Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 20:53

Le Démon de Midi : la belle performance de Gwendoline.

 

gwendoline-meunier.jpg

Sacrée audace pour Gwendoline Meunier d’affronter seule sur scène, l’œuvre des auteurs de « Le Démon de Midi », Bernier (créatrice du rôle), Cestac et Osterrieth. Même si l’exercice est périlleux, la comédienne sait porter haut pour défendre cette pièce, avec beaucoup d’émotion aux répliques drôles et bouleversantes, face aux rancœurs, aux regrets, au bonheur oublié, envolé, aux passions perdues d’une femme délaissée par la faute de ce démon de midi ! Celle aussi qui regarde d’un air désillusionné la vie qu’elle menait avec cet homme qui, à présent, lorgne avec nostalgie vers sa jeunesse. Gwendoline excelle dans ce rôle et déploie une énergie constante, même terrassée par l’abandon. Véritable « peau d’âme » des jours heureux. Elle le prouvera une nouvelle fois - plus de 200 représentations – sur la scène du Colisée à Biarritz, le 9 février à 20h30.

Entretien avec une adorable chieuse, parfaite émotive, loin d’être une femme caustique, mais celle qui possède un atout important par rapport à la gentille fille : sa présence d’esprit !

 

APP : Quels mots de présentation, chère Gwendoline…

GM : J’ai la chance d’être d’une famille d’artistes, un oncle magicien entre autres. J’ai appris et fais connaissance de la scène dès mes quinze ans. Aujourd’hui à 32 ans, j’ai toujours la chance d’exercer un art qui me passionne. Un vrai bonheur. Par la suite, je me suis dirigée vers le théâtre tout en me formant et me spécialisant. J’ai une grande galerie de personnages. Etre seule en scène est une expérience formidable, car la relation avec le public est authentique et singulière.

APP : Connaissais-tu la BD de Florence Cestac « Le Démon de Midi » avant de jouer la pièce ?

GM : Non, je l’avoue, mais celle interprétée sur scène par Michèle Bernier, ça oui. Quand on m’a proposé le rôle, j’ai eu peur de ne pas être à la hauteur et de manquer de maturité, mais je savais que c’était un beau cadeau que l’on m’offrait. J’ai donc saisi cette opportunité.

APP : Pour toi, la femme délaissée ne te semble angoissant à interpréter ?

GM : Oh que oui ! On est tous et souvent confrontés à ce genre de situation. Je t’avoue, un peu angoissant au départ, mais ce texte traite les choses de la vie avec beaucoup d’humour, de cœur, ce qui permet en fait de prendre de la distance, de s’en amuser, et donc de dépasser ses peurs ou ses peines.

APP : Aujourd’hui le divorce est banalisé… beaucoup se séparent. C’est en quelque sorte le harem autorisé, celui des hommes qui zappent de femme en femme… Penses-tu que le fameux ‘démon de midi’ concerne également les femmes ?

GM : Absolument. Tout n’est pas blanc également pour nous les femmes, et les hommes ne sont pas forcément « les méchants ». Notre société change tellement, j’ai l’impression qu’on perd un peu de nos repères. Avant, on ne parlait pas de cette crise en milieu de vie. Et je trouve cela bien d’en parler. Ce qui m’agace par contre, c’est cette mode de « cougars », je n’aime pas ce terme. Qu’un homme soit avec une femme plus jeune ne me choque pas, mais l’inverse, ça dérange on dirait. C’est peut-être mon côté un peu féministe qui parle là. Pour ma part, je pense que chacun a le droit de faire ce qu’il veut du moment que ça le rend heureux. Mais moi, j’avoue être une grande romantique et même fleur bleue. Pour moi, la famille c’est important.

APP : Crois-tu qu’un homme est plus confronté par son besoin d’affirmation de sa séduction qu’une femme ? 1186671-1541461.jpg

GM : Disons qu’un homme est plus prédateur qu’une femme. Ah ! Ah ! Je ne sais pas en fait. Le besoin de séduire est aussi un besoin d’être aimé, nous y sommes tous confrontés.

APP : La question délirante : serais-tu une femme poulpe ? Une princesse lointaine ? Une chieuse ? Une castratrice ?

GM : Heu… Ben… Lors de notre conversation, tu as su quelle femme j’étais. Je ne peux plus te mentir… je suis une infernale chieuse ! (rires). [petite précision APP : une adorable chieuse].

 

Les Productions 1619 Events et Victoria Music - Le Démon de Midi avec Gwendoline Meunier - le 9 février à 20h30 – Colisée Biarritz

Tarifs : 21€ hors réservations (placement libre)

Réservations : 05 59 22 44 66 ou 06 09 76 24 30 et 1h avant le spectacle à la caisse du théâtre.

 

Article paru dans ‘la Semaine du Pays Basque’ du 1er au 7 février 2013.


Partager cet article

Repost 0
Published by alain-pierre-pereira - dans INTERVIEW
commenter cet article

commentaires

L'ECRITURE... MA PASSION

alain-pierre pereira

 

Ma profession de journaliste culturel me permet de faire de belles rencontres artistiques dans diverses disciplines, et mes seules motivations sont spontanéité, probité, et sincérité. Mon but n'est pas de me montrer souple ou indulgent, et encore moins celui d'être virulent ou acrimonieux (sauf dans certains cas). Mes jugements seront rarement dans la négativité. Si je ne suis pas dans l'attrait ou la fascination, je préfère ne pas en parler ; pour la simple raison : le respect du travail apporté. Lucide que "toute création" signifie de mettre son énergie (car tout créateur au prime abord donne ce qu'il a de meilleur). En un mot, la seule raison de ce blog, est de vous faire partager mes coups de cœur, mes enthousiasmes, voire mon admiration et ma tendresse pour les artistes.

Alain-Pierre Pereira.

Sans titre 5

Rechercher

WALL SNICKER

Catégories