Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 22:18

A la recherche des saintes reliques ! … L’aventure médiévale !

 

Après « De l’autre côté ou le singulier voyage de Bixente », l’habile et inventif auteur, Messire Eyhandé Abeberry, revient avec sa fresque médiévale. « A la recherche des Saintes Reliques » Dame ! Ce pasquin gentilhomme sur ses tréteaux vous invite à ses fourberies moliéresques et machiavéliques, entre pesanteur et vivacité d’esprit. Le calicot en émoi et stimulus médiévistes fait vivre ses preux Rodéric le Sadic, Princesse Siloë et Dame de la Bergamote, dans un chassé-croisé moyenâgeux, à la recherche des saintes reliques dérobées. Comme dans un ignoble livre ouvert de contes pour recherche-saintes-reliques.jpgadultes, où de gueux lurons bataillent des pestiférés, où dans la forêt  ensorcelée on s’adonne aux joutes médiévales pour ensuite inviter Dame faucheuse dans l’antre du château  d’Hurlelamort. Mais la Camarde en ce temps-là est bien ludique, elle ne cesse de brouiller les pistes, et son but ultime est de se jouer de l’humanité ! Dans une atmosphère frappée de dévotion et de bigoterie, le climat évoque le pittoresque du Moyen âge, où l’on passe du mystère à l’angoisse pour finir par le rire, grâce aux subterfuges et bouffonneries des protagonistes. Le Suzerain Abeberry nous convie également à suivre sa cour de danseuses exécutant leurs pas sur la musique de Carmina Burana, mais aussi des combats réglés. Et de prêter une écoute particulière aux dialogues vifs dits par une coterie exercée de Serf…viteurs ! Et nous d’être les « visiteurs du soir » !

 

A la recherche des saintes reliques de Eyhandé Abeberry – 3 décembre à 20h30 au Colisée de Biarritz

Tarifs : adulte 12€ enfant 5€

Réservations : 06 27 28 62 25

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 25 novembre au 1er décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 21:53

Farid Amziane… il persiste et signe encore une fois !

 

farid-amziane-1.jpg

 

Le v’la qu’y revient avec son énorme et succulent sandwich « Jambon Beur » sur la scène de la Salle Paul-Vaillant Couturier à Boucau le 26 novembre à 20h30.

 

farid

 

Le p’tit beur (pas de chez Lu) Farid Amziane, entre ironie et enthousiasme vous racontera comment lui « l’arabe » s’est bien intégré au Pays basque, plus précisément à Bayonne, capitale du cochon ! Il fera intervenir dix personnages aussi fous et excentriques les uns que les autres. Parler de religion et d’unification, c’est le pari relevé pour son spectacle. Né en Algérie, il a passé toute son enfance dans le quartier Saint-Etienne de Bayonne.

Une bravade lancée sur scène qui parle d’intégration réussie d’un « arabo-ch’timi » en terre française, cela de concert avec Claire Vidal co-auteur claire vidal 1et du metteur en scène Anthony Joubert. On ne peut qu’être épaté par cet humour arabisé qu’il balade sur les fêlures d’une communauté fracassée par l’exil. Son folklore théâtral maghrébin nous donne un spectacle non conformiste et intéressant. Vous ferez la connaissance du professeur de solfège adepte du silence, du restaurateur chinois fan de Tintin, en passant par un drogué au thé à la menthe… Ce jeune fantaisiste nous embarque dans les méandres d’un métissage génétique et théâtral unique en son genre. Il fait ce que bon lui semble et traîne ses babouches là où il veut ! Il aime le contact avec son public et il dit des choses qui font rire, qui irritent, mais jamais qui offusquent. Farid n’est pas qu’un comédien « franco-arabe », c’est un artiste tout simplement !

 

Farid Amziane dans ‘Jambon Beur’ – 26 novembre à 20h30 – Salle Paul-Vaillant Couturier à Boucau

Tarif unique : 12€

Réservations à l’Office du Tourisme de Bayonne ou directement sur place 1/2h avant le spectacle.

karim-duval.jpgLa première partie sera assurée par Karim Duval originaire de Nice.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 25 novembre au 1er décembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:37

Le Cirque Bleu du Viêt-Nam… moderne, coloré et festif !

 

C’est l’évènement de l’automne avec le Cirque Bleu du Viêt-Nam qui revient pour la seconde fois en France et qui sera le dimanche 20 novembre à 17h à la Gare du Midi à Biarritz.

cirque-bleu.jpgPlus que du cirque, c’est de l’art que les 25 artistes de haut niveau, venus de Saigon, vous présenteront sur scène avec leurs visions nouvelles qui a fait depuis longtemps leur notoriété dans le monde entier. Des divertissements originaux de jonglerie, d’équilibrisme, d’acrobatie, mais aussi de clownerie. Où des numéros de cyclistes, contorsionnistes, trapézistes se concurrencent d’inventivité et défient les lois de la gravité, pour offrir aux petits comme aux grands mille et un enchantements. Un spectacle féérique qui nous entraîne dans un monde hors du temps et au-delà des frontières, au gré de l’évocation exotique et de la somptuosité des costumes multicolores, où les musiques à elles-seules sont un appel au voyage tout en poésie. Une démonstration originale, riche en couleurs, qui s’inspire de plus en plus du mouvement et de la performance physique, mais aussi de cette habile alliance de poésie, de jeux et de danse. Les artistes créent ainsi une véritable complicité et un échange avec le public. Le Cirque Bleu du Viêt-Nam est un cirque moderne, coloré et festif qui vous fera vivre une aventure surprenante !

 

Le Cirque Bleu du Viêt-Nam dimanche 20 novembre – Gare du Midi à BiarritzBiarritz Gare du Midi

Tarifs : 50 et 45€

Réservations : 05 59 222 44 66  et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 18 au 24 novembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 22:37

Etats Dames… ou la belle âme d’Hélène !

etats-dames.jpg 

La Cie Atelier 64 présente « Etats Dames » au Théâtre de Bayonne mercredi 9 novembre à 18h. Une succession de tableaux rythmés où s’alternent théâtre, musique et mouvements. Un divertissement qui vous déclare sa poésie de la vie, son émoi, dans un maelström drôle et tendre. C’est aussi trois charmantes vieilles dames qui remontent le temps, le temps de l’enfance, de la mémoire, de la fête, de l’humour et du rêve, dans un silence plus éloquent que … la parole ! Rendez-vous cordial avec Hélène Bonnefoy, auteur et metteur en scène.

 

APP : Bonjour Hélène. En quelques mots merci de nous dire qui vous êtes…

HB : Une passionnée de la vie, des êtres et de ce grand plaisir de faire émerger les aptitudes et les qualités inscrites dans chaque humain. Dans le cadre de ma vie professionnelle, j’ai toujours aimé soutenir et adhérer au concept de projets artistiques associant les professionnels de la musique, du chant, de la comédie, de la danse, du design, du cinéma avec les non professionnels de tous âges et de toutes origines. L’un des volets de la pédagogie est l’art de mettre au jour les compétences souvent insoupçonnées chez chacun. Je suis, si je peux m’exprimer ainsi, le jardinier qui cultive avec amour la capacité de chaque graine dans un biotope particulier, ce qui me permet aussi de m’enrichir avec un nouveau savoir-faire. Généralement les greffes prennent bien et ça illumine mon quotidien. J’ai eu la chance de rencontrer des artistes considérés et passionnés, curieux de la vie, ce qui m’a permis de porter un autre regard sur ma propre existence. Un paysage que l’on trouve beau est plus magnifique si on en partage les images. Je peux dire que je fourmille d’idées et suis heureuse d’avoir fait partager mon spectacle « Etats Dames ».

APP : Justement parlez-moi de celui-ci qui sera présenté au Théâtre de Bayonne…

HB : « Etats Dames » est une suite de tableaux véristes ou oniriques à différents moment de la vie de femmes. Son idée est d’entraîner le spectateur par évolution d’une situation à l’autre. Passer de l’état de senior à celui de la jeunesse, des rêves enfantins au mariage, du travail aux hobbies, de la chrysalide au papillon. Ces matériaux détournés et la magie des lumières sur scène créent des ambiances fortuites.

APP : Et pourquoi si peu de texte ?

HB : Parce que je préfère donner la parole à la musique. Pour les comédiens, j’aime l’expression de leur visage, leurs mouvements, leurs rapprochements, leurs dynamiques qui font que le propos est accessible à tous. Entendons par là que les étymologies, les univers, les époques touchent un bon nombre d’entre nous. Je dis que tous ne font qu’un et c’est pour ce « un » que je travaille avec accord et inclination.

APP : Quel a été le travail sur votre mise en scène, le visuel, la musique, la chorégraphie ?

HB : Dans la mise en scène mon maître est Philippe Gentil. C’est lui qui m’a donné ces émotions premières dont on ne peut se défaire et c’est bien agréable. J’ai vu ses spectacles avec gourmandise et surprise. J’ai absorbé tel un buvard ses sources d’effets scéniques. Il m’a légitimé sur mon travail visuel, mon domaine de prédilection et m’a fait développer cette curiosité pour les mises en scène, que ce soit chez les chorégraphes comme Pina Bausch, Jiri Kilian, Carolyn Carlson, Maurice Béjart ou les cinéastes. Sur scène le comédien s’expose et c’est la musique qui le mobilise. J’aime aussi les ambiances, l’inattendu, l’autodérision, l’humour toujours et surtout je ne veux pas engendrer la mélancolie !

APP : Parlez-nous de vos interprètes…

HB : Des artistes aux multiples ressources, capables de rêver encore ! Je les remercie pour cette confiance qu’ils me témoignent lorsque j’explore leur intériorité afin d’en ressortir les petites arcanes qu’ils ne soupçonnaient pas posséder. Ils donnent le meilleur d’eux-mêmes au public quelque soient les circonstances. Sur scène c’est magique, ils font oublier aux autres les aléas de la vie et c’est important à mes yeux. C’est pour tout cela que je les aime !

APP : Ma dernière question : Et l’avenir dans tout cela ?

HB : J’espère qu’il restera au beau fixe ! J’ai un conte écrit d’après une œuvre picturale de Jon Fox, jeune peintre anglais qui expose au Space Junk de Bayonne. Ce spectacle est actuellement en cours de réalisation dans le futur éco-quartier Bastide Niel à Bordeaux. Un autre est en gestation et j’ose espérer que nous pourrons faire une résidence d’acteurs au Théâtre de Bayonne. Par ailleurs, je prépare un casting pour les danseurs. Ceux qui sont intéressés peuvent appeler la Cie Atelier 64 au : 06 81 15 73 90. Je voudrais ajouter que « Etats Dames » est présenté sur le principe de la « libre participation aux frais » et que les fonds récoltés seront reversés pour un projet qui me tien à cœur : la création de « Il était une fois… la mer » (un quatuor à corde d’Arnaga de l’OCRB, les enfants de l’école maternelle Lahubiague de Bayonne, des comédiens et une création originale du compositeur Philippe Forget également directeur musical de l’orchestre régional de Bayonne Côte basque. Article page 22 sur le sujet dans le journal ‘la Semaine du Pays basque’).

 

Hélène Bonnefoy a cette maestria pour la mise en scène, une engouée de culture, humanitariste de tempérament et une femme de cœur ! Il serait juste de la connaître, car elle possède ce trésor du savoir-faire, du savoir-être et l’envie de le transmettre. Soyez nombreux à venir goûter ce spectacle sans état d’âme mais avec … ces Dames !

 

Etats Dames – mercredi 9 novembre à 18h – Théâtre de Bayonne 2D7D2AC6-531E-45BD-B225-48AA9717A9CC[3]

Tarif : libre participation

Réservations : 05 59 63 31 40 et 06 50 12 67 63

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 novembre 2011.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 16:51

Jupe courte et conséquences, comédie bien troussée et... non retroussée !

 

jupe-courte.jpg

 

 

Agacée par les regards impudiques et les propos déplacés des hommes dans la rue, une jeune femme décide de se venger des dragueurs. Pour cela elle s’accoutre d’une jupe courte et de bottes à talons de plus suggestives et part en action dans un square. Sur un banc, un homme lit son journal… Ainsi commence la comédie bien troussée et … non retroussée ! de l’auteur et metteur en scène Hervé Devoldère à la Luna Negra du 9 au 12 novembre à 20h30. Une jupette en balade jouant à fond la provoc veut réprimer l’aventurier, le vicelard. Un homme assis paisiblement sur un banc interrompt sa lecture pour reluquer discrètement la fine silhouette sciemment mise en valeur ! Arrêt… Ensuite un dialogue intéressant et attachant s’engage à huis clos où l’on parle de fragilité accrochée aux sentiments, de la considération des hommes envers les femmes. Et se déroule le fil de pensées badines où les mots font naître des images et caressent le cœur. Une conversation qui offre une grande courtoisie, où l’émotion s’allie de temps en temps à l’humour. Un fantasme sur l’amour et la destinée qui se veut spirituel et plaisant. En l’espace de temps, deux inconnus loin de tous, dans un parc public, se révèlent malgré eux l’un à l’autre. Et le spectateur s’immiscera dans une conversation adroitement ficelée, drôle et saisissante. Jupe courte et conséquences nous donne l’impérieux désir d’aller se balader à notre tour dans un jardin public, en espérant pourquoi pas, y faire semblable rencontre sur un banc !

 

Jupe courte et conséquences – du 9 au 12 novembre à 20h30 – Luna Negra Bayonne logo luna

Tarifs : 14, 12 et 8€

Réservations : 05 59 25 78 05 et www.lunanegra.fr

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 novembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 16:46

Entre ciel et chair… inconditionnel amour et châtiment !

entre-ciel-et.jpg

Proche de l’histoire d’Héloïse et Abélard, « Entre ciel et chair » - d’après le roman éponyme de Christiane Singer – une passion, entre ciel et chair par Clara Ballatone reflète la vision féminine du monde où le profane et le sacré s’identifient, où charnel et spiritualité s’agrègent, et celle d’une vie passionnée et funeste. Ce monologue qui épouse toutes les phases d’un destin de femme sera dit sur la scène du Colisée le 8 novembre à 20h30.

Le soliloque se traduit en une conversation intérieure où l’abbesse, dans sa cellule du Paraclet, seule avec son âme, égrène le chapelet des vicissitudes d’une passion amoureuse, ses enivrements et ses chagrins. Cela s’exprime comme un écho paisible à l’amour généreux. Sur le plateau, une chaise, mise en scène minimaliste, et un jeu de lumières tout en nuances, c’est là l’exigence de Clara Ballatone qui prêche davantage la personnalité et la parole de l’héroïne moniale. Christelle Willemez, charismatique et magnétique en diable, prête sa voix dramatique et gutturale au rituel des souvenirs alors que le son de la contrebasse de Michel Thousseau ou du violoncelle de Birgit Yew (par alternance) vient intensifier ses impulsions et ses enthousiasmes ressentis. Assise ou debout, c’est l’impassibilité même, et au fil de l’histoire, elle devient la jeune fille et la femme d’âge mûr, heureuse ou contrite, mais toujours marquée du sceau de l’amour solitaire. Aucune amertume ou haine car la religieuse absout ! Connaîtra-t-elle la paix intérieure ? Certes, on est au purgatoire, à mi-chemin entre le ciel et la chair !

 

« Entre ciel et chair » mardi 8 novembre à 20h30 au Colisée à Biarritz

Tarifs : de 8 à 22€

Réservations : Amis du théâtre de la Côte basque : 05 59 24 90 27

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 novembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 16:02

C’est pas le moment !... Plus menteur que moi, tu meurs !

 

cestpas.. jacques balutin

 

 

Le salon d’un appartement cossu où Frédéric ramène Mathieu le SDF qu’il a renversé avec sa voiture, n’imaginant pas un seul instant que, suite à cette mésaventure, sa vie sera quelque peu perturbée. En effet, le fieffé menteur a fait croire à sa femme qu’il était en compagnie d’un homme d’affaires suisse alors qu’en vérité il s’abandonnait dans les bras de sa maîtresse ! L’ambiance exposée et le décor planté, on peut donc assister à la parade du mensonge ! Le rideau s’ouvre sur l’histoire théâtrale de Jean-Claude Isler, dont Jean-Luc Moreau a signé la mise en scène, « C’est pas le moment ! » à la Gare du Midi ce 14 novembre à 20h30. Une kyrielle de menteries, de quiproquos et de portes qui claquent ou 1h30 d’un scénario qui dévoile la duplicité et la trahison conjugale qui iront de pire en rires ! Comme tout vaudeville, cela patine dans tous les sens, mais au fil de l’action le mari volage et le SDF plus nature que jamais se relance facétieusement la patate chaude dans un véritable « jeu, set et match » spontané et convaincant devant leurs partenaires ébaubis. Jacques Balutin/Mathieu s’y montre habile, subtil et retient toute l’attention et Manuel Gélin/Frédéric (dont l’hérédité physique et artistique de son regretté papa Daniel ne saurait mentir) nous bluffe par son interprétation. Du Gélin nouveau ! Saluons au passage le peps et le talent des autres comédiens. Et de nous égayer de ces moments hilarants et savoureux que nous offre cette comédie débridée !

 

 

C’est pas le moment ! – 14 novembre à 20h30 – Gare du Midi à Biarritz Biarritz Gare du Midi

Tarifs : 42 et 38€

Réservations : Points de vente habituels et au 05 59 22 44 66 ainsi qu’au 05 59 59 23 79 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 4 au 10 novembre 2011.

 

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 20:58

Nono… Frivolité et décadence de la Belle Epoque !

 

Nono présentée à la Gare du Midi à Biarritz le 7 novembre à 20h30 est la pièce peu connue d’un auteur qui a marqué le répertoire vaudevillesque du XXème siècle, le génial Sacha Guitry.

nono.jpgC’est son œuvre de jeunesse (puisque écrite lorsqu’il avait 19 ans) et qui penche parfois du côté du surréalisme. Pour interpréter la belle cocotte, enjouée et volage, le metteur en scène et comédien Michel Fau offre ce rôle superbe à la mutine Julie Depardieu. Et la réussite est là, car la comédienne possède le caractère, l’attrait et l’aisance pour incarner ce rôle délicat, parce qu’elle a su exploiter l’ambivalence nécessaire à son personnage. C’est l’évidence même dans ce rôle titre. Certainement que l’esprit et la légèreté du metteur en scène sont davantage en justesse avec la finesse et l’intelligence du texte de Guitry. Nono, c’est à la fois la godiche affriolante qui n’a pas le temps de s’instruire et la fausse oie blanche à qui il ne faut pas en promettre. Ce qu’elle veut ? Se divertir, être frivole et mener grande vie. Mais panier percé et aventureuse, elle s’ennuie vite chez son amant. Dans cette pièce on se délecte de l’humeur de Guitry drôle, arrogante, malicieuse et l’on adore (ne soyons pas hypocrites) sa misogynie. Mais aussi brutale est l’image qu’il donne des hommes ! Ses répliques font mouche, c’est fort divertissant et c’est une bonne idée de la part des producteurs et directeurs de théâtre d’avoir remis Nono au goût du jour… 106 ans plus tard !

 

Nono de Sacha Guitry – 7 novembre à 20h30 – Gare du Midi à Biarritz

Tarifs : 42 et 38€

Réservations : 05 59 22 44 66 ou 05 59 59 23 79 et www.entractes-organisations.com Biarritz Gare du Midi

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 28 octobre au 3 novembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 20:40

Mongol ou l’aventure onirique de Ludo !

 

« Mongol » adapté du livre du même titre de l’auteur Karin Serres, dans une mise en scène fraîche, attractive et sensible de Pascale Daniel-Lacombe du Théâtre du Rivage, sera présenté les 4 et 5 novembre à 20h30 sur la Scène Nationale de Bayonne Sud-Aquitain.

mongolCette pièce s’appuie sur l’intolérance et l’estime de soi. De ses instants de vie dans la cour de récréation, le petit Ludovic subit de la part de ses camarades des taquineries qui se changent vite en brimades et méchancetés. Deux sujets qui sont abordés avec subtilité et un humour désarmant autour du mot dévalorisant, « mongol » qui, pour le naïf enfant indiscipliné mais éveillé, après avoir lu sa définition dans le dictionnaire, s’identifie à celui qui nait en Mongolie, et un fier guerrier ! Partant de là, il va revêtir une nouvelle apparence, s’illustrer et se métamorphoser. Une mutation qui aux yeux de tous ne passe pas inaperçue et qui semble ne réjouir personne. La pièce joue du contraste entre la rigidité du réel et les prestiges de la fantasmagorie. Un évènement librement réinventé où l’imagination enfantine se mesure à la dureté de la vie. C’est une histoire pour nos mômes qui leur laisse une chance de voir plus loin que le bout de leur nez, qui leur enseigne qu’un désavantage quelconque peut devenir une force pour rebondir en ayant toutefois le cran de s’élancer. Et pour nous adultes, nous rappelle que nos enfants chéris doivent trouver leur propre mode d’action, même s’ils nous entraînent sur leur terrain d’agitation !

 

Théâtre du Rivage présente « Mongol » - 4 et 5 novembre à 20h30 – Théâtre de Bayonne

Tarifs : 16, 14 et 8 €

Réservations : 05 59 59 07 27 et www.snbsa.fr

Spectacle conseillé à partir de 8 ans.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 28 octobre au 3 novembre 2011.

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 17:41

Michèle Bernier… Au bonheur de toutes les femmes !

 

Vous la souhaitiez, vous l’attendiez ? Ben, elle rapplique en tournée. Alors courrez vite à la rencontre de la quinqua totalement barrée mais ô combien expansive et communicative qui sera sur la scène de la Gare du Midi à Biarritz le 2 novembre à 20h30 dans son one woman show « Et pas une ride ! » mis en scène et coécrit avec l’imaginative et complice Marie-Pascale Osterrieth. Comme c’est bon avant l’entrée de l’hiver de se faire une provision d’éclats de rire michele-bernier.jpgtoniques ! Une fantaisie singulière où Michèle Bernier nous dit ce qui obnubile les femmes à un moment de leur vie, outre le fameux retour d’âge : cette vieillesse ennemie ! Et disons-lui merci pour ce spectacle qui souffle avec bonheur dans les bronches de ce « con » d’outrage du temps qui strie sans embarras notre visage de ridules et de pattes d’oie ! Et joie, pas le temps de s’ennuyer, parce qu’il tourne vite ce carrousel de sketches percutants et aiguisés dus à la saveur des choses bien écrites et bien dites avec pertinence par une artiste d’une impayable drôlerie, toute en séduction et lucidité ! A travers son humour ravageur, elle règle les comptes sur la famille, ses enfants qui ont déserté le cocon familial, le mari qui l’a plaqué, les amants qu’elle a viré et de masquer sa colère de se … retrouver seule devant cinquante bougies ! Même si elle brandit sa vision des petits tracas tout en serrant ses poings, elle finit par ouvrir ses bras à tous les espoirs d’une cinquantaine radieuse !

 

« Et pas une ride ! » Michèle Bernier – Gare du Midi Biarritz – 2 novembre à 20h30

Tarif : 50 et 45€

Réservations dans tous les points de vente habituels ou 05 59 22 44 66 ou Entractes-Organisations 05 59 59 23 79 et www.entractes-organisations.com

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 28 octobre au 3 novembre 2011.Biarritz Gare du Midi

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans THEATRE
commenter cet article

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories