Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 21:02

Rigoletto : Léo Nucci, baryton Verdi par excellence.

 

RIGOLETTO-EG-152-ABAO-0607-E.-Moreno-Esquibel.JPG2013, est l’année du bicentenaire de la naissance du compositeur romantique italien Guiseppe Verdi. A cette occasion, le Palacio Euskalduna à Bilbao présente l’une de ses œuvres Rigoletto, les 25 et 28 octobre à 20h, avec le baryton Verdi par excellence dans le rôle titre : Léo Nucci, qui peut s’enorgueillir d’avoir chanté plus de 400 fois le rôle du bouffon, (chiffre qu’il faudrait inscrire dans le « Guinness Word Records » !). Ce baryton possède une belle expérience de la scène lyrique, une puissance dramatique et un remarquable acquis de ses possibilités vocales actuelles et qui apprécie par-dessus tout, la grande humanité du maestro. A ses côtés, la soprano Elena Mosuc dans le rôle de Gilda, qui a cette belle voix contemporaine, pleine, ronde et chaleureuse, les notes aiguës, d’une clarté étonnante, et le ténor Ismaël Jordi dans le rôle du Duc de Mantoue, qui a rapidement atteint une place distinguée dans le monde lyrique, possédant un beau timbre, une présence et des qualités d’acteur indéniables. Ils seront accompagnés par l’Orchestre Symphonique et le Chœur de l’Opéra de Bilbao, et au pupitre, par un amoureux des voix, Daniel Oren. Drame de passion, de trahison, d’amour filial et de vengeance, Rigoletto, 17ème opéra de Verdi, livret de Francesco Maria Piave, d’après « Le roi s’amuse » de Victor Hugo, fut présenté au théâtre de la Fenice à Venise le 11 mars 1851, constituant avec Le Trouvère et La Traviata, « la trilogie populaire.

Une partition écrite en 40 jours, ce qui est extrêmement prompte et surprenant vu les puissantes qualités musicales et dramatiques de l’œuvre. Verdi déclara à la fin de sa vie que c’était sa meilleure signature musicale. Le personnage central offre une association parfaite de richesse mélodique et de pouvoir dramatique, qui met en évidence les tensions sociales et la condition féminine subalterne dans laquelle l’auditoire du XIXème siècle pouvait facilement s’identifier. Rigoletto de Verdi, à ne manquer sous aucun prétexte !

 

Productions Abao et le Théâtre Sao Carlos de Lisbonne présentent Rigoletto de Verdi au Pala Euskalduna de Bilbao les 25 et 28 octobre à 20h

Tarifs : de 80 à 200€

Contact : Marie-Christine Mendez de Vigo : 06 60 48 68 53 et mchristine.operabilbo@gmail.com

Possibilité de transport aller/retour au-delà d’un groupe de 10 personnes

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 25 au 31 octobre 2013.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 01:39

MERCI !!!


Parce que sa musique se suffit à elle-même et qu’il est positivement inutile d’en rajouter.


Mathieu Pesqué nous est revenu hier soir vendredi 25 octobre après un an d’absence au Caveau des Augustins à Bayonne avec un nouveau style, entouré de sympathiques et talentueux musiciens, nous présenter ses nouvelles compositions. Mais si un seul mot ne vous convient pas, alors je serai dithyrambique sur cette évolution musicale, un peu plus rock, un peu plus fun, mais gardant les intonations blues que nous aimons chez cet artiste. Dès qu’il prend le micro, sa voix s’élève dans les airs et nous capture au vol, profonde et chaude, sensuelle et envoûtante. Il nous emmène dans son univers avec force et nous laisse rêveur lorsque le dernier accord a été joué. Le public présent, « peu nombreux, mais de qualité » (dixit), à l’écoute de ses chansons et avide d’entendre les nouveaux morceaux, attendait jusqu’à la dernière note avant d’applaudir avec chaleur, c’est vous dire s’il était captivé.

Comment vous dire … je n’aurai jamais assez de superlatifs pour vous dire de lui car où trouver dans la même personne, le talent, la gentillesse et une telle envie de partager les émotions que je ressens lorsqu’il nous présente sa musique. Alors je n’en utiliserai pas ici. Je laisse à ceux qui sont venus l’entendre le plaisir de parler de lui et de le faire connaître à d’autres. Et à ceux qui ne sont pas venus… vous avez manqué quelqu’un de bien.


Un petit bonsoir en passant à « Santa Cruz, Santa de la luz » qui a mis l’ambiance à sa façon, et à ceux qui m’ont si délicieusement accueillie, et qui ont partagé avec moi le plaisir de ce concert intimiste, et ô combien fabuleux.


Respect Monsieur Pesqué.

 

ALICIA SNICKER. PRODS

 

20131025_215428.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 23:20

Higelin : on a retrouvé grand Jacques le magnifique.

 

Le grand Jacques ou l’irremplaçable Higelin est un passeur, un voyageur, un conteur. Celui qui sait faire aller et venir le fluide entre les musiciens, la parole, la musique, les sons et le frissonnement dans la salle. Un thaumaturge audacieux des mots et de l’inattendu. On retrouvera le grand Jacques magnifique avec son dernier opus « Beau Repaire » au Théâtre du Casino Municipal à Biarritz le 31 octobre à 21h. Lui, l’artiste rebelle, qui accroche sa poésie comme un vrai virtuose, qui ne renie pas ses failles, ses incertitudes, ses doutes, son désir d’aimer, de vivre, de bafouer l’ordre établi, ne veut surtout pas tout jeter dans la « poubelle de la vie ». Celui qui, à l’automne de sa vie, possède encore de vrais sentiments, veut partager ses passions sans aucune friction, avec les batards et les mutants ! Malgré ce lourd poids de l’existence et ses nombreux fardeaux, l’homme veut une liberté sans formulaire, maintenant et ce jusqu’à son tombeau. Entretenant toujours son âme insoumise, il ne veut ni règles, ni lois, ni commandements, mais une vie sans frontière et abattre les barricades. Il se veut et se donne sans limite ! Comme dans « Tu m’as manqué » : « Tu m’as manqué, je t’ai manqué, c’est fou. Et tout le monde est en manque de caresses et de coups. Visé droit au cœur de la cible trop sensible que je suis ». Ou sa « Balade au bord de l’eau » : « Il danse dans la dérive, pareil qu’un bateau ivre, mais où sont passés les commandants de bord ? C’est la course contre la montre, entre les plus faibles et les plus forts. ». Mais il garde toujours « La joie de vivre » : « Je serais bien parti faire le tour de la planète entière, découvrir les continents, balayer les frontières. Parcourir les états de grâce, les mille façons de se jeter dans les bras de la joie de vivre. »

1374245_536105016474127_700150005_n.jpgToujours mordant, impétueux et en voix, son regard toujours inédit sur la vie et les hommes. Une voix tendance bluesman, plus profonde qu’elle n’a jamais été. La vie qui vient, celle qui s’en va, il s’adresse à Barbara, avec « Etre là, Etre en vie » : « Par amour, libérer ses proies, elle avait la grâce et la démarche altières. Un ange en civil tombé sur terre. La voix qui vous envoie des bas-fonds sans effort jusqu’au ciel. Sur le chemin qui va et qui vient. » Ou bien croise le fer amoureux avec l’actrice Sandrine Bonnaire « Duo d’anges heureux » : « On tremble, à distance un mur de silence nous renvoie dos à dos, chacun dans son égo. Je t’agace, je te lâche, tu me lasses, je te fâche, je te quitte, tu me quittes, on se quitte, on est quittes. Bye ! ». L’utopie rêveuse avec « Château de sable » : « Bâtisseur de cathédrales, rêve de lumière, de poussière et de tourbillon d’étoiles ». L’éternel voyageur de l’âme et du cœur avec « Rendez-vous en gare d’Angoulême » : « Correspondance entre deux inconnus, moi je descends, toi tu continues. Des trains de voyage, des trains de passage dans les sillons de voies ferrées, des envolées dans le sillage des vallées ». Jacques Higelin, c’est avant tout sa poésie engagée, la beauté mélodique de ses compositions et la profondeur de l’émotion que dégage sa voix et qui lui assure un public fidèle depuis quarante ans ! Artiste de scène impressionnant, fantasque, attachant et toujours créatif. Assurément, avec « Beau Repaire », c’est de l’exquise et vraie chanson française !

 

Concert Jacques Higelin – 31 octobre à 21h - Théatre du Casino Municipal Biarritz

Tarifs : 25 et 35€

Réservations : 05 59 22 44 66

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 18 au 24 octobre 2013.


casino-barriere-de-biarritz-1.jpg


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 22:49

Catherine Russell Quartet : virtuosité pure d’une voix jazzy.

 

2catherinerussellphotoDR.jpgDans Strictly Romancin, le quatrième album de la carrière de Catherine Russell, la brillantissime chanteuse de jazz et blues à la voix cristalline, explore ici un nouveau répertoire musical. Ces qualités se multiplient rapides et continues lorsqu’on écoute la magie de ses chansons. On dit d’elle qu’elle est digne héritière de Bessie Smith et de Dinah Washington avec sa lumineuse interprétation et son timbre de voix. Faut dire que Catherine Russell a grandi auprès d’un père Luis Russell, pianiste, compositeur et chef d’orchestre du Big Band dans lequel excellait Louis Armstrong et de la bassiste et chanteuse de mère Carline Ray. Elle vous chante le blues à fendre l’âme et swing avec flamme les grands standards du jazz en compagnie de ses trois musiciens chevronnés : le pianiste Mark Shane, Matt Munisteri guitariste, chanteur et compositeur et Tal Ronen jeune contrebassiste accompli. Après avoir décidé d’une carrière solo, elle entreprend à 49 ans une carrière qui la distingue comme une performante chanteuse. Elle a le sens du spectacle et à l’aise sur scène. Alors, accrochez-vous, lorsque vous écouterez au Théâtre de Bayonne le 22 octobre à 18h, vous aussi allez être conquis par son incroyable maestria qui n’a d’ailleurs d’égale que sa voix extraordinaire ! La nature lui a fait cadeau d’une voix extraordinaire, et elle s’en sert de façon tout à fait unique. Une voix prodigieuse et magique sautant les octaves, une voix de jazz et de blues, mais beaucoup plus encore, et une créativité exceptionnelle. C’est la virtuosité pure d’une voix jazzy.

 

Catherine Russell Quartet – 22 octobre à 20h30 – Théâtre de Bayonne  2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 25, 22 et 18€

Informations et réservations : 05 59 59 07 27 ou www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 11 au 17 octobre 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 15:06

En attendant l'interview vidéo de M. Pascal Mathieu (directeur artistique de l'association "Pour le rayonnement du Grand-Orgue") Alicia Snicker. vous propose de voir des extraits du concert de cloture de la saison estivale à la Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne du 6 octobre 2013. Avec A coeur joie, Ananda, Arguileak, Vocanti et le grand choeur de l'Orbcb, accompagnés par une trompette, les gaitas, et l'orgue.



CONCERT DE CLOTURE CATHEDRALE BAYONNE 2013 par poesieduster64

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 23:18

Gérard Siffert & Pierre Jean : duo d’élégance au cœur du swing.

 

gerardsiffertphotoMichel-Corneloup---Limoges.JPGL’éblouissante technique et la richesse des traits de trompette de Gérard Siffert et la solidité qu’il laisse entendre est complétée par les harmonies du piano de Pierre Jean et ses deux mains exercées courant sur le clavier, se chevauchant ou caressant les touches avant de s’emballer et de revenir en douceur. Tous deux produisent une musique très acoustique, à la fois énergique et mélodique, sur la reprise de thèmes standards. Ce duo en accords magiques par excellence et sans garde-fou, où même les silences comptent, sera sur la scène des Ecuries de Baroja à Anglet, les 1er et 2 octobre à 20h. Une alliance flagrante dès les premières notes, parce que deux musiciens qui prennent plaisir à jouer ensemble et cela s’entend ! Un duo que vous serez ravi d’écouter et de voir jouer. Un duo où chaque instrument prend le rôle du leader selon nos envies et selon les morceaux joués. Celui qui repose sur le jeu d’un jazz mélodique, passant du « middle jazz » au « cool jazz » des années 50. Gérard Siffert et Pierre Jean ne comptent plus leurs concerts communs depuis les années 80. Leur amitié est grande et leur passion pour le jazz partagée. Un duo d’élégance au cœur du swing ! Deux frères swingueur où chacun apporte sa sensibilité et ses expériences afin de créer une fusion vraiment réussie. Le jazz est une musique vivante qui, quand elle est jouée à la façon de ces deux-là, touche simplement notre âme et notre cœur. Il est plus de 20h et le jazz ne s’endort pas. Un duo qui nous offrira deux soirées musicales pleines de peps jazzy !

 

Gérard Siffert et Pierre Jean – duo de jazz – 1er et 2 octobre à 20h – Ecuries de Baroja Anglet  2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarifs : 18, 16 et 12€

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 27 septembre au 3 octobre 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 22:06

Dimanche 22 septembre à 18h30 sera le concert de cloture avec l'organiste Thomas Ospital à l'église d'Urugne. Avec lui, le ténor Jean-Francis Monvoisin, la harpiste Elisabeth Colard, la chorale Andra Mari et le ches de choeur José Manuel Tife Iparragirre. Entre océan et montagne, la musique classique est ici reine. Des créateurs et interprètes venus des deux cotés des Pyrénées ont trouvé au Pays basque le cadre propice à l'accomplissement de leur art. Ce festival est un merveilleux cru musical pour tous les amoureux de la musique classique. 54 ans d'existence et une fierté d'avoir reçu de grands noms du répertoire musical français et international. Avec cet équilibre artistique qui est l'une des spécificités, Musique en Cote Basque nous a proposé des formations musicales à la notoriété pleinement établie aux cotés de musiciens de talent qu'il a eu à coeur de vous faire découvrir. Ce vendredi 20 septembre, à Saint-Jean-de-Luz, un hommage rendu à Christian Ferras par l'émérite violoniste Renaud Capuçon, le pianiste révélation de la scène musicale David Kadouche. Samedi 21 à 20h30 à Biarritz, concert chez l'Impératrice avec la mezzo-soprano française Béatrice Uria Monzon, ainsi que le pianiste Jean-Marc Bouget, le violoniste François Pineau-Benois, le Quatuor Varèse. Pour son édition 2013, Musique en Cote Basque s'es-t placé sous le signe des passions. Ce mot caractérise bien l'esprit qui chque année prévaut au sein de ce moment fort de la vie musicale de notre territoire. Passion pour la musique classique, tout d'abord, et pour son partage au plus grand nombre. Passion pour les divers instruments et voix, à l'authenticité de leur sonorité et une façon d'interpréter. Passion encore, avec la découverte de notre région et son patrimoine. Bon festival à tous !

 

Musique en Cote Basque

Informations : 05 59 51 19 95 et www.musiquecotebasque.fr

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 20 au 26 septembre 2013.

David Kadouch copyright Caroline Doutre Renaud Capucon couleur (c) DARMIGNY Beatrice-Uria-Monzon-3.jpg Béatrice Uria-Monzon.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 08:39
Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 00:14

Stacey Kent : l’étoile radieuse de la galaxie « jazz ».

 

Stacey_Kent_The_Changing_Lights_300dpi_01.jpgVous aimez écouter la bossa nova, celle qui vous donne envie d’un irrésistible balancement, et des airs jazzy, de soul, de gospel. Alors sans plus tarder, venez écouter la chanteuse de l’âme, Stacey Kent au Théâtre du Casino Municipal de Biarritz le 24 aout à 21h. A ses côtés, un batteur, un pianiste, un contrebassiste et surtout son saxophoniste et époux Jim Tomlinson. Celui qui, depuis leur rencontre à Londres, décore tous ses albums et, avec qui, en concert, elle forme un séduisant duo voix/saxo. Elle vous séduira et vous entraînera dans ses histoires avec son phrasé impeccable et sa voix limpide et envoûtante. Venez partager avec cette artiste charismatique en diable, des moments d’intimité et d’émotions fortes. Cette remarquable interprète s’inscrit dans la nouvelle génération de chanteuses de jazz, tout comme Melody Gardot, Diana Krall ou Nora Jones, Eliane Elias, Ella Fitzgerald ou Anita O’Day. Elle impose sa distinction et son élégance avec une fraîcheur réjouissante. Et vous procure lorsqu’elle chante la tendresse, la délicatesse et une poésie qui s’entrelacent dans ses chansons au ton doucereux et sucré, mais jamais avec fadeur. Avec ses influences jazz, blues, teintées de gospel et de chants brésiliens, elle fait (re)découvrir les standards américains et français. En effet, cette américaine née en mars 1968 à South Orange dans le New Jersey, maîtrise et voue une passion pour la langue de Molière, (ayant vécu et étudié à Paris), affectionnant beaucoup la littérature française et les textes de Serge Gainsbourg qu’elle adapte à la musique jazz. Dans son album « Raconte-moi » sorti en 2010, elle reprend « Jardin d’hiver » d’Henri Salvador, « Le mal de vivre » de Barbara, mais aussi du Paul Misraki, André Manoukian, Michel Jonasz ou Benjamin Bioley. Certains, inconditionnels du genre, la comparent à Billie Holiday et la placent aisément dans la lignée des Liz McComb, Sinatra, Nat King Cole. Elle est considérée comme la révélation du jazz vocal de ce XXIème siècle. Sa voix unique, qui mêle swing, sensualité et limpidité, fait d’elle une grande diva du jazz. Et le 16 septembre prochain sortira son dernier album The Changing Lights qui représente des chansons des amis et héros brésiliens de la chanteuse, à travers treize morceaux, dont sept originaux et six reprises de classiques des grands noms de la musique brésilienne, mais aussi des classiques de Tom Jobim, Dory, Caymni, Marco Valle et Roberto Menescal. Le titre phare de ce CD a été écrit par Jim Tomlinson et Kazuo Ishiguro. On trouve également sur The Changing Lights des collaborations avec le poète portugais Antonio Ladeira « Mama Uma Vez », « A Tarde », et le parolier français auteur de « Raconte-moi » et « Vénus du Melo » Bernie Beaupère « Chanson légère ». The Changing Lights est une étape cruciale pour Stacey Kent. C’est le point culminant des quinze années de carrière de cette chanteuse de jazz talentueuse, dotée d’une voix sublime et qui n’a pas d’égale lorsqu’il s’agit de raconter des histoires. Pour sûr, le jazz vocal féminin et sophistiqué se porte bien, Stacey Kent en est l’élégante preuve ! Mais aussi, l’étoile radieuse de la galaxie jazz. Stacey_Kent_The_Changing_Lights_300dpi_03.jpg

 

Stacey Kent – 24 août à 21h – Théâtre du Casino Municipal de Biarritz

Tarifs : 35 et 25€

Réservations : 05 59 22 77 77

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 16 au 22 aout 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 21:06

Génération ABBA : une brillante réincarnation !

 

GENERATION-ABBA-8.jpgGénération Abba, tribute né en 2000, rend hommage à ABBA, (groupe pop/disco suédois fondé à Stockholm en novembre 1970 et séparé en 1982), avec talent et créativité. Un pari ambitieux réussi ! Ce quatuor « nouvelle génération » revisite tous les succès du groupe légendaire. Des musiciens hors ligne, des voix et un look identique pour vous ferons vivre un véritable concert live le 14 août à 20h30, à la Gare du Midi à Biarritz, proposant un répertoire de morceaux du célèbre groupe suédois. Eux, ce sont Agnetha (danse et chant), Björn (chant et guitare), Benny (chant et clavier) et Anna-Frieda (chant et danse) accompagnés de trois autres musiciens (basse, batterie, saxo). Cette étonnante et éclatante reprise nous replonge dans les délices d’un authentique concert d’ABBA ! Les fans sont ravis et s’animent au son des tubes immortels que sont  Waterloo, Take a chance on me,  I have a dream et autres Money Money, sans oublier l’incontournable Dancing Queen. Ils reprennent point pour point la scénographie, les costumes et le répertoire du groupe mythique et le font revivre sur scène à s’y méprendre. La génération très colorée d’Abba joue sur l’authenticité et le respect strict de la musique, en ramenant l’euphorie des années disco. C’est la couleur d’Abba, le son d’Abba, les costumes d’Abba. Assister à un concert de Génération Abba, l'un des meilleurs tribute bands, c'est la promesse d'une fête, une communion, un karaoké géant.C'est l'émerveillement et la magie du live, la fièvre et la bonne humeur, une pointe de nostalgie, mais surtout un voyage hors du temps, un retour vers la Génération Abba. En reproduisant fidèlement l'œuvre du quatuor légendaire, le concert hommage haut en couleurs, replonge le public dans l'euphorie des années disco. Le respect méticuleux de l'univers musical d'Abba, et un travail de précision et d'originalité, assure le succès. Les 7 artistes réincarnent brillamment Abba sur scène et transportent le public au cœur d'un spectacle festif. Ils réveillent l'euphorie des années 70, et les spectateurs célèbrent le retour d’Abba. Réplique fidèle des chansons, des chorégraphies et des costumes du groupe. Un spectacle qui vous fait oublier les originaux et c’est absolument colossal. La légitimité est stupéfiante. Bien entendu, tous les tubes sont là : Waterloo, Take a chance on me, Knowing me Knowing you, Honey Honey, Does your Mother know, The winner takes it all, Dancing Queen, Super Trouper, I do I do Ido, Mamma Mia, Fernando… Avec Génération Abba, c’est aussi l’assurance d’une grande fête au cours de laquelle on retrouve le meilleur des années disco !

Génération Abba Tribute Concert - 14 août à 20h30 - Gare du Midi Biarritz

Tarifs : 50 et 45 €

Réservations :  05 59 22 44 66 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 2 au 8 aout 2013.

GENERATION-ABBA-4.jpg GENERATION--ABBA-7.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories