pays Basque' du 2 au 8 juillet 2010.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans FESTIVAL
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories