Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 20:36

Parsifal : celui qui rencontre la sagesse.

 

Parsifal.jpgPour sa 4ème édition, Côté Diffusion crée l’évènement pour les salles CGR de Bayonne et Tarnos, ainsi que le Sélect à Saint-Jean-de-Luz avec l’Opéra-Ciné en direct du Royal Opera House de Londres « Parsifal », l’œuvre finale de Wagner en 1882. Cet opéra sera projeté sur la grande toile le 18 décembre à 17h45 en direct, en 3 actes (avec entractes). C’est une histoire fondée sur l’épopée médiévale « Parsifal », d’après le roman de Wolfram Von Eschenbach, « Perceval ou le contre du Graal ». A cette époque, le compositeur était mystique et végétarien. Il préférait la littérature à la musique, et tint à en écrire lui-même le livret, et imagina même, la mise en scène que son testament condamnait de changer. Longtemps après, sa musique revient nous embraser l’âme, le cœur et les oreilles. Et les continuateurs du Maitre sont autorisés à de nouvelles mises en scène qu’ils adaptent à l’époque actuelle. Il faut absolument voir le héros qui rencontre la sagesse, sur la surface blanche, qui, avec sa musique, est une passerelle vers un autre monde. Cet opéra a des sections de beauté presque surnaturelle et la magnificence austère de la musique magnifiquement dirigée par le maestro Antonio Pappano. Dans les rôles titres, Simon O’neill, important artiste pour le Royal Opera House de Londres, est brossé par la presse internationale comme « l’exemple du ténor wagnérien de sa génération » et « un ténor turbo ». Angela Denoke, soprano allemande, peu connue des français, parce qu’elle ne chante pas le répertoire italien ou français. Sa voix est forte, passionnée et profonde, sa présence scénique est troublante. Je vous invite à les découvrir vite !

 

Parsifal de Wagner, avec Etoiles, solistes et corps de ballet, en direct du Royal Opera House de Londres – 18 décembre à 17h45 – Salles CGR de Bayonne et Tarnos – Le Sélect de Saint-Jean-de-Luz

Informations et billetterie sur place.

 

entete-cineluz logo cgr

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque du 13 au 19 décembre 2013.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 23:11

La belle de Cadix... fait toujours rêver


5353101a04.jpgAvis aux aficionados de l’opérette, et inconditionnels de la comédie musicale, les Arènes de Bayonne et la Société AVEC présentent La Belle de Cadix le Jeudi 1er août à 21h. Une opérette qui avait fait le bonheur des français en leur apportant une touche d’exotisme et de soleil d’Andalousie. Le metteur en scène Olivier Desbordes revisite la célèbre opérette en lui donnant un sang nouveau. La Belle de Cadix, c’est une opérette dont le livret est de Raymond Vincy et Marc-Cab, les paroles de Maurice Vandair et la musique de Francis Lopez. Le metteur en scène a traité l’œuvre avec un œil moderne et humoristique. Mais situons l’histoire : L’action débute à Palm Beach où la star de cinéma Carlos Medina, bellâtre dans toute sa splendeur, un fat à souhait doit se marier avec une riche américaine. Au cours d’un tournage à Cadix (Espagne), il rencontre Maria-Luisa, une gitane à qui il propose le rôle de la vedette et dont il est tombé amoureux. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un agréable moment. Les propos fins, accompagnés de chansons d’opérette comme : Maria-Luisa, La fiesta bohémienne, Rendez-vous sous la lune, fait de ce spectacle un vaudeville ludique, qui procure un moment de plaisir, comme une chose passée qui a beaucoup plu. C’est de la pure variété. Et l’on garde les airs dans l’oreille à vie. Certes, c’est une histoire recuite, faite de quiproquos, de sous-entendus et de situations hilarantes, dans une Espagne de pacotille, avec gitans, sombréros, mantilles, castagnettes et flamenco et tout le tremblement. Et comme dit le metteur en scène : "cette opérette est un univers de cartes postales, avec une vision de l’Espagne très touristique que l’on fera ce voyage"... Et puis beaucoup de second degré... Malgré son sourire et son air engageant, la belle de Cadix ne veut pas d’un amant ! Mais elle nous invite à l’amour.Chicachicachi aïe aïe ! La présentation du spectacle est assurée par Henri-Jean Servat, écrivain, journaliste et choniqueur sur France 3, avec "Les grands du rire".

La belle de Cadix - 1er Août à 21h - Arènes de Bayonne

Tarifs : 35,30, 25 €

Points de vente habituels - Office de tourisme d’Anglet, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz

 

Article paru dans 'la Semaine du Pays Basque' du 26 juillet au 1er Aout 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 20:35

Francesca Da Rimini

Un lyrisme exalté et sublime.

 

francesca.jpgL’histoire :

D’une grande beauté, Francesca, fille de Guido da Polenta, un noble de la maison des Polenta de Ravenne. Pour des raisons purement politiques, son père la marie à Giovanni Malatesta, homme de valeur, mais affligé d’un corps difforme, et qu’on appelait « le boiteux ». Le couple eut deux enfants. Mais l’un des frères de Giovanni, Paolo, entretient une liaison avec Francesca. Découvrant son infortune, Giovanni les tue. Toutefois, ce double crime n’affectera guère les relations entre les deux familles.

 

Avec son opéra, le compositeur Riccardo Zandonai fait figure par excellence de l’art nouveau musical en Italie. D’Annunzio offrit au compositeur son livret. Francesca Da Rimini est une tragédie brûlante, un amour tragique, un adultère entre Francesca et le frère de l’époux qu’on lui a imposé. Cet opéra possède une musique d’un lyrisme exalté et sublime, au raffinement sonore et d’une sensualité incomparables et est une œuvre majeure de ce début du XXème siècle, dont vous aurez l’occasion de découvrir ou redécouvrir en direct du Metropolitan Opera de New-York, samedi 16 mars à 17h et d’admirer cette belle œuvre confortablement installés dans votre fauteuil.

L’impérieux opéra de Zandonai, inspiré par un épisode de l’Enfer de Dante, qui sera projeté sur écran est du par la production pleine de promesses de Piero Faggioni, un opéra jamais repris dans ce lieu depuis 1986. La soprano dramatique Eva-Maria Westbroek et le ténor Marcello Giordani jouent les amoureux condamnés. A la baguette, Marco Armiliato. Comme on pourra le constater, le thème est mélo à souhait et l’on pouvait craindre les sanglots véristes, mais le compositeur avait heureusement une fort bonne culture pour s’y complaire. Zandonai aimait et connaissait ses maîtres. L’esprit de Verdi, Puccini, Wagner, Strauss et même Massenet semble planer sur cette œuvre hybride mais captivante, bigarrée, attirante. Et d’un souffle chaud. Francesca Da Rimini est une œuvre fascinante, emblème d’une certaine esthétique « fin de siècle », raffinée, hautement dramatique et poétique. Elle appartient à un courant auquel on peut rattacher une partie de la production lyrique italienne de l’époque.

 

Ciné-Opéra en direct du Metropolitan Opera de New-York – samedi 16 mars à 17h – Gare du Midi Biarritz   gareBiarritz-e751c

Tarifs : 19 et 14€

Réservations : 05 59 22 44 66 et Informations : 05 59 41 57 50

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 8 au 14 mars 2013.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 20:25

Andromaque

Etonnamment barock pour une tragédie classique !

 

Image2.jpgIls en rêvaient, Pierre Lericq, le chef de file et les comédiens de la Cie Les Epis Noirs, (qui jouent aussi bien qu’ils chantent) l’ont fait ! C’est une farce homérique pour une tragédie classique, interprétée en comédie musicale, étonnamment barock. C’est une déraison exquise et d’une énergie déchaînée. L’unique représentation sera donnée au Chapiteau-Spectacle de Baroja à Anglet, le 9 mars à 20h30. Une succulente vision qui modernise le mythe et la pièce de Racine. L’auteur Pierre Lericq emploie une fois de plus, sa plume avec une maestria flagrante, passant par tous les registres du verbe, pour dé…Raciner cette Andromaque !

Entretien avec l’auteur et interprète.

 

APP : Qui est Pierre Lericq ?

PL : J’ai suivi la formation d’élève comédien au Cours Simon à Paris dans la classe de Claude Brécourt (actuel directeur du Théâtre de Fontainebleau et père du comédien David Brécourt, « Sous le soleil » d’AB Production et actuellement avec la pièce de Philippe Lelouche « Boire, fumer et conduire vite » avec l’auteur, Vanessa Demouy et Christian Vadim), puis mes débuts au Théâtre du Lucernaire, engagé par sa directrice Luce Barthomé, une école de la rigueur et rencontre fondamentale dans mon parcours de créateur. En 1987, je fonde ma Cie Les Epis Noirs. Et je continue à me former en parallèle au théâtre avec Victor Haïm (le père de la talentueuse Mathilda May), et à la chanson avec Marianne James. J’y ai trouvé mon style, où j’ai développé un univers où s’entremêlent théâtre, chanson et danse. Je suis également auteur, compositeur et metteur en scène. Un touche à tout dans l’art. (rires).

APP : En quelques mots parle-moi de ton spectacle « Andromaque-Fantaisie barock » que tu joueras le 1er mars au Chapiteau-Spectacle de Baroja à Anglet…

PL : C’est une fantaisie tragique électrisée où les sentiments de haine et d’amour vont et viennent comme des vagues dans une tempête.

APP : Pas trop téméraire et casse-cou de dé-Raciner Andromaque, car ton texte mêle le burlesque et la tragédie, où s’entrelacent des chants du Chœur ?

PL : Ce qui aurait été casse-cou, c’était de monter la tragédie de Racine… Non, cela ne l’est pas, car j’aime profondément le dramaturge et poète qu’il est. Donc, je ne pouvais pas aller dans le pastiche tout en m’amusant avec la démesure des sentiments et des enjeux.

APP : Quels sont les trois comédiens qui seront à tes côtés ?

PL : Il y a Muriel Gaudin et Fabrice Lebert qui viennent de l’ENSATT, et Anaïs Ancel qui vient d’un cours privé parisien. Les deux demoiselles travaillent depuis quatre ans avec moi, quant à Fabrice, il est arrivé pour ce spectacle.

APP : Toujours très important pour toi le chant et la musique ? Quelle couleur musicale accompagne ta fantaisie barock ?

PL : La réponse est dans ta question. Pyrrhus veut changer le monde… Je me suis donc inspiré des couleurs beatniks et de toutes ces musiques, ces groupes de rock et ces chansons écoutées pendant le festival de Woodstock.

APP : Prépares-tu une nouvelle création pour 2014 ?

PL : Oui… Mais chut ! C’est un secret… et qui va faire beaucoup de bruit (rires).

 

Pierre Lericq et la Cie Les Epis Noirs présentent Andromaque, fantaisie barock – 9 mars à 20h30 – Chapiteau-Spectacle de Baroja à Anglet

Tarifs : de 10 à 13€

Réservations : 05 59 03 77 01 ou à l’entrée du Chapiteau-Spectacle une demie heure avant le début de la représentation.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 1er au 7 mars 2013.

chapiteau baroja

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 19:43

Luis Mariano : revivez la légende

Ambiance ibérique qui réchauffe les cœurs.

 

235704.jpgLe journaliste, écrivain et homme de télé, Henry-Jean Servat, racontera les moments forts de la vie d’un prince de l’opérette entré dans la légende : Luis Mariano. Un rendez-vous donné sur la scène de la Gare du Midi, dimanche 3 mars à 15h30 aux quatre ténors talentueux et dotés d’une voix sans pareille, gorgée de soleil et qui réinsufflent une âme authentique à des chansons et des opérettes immortelles : Nicolas Gambotti, Mathieu Sempere, Juan Carlos Echevery et Marc Larcher. Ils seront accompagnés par les onze musiciens du « Richard Gardet Orchestra » et entourés par le ballet andalou Antonio Triana. Avec Luis Mariano revivez la légende, c’est le conte de fée qui existe toujours, même après quarante ans après la disparition de l’artiste qui repose au petit cimetière d’Arcangues. L’ensemble du spectacle mêlera anecdotes, récits et histoires, le tout en chansons, danse et musique, menés tambour battant ! Et qui ravira le cœur des aficionados et des néophytes de l’opérette. Et peut-être reprendrez-vous en cœur, « L’Amour est un bouquet de violettes », « La Belle de Cadix », ou le « Chanteur de Mexico », en passant par « Rossignol de mes amours », et émus en écoutant « Maman, tu es la plus belle du monde ». Des chansons entrées à tout jamais dans le cœur du public. Un spectacle de 2h15 (avec entracte) qui fera revivre les grands moments d’une carrière exceptionnelle d’un artiste dont l’empreinte ineffaçable est à tout jamais ancrée dans le cœur du public et dans l’histoire de l’opérette. Une ambiance ibérique qui ne manquera pas de réchauffer les cœurs, et les corps saisis par le froid hivernal. Chica ! Chica ! Chic ! Ay ! Ay ! Ay !

 

Luis Mariano, revivez la légende – 3 mars à 15h30 – Gare du Midi Biarritz

Tarifs : de 34 à 48€

Réservations : 05 59 22 44 66  ou www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 1er au 7 mars 2013.

gareBiarritz-e751c

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 21:24

Nabucco

L'opéra engagé de Verdi.

 

nabucco.jpgSoyez témoins de la lutte homérique, lyrique et héroïque de ce roi de Babylon Nabucco, victorieux des Hébreux. Ce roi qui fut terrassé pour avoir osé se proclamer l’égal de Dieu et emprisonné. On y évoque la dictature et la soif du pouvoir, le respect de la famille, la défaite, l’esclavage et l’exil des Juifs de la Babylone antique. Mais aussi un amour interdit et la trame complexe d’intrigues entre un roi et ses deux filles jalouses, qui font un opéra triomphant pour Giuseppe Verdi « Nabucco » ou Nabuchodonosor (le titre initial). Cette oeuvre sera présentée à la Gare du Midi à Biarritz, dimanche 17 février à 16h30 grâce à Michel Loupien d’Entractes-Organisations et la Nouvelle Production – Opéra 2001. Un opéra vivant en version originale, soustitres en français, avec 120 artistes, solistes, choristes et danseurs de la Cie Lyrique Opéra 2001 et l’Orchestre Symphonique de Pleven (Bulgarie), sous la direction de Luis Miguel Lainz. Avec ce drame chanté, en quatre actes, Verdi, jeune musicien au tempérament volcanique et quasi inconnu jusqu’alors, excellera tant sur le plan populaire, qu’au premier coup de maître et d’une belle démonstration d’un opéra romantique italien. Sur un thème biblique du poète, compositeur et librettiste Solera, Verdi fait vivre ses héros d’une plume « trempée », puissante et sagace. Il prête une voix pointue et en accès de rage pour la terrible Abigaille, la bravoure, l’outrance, l’abus, les inattendues manifestations altruistes et charitables pour Nabucco. A sa création, la partition était nouvelle, insolite, dans un style rapide et inhabituel, et qu’en entendant cette musique, les solistes et les choristes y mettaient du coeur à l’ouvrage et montraient un enthousiasme extraordinaire. Le compositeur offre ainsi ses plus ardentes impulsions vocales au peuple hébreu en quête de patrie et son célèbre choeur des esclaves où l’air de « Va pensiero » résonnent dans des accents plein d’espoir d’une Italie aspirant elle aussi à l’unité. Une oeuvre autant musicale que politique, mais également un témoignage humain. Une musique directe, forte et parfois brutale, où Verdi y met ses idées anarchistes. Un événement musical digne d’être vécu pour l’amateur d’art lyrique chevronné qui écoute la belle performance des chanteurs et musiciens. « Nabucco », c’est l’assurance d’un opéra sublime et d’un spectacle de haute-tenue ! Ah ! Comme on aimerait que l’art lyrique soit toujours ainsi !


Nabucco de Verdi, dimanche 17 février à 16h30 Gare du Midi à Biarritz. Tarif : de 35 à 55 €. Réservation : 05 59 22 44 66 et www. entractes-organisations.com 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 16:37

La Bohême

L’amour sous les toits de Paris.

 

diap boheme2L’occasion de goûter à un petit prix grâce à «So Royal ! Au cœur de la musique » et les Salles CGR, la représentation en direct du Royal Opéra House de Londres à 20 heures, de la Bohême de Puccini. Belle opportunité pour les mélomanes et aficionados du bel canto, de s’immerger dans le Paris d’une insouciante jeunesse estudiantine et artistique au XIXe siècle. Grâce au concept inédit du ciné opéra, on peut (re) découvrir des œuvres lyriques dans des productions prestigieuses, comme le Metropolitan Opera de New York ou au Royal Opéra House de Londres ou de l’opéra national de Paris.

Situons le décor : dans la mansarde du Quartier latin vit un quatuor indissociable, le poète et philosophe Rodolfo, un peintre, une cousette coquine et mutine Mimi et l’amie de tous, Musette. La rencontre, le coup de foudre. Puis, la séparation, la maladie, la mort. L’œuvre de Puccini aspire au réalisme musical et dépeint les êtres simples, anarchistes et engagés, mais avec un panache flamboyant de la passion romantique. L’amour sous les toits de Paris, mais aussi le dénuement, la misère et la solitude qui sont les caractéristiques d’une société épicurienne et bouleversante qui profile à l’instant, sans songer au lendemain.

Le casting est de belle jeunesse, harmonieuse et crédible de chanteurs acteurs qui savent suivre la musique, le texte et les situations avec beaucoup de justesse et de nuances. Et les véritables protagonistes sont l’orchestre et le chœur du royal opéra House de Londres aux puissantes et enivrantes harmonies qui restituent l’atmosphère du Paris bohème.

 

La Bohème de Puccini – salles CGR de Bayonne et Tarnos – le 15 janvier à 20 heures en direct du royal opéra House de Londres

Tarifs : 18 et 15 €

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 janvier 2013.

logo cgr

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 15:53

Viva Offenbach

Un réveillon sur des airs lyriques.

 

media_825b420a-c5d7-4faf-b667-00b832b154b2.jpgPour la nuit de la Saint-Sylvestre, l’Opéra Bouffe sera mis à l’honneur. En effet, et pour la plus grande joie des aficionados du bel canto, Jacques Offenbach s’invitera en début de soirée et ce, pour deux heures de folie, le 31 décembre à 20 heures à la Gare du Midi de Biarritz. Alors, réservez une grande place à la gaité et à la légèreté ! Ne dit-on pas que la musique adoucit les mœurs ! Comme de coutume, Offenbach sera le roi de la fête pour une soirée d’exaltation où le champagne et le cancan seront de mise. Des airs de choix des plus célèbres opéras bouffe du génial compositeur. De « la Belle Hélène » à « la Vie Parisienne », « La Périchole », en passant par « les Contes d’Hoffmann », « la Grande duchesse de Gerolstein », « Orphée aux Enfers », et bien d’autres. .. Avec le Mozart des Champs-Élysées, ce sera une soirée de griserie avec sur scène les chanteurs, chœur, ballet du Capitole de Toulouse, et l’orchestre dirigé par Claude Cuguillère. La musique d’Offenbach s’accorde à l’allégresse, à la bonne humeur, où sous les trois coups de ce magicien, on entrera dans le royaume des contes d’opérette. Viva Offenbach, c’est le régal musical, un spectacle de qualité digne des grandes scènes. C’est aussi un enchantement, un plaisir et un bonheur de pouvoir apprécier en une seule représentation, toutes ces œuvres devenues immortelles.

 

Viva Offenbach – lundi 31 décembre à 20 heures – Gare du Midi Biarritz gareBiarritz-e751c

Tarifs : de 39 à 55 €

Réservations : 05 59 22 44 66 et www. entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 14 au 20 décembre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 17:57

La Clémence de Titus

Entre flamme et humanité

 

Clemence-1-.jpg« La Clémence de Titus » fut le dernier opéra de Mozart composé après « la flûte enchantée », et créé à Prague pour le couronnement de Léopold II, roi de Bohême. Il raconte l’histoire de l’empereur Titus qui subit les trahisons de son entourage, alors qu’il doit épouser Bérénice. Éprise et habitée par la haine, Vitellia exhorte son soupirant Sextus ami intime de Titus, de conspirer contre lui et de mettre le feu au Capitole. Échappant à la mort, l’empereur fait preuve de clémence et gracie les coupables, afin de rétablir la paix. Tout au long de cet opéra, Titus est présenté comme un homme envahi d’illusions et de naïveté, guidé par les sénateurs-conspirateurs.

L’œuvre sera retransmise en direct du Metropolitan Opera, samedi 1er décembre à 18 h 55 Gare du Midi à Biarritz, mis en scène par Jean-Pierre Ponnelle et dirigé par le spécialiste de la musique baroque Harry Bicket. Un casting unique et qui jouit d’un prestige avec la mezzo-soprano Elina Garanca dans le rôle de Sextus, magnifique interprétation qui remet en premier plan ce rôle un peu discret et qui redonne ses lettres de noblesse à des airs remarquables. Le ténor Guiseppe Filianoti dans le rôle-titre et Barbara Frittoli est Vitellia, soprano qui a symbolisé la virtuosité artistique et scénique à la Scala de Milan. La Clémence de Titus a été longtemps l’opéra le moins aimé et le moins joué des opéras de maturité du compositeur allemand, qui pourtant y avait mis une flamme et une humanité. Et la reine Marie-Louise avait qualifié l’œuvre de « cochonnerie allemande ». Mais cet opéra reste un émerveillement est un enchantement pour les inconditionnels mozartiens !

 

La Clémence de Titus de Mozart – samedi 1 décembre à 18 h 55 en direct du Metropolitan Opera gareBiarritz-e751c

Tarifs : 19 et 14 € – gratuité jusqu’à 18 ans

Réservations : 05 59 22 44 66 ou info au 05 59 41 57 50

 

Article paru dans ‘la semaine du Pays basque’ du 23 au 30 novembre 2012.


Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 01:41

Elise Archambault… une cantatrice des temps modernes.

 

Elise_Archambault.jpgEn compagnie de la soprano Elise Archambault, ce sera un pur moment de félicité et de grâce, parce qu’une chanteuse lyrique possédant un charisme scénique. Elle donnera son récital à la Luna Negra les 25 et 26 octobre à 20h30 avec « Mes grands airs de Diva » accompagnée au piano par Klarisse Coulon. C’est une jeune cantatrice des temps modernes, nature et talentueuse, à la voix chaude et puissante. Elle mélange les genres et ponctue sa musique de vibration dans ses orientations multiples exprimant la richesse de ses interprétations. Un programme marqué de mélodies classiques, dans une ambiance lyrique, intimiste et moderne à la fois. Elle sait imposer avec majesté délicatesse son art lyrique, son sens artistique et son personnage au fil des récitals. Nulle grandiloquence car cette artiste a une noblesse naturelle au chic inné. Son phrasé est artistique, souple et aérien. Elle sait s’imposer avec toujours plus de simplicité et d’évidence, et a cette belle uniformité de la voix, une régularité de fréquence du vibrato, une grande justesse du son et une clarté dans son jeu théâtral. Non seulement elle a une bonne technique mais elle est aussi en pleine possession de son art. Elise Archambault est une belle rencontre du chant lyrique, et conquiert le public grâce à sa voix chaude, ronde, pleine et son véritable échange. Une présence scénique intense et un talent de comédienne. De plus, une personnalité sincère et modeste. Merveilleusement belle de talent, un style personnel et original hors du commun.

 

Mes airs de Diva – Elise Archambault – Luna Negra Bayonne – 25 et 26 octobre logo luna

Tarifs : 15, 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 19 au 25 octobre 2012.

25et261012EliseArchambault263110.jpg

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans OPERA
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories