Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 03:00


concert de JOKANGELY

© Alicia Snicker.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 21:35

 

© Fred Prat.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 22:08

Boucau :

 

Deux locaux sur scène

 

Le 17 février à 20h30, à l’invitation de la Scène Nationale de Bayonne Sud Aquitain, deux bayonnais, tous deux auteurs, compositeurs et interprètes, partageront la scène de la salle Paul Vaillant-Couturier de Boucau le temps d’une soirée. Fabien Duclerc séduira ses auditeurs avec sa voix, à l’émotion à fleur de gorge, et sa musique folk, aux volutes acoustiques zébrées d’étincelles électriques et nappées de cordes voluptueuses.

En première partie, Baptiste Daleman, chanteur globe-trotteur, transportera le public dans son univers pour un beau voyage en musique.

 

Renseignements et réservations : Théâtre de Bayonne –Scène Nationale : 05 59 99 07 27 et sur www.snbsa.fr/FabienDuclerc.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 17 au 23 février 2012. (rubrique Echos page 21).

 

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 02:44

Au-delà des apparences … du « metal » moulé à cœur !

 

Chauds de musique de sauvages aux grands sentiments, ne ratez pas le concert du groupe grindcore INFEST (le grindcore étant un genre extrêmement direct, rapide et brutal, c'est une musique sans concession où les vocaux gutturaux et hurlés côtoient les blast beats de batterie et les riffs de guitare relativement simples et ultra rapides directement influencés par le punk hardcore). En pleine préparation de leur 3ème album, ces grindeux vous présenteront leurs titres speeds et puissants au Bar de l’Atabal à Biarritz vendredi 10 févier à 21h. Des textes qui traitent des différentes facettes de l’homme et de la double personnalité qu’il peut avoir. Ecrits en anglais et en espagnol, ils ne cachent rien de particulier et ne sont pas revendicatifs ni politisés, et il faudrait que cet amalgame avec la violence disparaisse à jamais pour ne pas insulter ses locuteurs.

5534_100431429348_42317094348_1921074_7414752_n.jpgEn janvier 2005, après deux ans passés à composer dans l'obscurité de leur local, les quatre exaltés crachent enfin une partie de leur haine musicale sur une première démo éponyme auto produite composée de quatre titres qui reçoit de bonnes critiques de la part des médias underground. En 2010, INFEST joue quelques gigs lors du Brutal Grind Assault Festival en passant par l’Ukraine et la Russie. En 2012, le groupe toujours sur la route, découvre de nouveaux pays comme la Roumanie, la République Tchèque, la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie, en tournée avec le groupe Ojciec Dyktator.

A présent, toujours influencés par Napalm death, Nasum, Mumakil, Rotten sound grindcore et autres musiques extrêmes, les « metaleux », ces musiciens exceptionnels, vous exhiberont un concert super dopant où le diable a un peu frappé à l’Atabal !

site: http://infestbaiona.tumblr.com

 

INFEST – le 10 FEVRIER à l'ATABAL à Biarritz à 21h avec ZUBROWSKA et KAMORRAH logoatabal.pnginfest-copie-1.jpg

Tarif : gratuit

Réservations : 05 59 41 73 23 ou 06 63 37 84 49 et www.atabal-biarritz.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 3 au 9 février 2012.

Alain-Pierre Pereira et Alicia Snicker.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 23:12

Ben Howard : l’évènement majeur !

La voix de Ben Howard est gorgée de Bourbon qu’accompagne une guitare remarquable ! Et l’ensemble des morceaux de son album est d’excellente facture. C’est géant et savoureux d’écouter de belles tonalités folk. Ce jeune britannique de 24 ans, auteur compositeur interprète s’inscrit en droite ligne des inoubliables voix du blues, du folk et du rock des Bob Dylan, Van Morisson, Richie Havens, Joni Mitchell, Simon & Garfunkel. Des artistes qui ont influencé le jeune virtuose, par leur empreinte des plus distinguables de la musique populaire, au style vocal passionné, émouvant, toujours inspiré, et qui ont dynamisé le public des années 60/70. Ben Howard, révélation folk du moment, sera sur la scène de l’Atabal le 28 janvier à 21h. Les chansons de « Every Kingdom » (sorti en 2011 chez Island et Tôt ou tard) sont généreuses, imagées, nuancées, exhalant cette musique d’une saveur authentique et mélancolique qui vous émeut. Photo Ben Howard crDes morceaux sur lesquels on apprécie la flamme « folkmania », mais aussi cette montée d’accentuation étrange des notes qui possède une puissance et une porté touchantes. L’on ressent à chacune des ballades de notre petite gueule d’ange, toute la douceur et la paix d’un guitariste chanteur dont la gorge est un chemin de traverse où traînent des cœurs lourds. J’avoue aimer cette voix qui m’évoque une rade sur laquelle on laisse aller son nomadisme lorsque le spleen vous happe, où dame tristesse sera la maîtresse possessive ou l’a…mante religieuse qui vous dévorera après accouplement ! Ben Howard vous construit en une chanson, tout un univers dans lequel il vous fera frissonner de plaisir et qui vous touchera comme seuls savent le faire les artistes qui jouent avec leur cœur ! Impossible de ne pas ressentir ce grand frisson qui vous submerge, parce que Ben ne chante et ne jouer que pour vous ! Sa voix devient essentielle et indispensable dans notre petit univers tout de gris paré ! Il est l’évènement majeur qui sème l’émotion, l’énergie ouvert et spirituelle. Du folk pur et dur qu’on trouve parfois sous les pierres d’un chemin. Des chansons qui incitent à le suivre pieds nus sous la pluie ou à faire un plongeon dans l’immensité de la mer. On est conquis par son opus où notre mémoire est tatouée de ballades solitaires, entre rêverie et amour sans lisière. Sur son tutti fruité vocal aux quelques silences égarés, il plaque allègrement sur ses textes, l’authenticité musicale. Telle une excursion de l’aube à la lumière qui mène le soleil couchant jusqu’à la nuit close. Dans un monde idéal où fragrances, couleurs et harmonies nous convieraient !

Ben Howard en concert à l’Atabal Biarritz le 28 janvier à 21h logoatabal.png
Tarifs : 15€ - adhérents : 11€
Réservations : 05 59 41 73 20 ou www.atabal-biarritz.fr

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 27 janvier au 2 février 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:10

fabien duclerc02p by JiF ocean dans le dos crFabien Duclerc, un poète qui favorise inflexion et contexture sur des textes qui parlent d’histoires d’amour, de rébellion, au détour de vies parsemées d’amertume, de joie, du regard vers l’autre, de l’unisson des cœurs nimbés de spleen. Il serait insensé de ne pas aller écouter son récital de chansons aussi nature que lui au Moulin de Bagat à Saint-Lon-les-Mines dans les Landes, vendredi 27 janvier à 20h30 où il assurera la première partie d’Axelle Red. La chanteuse qui nous revient avec son dernier album entièrement composé à la guitare « Un Cœur comme le Mien » sorti chez Naïve, sa nouvelle maison de disque. La rousse flamboyante se replonge dans les racines du folk, de la soul et de la country électrique. Fabien Duclerc, lui, c’est le chanteur au phrasé musical tout en profondeur, sensibilisé par une voix marquante, singulière et onctueuse, couronnée d’une honorable diction ! Avec son album éponyme, il poursuit vaille que vaille sa mission, celle d’asseoir par écrit des mots romanesques, des tourments relationnels, des sentiments tendres, parce que lui l’authentique, c’est un mordu de la vie qu’il croque à belles dents ! C’est direct, simple, sans fioriture, avec quelques échos de nostalgie, d’harmonies sans prétention mais non sans exigence, qui nous font flotter entre séduction et jubilation. Fabien Duclerc, c’est une belle escapade en solo, avec d’agréables notes pures et limpides qui voyagent agréablement dans notre tête avec cette sensation d’une grande caresse qui nous fait du bien ! Avec lui, c’est… textes dynamités et suavité chantante !

380046 2844965167438 1358652031 33114676 312132589 n

Fabien Duclerc en première partie du concert d’Axelle Red au Moulin de Bagat 2515 route de Peyrorade (40) Saint-Lon-les-Mines – vendredi 27 janvier à 20h30
Tarif unique : 31€
Réservations : 05 58 57 56 40 et sur www.moulindebagat.com

Il sera également Salle Paul Vaillant-Couturier à Boucau – vendredi 17 février à 20h30 – dont la première partie est assurée par Baptiste Daleman.

Article paru dans ‘la Semaine du Pays basque’ du 20 au 26 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 20:46

Antonio Zambujo… un fadiste nouvelle génération !

Antonio Zambujo est le chanteur à la voix masculine actuelle du fado. Il sera en concert le 19 janvier à 20h30, salle Paul Vaillant-Couturier à Boucau, sur l’invitation de la Scène Nationale Bayonne Sud-Aquitain. Très jeune, il suit des cours de clarinette au Conservatoire de Baixo Alentejo. Puis il manifeste son goût pour le chant, plus précisément pour le fado où, à 16 ans, il gagne le concours dans sa ville natale. Ses modèles sont la diva Ampalia Rodriguès et Maria Teresa de Noronha. antonio zambujoA Lisbonne, c’est l’artiste patenté du Club de Fado, un lieu réputé de la ville. A ses concerts, on découvre  les douceurs pures du fado, du jazz et de la bossa nova qui riment avec le cante Alentejano. Des chants qui nous font apprécier les vives alchimies à fleur de voix d’un fadiste nouvelle génération. Et Antonio Zambujo envoûte fermement ! C’est la suavité d’un chant à la discrétion sensuelle qui dégage une puissance incroyable et magique, des mélodies qui puisent à la source d’une saudade où coulent la douleur, l’absence, la férocité du destin, l’exil. Une flèche qui touche le cœur du peuple portugais. Une voix délicate qui murmure à l’oreille des quatrains ivres de douleur et d’abandon. Celle qui vous porte vers les grands rivages, qui caresse les galets, un soleil couchant sur les grandes plages de l’Algarve. Zambujo, un prince de la nostalgie qui laisse derrière lui ses complaintes qui vibrent encore sur le quartier typique et populaire d’Almalfa. Sa voix tonique convaincante possède la volupté et la fraîcheur d’une eau de source !

Antonio Zambujo – 19 janvier à 20h30 à Boucau – salle Paul Vaillant-Couturier
Tarifs : 15, 20 et 24€
Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 13 au 19 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 21:29

Les Pères Peinards… L’ivresse du jazz manouche !

 

Une joie pour les aficionados, Les Pères Peinards reviennent ouvrir les portes du Caveau des Augustins, au seuil de la nouvelle année, les 6 et 7 janvier à 20h30, sur l’invitation de l’éminent et passionné directeur de la Luna Negra, Jean-Michel Dupont-Garcia. Et combien il a raison !les-peres-peinards.jpg

Parce qu’on découvrira ou redécouvrira la vitalité et l’allant de quatre artistes vrais et enthousiastes qui conjuguent qualité et émotion du jazz manouche. Outre les reprises du grand Django et de sa musique familière, ce quartet met à l’honneur le grand Georges, l’homme à la tête de chou, le Léo de la jolie môme, et le pote de Syracuse, mais également leurs propres compositions, dans un choix bien conçu par Laurent Mastella et François de Rochefort aux guitares, Gaétan Larrue à l’accordéon et Véronique Bertet à la basse. Les murs ne trembleront pas sous les coups de la basse et les tympans n’éclateront pas au son strident des guitares. Non, eux, ils se la joue « pépère peinard » donnant dans le naturel, le manouche style ! Ce groupe est reconnu officiellement dans cette catégorie musicale, laissant derrière lui la magique empreinte d’un niveau de qualité orchestral. Un quatuor qui fait vivre l’universalité de sa musique avec ce mélange des genres réellement originaux, s’aventurant sur les pistes accordées et rythmées, non dénuées d’intérêt. Il nous conduit aux racines du jazz manouche avec une impeccable démonstration. Les Pères Peinards, c’est l’ivresse du jazz djangorien ! Mais c’est aussi une excellente cuvée landaise/girondine !

 

Les Pères Peinards – Caveau des Augustins – 6 et 7 janvier 2012 à 20h30logo caveaulogo luna

Tarifs : 9 et 6€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 23 décembre 2011 au 6 janvier 2012.

 

 

2012-PHOTOS-1221.JPG 2012-PHOTOS-1222.JPG


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 20:56

L’orchestre Philharmonique de Berlin… Que la joie demeure !

 

philharmonique-berlin.jpgExclusivité dans toutes les salles CGR, dont celles de Bayonne et Tarnos, où l’on vous invite à passer un réveillon mémorable sur grand écran et en live, avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction du chef Sir Simon Rattle, samedi 31 décembre à 18h30. Venez vivre deux heures d’esprit musical en compagnie du célèbre pianiste russe Evgueny Kissin et goûter son jeu pianistique, son langage brahmsien, son univers mélodique, sa rythmique luxuriante, son ambivalence métrique, et sa façon d’exécuter les notes pour mieux les faire vibrer. Instrumentaliste mis au pinacle des pianistes contemporains. Outre l’intérêt d’unir les œuvres de Ravel, Dvorak, Strauss, Stravinsky et Brahms, la motivation de ce programme pourrait être de montrer autant d’aspects de la personnalité musicale de Kissin. Quant au chef d’orchestre britannique, Sir Simon Rattle, l’Orchestre Philharmonique de Berlin, créé en 1882 et qui compte, avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne, parmi les orchestres les plus réputés au monde, lui confie la direction musicale en 2002, succédant à Hans Von Bülow, l’ami de Liszt, Brahms et Wagner, à Herbert Von Karajan et Claudio Abbado. Antérieurement, il se distingua à la tête du City of Birmingham Symphony Orchestra. Ce musicien s’est aussi distingué dans la musique contemporaine, ayant acquis un style vif et coloré, forgé par la réalisation minutieuse de quelques grandes œuvres romantiques. Assurément, un moment magique d’une symphonique qualité offert aux cinéphiles mélomanes qui apprécieront le live et les images en haute définition ! C’est l’apanage des salles CGR !

 

Ciné Musique – l’Orchestre Philharmonique de Berlin – samedi 31 décembre à 18h30 dans les salles CGR de Bayonne et Tarnos

Tarifs : 18 et 15€

Réservations : megacgr.tarnos@cgrcinemas.fr ou directement aux caisses.logo-cgr.jpg

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 23 décembre au 6 janvier 2012.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 00:02

LE NOUVEAU SPECTACLE « CHANTE » 

… ALLEZ Z’ENFANTS DE LA REVUE !

 

les-annees-boum-1.jpg

 

Ah ! Que c’est exquis de se laisser convier aux plaisirs de la vie dans une ambiance « cabaretière » qui fait place au spectacle associant mélodies et chorégraphies harmonisées pour une revue du XXIème siècle. Une version actuelle, joyeuse et colorée qui baigne dans un cocktail rafraichissant aux purs jus énergisants. Repoussant les limites de l’imagination, de l’ingéniosité et de l’art, le chorégraphe Benjamin Cazenave et le metteur en scène Gilles Lopez nous gratifient d’étonnantes explorations qui enrichissent et embellissent leur nouvelle revue « Chante » où neuf artistes se distinguent par une performance vocale des tubes des années 60 à nos jours. C’est du chant et de la danse dans un bel univers de stras, paillètes, costumes chamarrés et enluminés. Véritable art vivant qui permet de suivre ces exhibitions en gardant les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Ici, on a l’image du cabaret music hall qui met à l’honneur une féerie de plumes, où la femme est magnifiée, et en écho, des rires spontanés provoqués par des intermèdes drolatiques et cocasses. Pour son nouveau spectacle, le jeune chorégraphe a su s’approprier le chic parisien si caractéristique de la revue, en annexant de nouvelles tendances artistiques à la faveur d’une chorégraphie en tonicité et gestuelles classico contemporaines. Une véritable délectation pour les yeux lorsque les danseuses évoluent en arabesques, chute de reins cambrée, et mouvements sensuels qui offrent l’impeccable synchronisme des pas d’ensemble. Ces demoiselles ne manquent pas de piquant avec leurs corps tout en souplesse, alanguies sur le canapé rouge, telles de petites cailles, et qui fait à juste titre un délice pour ces messieurs ! En duo ou en trio, elles expriment le désir, le charnel, l’extase dans des mouvements pudiques concoctés par le maître de ballet. Et l’instant d’émoi visuel de la gente féminine dans la salle, lorsque évolue sur scène le sculptural Chris ! La quintessence de cette revue, c’est sa mise en scène engageante, attrayante et ludique où chacun trouve sa quête. Une multiplicité de sensations, un kaléidoscope d’influences, d’époques et de genres qui font appel à tous les imaginaires culturels et sociaux. On remarquera des chorégraphies composant les tableaux qui s’enchaînent sans la moindre confusion, parce que tout est bien rôdé. Des chanteurs et chanteuses exceptionnels, aussi talentueux que charismatiques, chantent en live les grands tubes d’hier et d’aujourd’hui, ceux-là même qui continuent à véhiculer un flot de clichés et de perceptions. IMGP2856On nous emmène vers les contrées de Brocéliande, d’Andalousie, entre Folies cubaines et Magic circus avec son Auguste farceur, des tours de passe-passe où l’instant d’une chanson on fait revivre les idoles du passé. Point d’orgue, le célèbre French Cancan à faire gouailler de plaisir les aînées tels que la Goulue, Jane Avril, Nini pattes en l’air, Céleste Mogador, Rose Pompon et Valentin le désossé. Du grand art à couper le souffle, sur la sublime musique d’Offenbach où tout l’art est de faire le grand écart, de soulever dentelles et frous frous et de montrer sa culotte ! Et son sublime final. La revue « Chante », c’est la nouvelle gageure du Cabaret Les Années Boum qui s’inspire des plus grands temples des nuits parisiennes comme le Moulin Rouge, le Lido ou encore le Crazy Horse. Elle redonne ses lettres de noblesse au divertimento du music hall qu’on croyait disparu. Un vrai plaisir des yeux que ce maelström de tableaux aux couleurs écharpe d’Iris et de Vénus. Une revue assurément en vogue avec son répertoire frais et inédit, où le charme et la fascination sont au rendez-vous. Les artistes du Cabaret Les Années Boum sont une pépinière de talents, une véritable déclaration d’amour artistique qu’offrent au public le chorégraphe, chanteur, danseur Benjamin, le chanteur et metteur en scène Gilles, les chanteuses Laetitia, Estelle et Anna, le chanteur Christophe, les girls Marjorie et Vanessa, et leur boy Chris. Sous les feux de la rampe, c’est la soif de s’exprimer qui les anime et qui leur donne ce culot monstre ! Un « spectacle bonheur » parce que naturel et spontané dans son panache, à la technique dépouillée à l’extrême, aux éclairages qui s’appuient sur le ton du tableau, mais aussi du à l’imagination novatrice et communicative des maîtres d’œuvre. « De leur dire, Allez z’enfants de la Revue, quand la vie se perd en chemin, quand il ne reste rien, oublie et chante, chante ! ». N’oublions pas, car ce serait leur faire injure, la valse des garçons et des serveuses dans la salle, dont le contact et le service très attentifs aux désirs du client font leur solide réputation. Il y a aussi les barmen et leur chef Cédric, adroits et exercés. Diverses formules sont proposées dans la grande salle sans artifice où le jeu de lumières offre un cadre très personnalisé. Et toujours l’œil observateur et paternaliste du gérant Patrick Castets qui veille à la prestation accueillante et compétente comme à l’accoutumée, d’une brigade toujours en effervescence, celle aussi qui permet de faire ripaille dans une chaude ambiance et des prix menu-spectacle confortables : il faudrait être fou pour dépenser plus… et ailleurs ! Et si le cœur vous en dit, venez fêter Noël et la Saint-Sylvestre au Moulin de Bagat avec son dîner de gala et sa revue jusqu’au bout de la nuit ! Un vif remerciement à Olivier Forget pour sa précieuse collaboration.

 

img_slide_salle_05.jpgMenu Saint-Sylvestre : 150€ (dîner, boissons et spectacle compris) au Cabaret Les Années Boum Moulin de Bagat (rond point de l’usine Seosse) à Saint Lon les Mines (40)

Informations et réservations au 05 58 89 19 19 et  http://www.anneesboum.com pour les 27 dates de janvier à juin 2012.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays basque’ du 23 décembre 2011 au 6 janvier 2012.

 

Interview vidéo visible sur les blogs de :

http://alain-pierre-pereira-journal.over-blog.com

http://aquitainetv.fr

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans MUSIQUE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories